NGC 2626, une nébuleuse bleue dans la constellation des Voiles

Bien que le rouge semble dominer dans les nuages cosmiques, on trouve parfois une touche de bleu. Exemple avec la nébuleuse NGC 2626.

Cap au sud :

Si vous souhaitez un jour admirer NGC 2626, il faudra vous rendre dans l’hémisphère sud. Cette nébuleuse se situe en effet dans la constellation australe des Voiles, non loin de la Carène. Vous profiterez sans aucun doute de ce voyage pour découvrir d’autres merveilles célestes australes, comme les Nuages de Magellan.

Les Nuages de Magellan sont visibles depuis l’hémisphère sud. © ESO/J. Colosimo

Située à plus de 3.000 années-lumière, NGC 2626 a été découverte en 1835 par John Herschel, fils de William Herschel et neveu de Caroline Herschel. La nébuleuse a ensuite été enregistrée dans l’imposant New General Catalogue of Nebulae and Clusters of Stars (NGC) qui regroupe près de 8.000 objets du ciel profond. Continuer la lecture

Aurore australe au-dessus de la base scientifique Concordia

Moins souvent photographiées que les aurores boréales, les aurores australes illuminent aussi le ciel de l’hémisphère sud, comme à Concordia.

Science extrême :

Concordia est la base scientifique la plus isolée du monde. Située en Antarctique, elle dépend des instituts polaires français et italien. On y  accueille des scientifiques depuis un quart de siècle. Ils viennent y étudier la glaciologie, la physique de l’atmosphère, la sismologie, la biologie humaine, etc… C’est aussi l’endroit idéal pour faire des observations astronomiques de grande qualité (pas de pollution lumineuse, une longue nuit de 3 mois et un très faible taux d’humidité).

Cyprien Verseux lors de son hivernage à Concordia en 2018. © Cyprien Verseux

En 2018, l’astrobiologiste français Cyprien Verseux s’y était rendu pour un long séjour. Il avait partagé ses impressions sur son blog Mars la blanche.

Aurore australe :

Les aurores australes et boréales proviennent de l’excitation des atomes d’oxygène et d’azote présents dans l’atmosphère terrestre lorsque le vent solaire chargé en particules énergétiques vient balayer notre planète. La plupart des photographies d’aurores polaires montrent des aurores boréales : il est en effet plus facile pour les photographes de se rendre à proximité du pôle Nord, que ce soit en Islande comme le français Stéphane Vetter, en Alaska comme le coréen Sangku Kim ou encore en Norvège comme l’espagnol  Horacio Llorens.

Aurore australe au-dessus de la station Concordia. © Marco Buttu

Mais les aurores polaires se développent également au-dessus du pôle Sud, même si les observateurs sont moins nombreux à les signaler. Les chercheurs en hivernage à Concordia admirent régulièrement ces magnifiques draperies célestes depuis le Plateau antarctique. La preuve avec ce très beau cliché réalisé par Marco Buttu. Notez la présence de la constellation d’Orion derrière la Station. L’étoile brillante à droite est Sirius.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

C/2021 J1 Maury-Attard, la comète française inespérée

Des astronomes amateurs français viennent de découvrir une nouvelle comète, C/2021 J1 Maury-Attard, grâce à un procédé ingénieux.

Grand bonheur pour une lointaine comète :

Ne vous faites aucune illusion : vous ne verrez pas la comète C/2021 J1 Maury-Attard. L’astre chevelu, de magnitude 19 lors de sa découverte le 9 mai, est incomparablement plus faible que la belle Neowise. Mais ses découvreurs, Alain Maury et Georges Attard, sont des astronomes amateurs comblés. Le premier a monté son observatoire dans le désert d’Atacama au Chili. Au milieu d’une forêt de coupoles qu’il met à la disposition des astronomes, il utilise deux télescopes (bientôt quatre) pour traquer astéroïdes et comètes. Le second prend le relais à distance quand il se réveille en France et analyse les données recueillies.

Actuellement deux télescopes installés au Chili sont impliqués dans le projet MAP de recherche de comètes et d’astéroïdes mené par des amateurs. © SpaceObs/MAP

Un troisième compère, Daniel Parrott, est l’auteur du logiciel qui permet de repérer d’éventuels astres mobiles au milieu des étoiles. À eux trois, ils constituent le noyau dur du projet MAP. Continuer la lecture

Spectaculaire jeu d’ombres de deux satellites sur Jupiter

La danse des satellites autour de Jupiter offre parfois un spectacle insolite. Exemple avec les ombres de Io et Ganymède le 5 juin. 

Vous avez dit PHEMUS :

Cette année, les satellites galiléens de Jupiter (Io, Europe, Ganymède et Callisto) s’occultent ou s’éclipsent mutuellement. Les astronomes appellent cela les phénomènes mutuels ou PHEMUS. Ces parties de cache-cache se produisent quand le Soleil est dans le plan équatorial jovien, une configuration qu’on retrouve tous les six ans. On assiste à une occultation lorsqu’un satellite passe derrière un autre. Dans le cas d’une éclipse, on voit s’éteindre quelques instants un satellite qui traverse le cône d’ombre d’un autre satellite. En 2021, la mécanique céleste est à l’origine de 242 phénomènes mutuels entre le 3 janvier et le 16 novembre.

Les ombres des satellites Ganymède (le plus à gauche de l’image) et Io (juste à côté de Jupiter) se projettent sur la surface nuageuse de la planète gazeuse géante le 5 juin. Ganymède, le plus grand des deux satellites, a logiquement l’ombre la plus grosse. © Quentin Gineys

Comme Jupiter a une déclinaison négative, les observateurs situés dans l’hémisphère Sud sont mieux placés pour assister aux différents PHEMUS. C’est le cas de l’astronome amateur Quentin Gineys installé sur l’Île de la Réunion.    Continuer la lecture

7P/Pons-Winnecke, la comète franco-allemande, est de retour

Découverte en 1819 par le Français Jean-Louis Pons, la comète périodique 7P/Pons-Winnecke traverse actuellement le ciel nocturne.

Pons, le concierge chasseur de comètes :

7P/Pons–Winnecke est l’une des nombreuses comètes découvertes par Jean-Louis Pons. Arrêtons-nous un moment sur la vie de cet astronome qui mérite d’être évoquée. Né en 1761, Pons grandit dans une modeste famille au milieu de ses dix frères et sœurs. En 1789, il devient le concierge de l’Observatoire de Marseille. Analphabète mais passionné d’astronomie, il déniche sa première comète en 1801 avec une lunette de sa fabrication. Il suit parallèlement des cours d’astronomie à l’observatoire. Son excellente vue et sa ténacité vont lui permettre de découvrir 37 astres chevelus en 26 ans !

Jean-Louis Pons, prolifique découvreur de comètes. © CNRS

Plus grand découvreur de comètes, Jean-Louis Pons restera pourtant toujours dans l’ombre de Charles Messier. Ce dernier, qu’on surnomma le furet des comètes, n’en découvrit pourtant que 20, ce qui est quand même un score très honorable ! Continuer la lecture

Eclipse de Lune derrière les coupoles du VLT

L’astrophotographe Yuri Beletsky a réalisé un magnifique cliché de l’éclipse de Lune du 26 mai 2021 dans l’axe des coupoles du VLT.   

Super Lune éclipsée :

Le 26 mai 2021, il était possible d’admirer la plus grosse Pleine Lune de l’année. Le phénomène s’explique par l’orbite elliptique de la Lune.  Au plus près, le périgée, la distance Terre-Lune est de 356.700 km. Au plus loin, l’apogée, la Lune se trouve à 406.300 km. Cette variation de distance s’accompagne logiquement d’une variation du diamètre lunaire apparent. Ce dernier oscille entre 29,5 minutes d’arc à l’apogée et 33,5 minutes d’arc au périgée. Hier, de nombreux observateurs français ont essayé d’immortaliser l’événement.

Eclipse de Lune derrière les coupoles du Very Large Telescope. © Yuri Beletsky

Mais d’autres régions du monde ont eu droit pour l’occasion à un bonus : une éclipse de Lune. Ce fut le cas par exemple au Chili. L’astrophotographe Yuri Beletsky a passé la nuit dans le désert d’Atacama pour photographier la Lune éclipsée glissant derrière les coupoles du VLT. Continuer la lecture

Le 26 mai, admirez la plus grosse Pleine Lune de l’année

Le 26 mai 2021, la plus grosse Pleine Lune de l’année s’accompagne d’une éclipse totale, malheureusement invisible en Europe. 

Une question de distance :

Vous allez forcément entendre parler de la plus grosse Pleine Lune qui tombe le 26 mai 2021. Mais que signifie ce terme exactement ? En raison de son orbite elliptique, la Lune n’est pas toujours à la même distance de la Terre.

La Pleine Lune se couche dans l’axe du pont aux Lions à Arles. © Jean-Baptiste Feldmann

Au plus près, le périgée, cette distance est de 356.700 km. Au plus loin, l’apogée, la Lune se trouve à 406.300 km. Cette variation de distance s’accompagne logiquement d’une variation du diamètre lunaire apparent. Il oscille entre 29,5 minutes d’arc à l’apogée et 33,5 minutes d’arc au périgée. Explication en images avec ce montage de Philippe Moussette :

Lorsque le  périgée  coïncide avec la  Pleine Lune, les astronomes parlent de périgée-syzygie. Quant aux journaux, ils préfèrent le terme de Super Lune.

Que voit-on réellement ?

Concrètement, le diamètre de la Lune peut varier de 12% entre l’apogée et le périgée. C’est une différence de diamètre apparent que vous mettrez aisément en évidence en photo (voir ci-dessus). Visuellement, le spectacle reste le même, car votre cerveau sera incapable de se souvenir du diamètre apparent d’une ancienne Pleine Lune ! Pour autant, ne vous privez pas de ce joli spectacle.

La chouette et la Pleine Lune, joli souvenir du Périgord. © Jean-Baptiste Feldmann
Conseils pour admirer la Pleine Lune :

La Pleine Lune se produit le 26 mai 2021 à 11 h 14. À ce moment-là, il fera jour en Europe, mais une éclipse totale de Lune sera observable depuis les contrées plongées dans la nuit. En France, vous pouvez l’admirer pleine les soirs des 25 et 26 mai. Le 25, elle sera levée à l’Est avant que le Soleil ne soit couché à l’Ouest. Le 26, son lever interviendra plus tard, une trentaine de minutes après la disparition du Soleil. N’attendez pas que la Lune soit trop haute pour admirer le spectacle et éventuellement le photographier ! Ensuite, elle deviendra rapidement très brillante dans un ciel de plus en plus sombre.

Lever de Pleine Lune , un cliché toutes les deux minutes. © Jean-Baptiste Feldmann
Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Les diamants de la nébuleuse du Collier ne sont pas éternels

Les nuages de gaz qui brillent comme des diamants dans la nébuleuse du Collier sont éphémères. Ils finiront par disparaître.

Suivez la Flèche dans le Triangle :

Elle s’appelle PN G054.2-03.4, PN pour Planetary Nebulae. Cette nébuleuse planétaire, la nébuleuse du Collier, se situe dans la Flèche. La petite constellation en question est à rechercher dans le Triangle d’été. La nébuleuse doit son nom à un anneau d’environ 1/2 année-lumière de diamètre parsemé de « perles » de gaz lumineuses. Nous en découvrons la beauté grâce à cette superbe image réalisée à l’aide de la caméra grand champ du télescope spatial Hubble. L’instrument vient d’ailleurs de fêter ses 31 ans (il a été mis en orbite le 24 avril 1990).

La nébuleuse du Collier dans la constellation de la Flèche. © ESA/Hubble & NASA, K. Noll

Comment s’est formé ce collier de diamants aux proportions cosmiques ? Là où vous ne voyez qu’un point lumineux au centre de la nébuleuse, deux astres se livrent à une danse endiablée.

Scène de cannibalisme stellaire :

Imaginez deux étoiles identiques au Soleil qui tournent l’une autour de l’autre. Il y a 10.000 ans, la plus vieille des deux a enflé jusqu’à engloutir son infortuné compagnon. Mais ce dernier ne s’en est pas laissé compter. Il a continué à orbiter à l’intérieur de sa voisine en accélérant jusqu’à effectuer un tour en un peu plus d’une journée seulement ! À une telle vitesse, la petite étoile a progressivement arraché des morceaux de l’enveloppe de sa gourmande compagne. Ces lambeaux ont fini par former un anneau de débris (la nébuleuse) contenant des poches de gaz chaud et brillant (les diamants).

La nébuleuse du Collier se trouve dans la Flèche, une constellation située dans un coin du Triangle d’été. © Stelvision

Les nébuleuses planétaires sont condamnées à disparaître, leur gaz se diluant dans l’espace en quelques dizaines de milliers d’années. La nébuleuse du Collier ne fera pas exception à la règle et perdra un jour ses diamants.

En savoir plus :

Les nébuleuses planétaires (NP) portent un nom qui peut prêter à confusion. On le doit uniquement à leur aspect circulaire qui les faisait passer pour des planètes dans les télescopes imparfaits de nos aïeux. Il s’agit en réalité d’une enveloppe gazeuse éjectée par des étoiles très chaudes. Elles deviennent instables en fin de vie, lorsqu’elles ont atteint le stade de naine blanche.

Certaines nébuleuses planétaires sont particulièrement photogéniques. La nébuleuse de l’Hélice ressemble à un œil dans le cosmos. © NASA/JPL-Caltech/K. Su (Univ. of Arizona)

Les astronomes estiment que notre Galaxie pourrait compter 30.000 NP dont seulement 10% ont été découvertes à ce jour. Depuis une dizaine d’années, des astronomes amateurs confirmés ont décidé de traquer de nouvelles nébuleuses planétaires qui auraient échappé aux grands télescopes. Ils ont mis au point des protocoles de prises de vues très élaborés et ont réalisé ainsi plusieurs centaines de découvertes. On peut retrouver leur travail sur le site PlanetaryNebulae.net.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Nuages irisés pour une occultation d’étoile par la Lune

L’occultation par la Lune le 15 mai 2021 d’une brillante étoile des Gémeaux, Mebsuta, s’est déroulée au milieu de jolis nuages irisés.

Cache-cache céleste :

Au fil des nuits, vous avez sans doute remarqué que la Lune et les planètes circulent dans une bande de ciel. Cette bande est centrée sur l’écliptique, un grand cercle qui symbolise le plan du Système solaire. C’est en raison de leur proximité avec l’écliptique que certaines étoiles sont régulièrement masquées. On parle alors d’occultation. Vues de la Terre, elles sont éclipsées soit par la Lune, beaucoup plus rarement par des planètes. C’est assez logique quand on compare le diamètre apparent de notre satellite naturel (30 minutes d’arc) à celui des planètes, environ 80 fois plus petit.

Cliché réalisé le 15 mai 2021, une heure avant l’occultation de Mebsuta, une étoile de magnitude 3,2 située dans la constellation des Gémeaux. © Jean-Baptiste Feldmann

Continuer la lecture

NGC 4565, la belle galaxie spirale oubliée par Charles Messier

Comment une superbe galaxie spirale vue par la tranche a-t-elle pu échapper à Charles Messier ? La question se pose toujours pour NGC 4565. 

