Archives pour l'étiquette télescope

La planète Saturne est au plus près de la Terre

Ce samedi 23 mai, Saturne, le joyau du Système solaire, est au plus près de la Terre à seulement 1,341 milliard de km. La planète aux anneaux est en opposition avec le Soleil, ce qui signifie qu’elle se lève exactement quand se couche notre étoile.

saturne

Vous pouvez suivre Saturne toute la nuit entre les constellations de la Balance et du Scorpion. La sixième planète du Système solaire est malheureusement assez basse, 25° seulement au-dessus de l’horizon sud, là où la turbulence atmosphérique diminue la netteté des astres.

Continuer la lecture

Aristarque et Gassendi, deux cratères sur la vieille Lune

La lunaison actuelle prendra fin le 18 mai avec la Nouvelle Lune. Depuis la Pleine Lune des fleurs le 4 mai, notre satellite naturel a perdu progressivement de sa rondeur tout en se levant de plus en plus tard pour devenir visible dans le ciel du matin.

croissant_vieille_lune2

Sur cette image réalisée à l’aube du 14 mai, premier jour des Rencontres Astronomiques de Printemps, Séléné nous offre l’occasion de découvrir deux formations remarquables, Aristarque et Gassendi.

Continuer la lecture

L’astéroïde 2015 JF1 s’approche de la Terre le 15 mai

L’astéroïde 2015 JF1, un gros caillou d’une dizaine de mètres, passe aujourd’hui à 300 000 km de la Terre, une distance inférieure à celle qui nous sépare de la Lune. Seuls les possesseurs de télescopes d’au moins 50 cm de diamètre auront une chance d’observer cet astéroïde très discret (magnitude de 16).

asteroïde

2015 JF1 a été découvert dans le cadre du Mount Lemmon Survey, un projet de surveillance des astéroïdes géocroiseurs (ou NEO pour Near Earth Object) qui utilise un télescope automatisé de 1,5 m de diamètre installé à 2800 m d’altitude dans les monts Santa Catalina en Arizona (USA). Sont classés comme géocroiseurs tous les corps de plus de 150 m qui s’approchent à moins de 8 millions de km de la Terre.

Continuer la lecture

Début de la dix-septième édition des RAP

C’est aujourd’hui jeudi 14 mai que débute la 17e édition des Rencontres Astronomiques de Printemps. Pendant 4 jours et 3 nuits, environ 300 passionnés d’astronomie vont se retrouver en Haute-Loire, dans la petite ville de Craponne sur Arzon qui pour l’occasion coupe ses éclairages.

rap

Dans un cadre encore épargné par la pollution lumineuse, les astronomes amateurs vont pouvoir observer et échanger ensemble. De très nombreux instruments (dont plusieurs télescopes de gros diamètre et une multitude de lunettes astronomiques) seront installés sur le site.

Continuer la lecture

En vidéo : La Station spatiale passe devant le Soleil

Le 21 avril dernier, l’astrophotographe Romain Lucchesi a réalisé d’étonnantes images : il a en effet réussi à saisir le bref passage (moins d’une seconde !) de la Station spatiale internationale (ISS) devant le Soleil, alors marqué de plusieurs taches.

1

Il nous raconte : “j’ai toujours plus ou moins été intéressé par l’astronomie, mais quand j’ai commencé la photographie classique il y a 6 ans, j’étais loin d’imaginer que des belles photos du ciel étaient réalisables par des amateurs. Un jour je me suis posé la question, j’ai décidé de me renseigner, et maintenant ça fait un peu plus de 3 ans que je suis tombé à fond dans l’astrophotographie.

2

En dehors des photos classiques de galaxies, nébuleuses ou planètes, je surveille en permanence les événements “rares” comme les multiples éclipses sur Jupiter, les rapprochements, ou encore des transits comme on peut le voir sur ces images de la Station spatiale internationale devant le Soleil. Ça faisait un bon moment que j’essayais de réaliser cette photo, mais l’ISS ne passe pas très souvent devant le Soleil depuis un lieu d’observation donné. De plus, faire ses études à 800 km de son télescope ne facilite pas les choses…

3

Le 21 avril 2015 toutes les conditions étaient réunies : vacances, beau temps et transit à seulement 15 km de chez moi. Le site internet Calsky prévoyait le transit à 15 h 15 min 32 s, pour une durée de seulement 0,7 s. Le Soleil était encore haut dans le ciel donc l’ISS avait une taille angulaire assez importante, mais il fallait être précis sur l’heure! J’ai utilisé une application sur mobile qui donne l’heure synchronisée en temps réel sur l’horloge atomique. Matériel employé : télescope Newton de 254 mm de diamètre et 1200 mm de focale, monture équatoriale Atlas EQ-G, appareil photo Canon 60 D en mode rafale réglé à 200 iso, vitesse d’obturation de 1/8000 s pour bien figer le mouvement de l’ISS, filtre souple Astrosolar réduisant l’intensité lumineuse d’un facteur de 100 000. Pour être sûr de ne pas rater le moment fatidique, j’ai lancé la rafale 2 secondes avant l’heure prédite”.

Un croissant de vieille Lune à l’aube du 15 avril

Une lecture assidue des éphémérides vous a peut-être permis d’apprendre que le croissant de la vieille Lune du mercredi 15 avril (image ci-dessous) n’était qu’à 3,5° apparents de Neptune. Vous n’avez rien manqué, je vous rassure : la huitième et dernière planète du Système solaire n’est qu’un petit point de magnitude 8 dans les télescopes des astronomes amateurs.

croissant_lune

La lunaison actuelle qui a été marquée par la Pleine Lune des poissons accompagnée d’une éclipse totale invisible en Europe s’achèvera vendredi 18 avril par la Nouvelle Lune.

Continuer la lecture

Ralf Vandeberg, l’astronome amateur qui traque l’ISS

Dans le monde des astronomes amateurs, chacun a sa spécialité : il y a ceux qui sont amoureux du Soleil et suivent le développement de ses taches, d’autres qui cherchent inlassablement des comètes pour accrocher leur nom au firmament, d’autres encore qui accumulent les détails sur la Lune et les planètes, sans parler de ceux qui collectent les rares photons de galaxies lointaines.

ralf2

Le néerlandais Ralf Vandebergh a une toute autre marotte : il utilise son télescope pour filmer en haute résolution la Station spatiale internationale.

Continuer la lecture

Les Nuages de Magellan dans le ciel du Chili

C’est au cours de son grand tour de l’Amérique du Sud entre 1519 et 1521 que le navigateur portugais Fernand de Magellan mentionna dans son journal de bord l’existence de deux petites nébuleuses au milieu des étoiles du ciel austral. Ces nébuleuses prirent ensuite son nom, honneur qui aurait pu revenir à l’astronome perse Al-Soufi qui les avaient signalées 500 ans plus tôt.

eso1

Les astronomes savent aujourd’hui que les Nuages de Magellan ne sont pas des nébuleuses mais des galaxies naines. Leur forme  irrégulière s’explique par les forces gravitationnelles exercées par la Voie lactée, leur imposante et plus proche voisine à moins de 200 000 années-lumière.

Le Grand Nuage de Magellan, à cheval entre les constellations de la Dorade et de la Table, se  situe à environ 160 000 années-lumière. Occupant dans le ciel une surface apparente équivalente à vingt fois la Pleine Lune, il a longuement été étudié par le télescope spatial Hubble, ce qui a permis d’estimer à 250 millions d’années son temps de rotation.

Le Petit Nuage de Magellan quant à lui se situe à environ 197 000 années-lumière dans la constellation du Toucan. Les deux Nuages sont séparés d’environ 20 degrés apparents dans le ciel et ils sont considérés à raison comme les deux plus beaux objets célestes observables sans instrument.

Cette très belle image a été réalisée le 15 mars 2015 par J. Colosimo pour le compte de l’ESO. L’astrophotographe se trouvait à côté des 4 télescopes auxiliaires de 1,8 mètre de diamètre associés au VLT. Ces instruments sont installés sous le ciel le plus noir du monde, au sommet du Cerro Paranal, une montagne dans le désert d’Atacama au nord du Chili.

La constellation d’Orion et l’amas des Pléiades

Il y a quelques jours, avant le retour de la Lune le soir, on pouvait profiter des vedettes célestes hivernales que sont la constellation d’Orion et l’amas d’étoiles des Pléiades.

orion1

La scène a été prise au pied de la petite église du village de Reulle-Vergy en Côte-d’Or.

