Archives pour la catégorie Ciel étoilé

La nébuleuse d’Orion se lève au-dessus de l’Himalaya

La plus belle nébuleuse du ciel est de retour. Jeff Dai a saisi le lever de la nébuleuse d’Orion au-dessus de la montagne Yala dans l’Himalaya.  

Plus près des étoiles :

Avec dix sommets qui dépassent 8.000 mètres d’altitude, le massif de l’Himalaya s’étire du Pakistan au Tibet. Ce dernier est le plateau habité le plus élevé de la planète avec une altitude moyenne de 4.900 mètres. Le photographe chinois Jeff Dai s’y rend régulièrement (voir par exemple cette image stéréographique du ciel nocturne au Tibet).

image stéréographique (appelée aussi Little Planet) du ciel étoilé depuis le Tibet. © Jeff Dai

Il nous propose cette fois un très beau cliché de la nébuleuse d’Orion qui s’élève au-dessus de la montagne enneigée Yala. Continuer la lecture

Incessantes collisions de comètes autour de l’étoile Fomalhaut

Dans la constellation du Poisson austral, cherchez Fomalhaut. Cette étoile est entourée d’un disque de glace et de poussières.

Carte d’identité :

Si vous sortez admirer le ciel aux alentours de minuit, vous repérerez aisément le carré de Pégase plein sud. En abaissant votre regard en direction de l’horizon, vous remarquerez une étoile de magnitude 1 dans une région pauvre en astres brillants. Il s’agit de Fomalhaut dans la constellation du Poisson austral. C’est une étoile jeune (400 millions d’années environ) et blanche. Elle se trouve à environ 25 années-lumière de nous. Elle est deux fois plus grande, deux fois plus massive et seize fois plus lumineuse que le Soleil.

Carte de repérage de Fomalhaut pendant le mois d’octobre vers minuit. © Stelvision

Légende ou histoire véridique ? On raconte qu’il y a 3.000 ans, en Perse (l’actuel Iran), Fomalhaut était l’une des quatre étoiles royales. Elle trônait dans l’une des quatre régions célestes, les autres étant gouvernées par Aldébaran, Régulus et Antarès. Continuer la lecture

Zoom sur NGC 4651, la curieuse galaxie du Parapluie

On la surnomme la galaxie du Parapluie en raison de sa forme assez inhabituelle. Zoom sur NGC 4651 dans la Chevelure de Bérénice.

Voyage dans la Chevelure de Bérénice :

Mais qu’est-il arrivé à la galaxie NGC 4651 ? Pour le savoir il faut se rendre dans la Chevelure de Bérénice, entre les constellations du Bouvier et du Lion. Le nom de ce groupe d’étoiles fait référence à la reine Bérénice II d’Égypte, qui sacrifia sa longue chevelure comme offrande à Aphrodite. C’est dans cette constellation que se niche NGC 4651, une galaxie de magnitude 10,8. Située à environ 35 millions d’années-lumière de nous, elle a été découverte par William Herschel le 30 décembre 1783. Elle a ensuite été intégrée au New General Catalog Objects, l’un des catalogues d’objets célestes les plus connus dans le domaine de l’astronomie amateur, avec le catalogue Messier.

NGC 4651, l’étonnante galaxie du Parapluie .© R. Jay Gabany et al.

NGC 4651 présente une curieuse excroissance en forme de parapluie aussi longue (50.000 années-lumière) que son propre diamètre. Continuer la lecture

À la découverte du double amas d’étoiles de Persée

Le double amas de Persée est un des plus beaux objets célestes. il est en outre très facile à admirer au début des nuits d’automne.

Je vous invite à sortir un soir à la nuit tombée. Mettez-vous dans un endroit éloigné de toute pollution lumineuse et tournez-vous en direction du nord. Laissez bien vos yeux s’accoutumer à l’obscurité puis repérez le W caractéristique de la constellation de Cassiopée (vous pouvez utiliser la carte de Stelvision). Vous remarquerez juste en dessous une petite tache cotonneuse au milieu des étoiles de la Voie lactée.

Le double amas d’étoiles de la constellation de Persée. © Jean-Baptiste Feldmann

Il s’agit des amas d’étoiles NGC 869 et 884 qui s’étendent sur une surface apparente équivalente à la Pleine Lune (30′) mais qui sont beaucoup moins lumineux (magnitude de 4). Continuer la lecture

Spectaculaire image du rapprochement entre deux comètes

Le 8 septembre dernier les comètes 260P/McNaught et C/2018 N2 (ASASSN) se trouvaient dans un coin de la constellation du Bélier.

Deux lointaines voyageuses :

Les comètes du moment sont très discrètes : aucune n’est visible dans une paire de jumelles, encore moins à l’œil nu. Que les nostalgiques de Hale-Bopp ou de Hyakutake passent leur chemin ! Seuls les astrophotographes aguerris peuvent capturer les astres chevelus qui traversent actuellement le Système solaire. Il aura fallu tout le talent de Gerald Rhemann pour saisir le rapprochement apparent entre deux lointaines voyageuses dans la constellation du Bélier (à l’ouest des Pléiades) le 8 septembre.

Les comètes 260P/McNaught et C/2018 N2 ( ASASSN ). © Gerald Rhemann

Cet astrophotographe autrichien qui utilise un télescope installé en Namibie est un spécialiste des belles images de comètes. Il a par exemple immortalisé les volutes gazeuses et poussiéreuses de C/2016 R2 ou encore Swan et Lovejoy. Continuer la lecture

Rotation d’étoiles en Bresse au cours d’une nuit d’été

Avec le logiciel StarMax il est très facile de faire une rotation d’étoiles. Exemple avec ce cliché réalisé le 14 août après le coucher de la Lune gibbeuse.

La Terre tourne, pas le ciel :

La Terre tourne sur elle-même autour d’un axe imaginaire, un mouvement à l’origine de l’alternance des jours et des nuits. Cette rotation explique pourquoi nous voyons le Soleil et la Lune se lever à l’EST et se coucher à l’OUEST environ 12 heures plus tard. Si vous admirez le ciel nocturne vous noterez les mêmes déplacements des étoiles : les constellations semblent circuler d’EST en OUEST également. Ces déplacements ne sont bien entendu qu’apparents puisque c’est notre planète qui tourne en réalité. L’axe imaginaire de rotation de la Terre se prolonge en direction du pôle nord céleste marqué par une étoile, la Polaire.

Rotation d’étoiles en Bresse au cours d’une nuit d’été. © Jean-Baptiste Feldmann

Durant la nuit les astres semblent tourner autour de l’étoile polaire dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, un phénomène facile à photographier. Continuer la lecture

La constellation d’Orion, un joyau à découvrir en fin de nuit

La constellation d’Orion fascine les hommes depuis des millénaires et les photographes depuis que leurs capteurs sont assez sensibles pour l’immortaliser. 

Un chasseur puni :

Elle est de retour ! La constellation d’Orion, sans conteste la plus belle de toutes, est désormais visible avant l’aube. Elle nous raconte l’histoire d’un chasseur arrogant. Il mourut foudroyé par le venin d’un scorpion (lire à ce sujet Pompéi : une mosaïque illustre le mythe d’Orion et du Scorpion). Dans la mythologie grecque le chasseur géant Orion passait son temps à se vanter de ses prouesses. Exaspérée, Héra, sœur et femme de Zeus, lui envoya un scorpion qui le piqua et le tua.

La constellation d’Orion s’élève à l’aube en fin d’été. © Jean-Baptiste Feldmann

Pour savoir quand la constellation est observable, je vous conseille de regarder la carte du ciel de Stelvision correspondant à votre site et à votre heure d’observation. Continuer la lecture

Le ciel étoilé a tourné autour d’un pommier

Un pommier sous les étoiles, ça vous dit ? La nouvelle image que je vous présente fait partie de la série consacrée aux rotations d’étoiles.

Comme un goût de pomme :

Savez-vous que le pommier se décline en une quarantaine d’espèces et plus de 20.000 variétés ? Cet arbre fruitier est un incontournable des jardins. Il résiste aux grands froids et peut se planter un peu partout. Selon les variétés la récolte s’étire de juillet à octobre. Celui que j’ai choisi a encore quelques jours de maturité à gagner avant que les gourmands ne viennent le dépouiller.

