À suivre : la planète naine Cérès est au plus près de la Terre

Cérès passe à l’opposition le 27 novembre 2021. C’est donc la meilleure période pour repérer la plus petite planète naine connue.

Un astéroïde devenu planète naine :

Cérès a été découverte le 1er janvier 1801 par Giuseppe Piazzi, le directeur de l’Observatoire de Palerme en Sicile. Elle porte le nom de la déesse romaine de l’agriculture et de la fécondité. C’est en 2006 que l’Union astronomique internationale a reclassé Cérès (considérée alors comme un astéroïde) dans la famille des planètes naines en raison de sa forme sphérique. Avec un diamètre d’environ 950 km, c’est la plus petite des cinq planètes naines connues à ce jour (il y a aussi Hauméa, Eris, Makémaké et Pluton).

Ahuna Mons (photographié par la sonde Dawn), un cryovolcan sur Cérès. © NASA

Planète naine la plus proche de nous, Cérès occupe une place particulière dans le Système solaire. En effet, elle s’intercale entre les planètes humides (la Terre et Mars) et les planètes gazeuses comme Jupiter et Saturne. La sonde Dawn (lancée le 27 septembre 2007) a exploré ce corps céleste de très près (35 km d’altitude) de février 2015 à octobre 2018. Continuer la lecture

Éclipse de Lune du 19 novembre : ce que vous pourrez voir

L’éclipse de Lune qui se produira à l’aube du vendredi 19 novembre 2021 ne sera pas observable par tout le monde. Explications.

Spectacle tronqué :

Au mois de novembre, le ciel nous offre une première éclipse de Lune visible en France depuis celle (partielle) du 16 juillet 2019. L’avant-dernière Pleine Lune de l’année a en effet la bonne idée de se glisser dans le cône d’ombre terrestre à l’aube du 19 novembre 2021. Malheureusement pour les observateurs français, seul le début du phénomène sera visible. Grâce aux données fournies par L’IMCCE sur cette page, nous allons pouvoir découvrir le déroulement de cette éclipse.

Les heures étant toujours indiquées en TU dans les éphémérides, il nous faut ajouter une heure en hiver pour avoir l’heure en France. Continuer la lecture

Les Rencontres du Ciel et de l’Espace sont enfin de retour !

Repoussée d’un an en raison de la pandémie, la douzième édition des Rencontres du Ciel et de l’Espace aura lieu du 19 au 21 novembre 2021. 

Rendez-vous bisannuel :

En astronomie, il y a des rendez-vous incontournables. Sous les étoiles, ce sont les Rencontres Astronomiques de Printemps, qui ont fêté leurs 20 ans en 2018. En intérieur, ce sont les Rencontres du Ciel et de l’Espace. Depuis 1998, à l’initiative de l’Association Française d’Astronomie (AFA), les passionnés du ciel rallient tous les deux ans la Cité des Sciences et de l’Industrie.

Souvenir des Rencontres du Ciel et de l’Espace 2018. © Jean-Baptiste Feldmann

Ils ont le plaisir de se retrouver à l’occasion des Rencontres du Ciel et de l’Espace (RCE). Reportées en 2020 en raison de la pandémie, les RCE se dérouleront cette année 2021 du 19 au 21 novembre. Continuer la lecture

La comète Leonard pourrait devenir la plus brillante de l’année

La comète C/2021 A1 (Leonard) continue de s’approcher de la Terre et pourrait nous offrir un beau spectacle au mois de décembre.

Une année pour nous rejoindre :

Le 3 janvier 2021, l’astronome Greg Leonard a découvert une comète de magnitude 19 sur des images réalisées à l’Observatoire du Mont Lemmon en Arizona. L’astre chevelu , enregistré sous le matricule C/2021 A1 (Leonard), se trouvait alors dans les Chiens de Chasse. Cette constellation circumpolaire (proche de l’étoile Polaire, elle ne se couche jamais pour les observateurs français) est surtout connue pour héberger la superbe galaxie Messier 51.

