Comète ZTF : ce que nous révèlent les images

De nombreuses images de la jolie comète C/2022 E3 (ZTF) circulent actuellement sur les réseaux sociaux. Que nous montrent-elles ?

Comète photogénique :

Même si elle reste discrète (lire l’avis de l’astronome Alan Hale), la comète ZTF offre de belles images aux astrophotographes aguerris. Il suffit de consulter des pages comme ICQ Comet Observations ou SpaceWeather pour s’en convaincre. Mais que nous montrent ces images exactement ? C’est à partir d’un cliché réalisé par le spécialiste des comètes Michael Jäger que nous allons pouvoir comprendre ce qui se passe :

Continuer la lecture

La comète ZTF s’étire sur 15 millions de kilomètres

Sur les images grand champ, la queue de gaz de la comète C/2022 E3 (ZTF) s’étire sur des millions de kilomètres, un spectacle magnifique. 

Appendice terrifiant :

Si vous demandez à quelqu’un de dessiner une comète, il l’affublera automatiquement d’une longue queue. Cet attribut étonnant a longtemps marqué l’imaginaire des Hommes. Dans les plus anciennes représentations, témoignant de l’effroi qu’elles suscitaient, les comètes avaient la forme d’épées, de sabres ou de glaives célestes :

Illustration de J. Hevelius décrivant la comète de 1664. © BNF

Aujourd’hui, les astronomes observent les comètes sans crainte. Et la dernière venue, C/2022 E3 (ZTF), offre un joli spectacle aux astrophotographes. L’un d’entre eux a choisi de l’imager avec une courte focale pour en montrer toute l’étendue. Continuer la lecture

Comète ZTF : ce qu’en pense l’astronome Alan Hale

Alors que les médias s’emballent avec l’arrivée de la comète C/2022 E3 (ZTF), l’astronome Alan Hale nous rappelle ce qu’il en est exactement.

Un nom accroché au firmament :

Si vous aimez les astres chevelus, le nom d’Alan Hale (lire sa biographie en anglais) vous dit forcément quelque chose. Le 23 juillet 1995, cet astronome américain découvrait (indépendamment de l’amateur Thomas Bopp, décédé en 2018), la comète C/1995 O1. Celle qui devint la plus brillante comète du XXe siècle fut visible pendant 18 mois à l’œil nu, atteignant la magnitude -1 lors de son passage au périhélie en avril 1997 :

La comète Hale-Bopp déploie ses deux queues au printemps 1997. © Jerry Lodriguss

Dans un long message posté sur Facebook, Alan Hale rappelle quelques vérités scientifiques sur la comète C/2022 E3 (ZTF), loin de tout sensationnalisme. Continuer la lecture

Spectaculaire rendez-vous entre Vénus et Saturne

Les 22 et 23 janvier, nous auront droit à un joli rendez-vous planétaire : Vénus et Saturne se croiseront sur l’horizon Sud-Ouest.

Spectaculaire conjonction :

Ce week-end, le rendez-vous entre Vénus et Saturne s’annonce particulièrement intéressant. Souvenez-vous : le 21 décembre 2020, nous assistions à la Grande conjonction entre Jupiter et Saturne. À l’époque, l’écart apparent entre les deux planètes était de seulement 6 minutes d’arc (équivalent au 1/5e du diamètre apparent de la Lune). Dans la soirée du 22 janvier, l’écart entre Vénus et Saturne sera un peu plus grand, environ 10 minutes d’arc. Vingt-quatre heures plus tard, l’écart aura légèrement augmenté. Le spectacle sera observable au-dessus de l’horizon Sud-Ouest une heure après le coucher du Soleil :

Ce rendez-vous planétaire sera rehaussé dans la soirée du 23 par la présence d’un fin croissant de Lune à gauche des deux planètes. Bien entendu, cette conjonction n’est qu’apparente. En effet, Saturne est actuellement à 10,7 Unités astronomiques alors que Vénus est environ sept fois plus proche. Continuer la lecture

NGC 7497, une galaxie dans la poussière

La galaxie spirale NGC 7497 semble prisonnière d’un grand nuage de poussière, mais ce dernier est en réalité beaucoup plus proche.

Du côté de Pégase :

NGC 7497 se trouve à plus de 60 millions d’années-lumière dans la constellation de Pégase, le cheval ailé de la mythologie grecque. La galaxie spirale est située dans le coin inférieur droit du célèbre Carré. C’est une région céleste que les amateurs qui arpentent régulièrement le ciel nocturne connaissent bien. Elle permet en effet de retrouver facilement la position de la grande galaxie d’Andromède toute proche (à l’Est du Carré) :

NGC 7497 a une magnitude de 12, ce qui la réserve aux possesseurs de grands instruments. C’est d’ailleurs avec un télescope de 48 centimètres de diamètre qu’elle a été découverte le 15 octobre 1784 par l’astronome William Herschel. Continuer la lecture

L’activité solaire est beaucoup plus intense que prévu

C’est une surprise : le nombre de taches du cycle en cours, qui permet de mesurer l’activité solaire, est bien plus élevé que prévu.

Un nouveau cycle très actif :

En décembre 2019, les astronomes ont constaté que le magnétisme du Soleil avait changé de polarité. Une inversion qui annonçait le début d’un nouveau cycle solaire (le 25e) dont le maximum est prévu pour 2025. Depuis, l’activité solaire (mesurée par le nombre de taches) s’est révélée beaucoup plus élevée que ce que les simulations prévoyaient. Ces taches sont des zones sombres moins chaudes qui trahissent une intense activité magnétique. Elles sont numérotées dans l’ordre d’apparition, le numéro étant précédé par les lettres AR qui signifient Active Region :

De nombreuses taches parsèment la surface du Soleil ce 16 janvier 2023. © SDO/HMI

La plus ancienne observation avérée de ces zones sombres est chinoise et remonte à l’an -28. Sans instrument, les astronomes de l’empire du Milieu avaient sans doute noté que les plus grosses taches sont visibles à l’œil nu quand la lumière solaire est filtrée par un épais brouillard. Continuer la lecture

La comète C/2022 E3 (ZTF) au plus près du Soleil

Ce 12 janvier 2023, la comète C/2022 E3 (ZTF) est à sa plus courte distance du Soleil et continue de s’approcher de la Terre.

Visiteuse chevelue :

La comète C/2022 E3 (ZTF) a été découverte le 2 mars 2022 par le Zwicky Transient Facility. Il s’agit d’une comète à très longue période orbitale ; elle nous a déjà rendu visite il y a près de 50.000 ans. Lors de sa découverte, elle avait une magnitude de 17 et se trouvait à 4 Unités Astronomiques (UA). Depuis dix mois, les astronomes la regardent s’approcher. Ce 12 janvier 2023, elle passe au périhélie, le point de son orbite le plus proche du Soleil :

Elle est aujourd’hui à 166 millions de kilomètres de notre étoile et à 106 millions de kilomètres de la Terre. La distance qui nous en sépare va continuer de diminuer jusqu’au 1er février : elle se trouvera alors à 42 millions de kilomètres de nous. Continuer la lecture

Les Hyades, un amas d’étoiles géant dans le ciel d’hiver

Le plus grand amas d’étoiles, celui des Hyades, occupe une place de choix dans le ciel d’hiver, non loin des célèbres Pléiades.

Localisation :

Si les Pléiades voisines ne lui volaient pas la vedette, l’amas ouvert des Hyades (Melotte 25) serait le plus célèbre objet du ciel d’hiver. Avec ses cinq degrés de champ apparent (dix fois la Pleine Lune), Melotte 25 en impose. Seule une paire de jumelles permet d’en embrasser la totalité. Une longue-vue ou un petit télescope permettront ensuite de scruter certaines zones de l’amas. Pour repérer les Hyades, il suffit de trouver Aldébaran. Cette géante orangée est la plus brillante étoile de la constellation du Taureau. En ce début d’année 2023, la planète Mars est également présente  :

Une fois la nuit tombée, partez à la recherche de Melotte 25 avec la planète Mars et la brillante étoile Aldébaran pour vous guider. © Stelvision

Bien qu’elle symbolise le point de départ pour tout explorateur des Hyades, Aldébaran n’en fait pas partie. Cette étoile se situe à 65 années-lumière, environ deux fois plus près de nous que le reste de l’amas. Continuer la lecture

J1407b, une Super Saturne entourée d’immenses anneaux

Les astronomes ont déniché une Saturne géante aux anneaux démesurés située à plus de 400 années-lumière de la Terre, J1407b.

Le véritable Seigneur des anneaux :

À côté de J1407b, Saturne semble bien chétive. Et pour cause : cette exoplanète (à moins qu’il ne s’agisse d’une naine brune) est entourée d’anneaux gigantesques. Il y en aurait plus d’une trentaine dont la constitution est comparable à ceux de Saturne (des blocs de plusieurs mètres jusqu’aux grains de poussière). Mais c’est leur taille qui impressionne :  ils sont deux cent fois plus grands ! Cet astre bien particulier se situe à 430 années-lumière de la Terre dans la constellation australe du Centaure, célèbre pour héberger Oméga du Centaure :

Vue d’artiste de l’exoplanète (ou de la naine brune) J1407b. On aperçoit en arrière plan en haut à gauche l’étoile J1407 occultée par les anneaux. La présence de Saturne donne une idée de la différence de taille entre les deux systèmes d’anneaux. © Ron Miller

Si l’on pouvait ramener J1407b dans le Système solaire, ses anneaux s’étendraient sur une surface équivalente à plusieurs fois celle de la Pleine Lune. Et leur éclat les rendrait parfaitement visibles la nuit ! Continuer la lecture

Au Chili, l’instrument NIRPS va traquer les exoplanètes

Installé sur le télescope de 3,6 mètres de l’ESO au Chili, l’instrument NIRPS doit permettre de détecter de petites planètes rocheuses. 

Un regard dans l’infrarouge :

NIRPS (Near InfraRed Planet Searcher) est un nouveau chasseur d’exoplanètes. Il est désormais opérationnel à l’Observatoire européen austral (ESO). Mais, à la différence de ses prédécesseurs, il va travailler dans le proche infrarouge. Sa mission : repérer des exoplanètes autour d’étoiles plus froides que le Soleil. Il s’agit des étoiles de type M, dont la température de couleur varie de 2.500 à 3.900° K (entre 5.000 et 6.000° K pour le Soleil). Plus froides, ces étoiles ont une zone habitable plus proche.

Le spectrographe NIRPS va traquer les petites exoplanètes rocheuses situées dans la zone habitable des étoiles de type M. © N. Blind (Obs. de Genève) / NIRPS consortium / ESO

Mais pourquoi s’intéresser à cette catégorie d’étoiles ? Parce qu’elles sont les plus nombreuses. On estime qu’elles représentent plus de 75% des étoiles de notre Galaxie. Certaines d’entre elles sont célèbres, comme Bételgeuse dans la constellation d’Orion. Continuer la lecture

Bonne année 2023 !

Bonne année 2023 à toutes et à tous ! Qu’elle vous apporte, à vous et à ceux que vous aimez, une belle portion de joie et de bonne humeur. 

Outre les traditionnels vœux de bonheur et santé, Christine et moi vous souhaitons de pouvoir souvent vous émerveiller devant le ciel étoilé comme nous le faisons régulièrement. Et quoi qu’il arrive, ne cessez jamais de croire en la science : “la vérité scientifique sera toujours plus belle que les créations de notre imagination et que les illusions de notre ignorance” (Claude Bernard).

Cette année 2023 sera sans aucun doute riche en beaux événements astronomiques. CIELMANIA continuera de vous les annoncer chaque mois dans ses éphémérides. Une comète qui pourrait nous surprendre en ce début d’année, de jolis rapprochements entre les astres et plein d’autres rendez-vous que nous vous dévoilerons.

Continuez à nous suivre sur ce blog ou sur Facebook, et merci pour votre fidélité !

Majestueux quatuor de galaxies dans le ciel austral

Le télescope austral Gemini a immortalisé NGC 6845, un majestueux quatuor de galaxies situé à 270 millions d’années-lumière de la Terre.

Deux télescopes géants :

Le télescope Gemini austral est un instrument installé au sommet du Cerro Pachón, dans les Andes chiliennes. Son équivalent boréal est implanté à Hawaii. À eux deux, ces télescopes jumeaux peuvent scruter la totalité du ciel étoilé. Avec leur miroir principal de 8,1 mètres de diamètre, ils font partie des plus grands instruments actuellement en service. C’est avec le Gemini austral qu’a été réalisé ce magnifique portrait de NGC 6845 :

NGC 6845 dans la constellation du Télescope. © Gemini Obs/NOIRLab/NSF/AURA

NGC 6845 est distant de 270 millions d’années-lumière. Il regroupe en réalité quatre galaxies là où leur découvreur, John Herschel, n’en voyait qu’une. C’est depuis l’Observatoire du Cap de bonne Espérance que le fils de William Herschel dénicha cet objet céleste le 7 juillet 1834. Continuer la lecture

La Lune et deux planètes depuis la chapelle Saint-Joseph

Ce 27 décembre, la Lune était encadrée par Jupiter et Saturne. Spectacle céleste depuis la chapelle Saint-Joseph des Pierres Plantées.

Une chapelle dans le Beaujolais :

La chapelle Saint-Joseph des Pierres Plantées a été édifiée en 2015. Rattachée à la commune de Ville sur Jarnioux, elle surplombe Oingt, l’un des plus beaux villages de France. Accessible uniquement par un chemin de randonnée, le site vaut le détour pour le panorama qu’il offre sur les monts du Beaujolais. Je me suis rendu à la chapelle en fin d’après-midi le 27 décembre 2022 pour y admirer le crépuscule. La Lune, âgée de quatre jours, présentait un gros croissant. Les planètes Jupiter et Saturne l’encadraient :

Jupiter et Saturne encadrent la Lune le 27 décembre au crépuscule depuis la chapelle Saint-Joseph des Pierres Plantées dans le Beaujolais. © Jean-Baptiste Feldmann

Les deux géantes gazeuses s’éloignent lentement de nous, mais leur éclat est toujours intéressant. Magnitudes -2,5 pour Jupiter et 0,8 pour Saturne. Le cliché a été réalisé avec un boîtier Nikon D7100 et un objectif Samyang de 12 millimètres de focale. Pose de deux secondes à 1000 iso. Continuer la lecture

Crise énergétique : un peu partout, on rallume les étoiles

Crise énergétique oblige, Enedis vient d’annoncer une baisse historique de la consommation électrique de l’éclairage public.

Moins d’éclairage nocturne :

La crise énergétique qui touche l’Europe a au moins un effet positif : la diminution de la pollution lumineuse. C’est Enedis, le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France, qui l’a annoncé. Durant la première quinzaine de décembre, on note une forte diminution de la consommation d’électricité entre minuit et quatre heures du matin. Une chute de 20% par rapport à la même période en 2021. Ce chiffre vient confirmer une prise de conscience de la population et des élus. Toujours selon Enedis, 72 % des Français sont favorables à l’extinction de l’éclairage public après 22 heures. Et 68 % des maires interrogés ont déjà mis en place de telles mesures :

La pollution lumineuse, un fléau particulièrement coûteux. © Jean-Baptiste Feldmann

Il faut dire que l’éclairage nocturne est très gourmand. Les onze millions de lampadaires qui couvrent le territoire français représentent plus de 40% de la consommation électrique des communes ! Sans parler de son impact sur les rythmes biologiques et la biodiversité. Et ce n’est pas l’emploi de lampes à Led qui améliorera la situation. Selon l’Inserm, l’usage de ce nouveau type d’éclairage pourrait accélérer le développement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

