Archives pour l'étiquette On the Moon

Aux Canaries, une éclipse de Lune perdue au milieu des étoiles

Sous le ciel étoilé de l’archipel des Canaries, les astrophotographes ont immortalisé l’éclipse de Lune du 16 mai au milieu des étoiles. 

Voyage astronomique :

L’astronome amateur Philippe Morel l’avait annoncé : pour observer l’éclipse de Lune du 16 mai, le meilleur rapport distance à parcourir/qualité du spectacle se trouvait aux Canaries. Outre la probabilité d’une météo excellente, l’archipel espagnol situé au large du Maroc permettait de suivre cet événement astronomique beaucoup plus longtemps en raison de sa position extrême au Sud-Ouest de l’Europe.

L’éclipse photographiée à l’aide d’un boîtier Sony Alpha 7s installé derrière une lunette astronomique depuis le Parc national du Teide sur l’île de Tenerife. © Philippe Morel
La Pleine Lune dans les étoiles :

Plusieurs astrophotographes avaient donc fait le déplacement, et bien leur en a pris. La France, comme la Belgique, ont une nouvelle fois subi les aléas de la météo. En outre, les sommets des Îles Canaries accueillent plusieurs observatoires, dont le fameux GranTeCan. L’assurance d’un ciel préservé de toute pollution lumineuse.

Jan Hattenbach était au sommet de l’île de La Palma pour réaliser ce cliché avec un objectif fish-eye. La Lune éclipsée est le petit point orangé en bas à droite de la Voie lactée. Les détails techniques concernant la réalisation de cette image sont sur Spaceweather.com

Cette éclipse s’annonçait particulièrement sombre, en raison des poussières éjectées dans l’atmosphère par le volcan des Tonga. C’est ce qui a permis de photographier la Pleine Lune éclipsée avec les mêmes temps de pose que pour les ciels étoilés.

Francisco A. Rodriguez avait choisi les hauteurs de l’île de Grande Canarie. Les détails techniques concernant la réalisation de cette image sont sur Spaceweather.com
Patience, patience :

Comme nous le précise l’IMCCE, il nous faudra attendre le 7 septembre 2025 pour pouvoir observer la prochaine éclipse totale de Lune en Europe. D’ici là, ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir observer celle de ce 16 mai 2022 pourront toujours se répéter le vieil adage : l’astronomie est l’école de la patience !

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Comment photographier l’éclipse de Lune du 16 mai 2022

C’est le spectacle astronomique de ce mois : à l’aube du 16 mai, nous assisterons à une éclipse totale de Lune. Comment la photographier ? 

Spectacle pour tous :

Vous serez sans doute nombreux à vouloir photographier l’éclipse totale de Lune du 16 mai 2022. C’est l’un des plus beaux spectacles astronomiques et on peut facilement l’admirer.

Pas besoin de parcourir des milliers de kilomètres comme c’est le cas pour les éclipses de Soleil (voyez celle du 30 avril au Chili). Pas besoin non plus d’un télescope pour l’observer : le phénomène est visible à l’œil nu, un peu mieux dans une paire de jumelles. Enfin, l’observation d’une éclipse de Lune est sans danger, alors qu’une éclipse de Soleil nécessite des filtres de protection. Je ne reviendrai pas sur le déroulement de cette éclipse : je vous renvoie vers l’excellent article que Stelvision a publié pour l’occasion. Vous trouverez également des infos et des simulations sur In-The-Sky.org. Je vais plutôt vous expliquer comment photographier ce beau phénomène.

On peut immortaliser une éclipse de Lune avec un smartphone. © Jean-Baptiste Feldmann

Continuer la lecture

Spectaculaire lever de Soleil sur le cratère lunaire Clavius

Au huitième jour de la lunaison, les premiers rayons du Soleil illuminent le cratère Clavius. Un spectacle à ne pas manquer !

Un autre regard sur la Lune :

Ceux qui pensent que l’observation de la Lune est monotone n’ont sans doute jamais assisté au lever de Soleil sur Clavius. Il faut dire que le phénomène ne dure que quelques heures. Mais avant de vous le présenter, je vous propose de faire connaissance avec cette formation. Clavius est l’un des plus célèbres cratères lunaires. Avec un diamètre de 225 kilomètres, on le classe parfois dans la catégorie des plaines murées. Vous n’aurez aucun mal à le découvrir dans une petite lunette astronomique ou même une simple paire de jumelles. Son arène est localisée à proximité du pôle Sud :

Ce cratère doit son nom à l’astronome allemand Christophorus Clavius (1538-1612), qu’on surnomma “l’Euclide du XVIe siècle” en raison de ses talents de mathématicien. Continuer la lecture

En mai, ne manquez pas d’admirer une éclipse totale de Lune

En plus de l’éclipse totale de Lune qui sera l’événement de ce mois de mai, vous pourrez profiter de quelques jolis rendez-vous célestes.

