Spectaculaire rapprochement entre la Lune et Jupiter

À l’aube du 27 mars la Lune décroissante est passée à moins de 2 degrés apparents de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire.

Une question de perspective :

Regardez la Lune dans le ciel : vous verrez qu’elle passe à proximité de nombreuses étoiles et parfois de planètes. Vous observerez plus rarement des occultations, quand la Lune masque ces astres. Bien entendu il ne s’agit que de rapprochements apparents car notre satellite naturel est beaucoup plus près. Vous le voyez naviguer en moyenne à 400.000 kilomètres de nous. Une broutille si je vous dis que la distance entre la Terre et les planètes se compte en dizaines ou centaines de millions de kilomètres. Et si vous vous penchez sur la distance des étoiles, vous verrez qu’elle se mesure en années-lumière.

Spectaculaire rapprochement Lune-Jupiter le 27 mars. © Jean-Baptiste Feldmann

Bien qu’apparents, ces rapprochements sont spectaculaires quand la distance entre les deux astres est minime. Je vous invite à surveiller les dates des plus beaux rapprochements, ceux entre la Lune et Saturne. Vous vous souvenez peut-être de celui qui avait eu lieu dans la soirée du 11 novembre 2018. Mais le 27 mars en fin de nuit c’est Jupiter qu’on pouvait admirer à moins de 2° de Séléné. Continuer la lecture

Vu du ciel, Phobos survole le cratère martien Herschel

Retour sur une incroyable image réalisée en 1977 par l’orbiteur Viking 1 qui survola le satellite Phobos sur fond de cratère martien.

Les deux satellites naturels de Mars, Phobos et Deimos, ont été découverts en 1877 à l’occasion d’une opposition particulièrement favorable : le 5 septembre la Planète rouge n’était qu’à 56,2 millions de kilomètres de nous et de nombreux télescopes essayèrent alors d’en percer quelques-uns des secrets. À l’Observatoire naval de Washington (USNO) l’astronome Asaph Hall avait décidé dès le mois d’août de chercher d’éventuels satellites. Ne voyant rien, il était prêt à abandonner son projet mais sa femme Angelina Stickney l’exhorta à ne pas renoncer : Hall retourna observer… et découvrit Deimos le 12 août 1877 et Phobos 5 jours plus tard !

Phobos se glisse entre l’orbiteur Viking 1 et la planète Mars. © NASA/Michael Benson

L’image ci-dessus a été prise presque un siècle plus tard, le 26 septembre 1977, par Viking Orbiter 1 et colorisée en 2003 par l’artiste Michael Benson. Continuer la lecture

Zoom sur Messier 61, une magnifique galaxie spirale

Vue de face, la galaxie Messier 61 nous offre un spectacle saisissant dans le grand télescope de l’Observatoire Européen Austral (ESO).

Les astronomes connaissent bien l’amas de la Vierge, une concentration de plus de 1.500 galaxies assez proches de nous (entre 50 et 70 millions d’années-lumière) qui fut découverte par Charles Messier à la fin du XVIIIe siècle. Cet astronome français classa les 16 plus brillantes de ces galaxies dans son célèbre catalogue, dont la fameuse galaxie du Sombrero, M 104. Attardons-nous sur l’une d’entre elles, la superbe galaxie spirale Messier 61 située à 55 millions d’années-lumière de nous.

Messier 61 est une galaxie spirale située dans la constellation de la Vierge. © ESO

Si elle est assez discrète dans un télescope d’amateur avec une magnitude de 10, la galaxie M 61 révèle toute sa beauté dans un grand instrument, comme nous le prouve cette image proposée par l’ESO. Continuer la lecture

Le 20 mars admirez la Pleine Lune de l’Équinoxe

Ce mercredi 20 marque le début du printemps dans l’hémisphère nord, c’est l’Équinoxe de mars. Il coïncide avec la Pleine Lune à regarder ce soir.

Le changement de saison n’a rien d’arbitraire ; il est dicté par le mouvement apparent du Soleil. Au cours de l’Équinoxe notre étoile coupe l’équateur céleste (qui n’est que la projection sur la voûte céleste de notre équateur terrestre). Le franchissement de l’équateur céleste par le Soleil s’effectue dans le sens SUD-NORD le 20 mars (c’est la même date depuis 2008 et ça le restera jusqu’en 2043) et se fera dans le sens NORD-SUD à l’occasion de l’équinoxe d’automne.