Continuer la lecture

La comète Lovejoy et la nébuleuse planétaire SH2-188

Après son passage au périhélie le 30 janvier dernier, la comète C/2014 Q2 Lovejoy s’éloigne progressivement de nous et perd lentement de son éclat. Elle n’en reste pas moins une cible de choix pour les astrophotographes de l’hémisphère nord bien équipés.

comet

En témoigne cette image réalisée le 10 mars par l’astrophotographe autrichien Michael Jäger, alors que la comète passait à proximité de la nébuleuse SH2-188.

Continuer la lecture

Insolite : il a neigé à l’Observatoire de La Silla

Bien que situé dans une des régions les plus sèches du monde, l’Observatoire de la Silla reçoit parfois quelques précipitations sous forme de pluie ou de neige. Mais comment peut-il y avoir des chutes de neige à un endroit où la température descend très rarement en dessous de 0°C ?

eso

La réponse est donnée par l’air sec. Les flocons de neige (qui se forment dans des nuages avec des températures négatives) descendent dans un air très sec : une petite partie de chaque flocon s’évapore, évaporation qui élimine l’excès de chaleur et permet aux flocons de rester assez froids pour survivre à cette descente.

Continuer la lecture

Don Parker, l’astronome qui aimait la planète Mars

Le 22 février disparaissait l’astronome amateur américain Don Parker, l’homme qui réalisa les meilleures images de la Planète rouge prises depuis la Terre.

don-parker

Né en 1939, Don Parker se découvre à l’adolescence une passion pour la planète Mars, lorsque sort en 1953 le premier long-métrage de la Guerre des Mondes, d’après le roman de science-fiction écrit par H. G. Wells en 1898.

Continuer la lecture

En vidéo : le ciel étoilé de la réserve portugaise d’Alqueva

Confrontés à une pollution lumineuse galopante, les astronomes et les astrophotographes sont souvent obligés de voyager pour retrouver des ciels nocturnes bien noirs. Pour ceux que les conditions spartiates rebutent (en haute montagne ou dans les déserts), ou qui voudraient tout simplement faire partager leur passion au reste de leur famille, des vacances dans le sud du Portugal représentent une belle opportunité.

C’est en effet à proximité du grand lac artificiel d’Alqueva, dans la région d’Alentejo, qu’a été créée la première réserve touristique internationale de ciel noir. Cette distinction, décernée par la fondation StarLight, récompense les efforts de la région dans deux directions : la limitation des éclairages artificiels et le développement de structures d’accueil destinées à faire admirer le ciel nocturne au plus grand nombre.

Continuer la lecture

Une image époustouflante de la comète C/2014 Q2 Lovejoy

Que se passerait-il si une caméra conçue pour observer le ciel à des milliards d’années-lumière pointait accidentellement une comète située à 80 millions d’années-lumière ? C’est ce qui est arrivé le 27 décembre dernier quand la comète C/2014 Q2 Lovejoy est entrée dans le champ de la DEC (Dark-Energy Camera) et cela nous vaut une superbe image de l’astre chevelu.

lovejoy

C’est à la fin de l’année 2012 qu’est entrée en service la plus puissante  caméra astronomique du monde dédiée à la recherche de l’énergie sombre.

Continuer la lecture

20 mars : ne manquez pas l’éclipse partielle de Soleil

Le 20 mars 2015, jour de l’équinoxe de printemps, se produira la première des deux éclipses solaires de l’année (la seconde aura lieu le 13 septembre). Rappelons qu’il y a éclipse de Soleil quand la Nouvelle Lune passe totalement ou partiellement devant le Soleil.

Bien que l’éclipse du 20 mars soit totale dans les îles Féroé et l’archipel du Svalbard (seules terres où l’on verra le Soleil entièrement masqué par la Lune), nous allons nous intéresser uniquement à l’éclipse partielle vue depuis la France.

eclipse3

Comme vous le constatez sur le montage ci-dessus l’éclipse se déroulera le matin et ce sera une très belle partielle, puisqu’au moment du maximum vers 10 h 30 il ne restera qu’un croissant de Soleil.

