La Voie lactée s’étire entre les cimes des arbres

Aujourd’hui j’ai envie de rendre hommage aux arbres, ces géants immobiles et bienfaiteurs qui tutoient les étoiles dans une clairière en Bresse.

Savourons la nuit :

Le jour s’en est allé en cette fin de mois d’août. La Lune est proche de son Dernier Quartier et ne se lèvera pas avant minuit. C’est le moment idéal pour admirer la Voie lactée. C’est une rivière d’étoiles qui s’écoule du nord au sud. Son intensité lumineuse ne se dévoile qu’à ceux qui s’échappent des villes. Il faut fuir tout éclairage artificiel (ce qu’on appelle la pollution lumineuse). Une fois le site d’observation atteint, prenez votre temps. Écoutez les bruits de la nuit, multiples craquements et sons émis par un peuple dont nous ne connaissons rien ou presque. Le temps également pour nos yeux de s’accoutumer au noir qui n’est jamais total, à nos pupilles de se dilater. Nous pourrons alors collecter les précieux photons qui tombent du ciel.

En Bresse, la Voie lactée se déploie entre les cimes des arbres. © Jean-Baptiste Feldmann

Le chemin qu’ils ont parcouru défie l’imagination : ils ont mis des années, voire des siècles pour arriver jusqu’à nous à la vitesse hallucinante de 300.000 kilomètres par seconde. Chacune de ces chandelles célestes est un soleil qui brûle dans un silence assourdissant.

Plaidoyer pour les arbres :

Admirer le ciel nocturne c’est aussi prendre conscience de la beauté et de la fragilité de notre planète. Quand on plonge le regard dans la bande laiteuse de la Voie lactée qui se déroule au-dessus de nos têtes, on s’interroge forcément sur notre place dans cet Univers. Sommes-nous seuls à contempler ce spectacle, à frissonner devant ce vertigineux abîme ? Existe-t-il d’autres astres où des êtres vivants font de même ? C’est pour répondre à ces passionnantes questions que les astronomes se sont lancés depuis plusieurs décennies dans la traque des exoterres. Pourtant jusqu’à ce jour nous n’avons trouvé aucune autre planète sur laquelle poussent des êtres aussi majestueux que les arbres. Leur vie se mesure en siècles pour les plus âgés, le temps ne s’écoule pas pour eux comme pour nous. Géants immobiles, ils nous sont indispensables même si nous l’oublions souvent. En voyant partir en fumée la forêt amazonienne, on mesure avec effroi la rapidité de sa destruction par rapport au temps qui a été nécessaire pour créer ce poumon vert. Sauver nos arbres, c’est aussi sauver la vie, si précieuse parce que peut-être unique…

Ce cliché représente une seule pose de 45 secondes. Boîtier Nikon D7100, objectif Samyang de 12 millimètres de focale ouvert à 2,8. Merci à mes modèles végétaux, silhouettes bienveillantes qui ont posé sans bouger une seule de leurs feuilles et à qui je dédie cette image.

2 réflexions sur “ La Voie lactée s’étire entre les cimes des arbres ”

  1. Bonsoir JB

    Moi, qui vis au fond des bois, ton plaidoyer me touche énormément, cette année est particulièrement éprouvante pour notre forêt et nous le constatons tous les jours, les arbres ont souffert de la sécheresse, même si nous sommes un peu moins touchés que le reste du pays , beaucoup ne survivront pas. et les prochaines précipitations seront cruciales pour leur survie.

    Un long travail nous attends et nous devons tout mettre en œuvre pour sauver notre Terre ; et c’est maintenant …pas demain.

    Amitiés

    Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *