Que voir dans le ciel nocturne au mois de mars 2018

Le retour de Mercure, un marathon Messier et des rapprochements entre la Lune et les planètes : ce mois de mars 2018 nous promet de sympathiques observations.

En ce mois de mars annonciateur de printemps (l’équinoxe se produit le 20) les nuits sont assez longues pour profiter du ciel étoilé sans avoir trop froid. Outre les trois planètes qui font la course dans le ciel à l’aube et qui se rapprochent de nous (Jupiter sera au plus près le 9 mai, Saturne le 27 juin et Mars le 27 juillet), Mercure s’invite en soirée aux côtés de Vénus pendant deux semaines.

L’une des rares apparitions de la discrète planète Mercure (à droite de la brillante Vénus) pendant le mois de  janvier 2015. © Jean-Baptiste Feldmann

Que ce soit à l’œil nu, muni d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, voici les rendez-vous à ne pas manquer (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision). Continuer la lecture

Quelle est la fréquence des mois sans Pleine Lune ?

Vous l’avez sans doute remarqué, ce mois de février ne comporte pas de Pleine Lune. Un phénomène fréquent ou une rareté ? Réponse.

En janvier les médias vous ont beaucoup parlé de la Lune bleue, surnom donné traditionnellement à la seconde Pleine Lune qui se produit dans le même mois. Et voici que le mois suivant il n’y a pas de Pleine Lune : c’est assez logique puisque l’écart entre deux Pleines Lunes étant d’un peu plus de 29 jours (29,53 jours exactement, la durée d’une lunaison) et la dernière Pleine Lune ayant eu lieu le 31 janvier, il n’y en a pas dans ce mois de 28 jours.

La dernière Lune bleue a eu lieu le 31 janvier. © Jean-Baptiste Feldmann

Il n’y a aucune raison scientifique pour expliquer pourquoi certains mois comptent deux Pleines Lunes et d’autres aucune. C’est simplement une bizarrerie de notre calendrier. Mais à quelle fréquence se produisent les mois sans Pleine Lune ? Continuer la lecture

Sur les traces de l’astronome Camille Flammarion

Située sur les bords de la Seine, Juvisy-sur-Orge est la patrie de l’astronome et grand vulgarisateur Camille Flammarion. Visite de son observatoire.

Qui était Camille Flammarion ?
Aîné d’une famille de 4 enfants (son frère Ernest fondera les éditions Flammarion), Camille Flammarion naît le 26 février 1842 à Montigny-le-Roi (Haute-Marne). En 1858 il est admis à 16 ans comme élève astronome à l’Observatoire de Paris sous la direction d’Urbain Le Verrier, le découvreur de Neptune.

Camille Flammarion observant avec sa grande lunette. © Société Astronomique de France

Il quitte cette institution 4 ans plus tard et travaille comme chroniqueur scientifique pour différents journaux. Il publie de nombreux ouvrages de vulgarisation et devient célèbre en 1879 avec « l’Astronomie populaire », un livre de 870 pages qui sera réédité à plusieurs reprises et traduit en anglais en 1894.

Léguée par un riche admirateur en 1882, la demeure de Juvisy-sur-Orge devient la maison et l’observatoire de Camille Flammarion. © Jean-Baptiste Feldmann

Trois ans plus tard, l’un de ses admirateurs, M. Méret, lui lègue une propriété à Juvisy-sur-Orge. Camille Flammarion aménage la bâtisse pour y vivre et y développer l’astronomie : création d’une importante bibliothèque et d’un observatoire privé équipé d’une grande lunette. En 1887 il fonde la Société Astronomique de France. Il travaillera dans son observatoire de Juvisy jusqu’à sa mort le 3 juin 1925.

L’entrée de l’observatoire et le grand cadran solaire. © Jean-Baptiste Feldmann

Continuer la lecture

Comment photographier un paysage sous la Lune

Vous avez envie d’immortaliser un joli paysage au clair de Lune ? Voici quelques conseils pour réussir des images originales.