Coucher de Lune rouge :

Trois ans après la dernière éclipse totale de Lune visible en Europe, notre satellite naturel a la bonne idée de se glisser à nouveau dans le cône d’ombre terrestre à l’aube du 16 mai 2022. En France, nous verrons la Lune se coucher direction Sud-Ouest durant la totalité, ce qui permettra de belles compositions photographiques avec le paysage. Stelvision vous donne toutes les précisions concernant le déroulement de cette éclipse.

L’éclipse partielle de Lune du 7 août 2017. © Jean-Baptiste Feldmann

Le lundi 16 à l’aube, la Lune se couchera totalement éclipsée entre 6 et 7 heures, selon votre position géographique (les observateurs habitant l’Ouest du pays seront privilégiés). Prévoyez donc de vous installer au moins une heure plus tôt sur un site d’observation parfaitement dégagé en direction du Sud-Ouest. Continuer la lecture

Astrophotographie : ils ont la Pleine Lune entre les mains

Que peuvent faire les photographes quand la lumière de la Pleine Lune est aveuglante ? Ils choisissent de se mettre en scène avec elle !

Bain de lumière :

La vie des astrophotographes n’est pas un long fleuve tranquille. Quand ils ne sont pas confrontés aux caprices de la météo, ils doivent composer avec l’éclairage lunaire. Notre satellite naturel est en effet très lumineux entre le Premier Quartier et le Dernier Quartier. Bien sûr, l’astronome peut profiter de cette période pour réaliser d’étonnantes images en couleurs comme le fait Alain Paillou. À défaut, vous devez renoncer aux clichés du ciel étoilé. Mais les photographes ne sont jamais à cours d’idées. Certains ont choisi d’utiliser la luminosité de la Lune pour de jolies mises en scène. Jeff Graphy a été le premier à se prendre en photo (ci-dessous) avec la Pleine Lune entre les mains :

C’était en février dernier, à l’occasion d’un séjour à l’Observatoire de Saint-Véran. Le télescope de 62 centimètres (dont on voit l’oculaire en haut de l’image) permet de projeter la Lune sur une feuille. Et le résultat, très original, a même été retenu pour l’APOD (Astronomy Picture Of the Day).  Continuer la lecture

En couleurs, la Lune révèle son histoire géologique

Nous voyons la Lune en noir et blanc. Mais en accentuant ses subtiles couleurs, nous pouvons retracer son histoire géologique.

Une autre vision de la Lune :

Quand nous pensons à la Lune, c’est une image en noir et blanc qui nous vient à l’esprit. Pourtant, si nous regardons attentivement un cliché de notre satellite naturel, on peut y distinguer de subtiles couleurs. De légères nuances de bleu, de orange et de rouge, qui trahissent les différentes compositions du sol. Car la Lune a une histoire géologique, tout comme la Terre.

Lorsque nous regardons la Lune, nous la voyons en noir et blanc. © Jean-Baptiste Feldmann

Un lointain passé marqué par une intense activité volcanique et de multiples collisions avec des météorites. Le sol lunaire en garde le souvenir, et les couleurs nous le prouvent. Encore faut-il savoir les révéler et les interpréter.

Géologie lunaire :

Depuis les missions Apollo, nous avons d’assez bonnes connaissances sur l’histoire de la Lune, née il y a environ 4,55 milliards d’années. Différents âges géologiques s’y sont succédés. Du plus ancien au plus jeune, on trouve le Pré-Nectarien, le Nectarien (formation de Mare Nectaris), l’Imbrien (Mare Imbrium), l’Eratosthénien et le Copernicien. Ces âges correspondent à des périodes particulières de l’activité volcanique et météoritique. Par exemple, la plupart des mers sont apparues pendant les âges Imbrien et Eratosthénien, entre 3,8 et 3 milliards d’années. Parmi les cratères, les plus anciens ont environ 4 milliards d’années (Ptolémée, Hipparque, Deslandes…), le plus jeune est Tycho (0,1 milliard d’années).