La Pleine Lune à l’aube du 20 mars, jour de l’Équinoxe. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette année ce passage d’une saison à l’autre s’effectue à 22 heures, mois de 3 heures avant la Pleine Lune dont il ne faudra pas manquer le lever ce soir. Continuer la lecture

La Chine construit le plus grand planétarium du monde

En Chine la ville de Shanghai accueillera le plus grand planétarium du monde (38.000 m²) dont l’ouverture est prévue en 2021.

La Chine possédera bientôt son second planétarium après celui de Pékin construit en 1957. Il se trouvera à Shanghai, la plus grande ville du pays avec plus de 20 millions d’habitants. Autant dire que le ciel nocturne de cette mégapole ne montre aucune étoile, tant la pollution lumineuse y est importante. Ce futur planétarium, une succursale du Musée des sciences et de la technologie, est en construction dans la ville nouvelle de Lingang (district de Pudong) à 90 kilomètres au sud-est du centre de Shanghai et cet édifice sera le plus grand du monde quand il entrera en service en 2021.

Maquette du futur planétarium géant de Shanghai. © Ennead

C’est le cabinet d’architecture américain Ennead qui a imaginé ce nouveau lieu de culture scientifique dont la construction s’appuie uniquement sur une maquette numérique 3D. Continuer la lecture

Une soirée sous la Lune et le ciel étoilé de cette fin d’hiver

L’hiver prend fin et les constellations qui y sont associées vont bientôt laisser leur place ; l’occasion de leur consacrer une dernière soirée.  

Le 20 mars ce sera l’Équinoxe et nous tournerons définitivement le dos à l’hiver. Ce samedi 16 mars j’avais envie de profiter de la belle nuit qui s’annonçait pour admirer une dernière fois les grands classiques du ciel d’hiver. Avec Vincent et Éric, deux membres de la Société Astronomique de Bourgogne, nous avons chargé un télescope Dobson de 250 mm de diamètre et une belle paire de jumelles direction les hauteurs de Nuits-Saint-Georges.

Soirée sous les étoiles et la Lune à la fin de l’hiver. © Jean-Baptiste Feldmann

48 heures après le Premier Quartier nous avions abandonné l’idée d’un quelconque marathon Messier, sachant que le lampadaire sélène allait être suspendu au-dessus de nos têtes une grande partie de la nuit, mais l’envie était forte de pointer les objets célestes qui ne seront bientôt plus visibles en soirée. Continuer la lecture

Westerlund 1, l’amas d’étoiles qui intrigue les astronomes

Plusieurs instruments viennent de fournir une image inédite d’un amas, Westerlund 1, dont certaines étoiles présentent de curieuses queues.

Westerlund 1 (connu également sous le matricule ESO 277-12) est un jeune amas ouvert (son âge est estimé à 3 millions d’années) composé d’environ 200.000 étoiles et situé à presque 15.000 années-lumière dans la constellation australe de l’Autel. Il a été découvert en 1961 par Bengt Westerlund, un astronome suédois spécialisé dans l’étude des populations stellaires et des Nuages de Magellan.

Westerlund 1 est un amas d’étoiles situé dans la constellation de l’Autel. © ESO/ALMA

Pour sonder ce groupe d’étoiles, l’un des plus massifs et des plus jeunes que l’on peut observer dans la Voie lactée, les astronomes de l’Observatoire Européen Austral (ESO) ont combiné les données fournies par deux instruments : ALMA, (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array), un observatoire radiomillimétrique et submillimétrique installé à plus de 5.000 mètres d’altitude sur le plateau de Chajnantor dans le désert d’Atacama au Chili, et le télescope spatial Hubble. Continuer la lecture

Rendez-vous céleste : la jeune Lune aux côtés de Mars

Au cours de la soirée du 11 mars on pouvait admirer un joli rendez-vous entre la jeune Lune et la planète Mars qui continue de s’éloigner de nous.

C’est reparti pour une nouvelle lunaison : depuis le 6 mars, date de la Nouvelle Lune, on peut admirer chaque soir le croissant de notre céleste voisine qui ne cesse de gonfler. Cette période qui précède le Premier Quartier (ce sera le 14 mars) est celle de la jeune Lune, par opposition à la vieille Lune que l’on observe à l’aube en fin de lunaison.

La jeune Lune et la Planète rouge dans la soirée du 11 mars. © Jean-Baptiste Feldmann

Ce 11 mars notre satellite naturel se trouvait dans la constellation de la Baleine, à quelques encablures de la planète Mars. Continuer la lecture

JOA : vingtième édition de l’occasion astronomique

Le 9 mars Communay accueillait la 20ème édition de la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA), un grand marché de l’occasion, mais pas seulement.