La diminution de l’éclairage nocturne rallume les étoiles. © Jean-Baptiste Feldmann
La fin de l’abondance :

Le XXème siècle aura été celui d’une surproduction d’électricité, une énergie considérée alors comme propre et inépuisable. Un état d’esprit qu’illustre bien la commande passée en 1937 par la Compagnie parisienne de distribution d’électricité au peintre Raoul Dufy. Avec comme objectif de « mettre en valeur le rôle de l’électricité dans la vie nationale et dégager notamment le rôle social de premier plan joué par la lumière électrique ». S’en suivra une peinture monumentale (ci-dessous) de 60X10 m rendant hommage à la Fée Électricité :

Pendant plusieurs décennies, cette électricité bienfaisante a été utilisée sans compter, notamment en matière d’éclairage nocturne. La crise énergétique pourrait enfin mettre un terme à ce gaspillage.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook

Du côté d’Orion : découvrez l’amas ouvert NGC 2169

Si la constellation d’Orion est célèbre pour sa nébuleuse, elle recèle d’autres trésors à découvrir, comme par exemple l’amas ouvert NGC 2169.

Dans l’ombre d’une nébuleuse :

Comme d’autres objets célestes présents dans la constellation d’Orion, l’amas ouvert NGC 2169 vit dans l’ombre de Messier 42. Cette célébrissime nébuleuse a tendance à nous faire oublier qu’elle n’est pas le seul charme de cette belle constellation hivernale. Il est temps de pointer votre télescope vers d’autres cibles ! Direction au Nord-Est de Bételgeuse, l’étoile orangée qui symbolise l’épaule gauche du chasseur Orion. L’amas ouvert que nous allons découvrir aujourd’hui forme un petit triangle avec deux étoiles faiblement visibles à l’œil nu, xi (ξ Orionis) et nu (v Orionis) :

Dans une longue-vue, NGC 2169 révèle tout de suite sa forme atypique. Il est en effet constitué de deux ensembles distincts de cinq ou six étoiles. Un plus gros télescope dévoile quelques astres plus faibles. Continuer la lecture

La comète C/2022 E3 (ZTF) approche, sortez vos jumelles !

Une nouvelle comète vient nous rendre visite, et elle sera visible dans une paire de jumelles en février 2023. Il s’agit de C/2022 E3 (ZTF).

Grande voyageuse :

C/2022 E3 (ZTF) est une comète à très longue période orbitale qui nous a déjà rendu visite il y a environ 50.000 ans. Elle a été découverte le 2 mars 2022 par le Zwicky Transient Facility. Nommé en hommage à l’astrophysicien Fritz Zwicky (1898-1974), ce relevé astronomique est assuré par l’un des télescopes du mont Palomar. Lors de sa découverte, C/2022 E3 (ZTF) avait une magnitude de 17 et se trouvait à 4 Unités Astronomiques (UA). Mais les calculs des astronomes ont montré que cet astre chevelu allait s’approcher assez près de la Terre :

La comète C/2022 E3 (ZTF) photographiée le 18 décembre 2022. © Michael Jäger

Le 1er février 2023, la comète passera à un peu moins de 0,3 UA. Elle devrait alors avoir une magnitude proche de 5, ce qui la rendra facilement observable aux jumelles ou avec une longue-vue. Selon certaines sources, elle pourrait même atteindre la magnitude 4, devenant ainsi visible à l’œil nu, loin de toute pollution lumineuse.

Continuer la lecture

Pluie d’étoiles filantes au-dessus de Stonehenge

La pluie d’étoiles filantes de l’essaim des Géminides le 14 décembre a été immortalisée depuis le site majestueux de Stonehenge.