La région de Tycho. Les couleurs révèlent la composition de la surface. © Alain Paillou

Les orbiteurs lunaires Clementine et LROC ont réalisé les premières cartes en couleurs de la Lune. Elles confirment la relation qui existe entre coloration du sol lunaire et type de roches. Le rouge révèle la présence d’oxyde de fer, le bleu de l’oxyde de titane, le vert de l’olivine (silicate). Ce minéral se retrouve principalement dans les éjectas issus des cratères d’impacts comme autour de Copernic.

Le cratère rayonnant Copernic est situé dans l’océan des Tempêtes. © Alain Paillou
Des couleurs pour comprendre :

Depuis plusieurs années, l’astronome amateur Alain Paillou s’est spécialisé dans la colorisation des images lunaires. Une activité récompensée en 2020 à l’occasion du concours « Astronomy Photographer of the Year ». Dans « Colors of the Moon », il raconte en détail la façon dont il mène son travail. Car il ne suffit pas de pousser au maximum la saturation des couleurs pour obtenir une carte géologique. Il faut partir de bonnes images lunaires (en se concentrant sur les régions les plus lumineuses) et les traiter avec méthode.

Région des Apennins entre Eratosthène (à gauche) et Mare Vaporum. © Alain Paillou

Images à l’appui, Alain Paillou nous montre les nombreux essais qu’il a menés avec différents capteurs : caméras N et B ou couleur et appareil photo numérique. Il nous propose également un « pas à pas » pour optimiser le traitement des images à coloriser. Un progression qui permettra aux astrophotographes motivés d’en voir de toutes les couleurs en créant de véritables clichés scientifiques qui nous racontent l’histoire géologique de la Lune.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Non, la Pleine Lune du weekend de Pâques ne sera pas rose !

Ne vous emballez pas : contrairement à ce qu’annoncent certains médias, il n’y aura pas de Pleine Lune rose à l’occasion de Pâques.

Une Lune pas vraiment rose :

Personne n’a jamais vu la Pleine Lune rose, et ça ne sera pas le cas ce weekend de Pâques. Tout au plus, notre satellite naturel se pare d’une belle couleur orangée à son lever, comme peut le faire le Soleil. Lorsque ces astres sont sur l’horizon, leur lumière est décomposée en traversant une couche d’atmosphère beaucoup plus importante. Les rayons de courte longueur d’onde (vert, bleu) sont plus déviés que les rayons de grande longueur d’onde (rouge, orange) qui sont les seuls à nous parvenir.

Un lever de Pleine Lune à raison d’un cliché toutes les deux minutes. © Jean-Baptiste Feldmann

Plus l’astre s’élève et plus cette dispersion se réduit, comme le révèle le montage ci-dessus réalisé à raison d’un cliché toutes les deux minutes. Vous ne verrez donc pas la Pleine Lune rose. Cette appellation fait uniquement référence à la couleur de certains arbres en fleurs à cette époque de l’année.

Conseils pour admirer la Pleine Lune :

La Pleine Lune de ce mois d’avril se produira le samedi 16 vers 19 heures. Vous pourrez donc admirer son lever sur l’horizon EST en début de soirée les 16 et 17. Le 16, elle sera levée juste avant que le Soleil ne disparaisse à l’OUEST. Le 17, son lever interviendra plus tard, environ une heure après la disparition du Soleil.

La Pleine Lune se lève derrière le temple de Poséidon. © Elias Chasiotis

N’attendez pas que la Lune soit trop haute pour admirer le spectacle. Ensuite, elle deviendra rapidement très brillante dans un ciel de plus en plus sombre. Si vous la photographiez, arrangez-vous pour choisir un joli premier plan !

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Insolite : des montagnes lunaires brillent dans la nuit

On les observe avec un petit télescope. Zoom sur ces montagnes lunaires qui étincellent au-dessus de paysages plongés dans le noir.  

Sommets éclairés :

Si vous avez l’habitude de pointer la Lune régulièrement avec un instrument astronomique, des points lumineux ont sans doute déjà attiré votre attention. Ce sont des pics de lumière situés sur le limbe dans les régions polaires, là où pourtant il fait nuit. Vu du sommet de ces montagnes lunaires, imaginez le Soleil  posé sur l’horizon. La partie supérieure des plus hauts reliefs est éclairée, mais en dessous c’est le noir complet. Un phénomène que l’on admire brièvement au lever du jour dans les massifs montagneux terrestres, avant que le Soleil ne soit assez haut pour éclairer les vallées.