Ils étaient nombreux à se presser samedi 9 mars dans la Salle des Sports des Brosses à Communay (au sud de Lyon) pour participer à à la vingtième édition du grand marché de l’occasion en astronomie, la désormais célèbre JOA.

Astronomes amateurs de la région (et de plus loin encore) seuls ou venus avec des membres de leur club (à l’image de la Société Astronomique de Bourgogne) ou simples curieux du ciel, tous étaient là pour vendre ou acheter du matériel et des accessoires : paires de jumelles, lunettes astronomiques, télescopes, pièces optiques mais également appareils photographiques, livres et revues recouvraient les nombreuses tables mises à disposition par les organisateurs.

Continuer la lecture

Comment photographier les croissants de Lune

Vous avez envie d’immortaliser les jolis croissants de Lune ? Voici quelques conseils pour obtenir de belles photographies.

Quoi de plus apaisant que d’admirer les fins croissants de Lune en début de soirée et de les regarder glisser vers l’horizon ? En cette année 2019 qui marque le cinquantième anniversaire des premiers pas sur notre satellite naturel, prenons le temps d’admirer notre céleste voisine et pourquoi pas de lui tirer le portrait.

La photographie des croissants de Lune est à la portée de tous. © Jean-Baptiste Feldmann

Rappelons tout d’abord qu’en raison de son mouvement de révolution autour de la Terre et de son orientation par rapport au Soleil, la Lune présente des phases (expliquées ici) et résumées dans le graphique suivant :

On observe les croissants sur l’horizon OUEST le soir en début de lunaison (après la Nouvelle Lune) et sur l’horizon EST à l’aube en fin de lunaison (avant la Nouvelle Lune suivante).  Continuer la lecture

Io, une lune volcanique très active autour de Jupiter

Orbitant très près de la planète gazeuse géante Jupiter, Io est un satellite qui connaît une activité volcanique intense découverte en 1979.

Lorsqu’il pointe le 8 janvier 1610 sa modeste lunette en direction de Jupiter, le savant italien Galilée constate que 4 satellites gravitent autour de la planète gazeuse géante : Io, Europe, Ganymède et Callisto.

Notes de Galilée rédigées en janvier 1610 au sujet des satellites de Jupiter. © Librairie de l’Université du Michigan

Des quatre lunes galiléennes, Io est sans doute la plus surprenante. Ce brillant satellite de magnitude 5 (il serait même visible à l’œil nu s’il n’était pas perdu dans l’éclat éblouissant de Jupiter) un peu plus gros que la Lune orbite à 350.000 kilomètres de son imposante voisine, ce qui déclenche d’importants effets de marée en son sein.

L. Morabito en 1979 à côté des écrans montrant un panache volcanique sur Io. © NASA

Le 9 mars 1979, alors qu’elle analysait l’une des images transmises par la sonde Voyager 1, Linda Morabito, membre du Jet Propulsion Laboratory, détecta un nuage sur Io : elle venait de découvrir le premier exemple de volcanisme actif en dehors de la Terre. Continuer la lecture

Vue de la Terre, la capsule Crew Dragon amarrée à l’ISS

Un astrophotographe amateur a réussi à immortaliser la capsule Crew Dragon et le vaisseau Progress MS 10 amarrés à la Station spatiale internationale (ISS). 

Samedi 2 mars la nouvelle capsule Crew Dragon de SpaceX (société célèbre pour avoir également lancé une Tesla Roadster dans l’espace) a quitté la Terre pour rejoindre la Station spatiale internationale et s’y amarrer automatiquement avec succès 24 heures plus tard. Cela faisait huit ans (depuis la mise à la retraite des navettes spatiales américaines) que les astronautes américains étaient obligés de faire appel aux Russes et à leur inusable fusée Soyouz pour rejoindre l’ISS.

Les capsules Crew Dragon et Progress MS-10 amarrées à l’ISS. © Szabolcs Nagy

Même si à l’occasion de ce vol inaugural la capsule Crew Dragon n’emportait qu’un mannequin (Ripley, du nom d’Ellen Louise Ripley, le personnage de fiction interprété par l’actrice américaine Sigourney Weaver dans le film Alien réalisé par Ridley Scott en 1979), il s’agit d’une très belle performance qui devrait pouvoir redonner aux États-Unis leur indépendance dans le domaine du transport spatial.  Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois de mars 2019

Vénus, Saturne et Jupiter à l’aube, Mars qui flirte avec l’amas des Pléiades au crépuscule : ce mois de mars 2019 sera dédié au repérage des planètes.