Galaxies dans une Chevelure :

La Chevelure de Bérénice est un ancien astérisme (une figure remarquable dessinée par des étoiles particulièrement brillantes) situé entre les constellations du Bouvier et du Lion. Le nom de ce groupe d’étoiles fait référence à la reine Bérénice II d’Égypte, qui sacrifia sa longue chevelure comme offrande à Aphrodite. C’est là que vous pourrez dénicher NGC 4565, une galaxie spirale de magnitude 9,6. Située à environ 50 millions d’années-lumière de nous, elle a été découverte par William Herschel en 1785. Elle a ensuite été intégrée au New General Catalog Objects avec le numéro 4565.

La belle galaxie spirale NGC 4565 a été oubliée par Charles Messier. © Christoph Kaltseis

La Chevelure de Bérénice cache une autre curiosité, NGC 4651, la curieuse galaxie du Parapluie. Mais revenons à NGC 4565, qu’on surnomme la galaxie de l’Aiguille en raison de la finesse de son disque vu par la tranche. Continuer la lecture

Le rendez-vous entre la Lune et Mercure a tenu ses promesses

Le rapprochement entre la Lune et la fugace Mercure dans la soirée du 13 mai 2021 était l’un des plus beaux de ces dernières années.

Insaisissable Mercure :

Plus proche planète du Soleil, Mercure est toujours délicate à observer, perdue dans les lueurs de l’aube ou du crépuscule. Les premiers Égyptiens ont d’ailleurs longtemps cru qu’il s’agissait de deux astres différents : un le soir, un autre le matin. Mais si vous savez à quel moment et dans quelle direction regarder, vous la trouverez relativement facilement en raison de son éclat en général assez élevé. C’est d’ailleurs sa luminosité qui avait permis aux Sumériens de la repérer dès l’Antiquité.

Vénus (la plus brillante) et Mercure au crépuscule en mai 2020. © Jean-Baptiste Feldmann

En raison de son déplacement très rapide (la planète met seulement 88 jours pour faire le tour du Soleil), les Romains lui avaient donné le nom du dieu du commerce. Chez les Grecs, cet astre était assimilé à Hermès, le Messager des dieux. Continuer la lecture

La réfraction atmosphérique fait onduler la Lune à l’aube

La réfraction atmosphérique nous réserve bien des surprises. Exemple avec ce lever du croissant de Lune à l’aube du 8 mai. 

Quand les astres se déforment :

Nous savons que la pression atmosphérique varie selon l’altitude. C’est pour cette raison qu’un baromètre ne donne de prévisions fiables que si nous avons pris soin de l’étalonner. Les rayons lumineux sont affectés par les variations de la pression atmosphérique. Plus la pression est forte (près du sol), et plus la réfraction atmosphérique augmente et dévie les rayons. C’est la raison pour laquelle on observe les plus fortes distorsions lorsque les astres sont sur l’horizon. Le phénomène est particulièrement bien mis en valeur dans cette vidéo de Babak Tafreshi :

La réfraction atmosphérique est également responsable de toutes sortes de mirages solaires, de l’effet Novaya Zemlya au rayon vert, en passant par le vase étrusque. Que peut-on observer dans le cas de la Lune ? Continuer la lecture

Zoom sur Gassendi, le cratère lunaire aux multiples crevasses

Creusé dans la Mer des Humeurs par la chute d’un astéroïde, Gassendi est un vénérable cratère d’impact au fond crevassé.

Cap au SUD-OUEST de la Lune :

Les observateurs lunaires ne manquent jamais de pointer le cratère Gassendi un peu avant la Pleine Lune. C’est à partir du onzième jour de la lunaison qu’il apparaît sur le bord OUEST de la Mer des Humeurs. Cratère d’impact d’une centaine de kilomètres de diamètre, Gassendi porte le nom de l’astronome et mathématicien français Pierre Gassendi. L’astéroïde de 5 kilomètres de diamètre qui a formé ce cratère est tombé au Nectarien, il y a presque 4 milliards d’années.

Position de la Mer des Humeurs et du cratère Gassendi. © Sky Publishing Corporation

C’est pendant cette période géologique que se sont formés les grands bassins lunaires, tel celui de Mare Nectaris, suite à de violents impacts météoritiques. Continuer la lecture

La constellation d’Orion se couche depuis les îles Andaman

La constellation d’Orion abandonne lentement le ciel nocturne. Dernier regard depuis les îles Andaman où les étoiles plongent dans l’océan.

Îles indiennes :

Les îles Andaman se situent dans le nord-est de l’océan Indien, entre le golfe du Bengale et la mer d’Andaman. L’archipel, rattaché à l’Inde, compte 300.000 habitants. Sur les 204 îles qui constituent l’ensemble, seules 38 sont habitées. On peut y trouver des plages paradisiaques et des spots de plongée sous-marine renommés. L’une de ces îles abrite la tribu des Sentinelles, qu’il est interdit d’approcher à moins de cinq kilomètres. En 2018, un touriste américain qui avait tenté d’entrer en contact avec eux, était mort criblé de flèches empoisonnées.

La constellation d’Orion depuis les îles Andaman. © Vikas Chander, annotations J. François

L’astrophotographe indien Vikas Chander a choisi une de ces îles pour immortaliser le coucher de la belle constellation d’Orion. L’image ci-dessus, réalisée depuis la mangrove, est annotée par Jean François.      Continuer la lecture

Au Rubin Observatory, le télescope Simonyi prend forme

Dans la Cordillère des Andes, les techniciens poursuivent l’assemblage des différents éléments du télescope Simonyi.

Un nouveau télescope dans la Cordillère :

L’Observatoire Vera Rubin est un fabuleux projet astronomique. Premier observatoire à porter le nom d’une femme astronome, il sera équipé d’un télescope de 8,4 mètres de diamètre. Cet instrument porte le nom de Charles Simonyi, le créateur du logiciel Word. Le riche informaticien a financé en partie la réalisation du miroir du télescope. Après une pause forcée en raison de la pandémie mondiale, les travaux ont repris au sommet du Cerro Pachón. Une grue capable de soulever 500 tonnes a permis de mettre en place les éléments qui composent la monture du télescope à l’intérieur de sa coupole. Images Rubin Observatory/NSF/AURA.

Cette région de la Cordillère des Andes est très prisée des astronomes pour la qualité de son ciel. On trouve par exemple sur un sommet voisin l’Observatoire interaméricain du Cerro Tololo. Continuer la lecture

Que peut-on voir dans le ciel nocturne en mai 2021

Un seul mot d’ordre pour ce mois de mai 2021 : observez le beau retour des planètes Mercure et Vénus dans le ciel du soir.

Galaxies de mai :

À l’approche du solstice d’été (le 21 juin), les nuits se font plus courtes. Ce n’est pourtant pas une raison pour délaisser le ciel profond. Les galaxies du Lion et de la Vierge vous tendent les bras. Armé d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, cherchez le célèbre triplet du Lion ou encore Messier 87.

Le photogénique triplet de galaxies dans la constellation du Lion. © G. et B. Lesourd

Mais ce mois de mai 2021 va surtout être l’occasion de profiter d’une belle opportunité planétaire. La fugace Mercure est en effet de retour en soirée, tout comme Vénus. Continuer la lecture

Deux têtards cosmiques nagent dans la nébuleuse IC 410

Nichée dans la constellation du Cocher, la nébuleuse IC 410 abrite deux nuages de gaz et de poussière dont la forme évoque celle des têtards.  

Une vision enrichie :

L’évolution de la puissance des télescopes a permis de multiplier la découverte d’objets célestes singuliers. Prenez la nébuleuse en émission IC 410, située à 12.000 années-lumière. Elle était beaucoup trop faible pour être perçue dans l’instrument de John Herschel (le neveu de Caroline Herschel). En observant la constellation du Cocher en 1827, cet astronome britannique n’a découvert qu’un amas d’étoiles, NGC 1893, de magnitude 7. Ce n’est que bien plus tard qu’on a pu détecter tout autour les faibles volutes de la nébuleuse IC 410 (magnitude 10).