Il y a un peu plus d’un an je vous expliquais comment photographier une rotation d’étoiles. Je vous propose aujourd’hui de découvrir quelques conseils pour photographier des paysages sous la Lune, l’occasion de révéler la nature ou les réalisations architecturales avec comme compagnon céleste notre satellite naturel.

Le premier point, et il est d’importance, est de repérer un endroit photogénique qui sera dans votre champ de vision quand vous allez photographier la Lune. Continuer la lecture

23 février : la Lune va occulter l’étoile Aldébaran

Ce 23 février en fin d’après-midi la Lune au Premier Quartier va passer devant Aldébaran, la plus brillante étoile de la constellation du Taureau.

Si vous décidez d’admirer ce soir le Premier Quartier de Lune à l’œil nu ou avec une longue-vue, vous remarquerez la présence d’une brillante étoile non loin de la moitié éclairée de notre satellite naturel. Il s’agit d’Aldébaran, l’étoile la plus lumineuse de la constellation du Taureau (magnitude apparente de 0,86 ce qui en fait la 13e étoile la plus brillante du ciel, la première étant Sirius).

Ce soir ce n’est pas un coq qui accompagnera le Premier Quartier de Lune mais Aldébaran, la plus brillante étoile de la constellation du Taureau. © Jean-Baptiste Feldmann

Aldébaran (qui se trouve distante de 65 années-lumière environ) va en effet passer derrière la Lune, disparaissant à 16 h 36 TU (ajouter une heure en France) pour reparaître 54 minutes plus tard. C’est l’émersion de l’étoile que vous pourrez donc observer.  Continuer la lecture

Art : Space Glass, de petites galaxies incluses dans du verre

Deux jeunes souffleurs de verre installés en Bretagne ont imaginé Space Glass, une collection de jolis bijoux évoquant le cosmos.

Maëlle Le Rolland (27 ans) et Colin Gérard (29 ans) forment un jeune couple de verriers qui a installé un atelier saisonnier (Just Glass it) sur l’île de Bréhat au printemps 2016. C’est là qu’ils réalisent des bijoux et des objets en verre en pratiquant la technique du filage du verre au chalumeau.

Colin Gérard, qui est également un passionné d’astronomie, a découvert il y a un peu plus de deux ans le travail d’un artiste verrier japonais, Satoshi Tomizu, qui parvient à emprisonner des paysages cosmiques à l’intérieur de bulles de verre soufflé. Continuer la lecture

Croissant de Lune sur la basilique Notre-Dame de Beaune

Petit passage à Beaune dans la soirée du 20 février pour y admirer le jeune croissant de Lune au-dessus de la basilique Notre-Dame illuminée.

Si vous passez en Bourgogne, ne manquez pas de faire une halte à Beaune, une jolie ville riche de son histoire qui est également la capitale de la Côte viticole. Vous devrez impérativement visiter l’incontournable Hôtel-Dieu, un joyau de l’architecture médiévale réputé pour ses toits polychromes et ses statues.

C’est dans la Grande Salle des Pôvres que furent tournées en 1965 quelques séquences de la Grande Vadrouille, le célèbre film de Gérard Oury avec Bourvil et Louis de Funès.  Continuer la lecture

Passion partagée : l’alignement planétaire du 12 février

Je vous propose de découvrir dans cette nouvelle rubrique des images réalisées par des amateurs désireux de partager leur passion pour le ciel. 

Dans un précédent article, j’invitais les astronomes amateurs à partager leur passion sur CIELMANIA. C’est Louis Rouxel (Escapades photos) qui a répondu le premier à cet appel. Fidèle lecteur de ce blog, Louis se décrit comme un photographe amateur amoureux de la faune, la flore, les paysages forestiers, les bords de mer, les voyages, les rencontres… et le ciel étoilé.

Il nous propose cette image de l’alignement planétaire visible à l’aube du 12 février réalisée à Plédéliac dans les Côtes d’Armor
à son domicile, le boîtier posé sur la gouttière ! Continuer la lecture

Les planètes Mars et Jupiter du côté du Scorpion

C’est à proximité de la constellation du Scorpion que vous retrouverez à l’aube Mars et Jupiter, les deux planètes à ne pas manquer en 2018.

La constellation du Scorpion est une constellation du zodiaque située dans l’hémisphère sud que le Soleil traverse du 23 octobre au 29 novembre. Elle est placée entre la Balance à l’OUEST et le Sagittaire à l’EST. Dans la mythologie grecque le scorpion est l’animal qui piqua et tua le vaniteux chasseur Orion. Les deux ont ensuite été placés à l’opposé dans le ciel pour ne jamais se rencontrer : la constellation du Scorpion se lève quand la constellation d’Orion se couche.

Tentant d’échapper aux pinces de cet arthropode, Mars et Jupiter gagnent peu à peu en éclat comme le montre cette image réalisée à l’aube du 13 février (boîtier Nikon D7100 muni d’un objectif 18-105 mm). Continuer la lecture

Astronomes amateurs, partagez votre passion !

CIELMANIA offre la possibilité aux astronomes amateurs de présenter leur travail dans ses colonnes. C’est le moment de partager votre passion !

Vous êtes des milliers en France à aimer le ciel étoilé : observateurs assidus, astrodessinateurs (comme Michel Deconinck, l’aquarelliste du ciel nocturne), concepteurs d’instruments ou tailleurs de miroirs (à l’image de Sébastien Moindrot), astrophotographes (lire par exemple le portrait de Guillaume Doyen)…, tous regroupés dans la famille des astronomes amateurs. Vous avez envie d’offrir à votre passion une audience plus importante que celle de votre galerie d’images ou de votre blog ?

Une très belle lunette astronomique opérationnelle durant les Rencontres Astronomiques de Printemps. © Jean-Baptiste Feldmann

CIELMANIA vous ouvre ses colonnes pour partager votre passion et la rendre visible auprès d’un plus large public. Voici comment faire.   Continuer la lecture

La vieille Lune et le massif du Mont-Blanc le 13 février

Ce mardi 13 février à l’aube la vieille Lune s’élevait dans un ciel glacial alors qu’à l’horizon se détachait la silhouette du massif du Mont-Blanc.

En cette veille de Saint-Valentin, la Bourgogne grelottait : -6° en fin de nuit dans les vignes qui entourent le château du Clos de Vougeot, il fallait être motivé pour attendre le lever de la vieille Lune, une soixantaine d’heures avant la Nouvelle Lune. Mais après des semaines de grisaille, pas question de faire la fine bouche !

Le spectacle se déroulait dans le ciel, avec un mince croissant accompagné de sa lumière cendrée, mais également sur l’horizon où se détachait le massif du Mont-Blanc à 240 kilomètres de distance. Le cliché ci-dessus a été réalisé un peu avant 7 heures du matin avec un boîtier Nikon D7100 et un zoom 18-105 mm.  Continuer la lecture

Glissements de terrain sur les pentes des vallées martiennes

La caméra placée à bord de l’orbiteur martien MRO a photographié des glissements de terrain sur les pentes de certaines vallées. 

Alors que les astronomes se préparent pour la prochaine opposition martienne (la Planète rouge sera au plus près de la Terre le 27 juillet 2018), les planétologues continuent d’étudier la surface de la quatrième planète du Système solaire grâce à l’orbiteur américain MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).

Si l’instrument CRISM (Compact Reconnaissance Imaging Spectrometer for Mars) a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps (il a permis de confirmer la présence de glace en grande quantité sous la surface), c’est la caméra HiRISE qui a réalisé cette curieuse photo obtenue lors d’un survol de la région d’Acheron Fossae, une dépression qui s’étire sur 700 km de long et qui se situe au nord d’Olympus Mons, le plus grand volcan du Système solaire.   Continuer la lecture

Insolite : le Tesla Roadster d’Elon Musk en route pour Mars

Le départ en direction de la planète Mars du Tesla Roadster d’Elon Musk a été immortalisé par quelques photographes dans la soirée du 6 février.