La comète Neowise lors de son passage en juillet 2020. © Jean-Baptiste Feldmann

Il aura fallu un an à C/2021 A1 pour venir nous voir. La comète est en effet attendue au plus près du Soleil, son périhélie, le 3 janvier 2022. Les astronomes ont aussi calculé qu’elle passerait à 35 millions de kilomètres de la Terre le 12 décembre. Six jours plus tard l’astre chevelu se trouvera à seulement 4,2 millions de kilomètres de Vénus. Continuer la lecture

Au Japon, les astronomes ont vu la Lune passer devant Vénus

La spectaculaire occultation de Vénus par la Lune le 8 novembre dernier a pu être immortalisée par des astronomes au Japon.

Spectacle céleste :

Au Japon, l’astronome amateur Tomio Akutsu fait partie des meilleurs photographes planétaires au monde. Il a notamment réalisé de très belles images de la planète Mars. Mais ce 8 novembre 2021, c’est vers Vénus qu’il a pointé son télescope. La seconde planète du Système solaire avait en effet rendez-vous avec la Lune. Une occultation visible seulement depuis le Japon et l’Asie aux alentours de 5 heures TU. L’observation était impossible en France, les deux astres n’étant pas encore levés à une heure aussi matinale.

Planche réunissant plusieurs clichés de l’occultation de Vénus (actuellement nous voyons un Quartier de Vénus) par le croissant de Lune le 8 novembre 2021. © Tomio Akutsu

Bien qu’il fasse jour au Japon au moment de l’occultation, on pouvait quand même suivre cette rencontre céleste avec un instrument astronomique en raison de l’éclat élevé de la Lune et de Vénus (magnitude de -4,5 pour cette dernière). L’astronome amateur Paul Krizak avait eu la chance de filmer un spectacle similaire depuis San Diego en Californie en 2015. Sa vidéo nous permet d’admirer la lente disparition de Vénus derrière la Lune :

Quelques heures après cette partie de cache-cache, alors que la nuit tombait en France, je photographiais à mon tour les deux astres qui avaient repris leur distance :

Le rapprochement Lune-Vénus immortalisé dans la soirée du 8 novembre 2021 avec la complicité de Christine, quelques heures après l’occultation. © Jean-Baptiste Feldmann
Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Le 11 novembre, une étoile va s’éteindre pendant 20 secondes

Le 11 novembre avant l’aube, la lumière d’une étoile dans la constellation du Triangle sera masquée par le passage d’un astéroïde.

Des occultations très utiles :

Le 11 novembre 2021, avant que le jour ne se lève en Europe, de nombreux astronomes seront derrière leur télescope. Un peu avant 4 heures, ils guetteront l’extinction de l’étoile UCAC4 616-007599. Cet astre de magnitude 11,7 est situé dans la constellation du Triangle. Il sera occulté par l’astéroïde 2002 TC 302 pendant une vingtaine de secondes au maximum. Observer l’extinction d’une étoile est une manière élégante d’en savoir un peu plus sur l’astéroïde auquel on ne peut pas rendre visite.

L’observation d’une occultation d’étoile par un astéroïde permet de révéler la forme de ce dernier. Chaque trait correspond à la mesure de lumière obtenue par un observateur. Les astronomes se répartissent sur une ligne perpendiculaire à la trajectoire de l’ombre de l’astéroïde pour en définir le contour. © IOTA

En mesurant la durée d’occultation de l’étoile depuis différents endroits, on peut déterminer la forme (voir ci-dessus) et l’albédo (l’éclat) de ce corps céleste. En 2014, les astronomes avaient par exemple étudié trois occultations d’étoiles par 2014 MU69. Continuer la lecture

Nouvelle rencontre entre la Lune et Vénus le 8 novembre

Les mouvements des astres les conduisent parfois à se croiser. Le 8 novembre, c’était l’avant-dernière rencontre entre la Lune et Vénus.

Flirt céleste :

Les photographes vous le diront : chaque rencontre entre la Lune et Vénus est un spectacle. Bien entendu, le rapprochement n’est qu’apparent. Ce 8 novembre par exemple, Vénus était environ 200 fois plus éloignée de nous que le croissant lunaire. Mais la brillance de la seconde planète du Système solaire compense sa distance. Vénus étincelle actuellement d’une magnitude de -4,7. Une fois le Soleil couché, aucune autre planète ou étoile ne peut rivaliser d’éclat. À chaque nouvelle lunaison, nous pouvons espérer admirer une rencontre entre le croissant de Lune et Vénus en soirée.

Les rapprochements Lune-Vénus me permettent de réaliser des compositions originales avec ma compagne Christine, comme le 8 novembre 2021. © Jean-Baptiste Feldmann

Mais attention, Vénus sera en conjonction avec le Soleil le 9 janvier prochain. Il ne reste plus qu’un rendez-vous en décembre (le 6-7). En 2022, ces rendez-vous célestes se produiront en fin de nuit, un peu avant chaque Nouvelle Lune.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Hen 2-437, une libellule cosmique au milieu des étoiles

La nébuleuse planétaire Hen 2-437 déploie délicatement ses ailes dans la constellation du Petit Renard, telle une libellule cosmique. 

Deux astronomes pour une nébuleuse : 

La modeste constellation du Petit Renard se situe sur le bord Est du Triangle d’été. Bien que cet astérisme ne compte aucune étoile brillante, il est très connu des astronomes pour héberger Dumbbell. Sa petite sœur Hen 2-437 est une autre nébuleuse planétaire, une catégorie d’objets célestes qui intéresse beaucoup les astronomes (lire à ce sujet Moisson de nébuleuses planétaires pour deux amateurs).

Dumbbell, la plus célèbre des nébuleuses planétaires, est située dans la constellation du Petit Renard, tout comme sa petite sœur beaucoup plus discrète, Hen 2-437. © P. Renauld

Cependant, Hen 2-437 est beaucoup plus discrète que Dumbbell. Avec une magnitude de 15, elle est indécelable dans un télescope d’amateur ! Un éclat aussi faible explique sa découverte assez récente, en 1946, par l’astronome germano-américain Rudolph Minkowski. Vingt ans plus tard, elle prenait place dans le catalogue créé par Karl Gordon Henize. Cet astronome américain touche-à-tout fut également astronaute à bord de la navette Challenger en 1985. Il mourut en 1993 (à l’âge de 66 ans) au cours d’une ascension du mont Everest. Continuer la lecture

Dernière (magnifique) aurore boréale pour Thomas Pesquet

Depuis la Station spatiale, Thomas Pesquet a pu admirer une dernière aurore boréale de toute beauté avant son retour sur Terre.

Aurore vue de l’espace :

Le plus célèbre spationaute français, Thomas Pesquet, a eu droit a un très beau cadeau de la Nature avant de quitter l’ISS aujourd’hui dans une capsule Dragon. Sa mission à bord de la Station spatiale internationale s’achève sur une splendide aurore boréale. Car si nous avons échappé à la tempête solaire d’Halloween le weekend dernier, il ne se passe pas une nuit sans que le ciel ne se pare de belles couleurs aux latitudes polaires. En cause, l’activité de notre étoile qui s’intensifie. Le nouveau cycle solaire devrait atteindre son maximum en 2025.

Dernière aurore boréale observée par Thomas Pesquet avant son retour. © ESA/NASA–T. Pesquet

Sur son compte Flickr, Thomas Pesquet a partagé un très beau cliché de cette aurore avec ce commentaire : “La nature a décidé de nous offrir un bouquet final pour le départ : l’aurore boréale la plus intense de toute la mission… Elle dessinait une véritable couronne sur le nord de l’Amérique, avec des pics qui semblaient dépasser notre altitude, et des pulsations rapides qui dessinaient des vagues bleues-vertes, on aurait dit comme une respiration ! Nous avons volé au travers, le nez collé aux vitres.” Continuer la lecture

La plus grande tempête solaire a frappé la Terre en 1859

La fin de l’été 1859 a été marquée par une série d’éruptions solaires qui ont provoqué la plus grande tempête solaire connue à ce jour. 

