DESI : un nouvel instrument va traquer l’énergie noire

L’instrument DESI va analyser la lumière de 35 millions de galaxies. Objectif : tenter de mieux comprendre le rôle de l’énergie noire.

À la recherche de l’énergie noire :

Avec DESI (Dark Energy Spectroscopic Instrument), les astronomes sont sur le point de se lancer dans leur plus ambitieux projet de cartographie du ciel. Au cours des cinq prochaines années ils vont étudier 35 millions de galaxies jusqu’à 11 milliards d’années-lumière. Leur objectif : tenter de mieux cerner la nature de l’énergie noire (ou sombre). Cette force énigmatique a été imaginée pour tenter d’expliquer un curieux phénomène découvert il y a une vingtaine d’années.

Alors que la gravitation (qui est attractive) devrait freiner l’expansion de l’Univers, on observe au contraire que cette expansion accélère à un rythme toujours plus rapide.

DESI, une prouesse technologique :

DESI se compose de dix spectrographes capables d’analyser simultanément la lumière émise par cinq mille objets célestes (galaxies, quasars…). Cela est rendu possible grâce à l’utilisation de cinq mille robots. Ils sont capables de positionner avec une très grande précision autant de fibres optiques en direction des astres à étudier. Cet instrument de nouvelle génération devrait permettre de collecter dix fois plus de données que BOSS (Baryon Oscillation Spectroscopic Survey), son prédécesseur.

Le télescope Mayall de 4 mètres de diamètre du Kitt Peak National Observatory accueille DESI. Ce spectrographe multi-objets chargé de traquer l’énergie noire devrait entrer en service en janvier 2020. © Marilyn Chung/Lawrence Berkeley National Laboratory
Première lumière en septembre :

DESI est le résultat d’’une collaboration franco-américaine entre l’entreprise d’optique Winlight System installée dans le Vaucluse, l’IRFU, les laboratoires du CNRS de la région de Marseille et le Berkeley Lab aux Etats-Unis. DESI est désormais installé au foyer du télescope Mayall de 4 mètres de diamètre au Kitt Peak National Observatory en Arizona. La première lumière est attendue en septembre et si tout se passe bien, le programme de recherche pourrait débuter en janvier 2020 pour une durée de cinq années.

Avec DESI les astrophysiciens espèrent pouvoir reconstruire 11 milliards d’années d’histoire cosmique et tenter de répondre à une question qui les taraude : l’énergie noire est-elle une force uniforme dans l’espace et dans le temps ou a-t-elle évolué ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *