Archives pour l'étiquette occultation

Que voir dans le ciel nocturne au mois de février 2018

En février 2018 il y aura de quoi lever les yeux au ciel : Jupiter occulte une étoile, Mars brille comme Antarès et Vénus frôle le croissant de Lune. 

En février les nuits sont toujours très longues, l’idéal pour partir à la découverte du ciel étoilé en début de soirée… ou le matin au réveil ! Si la météo est un peu plus clémente qu’en janvier, vous allez pouvoir faire quelques belles observations à condition de bien vous couvrir (si vous ne l’avez pas déjà fait, lisez les 5 conseils pour observer sans avoir froid).

Une nuit étoilée au château de Mourao au Portugal. © Jean-Baptiste Feldmann

Que ce soit à l’œil nu, muni d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, voici les rendez-vous à ne pas manquer au cours du mois le plus court de l’année (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision). Continuer la lecture

En vidéo : la Lune a occulté la planète Vénus le 7 décembre

Le 7 décembre à l’aube la Lune a occulté la seconde planète du Système solaire, un spectacle visible en Amérique du nord et aux Caraïbes.

C’est un tout petit coin de ciel entre les constellations de la Vierge et de la Balance que les astronomes scrutent avec attention : on y trouve actuellement Vénus (la plus brillante planète) ainsi que la comète C/2013 US10 Catalina.

Le lundi 7 décembre le croissant de la vieille Lune s’y est invité. Alors qu’en Europe la Lune et Vénus étaient en conjonction serrée (avec seulement 0,6° apparent entre les deux astres), le spectacle était encore plus spectaculaire en Amérique où l’on a pu voir notre satellite naturel passer devant la brillante planète.

Bien qu’il fasse jour au moment de l’occultation (avec un écart de 40° entre le Soleil et le couple Lune-Vénus), on pouvait suivre cette rencontre céleste avec une lunette astronomique ou une simple paire de jumelles en raison de la brillance de la Lune et de Vénus avec des magnitudes respectives de -8,8 et -4,2.

Continuer la lecture

Retour sur l’occultation d’Aldébaran le 5 septembre

Le 5 septembre, quelques astrophotographes sont parvenus à immortaliser l’occultation d’Aldébaran, la plus brillante étoile de la constellation du Taureau.

La disparition d’une étoile brillante derrière la Lune est un spectacle qui a sans doute marqué les esprits à une époque reculée où la pollution lumineuse n’existait pas. Dans le cas d’Aldébaran (Alpha Tauri), l’une de ses occultations fut déjà consignée par des astrologues japonais en 640 av JC ! Plus près de nous le polonais Nicolas Copernic en mentionna une autre en 1497.

En 1978, des chercheurs de l’Iowa State University utilisèrent un photomètre ultra-rapide pour mesurer le temps que mettait Aldébaran pour disparaître derrière le limbe lunaire : 1/30e de sec, ce qui correspond à un diamètre apparent angulaire de 0,02 sec d’arc.

En vidéo : variations lunaires

La série actuelle des occultations d’Aldébaran a commencé le 29 janvier 2015 et prendra fin le 3 septembre 2018. Durant cette période il se produira 48 occultations d’Alpha Tauri mais en moyenne seules 8 à 10 seront visibles depuis un lieu d’observation donné. Pour voir plus d’occultations, il faudra voyager !

Continuer la lecture

La Lune occulte Aldébaran à l’aube du 5 septembre

Ce weekend 4 étoiles de la constellation du Taureau seront occultées par le Dernier Quartier de Lune, dont la brillante Aldébaran.

Une semaine après la première Super Lune de l’année, nous avons de nouveau rendez-vous avec notre satellite naturel. Samedi 5 septembre avant l’aube, le Dernier Quartier de Séléné va lentement glisser devant quelques-unes des étoiles de la constellation du Taureau.

aldebaran

Réapparition de l’étoile Aldébaran après son occultation par la Lune à l’aube du 5 septembre.

Le spectacle commencera peu avant 3 h du matin par 3 occultations d’étoiles peu lumineuses qui nécessiteront l’emploi d’une petite lunette astronomique : à 2 h 53 (temps local) la Lune cachera l’étoile 75 Tau (magnitude 5), puis à 2 h 59 ce sera le tour de l’étoile 77 Tau (magnitude 3,8) et enfin à 3 h 47 celui de l’étoile HD 28527 (magnitude 4,8).

77 Tau réapparaîtra à 3 h 23, 75 Tau à 3 h 46 et HD 28527 à 4 h 47. Deux heures plus tard la Lune nous cachera Aldébaran.

Continuer la lecture

La planète Jupiter au plus près de la Terre

Le 6 février la plus grosse planète du Système solaire était au périgée, sa plus courte distance à la Terre, soit 650 millions de km (le périgée a lieu lors de l’opposition, quand la planète est à l’opposé du Soleil). Située dans la constellation du Cancer, elle présente un diamètre apparent de 45,3 sec d’arc et une magnitude de -2,5 ce qui en fait l’objet le plus brillant du ciel nocturne après la Lune et Vénus.

jupiter4

L’image ci-dessus (réalisée avec un zoom) nous montre Jupiter dans la soirée du 7 février : on distingue deux satellites du côté est de la planète (Callisto -magnitude 5,6- et Ganymède magnitude 4,6) alors qu’à l’ouest Europe et Io se confondent très près du disque jovien.

Continuer la lecture

Quand Callisto occulte Io

Tous les 6 ans en moyenne, les positions relatives du Soleil, de la Terre et de Jupiter offrent la possibilité d’observer les phénomènes mutuels des satellites de Jupiter(on parle de phémus).

On distingue deux grands types de phénomènes : les éclipses (un satellite passe dans l’ombre d’un autre satellite) et les occultations (un satellite passe devant un autre satellite). Le 02 novembre dernier Callisto a occulté Io, comme le montre ce montage réalisé par l’astronome amateur Marco Guidi qui utilisait un télescope de Dobson de 50 centimètres de diamètre (20 inch).

IoCallistoSequenza_Guidi

Callisto (quatrième satellite en partant de Jupiter) est le plus grand (4820 kilomètres) et le plus sombre (sa surface, un mélange de roche et de glace, est très ancienne). Io mesure 3640 kilomètres et la brillance de sa surface s’explique par sa position : premier satellite en partant de Jupiter, Io (déformé par les formes de marée engendrées par la planète gazeuse géante) compte plus de 400 volcans en activité qui remodèlent en permanence sa surface.

L’observation de telles occultations permet de suivre l’activité volcanique sur Io : la disparition du flux infrarouge émis par un volcan lorsqu’il est occulté par un satellite permet de localiser sa position sur Io.

La Lune et Saturne se rapprochent

C’est devenu un rituel : chaque début de lunaison, Saturne et la Lune entament un flirt.

lune4

Le 31 août dernier les deux astres n’étaient qu’à 0,4 degré apparent l’un de l’autre. Hier soir l’écart était plus conséquent. Comme la planète aux anneaux a une magnitude de 0,6 elle n’est apparue qu’une fois le ciel bien sombre.

Continuer la lecture

La Lune frôle Saturne

le dimanche soir 31 août un gros croissant lunaire se trouvait non loin de Saturne (n’hésitez pas à cliquer sur l’image pour voir l’anneau de Saturne !).

sat2

Il s’agissait d’un rapprochement apparent puisque la planète aux anneaux se trouve en réalité beaucoup plus loin que notre satellite naturel (plus d’un milliard de kilomètres contre 400 000 pour la Lune).

Cette photographie a été obtenue avec un boîtier Finepix HS20 et son zoom à sa focale maximale de 720 mm.

Continuer la lecture

Le ciel en août

Une énorme Pleine Lune, de belles étoiles filantes et un rapprochement planétaire très serré sont quelques-uns des spectacles que le ciel va nous offrir au cours de ce mois d’août où nombreux sont ceux qui seront en vacances.

aout1

Le 10 août aura lieu la plus grosse Pleine Lune de l’année. En début de soirée notre satellite naturel sera à 356 000 km de la Terre, sa plus courte distance de l’année (on parle de périgée) avec à son lever (vers 20 h 30 heure locale) un diamètre apparent supérieur à 33,5 minutes d’arc. Il ne faudra pas manquer ce spectacle d’autant plus que la chaude atmosphère de l’été donnera sans doute à Séléné une belle couleur orange.

aout2

Le 13 août marque le pic d’activité de l’essaim d’étoiles filantes des Perséides. La Terre croise chaque année du 17 juillet au 24 août cet essaim de poussières abandonnées par la comète Swift-Tuttle. Comme le maximum d’activité se produira cette année en même temps que la Pleine Lune, il sera préférable d’observer l’activité météoritique avant le 8 août et après le 15 pour disposer d’un ciel assez sombre.

aout3

Le 18 août à l’aube les planètes Vénus et Jupiter se frôleront juste au-dessus de l’horizon est-nord-est. 12 minutes d’arc seulement les sépareront, le point d’orgue d’une danse planétaire qui permettra de suivre à partir du 12 août et pour une dizaine de jours le rapprochement apparent puis l’éloignement des deux planètes les plus brillantes du Système solaire.

aout4

On termine le mois en beauté : le 31 août en soirée Saturne sera collée à un gros croissant de Lune. Les observateurs placés en Amérique pourront même assister à une occultation de la planète aux anneaux par Séléné.