Le Soleil, un faux calme :

Le nouveau cycle solaire, qui a débuté fin 2019, devrait connaître son maximum en 2025. On observe déjà un accroissement significatif du nombre de taches à la surface de notre étoile. Elles n’ont pour l’instant  pas provoqué d’incident majeur, puisque nous venons d’échapper à la tempête solaire d’Halloween. Mais ce calme relatif ne doit pas nous faire oublier que le Soleil peut parfois entrer dans de violentes colères. La plus impressionnante s’est produite à la fin de l’été 1859.

Le Soleil le 6 septembre 2021 avec quatre groupes de taches à sa surface. © SDO/HMI
Une éruption en direct :

Le 1er septembre 1859, Richard Carrington, un astronome amateur anglais, profite du beau temps pour observer le Soleil avec son télescope. Il remarque immédiatement un énorme groupe de taches sombres à sa surface. Soudain, deux flash aveuglants apparaissent pendant quelques minutes dans ces taches. Carrington est le premier observateur à assister en direct à une éruption solaire.

Une éruption solaire (flash lumineux) photographiée par la sonde SOHO. © NASA

La nuit suivante, les communications télégraphiques du monde entier subissent de nombreux dysfonctionnements. Les opérateurs font état d’arcs électriques et d’étincelles jaillissant des machines télégraphiques. Un peu partout, le ciel s’embrase.

Aurores boréales et australes :

De puissantes aurores colorées illuminent la nuit aux quatre coins de la planète. Dans les Caraïbes, les observateurs parlent d’un ciel en feu. Aux USA, on rapporte que les oiseaux se mettent à chanter, croyant que le jour va se lever. Voici ce qu’on peut lire dans le Baltimore American and Commercial Advertiser du 3 septembre 1859 : Ceux qui sont sortis tard jeudi soir ont eu l’occasion d’assister à un autre magnifique spectacle de lumières aurorales. Le phénomène était très similaire à celui de dimanche soir, bien que la lumière ait parfois été plus brillante et les teintes plus variées et plus belles. La lumière était plus forte que celle de la Pleine Lune, avec une douceur et une délicatesse indescriptibles.

Une aurore boréale se déploie devant l’objectif d’un photographe. © The Aurora Chasers

Si le journal parle de deux nuits avec des aurores, c’est parce qu’une première tempête solaire a eu lieu le 28 août. Richard Carrington ne l’a pas vue, mais elle a affaibli le champ magnétique terrestre, ouvrant le passage au flux de particules énergétiques de la seconde éruption solaire. L’analyse de carottages glaciaires a permis de déterminer que la tempête solaire de 1859, appelée aussi l’événement de Carrington, a été la plus importante de ces 500 dernières années. On n’ose imaginer quel serait l’impact d’une tempête similaire aujourd’hui sur les réseaux électriques, les communications par satellite et les systèmes GPS…

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Le télescope Hubble sonde une pouponnière stellaire

NGC 2164 est une pouponnière de jeunes étoiles cachées dans la constellation australe de la Dorade. Visite guidée avec le télescope Hubble.

Cap au Sud :

On peut être un excellent marin et avoir beaucoup d’imagination ! La preuve avec Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman. Lorsqu’ils cartographièrent le ciel austral entre 1595 et 1597, ces navigateurs néerlandais inventèrent onze nouvelles constellations. Celle de la Dorade en fait partie. Difficile de reconnaître un poisson quand on regarde cet ensemble d’étoiles peu brillantes qui s’étire jusqu’au pôle Sud céleste. Pourtant, même lorsque le ciel est parfaitement dégagé, un flocon vaporeux attire l’attention dans cette constellation. Il s’agit du Grand Nuage de Magellan.