Le pommier sous les étoiles. © Jean-Baptiste Feldmann

Orné de ses fruits, il était bien orienté pour loger l’étoile polaire à son sommet et l’immortaliser pendant la nuit.  Continuer la lecture

La Voie lactée s’étire entre les cimes des arbres

Aujourd’hui j’ai envie de rendre hommage aux arbres, ces géants immobiles et bienfaiteurs qui tutoient les étoiles dans une clairière en Bresse.

Savourons la nuit :

Le jour s’en est allé en cette fin de mois d’août. La Lune est proche de son Dernier Quartier et ne se lèvera pas avant minuit. C’est le moment idéal pour admirer la Voie lactée. C’est une rivière d’étoiles qui s’écoule du nord au sud. Son intensité lumineuse ne se dévoile qu’à ceux qui s’échappent des villes. Il faut fuir tout éclairage artificiel (ce qu’on appelle la pollution lumineuse). Une fois le site d’observation atteint, prenez votre temps. Écoutez les bruits de la nuit, multiples craquements et sons émis par un peuple dont nous ne connaissons rien ou presque. Le temps également pour nos yeux de s’accoutumer au noir qui n’est jamais total, à nos pupilles de se dilater. Nous pourrons alors collecter les précieux photons qui tombent du ciel.

En Bresse, la Voie lactée se déploie entre les cimes des arbres. © Jean-Baptiste Feldmann

Le chemin qu’ils ont parcouru défie l’imagination : ils ont mis des années, voire des siècles pour arriver jusqu’à nous à la vitesse hallucinante de 300.000 kilomètres par seconde. Chacune de ces chandelles célestes est un soleil qui brûle dans un silence assourdissant. Continuer la lecture

Une bulle cosmique pour les télescopes Chandra et Hubble

En combinant les images des télescopes spatiaux Chandra et Hubble, les astronomes ont reconstitué l’aspect du rémanent de supernova SNR 0509-67.5.

Un télescope pour les rayons X :

Subrahmanyan Chandrasekhar fut l’un des pionniers de l’astrophysique du XXe siècle. C’est donc en son honneur qu’a été nommé l’observatoire spatial Chandra. Il a été lancé en 1999 (9 ans après le télescope Hubble) par la navette spatiale Columbia. Son télescope est dédié à l’étude des émissions de rayons X. Ces rayons sont émis par quelques-unes des sources célestes les plus énergétiques (trous noirssupernovae, étoiles à neutrons…).

Le rémanent de supernova SNR 0509-67.5 dans le Grand Nuage de Magellan. © NASA/CXC/SAO/Hubble Heritage Team

SNR 0509-67.5 (pour SuperNova Remnant ou rémanent de supernova) est le reste d’une étoile massive qui a explosé il y a 400 ans. Continuer la lecture

En Bresse, ciel étoilé au-dessus de la Guyotte

Une rivière d’étoiles qui serpente au-dessus de la rivière de la Guyotte ? Récit d’un spectacle nocturne que nous offre la Bresse.

Quand le train enjambait la rivière :

La Guyotte est une rivière qui s’écoule en Saône-et-Loire. Elle prend sa source dans l’Étang de Bajodière à Saint-Usuge à une altitude de 206 mètres. Elle rejoint le Doubs (altitude de 176 mètres) après un parcours de 41 kilomètres. Le pont qui l’enjambe sur ce cliché pris à Saint-Bonnet en Bresse est celui de l’ancienne voie ferrée qui reliait Dôle à Chalon-sur-Saône.

Le pont de l’ancienne ligne de chemin de fer qui enjambe la Guyotte à Saint-Bonnet en Bresse est un joli belvédère pour admirer la Voie lactée. © Jean-Baptiste Feldmann

D’après l’histoire des Trains du Verdunois cette ligne fut mise en service en 1871. Le trafic des voyageurs cessa en 1954, celui des marchandises en 1971. Ce tronçon fut ensuite déferré. On peut désormais s’y promener à pied.  Continuer la lecture

Ciel d’été : admirez Messier 13, le grand amas d’Hercule

Parmi les joyaux du ciel d’été ne manquez pas l’amas d’Hercule, Messier 13. Il dévoile sa beauté au télescope mais vous pouvez déjà le repérer au jumelles. 

