Archives pour l'étiquette On the Moon

24 mai : la jeune Lune, Vénus et une colonne solaire

Alors que la soirée du 24 mai semblait dédiée au rapprochement apparent entre la jeune Lune, Mercure et Vénus, une colonne solaire s’est invitée.

Deux clichés réalisés pendant la soirée du 24 mai montrent un curieux phénomène lumineux. Il s’agit d’un pilier de lumière appelé également colonne solaire. Elle est apparue peu après le coucher du Soleil. Un tel phénomène se produit par réflexion des rayons du Soleil sur des cristaux de glace plats à base hexagonale situés dans l’atmosphère.

Colonne solaire, jeune Lune et Vénus au crépuscule. © Jean-Baptiste Feldmann

Au départ j’avais prévu de photographier le ballet céleste entre Mercure, Vénus et la Lune. Trois jours plus tôt seules les deux planètes intérieures étaient visibles, l’occasion d’immortaliser leur rapprochement en présence d’une danseuse (image du 21 mai). Arrivé assez tôt sur le site d’observation, j’ai remarqué la présence d’une belle colonne solaire. Le ciel était encore trop clair pour y déceler les protagonistes célestes (premier cliché). Ce n’est qu’un peu plus tard que le jeune croissant de Lune est apparu ainsi que Vénus (second cliché). Plus faible, Mercure s’est montrée plus tard, alors que Vénus était cachée par l’église de Corton.

Ballet céleste entre Mercure, Vénus et la Lune du 19 au 25 mai

C’est une jolie chorégraphie qui se déroulera en soirée du 19 au 25 mai : Mercure va croiser Vénus. La Lune se joindra également au couple planétaire. 

Plus proche planète du Soleil, Mercure est toujours délicate à observer, perdue dans les lueurs de l’aube ou du crépuscule (les premiers Égyptiens ont d’ailleurs longtemps cru qu’il s’agissait de deux astres différents : un le soir, un autre le matin). Mais si vous savez à quel moment et dans quelle direction regarder, vous la trouverez relativement facilement en raison de son éclat en général assez élevé. C’est d’ailleurs sa luminosité qui avait permis aux Sumériens de la repérer dès l’Antiquité.

La planète Mercure dans la soirée du 25 février 2019. © Jean-Baptiste Feldmann

En raison de son déplacement très rapide (la planète met seulement 88 jours pour faire le tour du Soleil), les Romains lui avaient donné le nom du dieu du commerce alors que chez les Grecs cet astre était assimilé à Hermès, le Messager des Dieux. Continuer la lecture

La Pleine Lune se couche à l’aube du 7 mai

On a souvent tendance à photographier la Pleine Lune à son lever au crépuscule. On peut aussi lui tirer le portrait quand elle se couche à l’aube.

La cinquième Pleine Lune de l’année se produit le 7 mai à 10h45. Elle fait suite à la Super Lune du mois d’avril et ce matin encore elle avait encore un diamètre apparent respectable puisque elle se trouvait à un peu plus de 361.000 kilomètres de nous. En général il y a toujours plus de monde pour admirer le lever de notre satellite naturel au crépuscule plutôt que son coucher à l’aube.

La Pleine Lune se couche à l’aube du 7 mai 2020. © Jean-Baptiste Feldmann

Ce matin les conditions étaient favorable pour réaliser de belles images, la Pleine Lune touchant l’horizon peu après 6 heures du matin. Continuer la lecture

L’incroyable finesse du croissant juste après la Nouvelle Lune

C’est une compétition à laquelle se livrent certains photographes : saisir le plus fin croissant qui suit la Nouvelle Lune.

Mécanique céleste :

Une lunaison s’étire sur 29 jours pendant lesquels la Lune passe progressivement de la Nouvelle Lune à la Pleine Lune. Ensuite elle décroît jusqu’à la Nouvelle Lune suivante. C’est à ce moment que notre satellite naturel se trouve à sa plus courte distance apparente du Soleil. Si la Lune passe alors devant notre étoile, il y a éclipse.

Saisir le croissant moins de 15 heures après la Nouvelle Lune est un exploit. © Chris Schur

On comprendra aisément qu’au cours des heures qui encadrent la Nouvelle Lune, on ne peut pas observer notre satellite naturel, trop proche du Soleil.  Continuer la lecture

Le premier croissant de la nouvelle lunaison est de retour

La nouvelle lunaison qui débute a un intérêt tout particulier pour une grande partie de la planète puisqu’elle marque le début du Ramadan.

Un croissant très attendu :

Il y a chaque année une nouvelle lunaison qui revêt un caractère tout particulier. C’est le cas de celle qui a débuté le 23 avril à 2 h 26 avec la Nouvelle Lune. Hier 24 avril en soirée ils étaient plus de 1,6 milliard de musulmans à guetter le retour de la jeune Lune qui annonçait le début du Ramadan. La plupart des pays attendent l’observation de ce mince croissant (immortalisé ci-dessous) pour démarrer le jeûne, privilégiant l’observation lunaire comme le préconisait le Prophète : « ne jeûnez que lorsque vous verrez le croissant lunaire et rompez le jeûne lorsque vous le verrez aussi ».

Le premier croissant de la lunaison est de retour. © Jean-Baptiste Feldmann/CIELMANIA

Comme le calendrier musulman est un calendrier lunaire, les dates importantes qui le jalonnent ne sont jamais connues à l’avance et diffèrent selon les endroits. Continuer la lecture

La plus grosse Pleine Lune de l’année en images

Les 7 et 8 avril chacun a pu admirer et photographier la plus grosse Pleine Lune de l’année. Avec parfois une teinte rouge exceptionnelle. Explications.

En raison de son orbite elliptique, la Lune n’est pas toujours à la même distance de la Terre. Au plus près, le périgée, cette distance est de 356.700 km ; au plus loin, l’apogée, la Lune se trouve à 406.300 km. Cette variation de distance induit automatiquement une variation du diamètre lunaire apparent qui oscille entre 29,5 minutes d’arc à l’apogée et 33,5 minutes d’arc au périgée, soit une différence de 12%.

Le 8 avril à 2 heures se produisait la plus grosse Pleine Lune de l’année. De nombreux amateurs ont immortalisé la scène en soirée la veille et le jour même. C’est en effet lorsqu’il se lève que notre satellite naturel est le plus photogénique avec un premier plan bien choisi.

Peut-être avez-vous vu comme moi apparaître sur l’horizon une Lune particulièrement rouge (ci-dessus). Contrairement à ce que certains ont pu penser en voyant l’image, il n’y a aucun traitement informatique. Lorsque la lumière de la Lune (qui ne fait que renvoyer la lumière solaire) passe par l’atmosphère terrestre, certaines des couleurs sont absorbées par les composés présents dans l’atmosphère comme de la vapeur d’eau, des particules ou des poussières. Dès lors la lumière bleue, de faible longueur d’onde, est filtrée par ces composés et nous ne recevons que la lumière à dominante rouge.

Ce phénomène est renforcé lorsque la Lune est basse sur l’horizon : dans ce cas, la lumière doit traverser une plus grande épaisseur d’atmosphère pour nous arriver ce qui implique davantage de lumière bleue absorbée. Il s’agit du même phénomène qui se déroule lors d’un Soleil couchant qui apparaît rouge. On voit très bien le phénomène lorsqu’on photographie le lever de Lune à intervalles réguliers pour obtenir un chapelet (ci-dessus). Sur l’horizon l’absorption atmosphérique était extrêmement forte et j’ai posé 1 seconde, 1000 fois moins que quand la Pleine Lune est au zénith !

Ce soir admirez la plus grosse Pleine Lune de l’année

Ce mardi 7 avril en début de soirée vous pourrez voir se lever la plus grosse Pleine Lune de l’année. Un joli spectacle qui nécessite quelques explications.

Lorsque le Soleil passera sous l’horizon ce soir, tournez vous dans la direction opposée. Vous découvrirez alors la Pleine Lune trônant au-dessus de l’horizon EST. Notre satellite naturel se situera à un peu moins de 358.000 km de nous et présentera alors un diamètre apparent supérieur à 33 minutes d’arc. Vous observerez alors la plus grosse Pleine Lune de l’année. Vous pouvez également immortaliser l’instant avec n’importe quel appareil photo (ou téléphone) en le laissant en mode automatique.

Pleine Lune derrière le clocher de l’église de Brochon. © Jean-Baptiste Feldmann

En raison de son orbite elliptique, la Lune n’est pas toujours à la même distance de la Terre. Au plus près, le périgée, cette distance est de 356.700 km ; au plus loin, l’apogée, la Lune se trouve à 406.300 km. Continuer la lecture

Ciel étoilé sur les vignes de Corton éclairées par la Lune

Plantée au milieu des vignes de Corton, une étrange construction a retenu mon attention. Un paysage saisi sous la lumière de la Lune.