En ce troisième mois annonciateur de printemps (l’équinoxe se produit le 20) les nuits sont assez longues pour profiter du ciel étoilé sans avoir trop froid. Après deux mois avec la Lune en vedette (éclipse totale le 21 janvier et Super Lune le 19 février), le mois de mars 2019 va nous permettre de nous consacrer au repérage et à l’observation des principales planètes.

La Lune avec Vénus, Saturne et Jupiter à l’aube du 28 février. © Jean-Baptiste Feldmann

Que ce soit à l’œil nu, muni d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, voici les rendez-vous à ne pas manquer (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision). Continuer la lecture

Coup de cœur : les mises en scène lunaires de Cyril Mayaud

Depuis l’Autriche et la Slovénie, Cyril Mayaud met en scène la Lune à travers de belles compositions. Rencontre avec un photographe talentueux.

Depuis plusieurs mois Cyril Mayaud suit mon blog et y partage par le biais de ses commentaires de très jolis clichés. Comme moi il aime les compositions originales réalisées avec un matériel simple et très peu de retouches. Je lui ai demandé de nous présenter son travail.

Je m’appelle Cyril Mayaud et je vis en Slovénie depuis bientôt 3 ans après avoir passé 6 ans à Graz (Autriche). J’ai commencé à faire de la photo de paysage il y a une douzaine d‘années afin de documenter mes voyages. Même si j’ai toujours aimé observer la Lune, la prendre en photo est une passion venue assez tardivement. Alors que je vivais en Autriche, je m’étais rendu compte que je pouvais voir plusieurs fois par an la Pleine Lune se coucher derrière la tour du Schloßberg (l’emblème de la ville de Graz) depuis l’une des fenêtres de mon appartement.

Coucher de Lune près de la tour du Schloßberg (avril 2016), Graz, Autriche. © Cyril Mayaud

Ce magnifique spectacle me donna envie d’essayer de l’immortaliser en photo. Ce qui n’était au départ qu’un challenge est très vite devenu une passion. Le fait que la Pleine Lune revienne chaque mois et la possibilité de photographier les croissants de Vieille et Jeune Lune m’encouragèrent à continuer. Continuer la lecture

Guettez la fugace planète Mercure au crépuscule

Vous avez quelques soirées pour repérer la discrète planète Mercure au-dessus de l’horizon. Voici quelques conseils pour la trouver.

Plus proche planète du Soleil, Mercure est toujours délicate à observer, perdue dans les lueurs de l’aube ou du crépuscule (les premiers Égyptiens ont d’ailleurs longtemps cru qu’il s’agissait de deux astres différents : un le soir, un autre le matin). Mais si vous savez à quel moment et dans quelle direction regarder, vous la trouverez relativement facilement en raison de son éclat en général assez élevé. C’est d’ailleurs sa luminosité qui avait permis aux Sumériens de la repérer dès l’Antiquité.

La discrète planète Mercure dans la soirée du 25 février. © Jean-Baptiste Feldmann

En raison de son déplacement très rapide (la planète met seulement 88 jours pour faire le tour du Soleil), les Romains lui avaient donné le nom du dieu du commerce alors que chez les Grecs cet astre était assimilé à Hermès, le Messager des Dieux. Continuer la lecture

Les télescopes du réseau SPECULOOS visent NGC 6902

Quatre nouveaux télescopes jumeaux qui constituent le réseau SPECULOOS viennent de de fournir leur première image. Il s’agit de la galaxie NGC 6902. 

SPECULOOS (Search for habitable Planets EClipsing ULtra-cOOl Stars) est un nouveau projet de détection d’exoplanètes constitué de quatre télescopes de 1 mètre de diamètre construits en Allemagne pour 1 million d’euros pièce et installés par l’ESO au Chili dans le désert d’Atacama à l’Observatoire de Paranal (qui accueille déjà les 4 VLT). Ce réseau s’ajoute à NGTS (Next-Generation Transit Survey) dont les 12 télescopes de 20 cm de diamètre automatisés sont installés à proximité et comme eux utilise la méthode des transits pour découvrir de nouvelles exoplanètes.