Vestiges cosmiques :

Les amas globulaires intéressent beaucoup les astrophysiciens. Avec des âges compris entre 10 et 14 milliards d’années ils font office de fossiles des galaxies dont ils occupent la périphérie. On en compte environ 200 en orbite autour de notre Voie lactée. L’un d’entre eux est visible dans la modeste constellation d’Hercule, à l’ouest du Triangle d’été. Enregistré sous le matricule M 13 par Charles Messier en 1764, il avait été découvert cinquante ans plus tôt par Edmond Halley (ce dernier est surtout connu pour avoir le premier soupçonné la périodicité des comètes).

L’amas globulaire Messier 13, joyau du ciel d’été. © David Chiron

Grâce à cette belle image réalisée par David Chiron (association Têtes en l’air) nous allons pouvoir faire connaissance avec ce spectaculaire amas. Continuer la lecture

En vidéo : Beautiful Sky, la magie des ciels étoilés

Je vous présente Beautiful Sky, ma dernière création. Ce diaporama rassemble quelques-unes de mes images du ciel nocturne, à apprécier sans modération.

Le dernier diaporama de mes images remonte à un an. C’est en effet au cours de l’été 2018 que je vous avais proposé Qu’est-ce que la Voie lactée. J’y avais réuni un certain nombre de mes clichés accompagnés d’explications. J’y présentais ce joli spectacle qui s’offre à nous au cours des nuits estivales.

Pour cet été je vous propose Beautiful Sky. C’est une compilation de photographies qui dévoilent la beauté du ciel nocturne. Continuer la lecture

Filé d’étoiles derrière le moulin de Saint-Michel l’Observatoire

Outre son observatoire astronomique, la commune de Saint-Michel l’Observatoire compte un joli moulin à vent restauré il y a quelques années.

Un village célèbre :

Dans les Alpes de Haute-Provence, la petite commune de Saint-Michel l’Observatoire est bien connue pour ses installations astronomiques. C’est là que se trouve le T193. Ce télescope professionnel a permis de découvrir en 1995 la première exoplanète. La construction après la Seconde Guerre mondiale de cet observatoire est à l’origine du nouveau nom du village, auparavant appelé Saint-Michel.

Filé d’étoiles derrière le moulin de Saint-Michel l’Observatoire. © jean-Baptiste Feldmann

Autre curiosité de la commune, un joli moulin à vent restauré il y a quelques années. Il m’a servi de décor pour une image nocturne. Continuer la lecture

Ciel étoilé au-dessus des Rochers des Mourres

Les Rochers des Mourres sont d’étranges sculptures rocheuses à découvrir en Haute-Provence. Les voici photographiées sous les étoiles.

Une histoire d’érosion :

Les Rochers des Mourres sont une curiosité géologique située sur la commune de Forcalquier, dans les Alpes de Haute-Provence. Meules de foin, vasques, cylindres, ces roches aux formes multiples sont issues de la calcification d’herbiers aquatiques à différents stades de leur croissance. Imaginez il y a 25 millions d’années une zone marécageuse, entre lac et rivière. De grands herbiers capturent dans leur feuillage le calcaire des sédiments jusqu’à former de véritables rochers. La vase ensevelit petit à petit le site, recouvrant ces édifices.

Ciel étoilé au-dessus des Rochers des Mourres. © Jean-Baptiste Feldmann

L’élévation des Alpes transforme le paysage, marécages et lacs disparaissent. L’érosion fait ensuite son travail et dégage les rochers que nous voyons aujourd’hui. Continuer la lecture

En mai découvrez le célèbre triplet de galaxies du Lion

Passant au méridien vers minuit au mois de mai, la constellation du Lion abrite un spectaculaire triplet de galaxies à découvrir dans une longue-vue.

Dans les pattes du Lion :

Ce mois-ci je vous invite à partir à la découverte de la constellation du Lion qui domine les nuits de printemps dans l’hémisphère nord. Blottie entre le Cancer et la Vierge, la constellation du Lion est bien connue des astronomes. Son étoile la plus brillante n’est autre que la célèbre Régulus, qui forme avec Arcturus (Bouvier) et Spica (Vierge) le triangle de printemps. Mais ne le confondez pas avec le triangle d’hiver ou le triangle d’été.