Le 6 février dernier, le lanceur le plus puissant au monde, le Falcon Heavy de la société SpaceX, poussé par ses 27 moteurs (9 sur chacune des trois fusées Falcon 9 qui avaient été fixées ensemble pour l’occasion), s’est arraché avec succès du pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy en Floride (États-Unis). C’est de là que sont parties avant lui les missions Apollo en direction de la Lune ainsi que les différentes navettes spatiales de la NASA.

Si  beaucoup ont suivi ce décollage sur internet, quelques observateurs nocturnes ont de leur côté admiré le moment où le Tesla Roadster d’Elon Musk a quitté l’orbite terrestre et a été propulsé en direction de Mars. Continuer la lecture

En vidéo : le LSST (Large Synoptic Survey Telescope)

Le LSST (Large Synoptic Survey Telescope) sera l’un des télescopes les plus puissants du monde dans les années 2020. Présentation en vidéo.

Les chiffres annoncés pour le LSST donnent le vertige : ce télescope de 8,4 mètres de diamètre (actuellement en construction au Chili), équipé de la plus puissante caméra numérique jamais réalisée, devrait être capable de photographier la totalité du ciel visible de l’hémisphère sud en seulement 3 nuits en prenant une image de 9,6 degrés carrés (soit 47 fois la taille de la Pleine Lune) toutes les 20 secondes !

Chaque portion du ciel sera observée en moyenne 80 fois par an pendant 10 ans, à raison de 30 téraoctets de données collectées chaque nuit. Cette vidéo de Guillaume Doyen nous permet de découvrir cet incroyable télescope.  Continuer la lecture

Portrait de (90) Antiope, un curieux astéroïde double

Observé depuis un peu plus de 140 ans, (90) Antiope est un astéroïde de la ceinture principale dont on a découvert en 2000 la nature binaire.

C’est entre les orbites des planètes Mars et Jupiter que se situe la ceinture principale d’astéroïdes, une région qui contient probablement plusieurs millions de petits corps dont le plus imposant, Cérès (désormais classé comme planète naine) fut découvert en 1801. En octobre 1866 l’astronome allemand Karl Theodor Robert Luther est le premier à repérer (90) Antiope depuis l’Observatoire de Düsseldorf dont il est le directeur (observateur assidu, Luther découvrira en tout 24 astéroïdes entre 1852 et 1890).

Vue d’artiste de l’astéroïde double (90) Antiope. © ESO

(90) Antiope pourrait n’être qu’un astéroïde de plus si une observation réalisée il y a 18 ans n’avait révélé sa nature binaire. Continuer la lecture

Vous reprendrez bien une dose de Super Lune bleue ?

Retour sur la soirée du 31 janvier où la Super Lune bleue était au rendez-vous, après quinze jours d’un curieux emballement médiatique.

Vous ne pouviez pas passer à côté : mercredi 31 janvier se produisait en soirée une Super Lune bleue. Comme je vous l’ai déjà expliqué, il s’agissait d’une Super Lune (ce qui signifie une Pleine Lune proche de son périgée présentant un diamètre apparent de plus de 33 minutes d’arc), bleue parce que c’est le nom donné traditionnellement à la seconde Pleine Lune d’un mois qui en compte deux. Un troisième phénomène venait s’ajouter à cette occasion : une éclipse totale de Lune malheureusement inobservable en France. Le maximum de cette éclipse se produisant vers 14 heures 30 (heure française), il fallait se rendre à l’ouest de l’Amérique du Nord, en Australie ou en Asie pour en profiter.

Curieusement cette Pleine Lune un peu particulière a été l’objet d’un empoignade médiatique assez inhabituelle pour un phénomène astronomique.  Continuer la lecture