Les télescopes du réseau SPECULOOS sont dédiés à la recherche d’exoplanètes. © ESO

Mais la particularité de SPECULOOS c’est que ses 4 télescopes vont traquer les mondes potentiellement habitables autour d’étoiles très froides ou même de naines brunes.      Continuer la lecture

En Bourgogne, le lavoir de Fussey sous les étoiles

Dans les Hautes-Côtes de Nuits-Saint-Georges le lavoir de Fussey est un endroit idéal pour réaliser une rotation apparente de la voûte céleste.

Le mouvement de rotation de la Terre sur elle-même nous donne l’impression que les astres circulent dans le ciel d’est en ouest. En se plaçant la nuit face au nord (matérialisé par l’étoile polaire, la seule qui semble immobile sur cette image) on constate sur une longue pose photographique que les étoiles semblent pivoter autour de l’axe de rotation terrestre.

Le lavoir de Fussey éclairé au cours d’une rotation d’étoiles. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette photographie a été réalisée dans la soirée du 23 février avec au premier plan le joli lavoir de la commune de Fussey en Côte-d’Or (orienté plein nord), lavoir que j’avais pris soin d’éclairer avec des bougies pour la circonstance. Continuer la lecture

Retour deux siècles en arrière sur la Tour Philippe Le Bon

Petite mise en scène pour faire revivre l’observatoire de la Tour Philippe Le Bon à Dijon, un site scientifique renommé au XVIIIème siècle.

Il y a quelques semaines je vous avais présenté la belle renaissance d’un observatoire oublié à Dijon, celui qui fonctionna à la fin du XVIIIème siècle au sommet de la Tour Philippe Le Bon construite entre 1450 et 1460 dans l’enceinte du Palais des ducs et des états de Bourgogne (qui abrite aujourd’hui la mairie et le musée des beaux-arts) .

Dijon en soirée depuis le sommet de la Tour Philippe Le Bon. © Jean-Baptiste Feldmann

Depuis le sommet de cette tour, 46 mètres au-dessus du sol, la vue sur Dijon est à couper le souffle et on comprend pourquoi l’Abbé Jean Fabarel, grand chantre de la cathédrale et passionné d’astronomie, décida d’y installer un observatoire à une époque où la pollution lumineuse était inexistante.

Continuer la lecture

En images : la Super Lune de février fait son show

La plus grosse Pleine Lune de l’année 2019, la Super Lune, se produit ce 19 février. Retour sur un phénomène très médiatisé.

En raison de son orbite elliptique, la Lune n’est pas toujours à la même distance de la Terre. Au plus près, le périgée, cette distance est de 356.700 km ; au plus loin, l’apogée, la Lune se trouve à 406.300 km. Cette variation de distance induit automatiquement une variation du diamètre lunaire apparent qui oscille entre 29,5 minutes d’arc à l’apogée et 33,5 minutes d’arc au périgée, soit une différence de 12%.

Coucher de la Lune en trois temps à l’aube du 18 février. © Jean-Baptiste Feldmann

Lorsque le  périgée  coïncide avec la  Pleine Lune (laquelle a lieu lors de l’alignement Soleil-Terre-Lune, un phénomène appelé syzygie), les astronomes parlent de périgée-syzygie et les journaux de Super Lune, une expression dérivée de Supermoon, le terme employé par les médias scientifiques américains depuis longtemps et qu’on retrouve régulièrement dans les publications de la NASA (A Supermoon Trilogy) ou encore de l’ESO (Supermoon at La Silla). Continuer la lecture

Reflets de planètes à l’aube dans un étang

Vénus et Jupiter occupent le ciel avant l’aube. Ces planètes sont assez lumineuses pour se refléter dans les eaux d’un étang bourguignon.

Après le chassé croisé-matinal entre Vénus et Jupiter le mois dernier, les deux plus brillantes planètes poursuivent chacune leur chemin. Leur éclat est tel (magnitude -4,2 pour la première et -2 pour la seconde) qu’il est possible d’admirer leur reflet à la surface d’un étang comme ici en Bourgogne à l’aube du 13 février. Saturne, à gauche de Vénus, n’est pas assez brillante pour imprimer son éclat dans l’eau.

Reflets des planètes Vénus et Jupiter à l’aube du 13 février. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette image a été réalisée avec un objectif de 27 mm de focale ouvert à 3,5 et une pose de 3 secondes à 3200 iso (boîtier Nikon D7100). Continuer la lecture

"J'ai en moi un besoin terrible. Dirais-je le mot? La religion. Alors, je sors la nuit et je peins des étoiles." Vincent van Gogh