Le plus célèbre des monuments mégalithiques :

Stonehenge se situe dans le comté du Wiltshire (Sud-Ouest de l’Angleterre). C’est là qu’il y a un peu plus de 4.000 ans, des hommes ont dressé d’immenses structures circulaires à l’aide de pierres. Lorsque à cette époque on se plaçait à l’intérieur du monument de Stonehenge le jour du solstice d’été, on voyait se lever le Soleil en direction du Nord-Est. L’astre du jour apparaissait alors juste au-dessus d’une pierre dressée à l’extérieur du cercle :

Ce n’est plus le cas actuellement en raison de la précession orbitale de l’axe de la Terre. Néanmoins, les adorateurs du Soleil sont encore très nombreux sur le site chaque année à l’aube des 20 et 21 juin. Continuer la lecture

Télescope géant européen : l’E-ELT sort de terre

Sur le sommet chilien du Cerro Armazones, le bâtiment qui soutiendra l’immense coupole du futur télescope géant E-ELT prend forme.

Un géant sous le ciel du Chili :

L’E-ELT (European Extremely Large Telescope) est le dernier fleuron de l’Observatoire européen austral (ESO). Alors que le JWST explore l’Univers depuis l’espace, l’Europe a entamé la construction d’un télescope terrestre géant. Avec cet instrument gigantesque, les astronomes pourront observer l’Univers en lumière visible et dans l’infrarouge. Dans un premier temps, il avait été envisagé de le construire aux Canaries. En effet, cet archipel situé au large du Maroc compte déjà deux grands observatoires, dont le GTC. Mais c’est un sommet des Andes chiliennes qui a finalement été retenu. Il s’agit du Cerro Armazones :

Cette montagne culmine à 3.000 mètres d’altitude dans le désert d’Atacama. Et c’est à une vingtaine de kilomètres de là que se trouve un autre observatoire de l’ESO, le Very Large Telescope. Continuer la lecture

Ombres géantes dans le cratère lunaire Platon

Spectacle impressionnant immortalisé par Damian Peach : de gigantesques ombres saluent le lever du Soleil dans le cratère lunaire Platon.

Un faux lac lunaire :

Lorsque le Soleil se lève, des ombres démesurées s’étirent sur le fond de Platon, un cratère d’impact lunaire d’une centaine de kilomètres. Voici la scène qui a été enregistrée par l’un des plus talentueux astrophotographes planétaires, Damian Peach (voir son site internet). On lui doit une collection de superbes clichés réalisés ces dernières années, comme par exemple cette incroyable image de la planète Mars en 2020. Cette fois, Damian Peach s’est penché sur Platon (nommé ainsi par l’Union Astronomique Internationale en l’honneur du célèbre philosophe grec) :

Ce cratère se situe au Nord-Est de la mer des Pluies, bien plus au Nord que Copernic. En raison de son albédo très sombre (le fond du cratère est plus foncé que les mers environnantes), Platon est également surnommé le grand Lac noir. Continuer la lecture

Heureux qui, comme Curiosity, fait un beau voyage sur Mars

Depuis août 2012, le rover martien Curiosity explore le fond du cratère Gale. Retour sur l’une des plus belles réussites de la NASA.

Une mission spectaculaire :

Curiosity a été lancé le 26 novembre 2011. Après un voyage d’un peu plus de huit mois, il est arrivé en vue de la Planète rouge. Une chute folle (sept minutes de terreur) et voilà l’étage de descente qui dépose le rover de 900 kg en douceur dans le cratère Gale. L’endroit a été choisi pour les probabilités qu’il offre de découvrir de précieux indices sur le passé de la planète :

Pour cette mission, Curiosity emporte 75 kg de matériel scientifique dont deux laboratoires. Ces derniers seront approvisionnés en échantillons prélevés par une foreuse. Et pour faire face à la rigueur des hivers martiens, le rover est équipé d’un générateur thermoélectrique à radioisotope. Il est en outre conçu pour parcourir au moins 20 km (ce qu’il a déjà accompli) et gravir des pentes à 45°. Continuer la lecture

"J'ai en moi un besoin terrible. Dirais-je le mot? La religion. Alors, je sors la nuit et je peins des étoiles." Vincent van Gogh