Les Nuages de Magellan au-dessus de l’Observatoire de Paranal. © ESO/J. Colosimo

Lorsqu’il réalisa son tour de l’Amérique du Sud au début du XVIe siècle, le navigateur portugais Fernand de Magellan nota la présence de deux nébuleuses au milieu des étoiles du ciel austral. Ce sont en réalité deux galaxies qui ont depuis pris le nom de Nuages de Magellan.

Un amas ouvert dans la Dorade :

C’est dans le Grand Nuage de Magellan que je vous emmène aujourd’hui. En 1826, l’astronome écossais James Dunlop y découvrit un amas ouvert d’étoiles de magnitude 10 qui fut nommé ultérieurement NGC 2164. les amas ouverts sont des groupes de quelques dizaines à quelques milliers d’étoiles. On les dit ouverts car on peut facilement résoudre les étoiles à l’aide d’un petit télescope, à la différence des amas globulaires. Certains amas comme les Hyades et les Pléiades sont si proches que l’on distingue les étoiles individuelles à l’œil nu. Grâce à la puissance du télescope Hubble, il est possible de plonger au cœur de l’amas ouvert NGC 2164, pourtant distant de 160.000 années-lumière.

L’amas ouvert NGC 2164 brille dans la constellation de la Dorade. © ESA/Hubble/NASA

Les jeunes étoiles bleues que nous voyons se sont formées à partir du même nuage moléculaire géant initial. Mais cet essaim stellaire n’est pas très stable. Dans quelques millions d’années, les membres qui le composent se seront dispersés. On trouve des amas ouverts dans les galaxies spirales et irrégulières, là où de nouvelles étoiles se forment. Ils ont par contre disparu depuis longtemps des galaxies elliptiques, beaucoup plus âgées. Le Grand nuage de Magellan compte pour sa part environ 700 amas ouverts.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

La Terre échappe de peu à la tempête solaire d’Halloween

La puissante éruption solaire du 28 octobre n’aura finalement pas provoqué de perturbation majeure durant ce weekend d’Halloween.

Soleil en colère :

Le 28 octobre, une puissante éruption solaire a été enregistrée par différents satellites de la NASA. Elle provenait d’une région très active sur notre étoile, la tache AR 2887. Les taches solaires sont des zones sombres (moins chaudes) qui apparaissent périodiquement à la surface de notre étoile. Elles trahissent une intense activité magnétique. Ces taches sont numérotées dans l’ordre d’apparition par la NOAA, (National Oceanic and Atmospheric Administration), le numéro étant précédé par les lettres AR qui signifient Active Region.

Une éruption solaire (flash lumineux) photographiée par la sonde SOHO. © NASA

La tache AR 2887 fait partie du 25e cycle solaire qui a débuté en décembre 2019. Le maximum de ce cycle est attendu pour 2025. L’activité solaire peut d’ailleurs être suivie quotidiennement sur le site américain SpaceWeather. Continuer la lecture

Observatoire des Baronnies Provençales : l’astronomie en XXL

L’Observatoire des Baronnies Provençales offre des prestations inédites dans un cadre remarquable. Récit au plus près des étoiles.

Un gîte sous la Voie lactée :

L’histoire débute en 2006, lorsque Hélène et Marc Bretton posent leurs valises au Mas des Grès à Moydans (05) dans les Hautes-Alpes. Ce n’est à l’époque qu’une exploitation agricole, mais le couple y voit déjà le point de départ d’une extraordinaire aventure. Attirés par le potentiel nocturne des lieux, loin de toute pollution lumineuse, ils envisagent d’y créer une structure à vocation astronomique et touristique, l’Observatoire des Baronnies Provençales (OBP).

Situation géographique de l’Observatoire des Baronnies Provençales. © Google Maps

Quelques années plus tard, la ferme transformée en gîte accueille les amoureux des étoiles. Un bâtiment scientifique a pris place à côté. Outre des salles de travail et de vie commune, il est équipé d’une coupole abritant un superbe télescope de 80 centimètres de diamètre (T800). Différentes terrasses permettent d’installer des instruments astronomiques.