On apprend dans Wikipédia que le Corton est un vin d’appellation d’origine contrôlée produit sur une partie des communes d’Aloxe-Corton, de Ladoix-Serrigny et de Pernand-Vergelesses, en Côte-d’Or. Il est classé parmi les grands crus bourguignons de la côte de Beaune. À cette époque de l’année les ceps commencent à se couvrir de bourgeons. Les viticulteurs craignent les gelées nocturnes. Les chaufferettes sont en place, en espérant ne pas connaître la même situation qu’au printemps 2017.

Rotation d’étoiles au-dessus des vignes éclairées par la Lune. © Jean-Baptiste Feldmann

On trouve au milieu des vignes différentes petites constructions, mais aucune n’est aussi curieuse que celle sur les hauteurs de Ladoix-Serrigny. L’occasion de s’y rendre la nuit. Continuer la lecture

Escortée par la Lune, Vénus se dirige vers les Pléiades

Le ciel du soir offre un joli spectacle actuellement : la Lune circule du côté de la brillante planète Vénus qui ne cesse de se rapprocher des Pléiades.

Éclatante Vénus :

Vénus est le phare céleste qui agrémente nos soirées en cette période de confinement. Avec sa magnitude de -4, la seconde planète du Système solaire est éclatante. C’est le premier astre visible après le coucher du Soleil si on ne tient pas compte de la Lune. Notre satellite naturel était à côté dans la soirée du 28 mars comme l’illustre ce cliché.

Accompagnée par la Lune, Vénus se dirige vers les Pléiades. © Jean-Baptiste Feldmann

J’ai réalisé cette image avec un boîtier Nikon D3200, un objectif de 50 mm de focal diaphragmé à 4 et une pose de 3 secondes à 800 iso. Si vous regardez attentivement cette photo, vous y découvrirez un groupe d’étoiles vers lequel se dirige Vénus. Continuer la lecture

La Lune et le héron, hommage à nos amis à plumes

Un héron qui s’invite à l’aube aux côtés de la vieille Lune, il n’en fallait pas plus pour me donner envie de rendre hommage à la gent ailée.

Surprise en fin de lunaison :

Ce matin, comme je le fais depuis le début de la semaine, j’ai échappé au confinement pour me retrouver sous les étoiles. Je suis à quelques pas de la nature et mes sorties ne risquent en rien de compromettre ma santé ou celle des autres puisque je me retrouve seul dehors. Des étoiles il n’y en avait plus guère dans un ciel éclairci, mais Saturne, Jupiter et Mars étaient encore visibles. Un banc de nuages à l’horizon me masquait le vieux croissant. Quatre jours avant la Nouvelle Lune j’avais prévu de l’immortaliser.

La vieille Lune à l’aube accompagnée d’un héron. © Jean-Baptiste Feldmann

C’est alors que j’ai remarqué la présence d’un héron dans un grand arbre. Y avait-il passé la nuit, venait-il de s’y poser ? Je n’en sais rien mais il était immobile. Le croissant de Lune étant apparu entre temps, je me suis positionné pour avoir les deux dans le cadre de mon boîtier photo, espérant que le volatile daignerait patienter le temps de mes réglages. Il a eu la bonne idée de rester là pour apparaître dans l’image finale.  Continuer la lecture

Ballet céleste à l’aube entre la Lune et trois planètes

C’est un joli rassemblement céleste entre la vieille Lune et trois planètes brillantes que l’on peut suivre actuellement à l’aube.

Confiné sous les étoiles :

L’épidémie de coronavirus oblige désormais chacun de nous à se confiner. Reste la possibilité de regarder le ciel étoilé depuis une fenêtre, un balcon ou un jardin. Certains ont la chance de n’avoir que quelques pas à faire pour admirer un spectacle céleste en pleine nature. Pour moi c’est possible dans les vignes bourguignonnes qui entourent mon petit village. Autant vous dire que je ne me prive pas de sortir la nuit quand le ciel est dégagé. Comme vous pouvez vous en douter je ne croise personne !

La Lune et trois planètes étaient visibles à l’aube du 18 mars. © Jean-Baptiste Feldmann

Ce matin la vieille Lune (dont on devinait la lumière cendrée) était accompagnée d’astres brillants. Les éphémérides nous indiquaient qu’il y avait Mars et Jupiter. Saturne suivait plus à l’EST et le croissant lunaire l’accompagnera demain 19 mars à l’aube. Continuer la lecture

Jeune Lune entre Orion et Vénus après la tempête Léon

Petite accalmie dimanche soir dans le ciel du Poitou après le passage de la tempête Léon. L’occasion d’immortaliser la Lune entre Orion et Vénus.  

Éclaircie inespérée :

Jorge, Karine, Léon… les tempêtes hivernales se suivent et se ressemblent. Ce premier jour du mois de mars a été marqué par un nouvel épisode pluvieux et venteux. Inutile de dire que les amoureux des étoiles rongent leur frein. Il faut être aux aguets de la moindre accalmie pour espérer apercevoir un morceau de ciel dégagé.

La Lune aux côtés des Pléiades entre Orion et Vénus dans un ciel brumeux au-dessus de la jolie petite église Saint Hilaire de Cenan dans le Poitou. © Jean-Baptiste Feldmann

Ce fut le cas hier soir au-dessus du village de Cenan dans le Poitou. Dans un ciel encore voilé, la jeune Lune a fait une apparition entre la belle constellation d’Orion et l’éclatante VénusContinuer la lecture

Vénus-Lune : alignement céleste au crépuscule depuis Thionville

Ce 26 février Vénus et le jeune croissant de Lune étaient alignés verticalement, un spectacle photographié pour l’occasion depuis Thionville.

Au cœur du Grand Est :

En Moselle, Thionville est la petite sœur de Metz.  C’est la seconde ville du département en nombre d’habitants (50.000). On apprécie de flâner dans ses rues piétonnes qui mènent au beffroi dont la construction remonte au XIVeme siècle. Haut de 45 mètres, l’édifice dépasse les bâtiments qui l’entourent.

Alignement Vénus-Lune depuis Thionville. © Jean-Baptiste Feldmann

On le repère sur la gauche de cette image réalisée dans la soirée du 26 février avec un boîtier Panasonic Lumix DC-FZ82. Continuer la lecture

Une petite cueilleuse pour la Pleine Lune de février

Deuxième Pleine Lune de l’année, celle de ce 9 février n’est pas encore une Super Lune, ce qui n’a pas empêché une petite cueilleuse de s’y intéresser. 

Ce 9 février se produisait la Pleine Lune de l’amour, alors que notre satellite naturel se trouvait à un peu plus de 362.000 kilomètres de nous. Une petite cueilleuse avait pour mission d’essayer de s’en saisir délicatement un peu après son lever dans la soirée du 8. Certains médias parlaient déjà de Super Lune pour l’occasion, mais il faudra attendre la Pleine Lune du 8 avril pour que Séléné soit au plus près de nous avec 357.000 kilomètres. Mais au fait, c’est quoi une Super Lune ?

En raison de son orbite elliptique, la Lune n’est pas toujours à la même distance de la Terre. Au plus près, le périgée, cette distance est de 356.700 km ; au plus loin, l’apogée, la Lune se trouve à 406.300 km. Continuer la lecture

2019 : les images du ciel que vous avez (peut-être) manquées

Voici mes images les plus marquantes de cette année 2019 présentées dans CIELMANIA. Si vous avez raté certains clichés, c’est le moment de les découvrir.

Une nouvelle année s’achève. Douze mois pendant lesquels j’ai traqué les beautés du ciel nocturne pour les immortaliser. Des images réalisées avec du matériel simple qui ont fait chaque fois l’objet d’une présentation sur ce blog. La Lune y tient une grande place puisque c’est mon sujet photographique de prédilection. Levers, couchers, croissants, Pleines Lunes, notre satellite naturel se donne en spectacle tout au long de l’année.

Cette sélection est forcément subjective mais j’espère qu’elle vous plaira. À vous tous et toutes, fidèles lecteurs et lectrices du blog (n’oubliez pas que vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter), je souhaite une très belle année 2020. Qu’elle vous offre l’opportunité de lever régulièrement les yeux vers le ciel étoilé, et de le faire en bonne santé !

Lune-Vénus : rendez-vous céleste au-dessus de la mine

Le 28 décembre le jeune croissant de Lune accompagnait Vénus en fin de journée au-dessus du chevalement de la mine de fer d’Aumetz en Lorraine.

Sous terre :

À Aumetz, petite ville de 2.000 habitants de la Moselle, tout évoque la mine. Les petites maisons des mineurs alignées le long des rues et bien sûr le chevalement qui se dresse au-dessus des toits. Dans l’industrie minière, le chevalement est la structure qui sert à descendre et remonter les mineurs, ainsi que le minerai, via une cage d’ascenseur. Au temps de sa splendeur (la première descente a eu lieu en 1900), la mine Bassompierre employait 800 ouvriers.

Ils ont extrait le minerai de fer 200 mètres sous terre jusqu’à la fermeture du site en 1983. Un musée installé au pied du chevalement permet désormais de revivre cette époque.  Continuer la lecture

La Lune gibbeuse, l’église de Seurre et les étourneaux

Un nuage d’étourneaux ondulait dans la soirée du 10 décembre au-dessus de l’église Saint-Martin de Seurre alors que la Lune gibbeuse s’élevait.