Un simple boîtier photo muni d’un puissant zoom a permis de mettre en évidence deux brillantes montagnes lunaires dans la soirée du 7 mars 2022. © Jean-Baptiste Feldmann

Cet étrange spectacle ne nécessite pas de matériel sophistiqué pour être observé. Un bon zoom ou un grossissement de quelques dizaines de fois, et les montagnes lunaires illuminées se dévoilent. Continuer la lecture

Le château de Beauregard sous un croissant de Lune

Cette fin de lunaison m’a donné l’occasion de photographier à l’aube le croissant de Lune au-dessus du château de Beauregard dans l’Ain.

Un château qui domine la Saône :

L’origine du château de Beauregard remonte au XIIIe siècle. C’est Gui de Chabeu, seigneur de Saint Trivier, qui décide sa construction vers 1260. L’édifice est édifié sur une colline au pied de laquelle coule la Saône. Le château doit protéger Villefranche qui se situe sur la rive opposée du fleuve. Victime de plusieurs saccages, l’ouvrage est rénové au XVe siècle par Pierre de Bourbon et Anne de Beaujeu. Après être passé entre les mains de plusieurs propriétaires, il tombe peu à peu en ruines.

Le château de Beauregard vu depuis les bords de Saône. © Christine Sasiad

Le château est racheté en 1860 par Henri Bouchet. Avec l’architecte Charles Martin, ils incluent les vestiges du château-fort datant du XVe siècle (notamment une tour crénelée) à un nouveau corps de bâtiment. La famille Bouchet est toujours propriétaire de ce château qui ne se visite pas.  Continuer la lecture

La Pleine Lune de janvier se lève dans le massif du Queyras

Le photographe Jean-François Gely a merveilleusement immortalisé la première Pleine Lune de l’année dans le massif du Queyras.

Le massif du Queyras est à cheval sur le département français des Hautes-Alpes et sur la région italienne du Piémont. Il culmine à 3.320 mètres avec le pic de Rochebrune. Dans le massif, la pollution lumineuse est encore limitée et les astronomes ont la possibilité de s’en rendre compte à l’Observatoire de Saint-Véran. La préservation du ciel nocturne est d’ailleurs l’une des priorités du Parc naturel régional du Queyras créé en 1977 :

https://www.youtube.com/watch?v=ZzOPXe1Q36E

Photographe installé dans la région, Jean-François Gely (Jeff Graphy) voit ses images nocturnes régulièrement primées dans les concours internationaux. Continuer la lecture

Insolite : le télescope spatial Hubble photographie la Lune

On pense souvent que la Lune est une cible trop lumineuse pour le télescope spatial Hubble. Ce n’est pas tout à fait exact, en voici la preuve.

Un télescope à tout faire :

Le télescope spatial Hubble (HST) a d’abord été conçu pour observer les astres lointains. Il est à l’origine de quelques-unes des images les plus étonnantes de champs ultra-profonds. Des clichés où les galaxies se comptent par milliers sur une profondeur de plusieurs milliards d’années lumière. Mais cet instrument emblématique, qui a repris du service en juillet 2021 après une panne informatique, vise parfois des cibles plus proches. Il affiche à son tableau de chasse de nombreuses nébuleuses dans la Voie lactée, comme la nébuleuse du Collier :

La nébuleuse du Collier dans la constellation de la Flèche. © ESA/Hubble & NASA, K. Noll

Il lui est même arrivé de photographier des astres dans le Système solaire : planètes, astéroïdes ou comètes. Mais a-t-il déjà pointé la Lune, notre voisine située à seulement 400.000 kilomètres ? Et ses capteurs pourraient-ils résister à une telle luminosité ? La réponse est oui. Continuer la lecture

La Lune, Mars et Antarès terminent ensemble l’année 2021

Pour le dernier jour de cette année 2021, le vieux croissant de Lune est rejoint à l’aube par la planète Mars et la brillante étoile Antarès. 

Des astres avant le Réveillon :

L’année 2021 s’achève dans quelques heures. Au cours des 365 jours (et nuits) écoulés, vous avez peut-être profité des conseils prodigués sur ce blog pour admirer le ciel. Reprise de l’activité solaire, ballet des planètes géantes, rendez-vous avec la Lune ou passage de la comète Leonard, il y en avait pour tous les goûts. Ce 31 décembre, vous allez même pouvoir lever les yeux une dernière fois avant de préparer votre Réveillon. En fin de nuit, trois astres se retrouvent au-dessus de l’horizon Sud-Est :

Le 31 décembre à l’aube, le vieux croissant de Lune sera accompagné de deux astres rougeoyants, la planète Mars et la brillante étoile Antarès. Le cercle blanc représente le champ de vision dans une paire de jumelles standard. © Jean-Baptiste Feldmann

Il y a d’abord la fine barque lunaire qui se détache sur le fond du ciel en train de s’éclaircir. Une soixantaine d’heures avant la Nouvelle Lune, notre satellite naturel est accompagné d’une discrète lumière cendréeContinuer la lecture

Ce weekend, admirez la plus haute Pleine Lune de l’année

Ce samedi 18 décembre, la Pleine Lune va passer la nuit à sa plus haute déclinaison de l’année. Un véritable lustre au-dessus de nos têtes !

Déclinaison variable :

Vous l’avez sans doute remarqué, la hauteur du Soleil varie au cours de l’année. Autour du solstice d’été en juin, l’astre est très haut dans le ciel pour un observateur européen. C’est le contraire au moment du solstice d’hiver en décembre. La Lune, vue de la Terre, se trouve elle aussi sur l’écliptique, cette ligne qui symbolise la trajectoire annuelle du Soleil sur la voûte céleste. Au moment de la Pleine Lune, notre satellite naturel se situe à l’opposé du Soleil quand on les regarde depuis notre observatoire terrestre.

Pleine Lune hivernale en Bresse bourguignonne. © Jean-Baptiste Feldmann

Ainsi, lorsque le Soleil est haut (solstice d’été), la Pleine Lune est basse. C’est le contraire autour du solstice d’hiver. En 2021, la Pleine Lune de décembre se produit trois jours seulement avant le solstice d’hiver. Elle va donc atteindre sa plus haute déclinaison de l’année, alors que le Soleil sera au plus bas. Continuer la lecture

Dossier Futura : quels mystères nous cache encore la Lune ?

On croyait tout savoir sur notre satellite naturel. Mais la Lune garde encore ses secrets. Un grand dossier du Magazine Futura. 

La Lune et ses mystères : ce sera le thème de l’un des 4 dossiers que vous découvrirez dans la première édition du Mag Futura. Cette belle revue papier de plus de 200 pages verra le jour en 2022, année des 20 ans de Futura. Une aventure à laquelle vous pouvez contribuer ici.

La Lune, sujet permanent d’émerveillement. © Jean-Baptiste Feldmann
Découvrez le sommaire de ce grand dossier :
À la recherche de l’eau lunaire :

Un laboratoire toulousain nous a ouvert ses portes. On y peaufine un appareil de haute technologie qui devrait atterrir sur notre satellite naturel avec une sonde chinoise en 2024. L’objectif : mieux comprendre où se trouve et comment évolue l’eau lunaire. Toutes les puissances spatiales se précipitent déjà vers les pôles de notre voisine en espérant l’exploiter…

Mise en scène avec les astres au crépuscule. © Jean-Baptiste Feldmann
Mais d’où vient la Lune ?

Éjection d’une « goutte » de matière issue de la Terre en fusion, capture d’un mystérieux astre lointain, impact géant cataclysmique ou bien produit d’une vaporisation au sein d’un gigantesque donut… Retour sur l’évolution des théories cherchant depuis 150 ans à comprendre l’origine de notre satellite, toutes plus fascinantes les unes que les autres.

Lever de Pleine Lune, un cliché toutes les deux minutes. © Jean-Baptiste Feldmann
La Lune en images :

Petit tour d’horizon contemplatif en images de cet astre. De Galilée à la NASA, les croquis et photos toujours plus précis en disent long sur l’histoire scientifique de notre compréhension de ce satellite naturel, et de notre fascination toujours intacte pour ses merveilles.

Dessin de la Pleine Lune. © Christine Sasiad
Et si la vie en dépendait ?

On dit qu’il faut de l’eau liquide et de la matière organique pour qu’une planète soit habitable. Mais s’il lui fallait aussi un satellite ? L’investigation scientifique dans de nombreuses disciplines révèle à quel point la Lune a pu contribuer à protéger la Terre des cataclysmes cosmiques et favoriser le développement de la vie…

Croissant de Lune derrière le château de Montmelas. © Jean-Baptiste Feldmann
Comment calculer la distance Terre-Lune :

Parce que la science n’est pas qu’une lecture mais aussi une pratique, voici quelques astuces géniales venues des grecs anciens pour estimer à l’œil nu, via quelques calculs, la taille de la Lune et la distance qui nous sépare d’elle !

Le croissant déformé par la réfraction atmosphérique. © Jean-Baptiste Feldmann
Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Les Terriens ont admiré l’éclipse de Lune du 19 novembre

Du Nord au Sud des Amériques, les Terriens n’ont pas manqué d’immortaliser l’une des plus longues éclipses partielles de Lune. 

Spectacle céleste :

Pour nombre de Terriens, ce vendredi 19 novembre 2021 aura été l’occasion d’admirer un très beau spectacle céleste. Se glissant dans le cône d’ombre de la Terre, la Lune a changé de couleur pendant quelques heures.

On pourrait penser que, privée de lumière, la Lune devient invisible pendant une éclipse. Mais le rayonnement solaire est en partie filtré lorsqu’il traverse l’atmosphère terrestre. Les rayons rouges sont déviés vers l’intérieur du cône d’ombre, les rayons bleus vers l’extérieur. Voilà pourquoi la Lune éclipsée se pare de magnifiques teintes variant de l’orange léger au rouge vif.

Les Amériques favorisées :

Depuis la France, cette éclipse partielle n’était guère observable. Pour les habitants les mieux placés, à l’Ouest du pays, la Lune se couchait au début de l’éclipse. Mais depuis les Amériques, on pouvait suivre le phénomène dans son intégralité. Comble de chance, la Lune éclipsée n’était pas très loin du bel amas d’étoiles des Pléiades :

Du Canada à l’Argentine, les astrophotographes ne se sont pas privés d’immortaliser le spectacle. Et ils ont eu raison : une éclipse partielle de Lune aussi longue ne se reproduira pas avant février 2669. Mais rassurez-vous, nous n’aurons qu’à attendre jusqu’au 16 mai 2022 pour admirer une éclipse totale de Lune en France.

Quels mystères nous cache encore la Lune ?

Ce sera le thème de l’un des 4 dossiers que vous découvrirez dans la première édition du Mag Futura. Cette belle revue papier de plus de 200 pages verra le jour en 2022, année des 20 ans de Futura. Une aventure à laquelle vous pouvez contribuer ici :

https://www.youtube.com/watch?v=Ulfso5HuM0g&t=2s

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Éclipse de Lune du 19 novembre : ce que vous pourrez voir

L’éclipse de Lune qui se produira à l’aube du vendredi 19 novembre 2021 ne sera pas observable par tout le monde. Explications.

Spectacle tronqué :

Au mois de novembre, le ciel nous offre une première éclipse de Lune visible en France depuis celle (partielle) du 16 juillet 2019. L’avant-dernière Pleine Lune de l’année a en effet la bonne idée de se glisser dans le cône d’ombre terrestre à l’aube du 19 novembre 2021. Malheureusement pour les observateurs français, seul le début du phénomène sera visible. Grâce aux données fournies par L’IMCCE sur cette page, nous allons pouvoir découvrir le déroulement de cette éclipse.

Les heures étant toujours indiquées en TU dans les éphémérides, il nous faut ajouter une heure en hiver pour avoir l’heure en France. Continuer la lecture

Au Japon, les astronomes ont vu la Lune passer devant Vénus

La spectaculaire occultation de Vénus par la Lune le 8 novembre dernier a pu être immortalisée par des astronomes au Japon.

Spectacle céleste :

Au Japon, l’astronome amateur Tomio Akutsu fait partie des meilleurs photographes planétaires au monde. Il a notamment réalisé de très belles images de la planète Mars. Mais ce 8 novembre 2021, c’est vers Vénus qu’il a pointé son télescope. La seconde planète du Système solaire avait en effet rendez-vous avec la Lune. Une occultation visible seulement depuis le Japon et l’Asie aux alentours de 5 heures TU. L’observation était impossible en France, les deux astres n’étant pas encore levés à une heure aussi matinale.