La Voie lactée en majesté au-dessus de la coupole de l’OBP. © Jean-Baptiste Feldmann

Avec en moyenne 240 nuits claires par an, certains passionnés ont vite compris tout l’intérêt de ce site. Ils y ont fixé leur télescope à demeure et le pilotent à distance depuis chez eux. Deux techniciens salariés de l’Observatoire ont en charge la maintenance de ce matériel. Ils sont également là pour assurer la bonne marche de plusieurs télescopes privés chargés de la surveillance spatiale. À l’OBP, on veille à ce que les coûteux satellites en orbite ne fassent pas de mauvaises rencontres… Continuer la lecture

La célèbre comète Tchouri revient nous rendre visite

Survolée par la sonde européenne Rosetta en 2015, la célèbre comète Tchouri (67P/Churyumov-Gerasimenko) est de retour.

Découverte russe :

L’histoire de la comète Tchouri débute en octobre 1969. Sur des plaques photographiques réalisées par Svetlana Ivanovna Gerasimenko à l’Institut d’astrophysique d’Alma-Ata , Klim Churyumov remarque une petite tache floue .

Klim Churyumov, l’un des découvreurs de la comète Tchouri, est décédé en 2016. © ESA

L’astre en question, qui s’est déplacé devant le fond des étoiles, est une nouvelle comète périodique. Elle prend le nom des deux astronomes russes, 67P/Churyumov-Gerasimenko. Même si elle revient tous les 6,42 ans, la comète 67P retombe ensuite dans l’oubli pendant plusieurs décennies. Continuer la lecture

Des amateurs découvrent une immense nébuleuse planétaire

Un groupe d’astronomes amateurs vient de révéler l’existence d’une immense nébuleuse planétaire dans la constellation d’Andromède.

Gigantesque bulle de gaz :

La constellation d’Andromède est surtout connue pour sa galaxie Messier 31. Cette spirale située à un peu plus de deux millions d’années-lumière est le seul objet extragalactique visible à l’œil nu, pour peu qu’on s’éloigne de toute pollution lumineuse.  Mais des astronomes amateurs viennent de découvrir dans cette constellation un autre objet particulièrement impressionnant par sa taille. Patchick-Strottner-Drechsler 9 (PN-G : 140.4-21.2) est une probable nébuleuse planétaire. Probable, car il faudra attendre la confirmation de son statut par spectroscopie.

Emplacement de la probable nébuleuse planétaire PaStDr 9. © Marcel Drechsler

Si c’est le cas, PaStDr 9 (que ses découvreurs ont surnommé The Titan Nebula) deviendra l’une des trois plus grandes nébuleuses planétaires connues. Elle a en effet une taille apparente de 90 minutes d’arc, l’équivalent de trois fois la Pleine Lune ! On estime sa taille réelle à 27 années-lumière pour une distance d’un peu plus de 1.000 années-lumière.

Travail d’équipe :

Elle a été découverte par un groupe d’astronomes amateurs composé de Dana Patchick (USA), Marcel Drechsler (Allemagne) et Xavier Strottner (France).

Début 2021, ils ont identifié une potentielle naine blanche sur des images prises par le télescope spatial GALEX. En recherchant l’astre dans un autre catalogue, le Digitized Sky Survey, ils ont remarqué la présence de faibles nébulosités. Il fallait ensuite faire appel à un astrophotographe chevronné pour faire des clichés plus détaillés de cette portion du ciel. C’est l’Allemand Andreas Zirke qui a accepté de photographier PaStDr 9.

Il lui a fallu pas moins de 129 heures de poses cumulées pour révéler les moindres détails de cette probable nébuleuse planétaire. Preuve qu’il est encore possible de faire de belles découvertes en astronomie !