Plus vous serez installé au nord-ouest du pays et plus ce croissant sera petit : dans la Manche il y aura 85% de Soleil occulté par la Lune et seulement 70% dans le Var, ce qui n’est pas mal quand même !

eclipse

Continuer la lecture

Les étonnants nuages géants de la planète Mars

La planète Mars a toujours fasciné les hommes tant elle leur rappelle la Terre, avec ses saisons, ses calottes polaires et sa rotation en un peu plus de 24 heures. Les humains ont reporté tous leurs fantasmes sur la quatrième planète du Système solaire : ils ont cru y voir des canaux artificiels à la fin du dix-neuvième siècle puis ils l’ont peuplée de créatures hostiles pendant les décennies suivantes, de terribles martiens ou petits hommes verts qui n’hésitaient pas à venir nous anéantir.

mars1

Encore aujourd’hui certains interprètent de façon fantaisiste les images envoyées par les rovers comme Opportunity, qui aurait même photographié un cercueil sur Mars !

Continuer la lecture

La sonde Dawn dévoile peu à peu la surface de Cérès

Cérès a été découverte le premier jour de l’année 1801 par l’astronome italien Giuseppe Piazzi. Avec un diamètre d’environ 950 km, c’est est la plus petite des cinq planètes naines connues à ce jour (il y a aussi Hauméa, Eris, Makémaké et Pluton).

ceres2

Alors que les 4 autres planètes naines circulent au-delà de l’orbite de Neptune, Cérès se déplace entre Mars et Jupiter, ce qui permet de la suivre avec un petit télescope (sa magnitude varie de 6,7 à 9,3).

Continuer la lecture

Comment dénicher la planète Saturne

Saturne est sans nul doute la plus belle planète du Système solaire avec son système d’anneaux. Mais comment la retrouver au milieu des étoiles quand on est un néophyte ?

lune-saturne

Pour tenter de localiser Saturne ont peut commencer par utiliser une carte du ciel interactive comme celle que nous propose Stelvision. Vous constaterez que la planète aux anneaux se trouve dans la constellation du Scorpion, non loin de la brillante étoile Antarès (une supergéante rouge). En indiquant l’heure et le lieu d’observation sur la carte de Stelvision, on peut visualiser immédiatement l’aspect de la voûte céleste ainsi que la position de la Lune et des planètes.

Une autre possibilité consiste à utiliser la Lune pour retrouver Saturne : les deux astres (comme le Soleil et les planètes) circulent dans la même bande de ciel, l’écliptique. Cela signifie qu’un ou deux jours par mois notre satellite naturel passe à proximité de la planète aux anneaux.

C’était le cas à l’aube du vendredi 13 février, comme on peut le constater sur la photo ci-dessus (Saturne est à l’ouest – à droite – de la Lune). Le prochain rendez-vous Lune-Saturne se produira à l’aube du 12 mars. Pour connaître les suivants, vous pouvez vous procurer l’excellent Guide du Ciel édité chaque année par Guillaume Cannat, un ouvrage qui présente tous les rendez-vous célestes accessibles avec ou sans télescope.

Les cratères du satellite Janus vus par la sonde Cassini

Janus, l’un des nombreux satellites de la planète gazeuse géante Saturne, a été découvert à la fin de l’année 1966 par Audouin Dollfus (1924-2010).

janus2

L’astronome français avait alors choisi d’utiliser le télescope de 1m de l’Observatoire du Pic du Midi lors d’un des rares passages de la Terre dans le plan des anneaux de Saturne : vus par la tranche, les anneaux disparaissent presque complètement à cette époque et les plus petits satellites deviennent repérables.

Continuer la lecture

Le télescope Chandra fête l’Année de la Lumière

Nommé en l’honneur de Subrahmanyan Chandrasekhar, l’un des pionniers de l’astrophysique du XXe siècle, l’observatoire spatial Chandra a été lancé en 1999 par la navette spatiale Columbia. Son télescope est dédié à l’étude des émissions de rayons X émises par quelques-unes des sources célestes les plus énergétiques (trous noirs, supernovae, étoiles à neutrons…).

SNR

Pour fêter à sa manière le lancement de l’Année internationale de la lumière par les Nations Unies, les chercheurs de la NASA on choisi de présenter la lumière émise par SNR 0519-69.0, SNR pour SuperNova Remnants ou rémanents de supernovae.

Continuer la lecture