Planche réunissant plusieurs clichés de l’occultation de Vénus (actuellement nous voyons un Quartier de Vénus) par le croissant de Lune le 8 novembre 2021. © Tomio Akutsu

Bien qu’il fasse jour au Japon au moment de l’occultation, on pouvait quand même suivre cette rencontre céleste avec un instrument astronomique en raison de l’éclat élevé de la Lune et de Vénus (magnitude de -4,5 pour cette dernière). L’astronome amateur Paul Krizak avait eu la chance de filmer un spectacle similaire depuis San Diego en Californie en 2015. Sa vidéo nous permet d’admirer la lente disparition de Vénus derrière la Lune :

Quelques heures après cette partie de cache-cache, alors que la nuit tombait en France, je photographiais à mon tour les deux astres qui avaient repris leur distance :

Le rapprochement Lune-Vénus immortalisé dans la soirée du 8 novembre 2021 avec la complicité de Christine, quelques heures après l’occultation. © Jean-Baptiste Feldmann
Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Nouvelle rencontre entre la Lune et Vénus le 8 novembre

Les mouvements des astres les conduisent parfois à se croiser. Le 8 novembre, c’était l’avant-dernière rencontre entre la Lune et Vénus.

Flirt céleste :

Les photographes vous le diront : chaque rencontre entre la Lune et Vénus est un spectacle. Bien entendu, le rapprochement n’est qu’apparent. Ce 8 novembre par exemple, Vénus était environ 200 fois plus éloignée de nous que le croissant lunaire. Mais la brillance de la seconde planète du Système solaire compense sa distance. Vénus étincelle actuellement d’une magnitude de -4,7. Une fois le Soleil couché, aucune autre planète ou étoile ne peut rivaliser d’éclat. À chaque nouvelle lunaison, nous pouvons espérer admirer une rencontre entre le croissant de Lune et Vénus en soirée.

Les rapprochements Lune-Vénus me permettent de réaliser des compositions originales avec ma compagne Christine, comme le 8 novembre 2021. © Jean-Baptiste Feldmann

Mais attention, Vénus sera en conjonction avec le Soleil le 9 janvier prochain. Il ne reste plus qu’un rendez-vous en décembre (le 6-7). En 2022, ces rendez-vous célestes se produiront en fin de nuit, un peu avant chaque Nouvelle Lune.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Moon Night 2021 : comment observer la Lune ce 16 octobre

Le 16 octobre 2021, c’est Moon Night, la Nuit de la Lune. Une belle occasion pour l’explorer avec une paire de jumelles ou une longue-vue.

Rendez-vous avec la Lune gibbeuse :

L’International Observe the Moon Night (InOMN) est un événement mondial organisé chaque année depuis 2010. Il est programmé un samedi soir en automne dans l’hémisphère Nord, à une date proche du Premier Quartier. Ce choix est dicté par la période de visibilité de notre satellite naturel et par son degré d’éclairage par le Soleil. Autour du Premier Quartier, on peut observer la Lune en soirée, ce qui est bien pratique. En outre, sa surface présente une belle variété de paysages mis en relief par la lumière solaire rasante à cette époque. Ce n’est plus le cas au moment de la Pleine Lune.

Moon Night, c’est un rendez-vous international pour admirer la Lune. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette année, le Premier Quartier se produit le 13 octobre. C’est donc une Lune gibbeuse croissante que nous pourrons observer samedi soir, trois jours plus tard. Continuer la lecture

Jour de la Nuit le 9 octobre : la Lune et Vénus ont rendez-vous

La treizième édition du Jour de la Nuit coïncide avec un superbe rapprochement au crépuscule entre le croissant de Lune et Vénus. 

Protéger le ciel nocturne :

La première édition du Jour de la Nuit eu lieu en 2009 à l’occasion de l’Année mondiale de l’astronomie. Il s’agissait de faire prendre conscience au grand public de l’importance de la préservation du ciel nocturne. Une nécessité pour que chacun puisse admirer les étoiles, mais également pour préserver la biodiversité nocturne. Si quelques dizaines de manifestations marquèrent la toute première édition, plusieurs centaines sont programmées pour ce samedi 9 octobre.

Le Jour de la Nuit est l’occasion de sensibiliser le public à la beauté du ciel nocturne et aux méfaits de la pollution lumineuse. © Jean-Baptiste Feldmann

Il y en a pour tous les goûts : des sorties nature, des observations du ciel étoilé, et surtout l’extinction d’une partie des lumières dans de nombreux sites urbains. Vous trouverez la liste des manifestations en consultant le site internet dédié au Jour de la Nuit.

Continuer la lecture