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Des cryovolcans à l’origine des sursauts de la comète 29P/S-W

La comète 29P/S-W est connue pour montrer d’importants sursauts de luminosité. Des cryovolcans en sont peut-être responsables.

Astre chevelu imprévisible :

Le 15 novembre 1927, deux astronomes allemands, F. Schwassmann et A. Wachmann découvrent une comète à l’Observatoire de Hambourg (Allemagne). L’astre chevelu, surnommé 29P/S-W, orbite un peu au delà de Jupiter, avec une période de 14,7 ans. C’est une très grosse comète d’environ 60 kilomètres de diamètre. Mais ce qui intrigue les astronomes, ce sont les brusques sursauts d’éclat de la comète. En quelques semaines, sa luminosité saute de la magnitude 16 à la magnitude 10. Cela signifie qu’elle devient environ 600 fois plus brillante !

Montage photo montrant l’évolution d’éclat de la comète 29P/S-W entre le 16 juin 2013 (en bas à gauche) et le 28 juillet 2013. © Damian Peach

On a ainsi calculé que la comète 29P/S-W (29P/Schwassmann-Wachmann) avait explosé un peu plus de 7 fois par an en moyenne depuis 1927. Certaines années, il y a eu jusqu’à 20 sursauts d’éclat. Ce mystérieux comportement pourrait s’expliquer par une activité volcanique particulière.

Des éruptions de glace :

Sur Terre, les volcans crachent de la lave, comme nous l’observons actuellement avec le Cumbre Vieja dans l’archipel des Îles Canaries. Mais il existe dans le Système solaire une autre forme de volcanisme avec des volcans de glace. Bien qu’il soit inactif, Ahuna Mons (sur l’astéroïde Cérès) en est un exemple. Un cryovolcan recrache des éléments volatils comme de l’eau, de l’ammoniac, du monoxyde de carbone ou du méthane. Ces rejets peuvent être liquides ou se présenter sous forme de vapeur.

Ahuna Mons (photographié par la sonde Dawn), un cryovolcan sur Cérès. © NASA

L’astronome Richard Miles s’intéresse particulièrement au comportement de la comète 29P/S-W. Il rassemble toutes les informations au sujet de cet objet céleste dans la rubrique Mission 29P au sein de la British Astronomical Association. Il propose d’expliquer les sursauts d’éclat de la comète par le cryovolcanisme. Sous l’action du Soleil, la surface de la comète fondrait par endroits, libérant brutalement d’énormes quantités de gaz et de poussière. Des éruptions régulières qui expliqueraient les sursauts d’éclat observés depuis presque un siècle.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Moon Night 2021 : comment observer la Lune ce 16 octobre

Le 16 octobre 2021, c’est Moon Night, la Nuit de la Lune. Une belle occasion pour l’explorer avec une paire de jumelles ou une longue-vue.

Rendez-vous avec la Lune gibbeuse :

L’International Observe the Moon Night (InOMN) est un événement mondial organisé chaque année depuis 2010. Il est programmé un samedi soir en automne dans l’hémisphère Nord, à une date proche du Premier Quartier. Ce choix est dicté par la période de visibilité de notre satellite naturel et par son degré d’éclairage par le Soleil. Autour du Premier Quartier, on peut observer la Lune en soirée, ce qui est bien pratique. En outre, sa surface présente une belle variété de paysages mis en relief par la lumière solaire rasante à cette époque. Ce n’est plus le cas au moment de la Pleine Lune.

Moon Night, c’est un rendez-vous international pour admirer la Lune. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette année, le Premier Quartier se produit le 13 octobre. C’est donc une Lune gibbeuse croissante que nous pourrons observer samedi soir, trois jours plus tard. Continuer la lecture

Le volcan chilien Villarrica en activité sous la Voie lactée

Le photographe Tomas Slovinsky a immortalisé une magnifique Voie lactée au-dessus du volcan chilien Villarrica en pleine activité.

Un volcan très actif :

Des nombreux volcans chiliens, le Villarrica est l’un des plus agités. Culminant à 2.847 mètres d’altitude dans la Cordillère des Andes, il est situé à 750 kilomètres au Sud de la capitale, Santiago. Chez les Mapuches, un peuple réparti entre le Chili et l’Argentine, on l’a surnommé Rucapillán, ce qui signifie “la maison du Grand Esprit”. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un Esprit colérique ! Les éruptions y sont spectaculaires (du même type que sur le Stromboli), et la dernière s’est produite en 2020. Un lac de lave se forme par intermittence dans le cratère sommital.

Le volcan chilien Villarrica sous la Voie lactée. © Tomas Slovinsky

C’est la lueur émise par ce lac incandescent que le photographe Tomas Slovinsky a voulu saisir la nuit. Il a attendu que la Voie lactée soit positionnée dans le prolongement du volcan.

La Voie lactée en majesté :

Au milieu des étoiles innombrables (la pollution lumineuse est inexistante dans cette région), plusieurs nébuleuses en émission apparaissent en rouge. Il s’agit de grands nuages dont le gaz est ionisé par la présence d’étoiles chaudes à proximité. Juste au-dessus du sommet du volcan, on remarque une importante zone sombre au milieu des étoiles. Cette région céleste obscure située à 600 années-lumière est surnommée le Sac à Charbon. Le cliché réalisé par Tomas Slovinsky fait partie des 10 plus belles photos de la Voie lactée racontées par leurs auteurs. Et il en rappelle un autre, celui du volcan de Fuego en éruption sous la Voie lactée.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Jour de la Nuit le 9 octobre : la Lune et Vénus ont rendez-vous

La treizième édition du Jour de la Nuit coïncide avec un superbe rapprochement au crépuscule entre le croissant de Lune et Vénus. 

Protéger le ciel nocturne :

La première édition du Jour de la Nuit eu lieu en 2009 à l’occasion de l’Année mondiale de l’astronomie. Il s’agissait de faire prendre conscience au grand public de l’importance de la préservation du ciel nocturne. Une nécessité pour que chacun puisse admirer les étoiles, mais également pour préserver la biodiversité nocturne. Si quelques dizaines de manifestations marquèrent la toute première édition, plusieurs centaines sont programmées pour ce samedi 9 octobre.

Le Jour de la Nuit est l’occasion de sensibiliser le public à la beauté du ciel nocturne et aux méfaits de la pollution lumineuse. © Jean-Baptiste Feldmann

Il y en a pour tous les goûts : des sorties nature, des observations du ciel étoilé, et surtout l’extinction d’une partie des lumières dans de nombreux sites urbains. Vous trouverez la liste des manifestations en consultant le site internet dédié au Jour de la Nuit.

Continuer la lecture

En vidéo : ciel étoilé au-dessus des coupoles de Galactica

En Espagne, les beautés du ciel nocturne sont visibles depuis les coupoles de Galactica, un centre de diffusion de l’astronomie. 

Ciel noir en Aragon :

Galactica : le lieu porte bien son nom. Dans ce centre de diffusion de l’astronomie, on est au plus près des étoiles. Il faut dire que l’endroit n’a pas été choisi au hasard. Le site est sous la tutelle du CEFCA, le Centre d’étude de la physique du Cosmos d’Aragon. Il se situe dans la province de Teruel, l’une des trois qui forment la communauté autonome d’Aragon. L’altitude de la région (supérieure à 1.000 mètres) offre l’un des climats les plus secs d’Europe. Une zone montagneuse où la faible urbanisation préserve le ciel nocturne de toute pollution lumineuse.

C’est là que se donnent rendez-vous les amoureux des étoiles. Pas moins de neuf coupoles permettent de réaliser des observations astronomiques dans d’excellentes conditions. Continuer la lecture

"J'ai en moi un besoin terrible. Dirais-je le mot? La religion. Alors, je sors la nuit et je peins des étoiles." Vincent van Gogh