C’est un peu le même rituel chaque automne. Le ballet de milliers d’étourneaux dessine dans le ciel d’étonnantes arabesques. Un régal pour les curieux qui se donnent la peine de lever des yeux avant la tombée de la nuit. L’étourneau sansonnet  est une espèce de passereaux qui a été introduite sur tous les continents. Ces oiseaux vivent en groupes qui peuvent parfois compter plusieurs milliers voire millions d’individus. Si leur ballet aérien est très photogénique, ils sont aussi une source de dégats et de nuisances qui justifient certaines mesures de régulation des effectifs.

Vol d’étourneaux au-dessus de l’église Saint-Martin de Seurre un soir de Lune gibbeuse. ©Jean-Baptiste Feldmann

L’église Saint-Martin de Seurre (en Côte-d’Or) a été construite à la fin du XIIIe siècle, début du XIVe siècle. Le clocher est doté d’un carillon de 47 cloches. Sur ce cliché pris des bords de Saône on voit également le portail trilobé de 1880 surmonté d’une rosace en verre coloré de 6 mètres de diamètre. L’image a été réalisée le 10 décembre vers 17 heures 30 à l’heure bleue. Nous étions deux jours avant la Pleine Lune.  Boîtier Nikon D3100, zoom 18-105 millimètres, 800 iso, pose 1/5e de seconde.

Léonard de Vinci fut le premier à expliquer la lumière cendrée

L’un des plus beaux phénomènes astronomiques, la lumière cendrée, fut expliqué pour la première fois au début du XVIe siècle par Léonard de Vinci.

Léonard, homme d’esprit universel :

Ingénieur, inventeur, anatomiste, peintre, sculpteur, architecte, urbaniste, musicien, poète, écrivain… Comment définir Léonard de Vinci ? On peut dire que c’est un artiste protéiforme dont on fête cette année la mort il y a 500 ans. Il est ce qu’on appelle un polymathe, un homme d’esprit universel. Car sa culture semble infinie dans les domaines des arts comme ceux des sciences. Je vous propose de regarder ce récit de la vie de l’Homme aux mille visages :

Parmi les nombreux sujets d’études abordés par Léonard de Vinci, il y en a un qui fascine les amoureux du ciel. Il s’agit de la lumière cendrée, une faible lueur qui envahit le disque lunaire en début et en fin de lunaison. Continuer la lecture

Pleine Lune de novembre en Bresse bourguignonne

Ce 12 novembre c’est l’avant-dernière Pleine Lune de l’année, la Pleine Lune du castor. Je vous emmène en Bresse bourguignonne pour l’admirer.

La Bresse, trois pays :

Si vous n’avez jamais entendu parler de la Bresse bourguignonne, je vous invite vivement à faire un tour sur le site de Destination Saône-et-Loire. C’est une plaine bocagère avec de typiques fermes en brique, connue pour ses poulets AOC et son incontournable marché de Louhans. Cette portion de la Bresse (qui se compose également de la Bresse jurassienne et de la Bresse savoyarde) constitue un pays. Créé en 1995, ce pays compte 87 communes réparties sur 1.420 kilomètres carrés.

Ciel en feu sur l’étang Gruyère en Bresse bourguignonne. © Jean-Baptiste Feldmann

Voilà un endroit original pour voir se lever la Pleine Lune, au milieu des nappes de brouillard qui recouvrent régulièrement cette région riche en plans d’eau (une nouvelle journée commence sur l’étang Gruyère) et rivières (ciel étoilé au-dessus de la Guyotte).  Continuer la lecture

Une soirée sous la Lune au château de Pierre-de-Bresse

À Pierre-de-Bresse, un joli château style Renaissance offre un cadre original pour des images nocturnes. Récit d’une soirée sous la Lune.

C’est en 1680 que débuta la construction du château de Pierre-de-Bresse. Claude Thiard de Bissy, son propriétaire, le fit dresser à la sortie du village, sur l’emplacement d’une ancienne maison forte seigneuriale. Ses descendants ont conservé le parc et son château jusqu’en 1956. C’est le Conseil général de Saône-et-Loire qui le détient depuis cette date. Il y organise régulièrement des expositions sur l’histoire et la vie en Bresse bourguignonne.

Le château de Pierre-de-Bresse sous la Lune. Un pont relie les communs (à droite) à l’ancien logis seigneurial. © Jean-Baptiste Feldmann

C’est là que j’ai choisi de poser mon appareil photo dans la soirée du 8 novembre pour immortaliser le bâtiment sous la Lune. Continuer la lecture