La nébuleuse IC 410, l’amas d’étoiles NGC 1893 et les deux têtards. © Dieter Berger

Puis l’astrophotographie a fait son apparition. Les longues poses photographiques et l’évolution des capteurs ont révélé des détails insoupçonnés, comme deux têtards cosmiques (ou des spermatozoïdes…). Continuer la lecture

Un astronome amateur invente un observatoire mobile

Anders Hjelset, un astronome amateur norvégien, a conçu un observatoire mobile pour aller observer loin de la pollution lumineuse.

La pollution lumineuse, un fléau :

Depuis l’apparition de l’éclairage public, la lumière a progressivement effacé les étoiles du ciel nocturne. Cette pollution lumineuse ne cesse de s’étendre et empêche l’alternance naturelle du jour et de la nuit. On estime aujourd’hui qu’un tiers de la population mondiale ne peut pas voir la Voie lactée.

Pour pouvoir continuer à observer et photographier le ciel nocturne, les astronomes amateurs cherchent à s’éloigner des lumières. Les plus chanceux (et les plus fortunés) construisent un petit observatoire dans un lieu isolé. Mais leurs espoirs sont parfois anéantis par l’installation de nouvelles sources lumineuses. En effet, un site d’observation peut perdre ses qualités au fil des années en fonction de l’urbanisation des alentours. Continuer la lecture

Promontorium Heraclides, une tête de femme sur la Lune ?

Depuis plus de trois siècles, les observateurs lunaires s’amusent à imaginer la tête de femme en admirant Promontorium Heraclides.

Un golfe encadré par deux promontoires :

Les paysages lunaires résultent pour la plupart de violents impacts. Il y a un peu plus de 3 milliards d’années, un astéroïde d’environ 15 kilomètres de diamètre est venu frapper la Lune dans son quart NORD-OUEST. La collision a laissé un cratère de 260 kilomètres de diamètre dans le remblai extérieur du bassin de la mer des Pluies (Mare Imbrium). Les épanchements de lave ont ensuite comblé en partie le fond de cette gigantesque excavation.

C’est ainsi qu’est né le Golfe des Iris (Sinus Iridum). Ce golfe est limité par deux pointes de terre qui s’avancent dans Mare Imbrium. À l’EST on trouve Promontorium Laplace, et à l’OUEST Promontorium Heraclides. Continuer la lecture

Le Grand Télescope des Canaries immortalise Messier 11

Le Grand Télescope des Canaries, le plus grand de l’hémisphère nord, a été utilisé pour réaliser une image saisissante de l’amas Messier 11. 

Un géant espagnol :

Le GTC, Gran Telescopio Canarias (le Grand télescope des îles Canaries) est le plus grand télescope de l’hémisphère nord. Financé à 90 % par l’Espagne, il est installé sur l’île de La Palma, à 2.396 mètres d’altitude. Son miroir primaire est constitué d’un assemblage de 36 miroirs hexagonaux. C’est l’équivalent d’un miroir sphérique de 10,4 mètres de diamètre. Le GTC est actuellement le second plus grand télescope du monde. Il est devancé dans l’hémisphère sud par le SALT (Southern African Large Telescope), un instrument de 11 mètres de diamètre.

Le Grand Télescope des Canaries et son miroir de 10,40 mètres. © Jean-Baptiste Feldmann

Dans quelques années, nous assisterons à la mise en service de télescopes géants comme l’E-ELT (European Extremely Large Telescope). En attendant, le GTC fournit des images exceptionnelles comme celle de Messier 11. Continuer la lecture

"J'ai en moi un besoin terrible. Dirais-je le mot? La religion. Alors, je sors la nuit et je peins des étoiles." Vincent van Gogh