Archives pour l'étiquette IMCCE

Mission Juno : les astronomes amateurs y participent aussi !

Les scientifiques qui travaillent sur la mission Juno font appel aux astronomes amateurs pour surveiller l’activité atmosphérique sur Jupiter.

Le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, la sonde Juno procédera à sa mise en orbite autour de Jupiter au terme d’un voyage de près de cinq ans. La sonde se satellisera sur une orbite polaire très excentrique (sa distance à Jupiter variera de 5.000 à 2,8 millions de kilomètres) pour étudier pendant au moins un an la plus grosse planète du Système solaire.

juno

Dans le cadre du programme de la commission européenne « Horizon 2020 » et du projet « Europlanet 2020 Research Infrastructure », l’astronome amateur Marc Delcroix a organisé un atelier à l’Observatoire de Nice les 12 et 13 mai 2016 réunissant une vingtaine d’astronomes amateurs de toute l’Europe et une dizaine de professionnels.

groupe

Un événement exceptionnel qu’il nous raconte :

« Ce workshop était dirigé par Ricardo Hueso (astronome professionnel très lié au monde amateur), John Rogers (un amateur spécialiste de la planète Jupiter, membre de la Bristish Astronomical Association), et les professionnels François Colas (IMCCE, Pic du Midi) et Glenn S. Orton (JPL, USA).

glenn

Le premier thème abordé était centré sur la mission Juno et la science de Jupiter. Glenn Orton, responsable de la caméra Junocam, a notamment expliqué la mission, ainsi que le fonctionnement de la caméra Junocam qui va photographier Jupiter dans le visible, et comment le grand public pourra « voter » pour sélectionner les formations à observer sur la planète, en se basant sur les images des astronomes amateurs (à télécharger sur le site web de la mission). Il est important que les amateurs fournissent des observations avant et pendant la mission car elles permettent aux professionnels de replacer les observations de la sonde dans un contexte plus général.

peach

Les différents techniques et observations pour faire de la haute résolution on fait l’objet de nombreuses présentations, notamment par les amateurs planétaires renommés comme Damian Peach et Christopher Go, ainsi que par Emil Kraiikamp, concepteur du logiciel de traitement d’images Autostakkert.

Enfin nous avons abordé des sujets scientifiques plus généraux, notamment la détection d’impacts sur Jupiter, avec une présentation par moi-même et par John McKeon qui a eu la chance de filmer l’impact du 17 mars 2016. Cet atelier, qui a rassemblé la communauté astronomie planétaire internationale, a été riche d’informations et de rencontres : une initiative à reconduire ! »

lunette

FRIPON, un réseau de caméras pour surveiller le ciel français

Le réseau FRIPON vient d’être inauguré. À terme ce sont 100 caméras qui traqueront la désintégration des météorites dans le ciel de France.

La très grande majorité des météorites qui sont attirées par notre planète se consument dans l’atmosphère terrestre mais il arrive que des morceaux plus ou moins gros atteignent le sol. On se souvient par exemple de l’explosion d’une météorite de 12.000 tonnes au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk le 15 février 2013 qui se solda par la récupération de nombreux fragments dont un morceau de 650 kg tombé au fond du lac Tchebarkoul.

En vidéo : l’explosion d’un petit astéroïde dans le ciel de Tcheliabinsk le 15 février 2013

Pourtant la majorité des chutes passent inaperçues : on estime qu’il tombe chaque année sur le sol français une dizaine de météorites mais on n’en retrouve en moyenne qu’une par décennie, un taux 5 fois plus faible qu’au XIXe siècle. Il est vrai que l’homme moderne passe plus de temps à regarder des écrans que le ciel nocturne, et même si l’envie lui prend de flâner le nez en l’air, la pollution lumineuse a souvent raison de sa bonne volonté. Continuer la lecture

9 mai : suivez le transit de Mercure devant le Soleil

Le 9 mai vous pourrez observer pendant un peu plus de 7 heures le transit de Mercure devant le Soleil en prenant un certain nombre de précautions.

Le lundi après-midi 9 mai vous serez sans doute très nombreux à suivre l’un des rares passages de Mercure entre la Terre et le Soleil (on compte entre 13 et 14 transits de Mercure par siècle). Ce sera l’occasion d’admirer avec un filtre le petit point noir de la première planète du Système solaire devant le disque éclatant de notre étoile, un spectacle qui nous rappellera le transit de Vénus du 6 juin 2012.

En vidéo : revivez le transit de Vénus du 6 juin 2012

Mercure et Vénus circulant entre la Terre et le Soleil, il leur arrive de passer devant notre étoile. Si elles orbitaient autour du Soleil dans le même plan que la Terre, le plan de l’écliptique, nous assisterions à un transit lors de chaque conjonction inférieure, soit tous les 116 jours dans le cas de Mercure.

Mais en raison de l’inclinaison de leurs orbites les transits sont plus rares. Le dernier transit de Mercure visible en Europe a eu lieu le 7 mai 2003 et le prochain se produira le 11 novembre 2019.

transit_mercure3

En France métropolitaine le  transit de Mercure du 9 mai 2016 débutera à 13 h 15 et s’achèvera aux alentours de 20 h 40 (heures locales). Remarquez comme notre pays est bien placé sur la carte de visibilité proposée par l’IMCCE. Mercure représentera un point noir environ 160 fois plus petit que le disque solaire qu’un montage de Pete Lawrence permet de comparer à la tache  AR 2529.

transit_mercure Continuer la lecture