Position du triplet de galaxies dans la constellation du Lion. © Feldmann/Lesourd

Cette constellation qui passe au méridien vers minuit au mois de mai héberge un célèbre trio de galaxies. Surnommé le triplet du Lion, il est situé à environ 35 millions d’années-lumière. Niché dans les pattes du Lion, il se compose des galaxies Messier 65, Messier 66 et NGC 3628. Continuer la lecture

Messier 51, la superbe galaxie des Chiens de Chasse

Nichée dans la très modeste constellation des Chiens de Chasse, Messier 51 est un passage obligé pour tout amoureux des belles galaxies.

Une galaxie incontournable :

Vous savez que beaucoup d’astronomes ont eu leur vocation en découvrant Saturne dans un instrument astronomique. Cependant ceux qui ont le bonheur d’admirer la galaxie Messier 51 dans un grand télescope ne sont pas en reste. Pour la trouver levez la tête : en début de nuit au printemps, vous repérerez facilement la Grande Ourse. La discrète constellation des Chiens de Chasse se trouve juste à côté.

Position de la galaxie Messier 51 dans les Chiens de Chasse vers minuit. © Stelvision

On surnomme également Messier 51 la galaxie du Tourbillon (Whirlpool). Elle est le résultat de la rencontre de deux galaxies. Une grande qui a une structure en spirale et une petite que l’on voit au bout d’un des « bras » de la spirale.

Continuer la lecture

Insolite : en Bresse, une yourte sous le ciel étoilé

Récit d’une fraîche nuit passée sous le beau ciel étoilé de la Bresse, à côté de la yourte dans laquelle une association organise des soirées contes.  

La yourte des contes :

Samedi 27 avril. À l’Écolieu du Portail on s’installe confortablement pour une soirée contes. Dans la yourte nouvellement construite le poêle ronfle. Il faut dire que la journée a été pluvieuse et que la nuit s’annonce fraîche. De temps à autre je quitte discrètement ma chaise et je mets le nez dehors.

Vue en direction de l’ouest : l’horizon est encore lumineux. © Jean-Baptiste Feldmann

J’espère une hypothétique éclaircie. Peu après 22 heures le ciel se dégage doucement. Poussés par un vent d’ouest les nuages perdent du terrain. Continuer la lecture

La galaxie du Triangle (Messier 33) en haute résolution

Un assemblage de 54 clichés haute résolution pris par le télescope spatial Hubble révèle la richesse stellaire de Messier 33, la galaxie du Triangle.

54 images assemblées :

25 millions : c’est le nombre d’étoiles que l’on pourrait compter (si l’on en croît la NASA) sur cette mosaïque. Elle est constituée de 54 images réalisées par le télescope spatial Hubble. Il s’agit d’un zoom incroyablement détaillé de la galaxie Messier 33. Elle est appelée aussi galaxie du Triangle du nom de la modeste constellation qui l’héberge. Le Triangle est d’ailleurs la seule constellation de toute la voûte céleste à porter le nom d’une figure géométrique.

Messier 33 photographiée en haute résolution par le télescope Hubble. © NASA/ESA

Coincée entre Persée et Andromède, la petite constellation du Triangle ne compte que 25 étoiles visibles à l’œil nu. La plus brillante n’est que de magnitude 3 ; c’est dire comme elle est peu spectaculaire. Mais le seul objet Messier qu’elle héberge, M 33, vaut largement le détour. Continuer la lecture

En vidéo : les nuits étoilées de la Lituanie

Encore relativement préservée de la pollution lumineuse, la Lituanie offre de belles nuits étoilées comme le prouve cette vidéo.

La Lituanie est un petit pays de moins de trois millions d’habitants. Située au bord de la Mer Baltique, sa superficie est équivalente au 1/10e de celle de la France. Coincée entre la Russie, la Biélorussie, la Lettonie et la Pologne, la Lituanie a peu de grandes villes. Vilnius et Kaunas comptent respectivement 600.000 et 400.000 habitants.

La pollution lumineuse est donc relativement limitée. Mais la situation est moins enviable qu’en Hongrie, pays qui compte déjà trois réserves de ciel étoilé.  Continuer la lecture