Observez le dernier passage de Tiangong-1

Si elle ne s’est pas encore désintégrée, la station spatiale chinoise Tiangong-1 devrait être visible sur l’horizon SUD dimanche 1er avril avant l’aube.

La station spatiale Tiangong-1 (Palais Céleste 1) vit ses dernières heures. La trajectoire de ce vaisseau de 8,5 tonnes (développé par l’agence spatiale chinoise CNSA) qui avait été placé en orbite basse sans équipage le 29 septembre 2011 n’est plus contrôlée ; Tiangong-1 est passée sous la barre des 200 kilomètres d’altitude et poursuit inexorablement sa descente à raison d’environ 5 kilomètres par jour tout en accélérant.

Observateurs admirant le passage de la Station spatiale internationale. © Jean-Baptiste Feldmann

Sa désintégration finale devrait avoir lieu aux alentours du 1er avril au-dessus d’une zone pour le moment très vaste qui ne pourra être précisée que dans les heures qui précéderont cet événement. Continuer la lecture

Que voir dans le ciel au mois d’avril 2018

Au mois d’avril vous pourrez suivre Mars et Saturne qui se croisent dans le Sagittaire, Vénus qui s’approche des Pléiades et Jupiter aux côtés de la Pleine Lune des fleurs.

Les nuits raccourcissent mais elles sont plus douces, c’est l’occasion d’en profiter pour découvrir quatre planètes qui deviennent de plus en plus brillantes : si Mercure est désormais inobservable après son apparition au crépuscule le mois dernier, Vénus ne cesse de s’élever en soirée et attire tous les regards, la magnitude de Mars devient négative et surpasse celle de sa voisine Saturne tandis que Jupiter n’est plus qu’à quelques jours de son opposition.

Que ce soit à l’œil nu, muni d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, voici les rendez-vous à ne pas manquer (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision). Continuer la lecture

Quels sont les ciels nocturnes les mieux protégés ?

Vous avez envie de fuir la pollution lumineuse et d’admirer des ciels nocturnes richement étoilés ? Voici une sélection de sites encore préservés.

Pendant des millénaires, les êtres humains ont regardé le firmament et ont été impressionnés par les milliers d’étoiles, de galaxies, de nébuleuses et d’autres merveilles cosmiques visibles à l’œil nu. Mais depuis quelques décennies une grande partie de l’humanité n’a plus accès à ce spectacle à cause de la pollution lumineuse galopante. On estime aujourd’hui qu’au moins 80% des personnes qui vivent aux États-Unis et en Europe ne peuvent plus admirer la Voie lactée, et encore moins les galaxies voisines comme celle d’Andromède.

Le ciel de la Réserve d’Alqueva au Portugal. © Jean-Baptiste Feldmann

Face à ce fléau, plusieurs organismes se sont mobilisés pour sélectionner des parcs, des réserves et des sanctuaires de ciel étoilé, des endroits où la pollution lumineuse reste raisonnable et où il est encore possible de voir un ciel nocturne de qualité. Continuer la lecture

Que voit-on lors d’un Premier Quartier de Lune ?

Attardons-nous aujourd’hui sur les paysages lunaires que nous offre le Premier Quartier avec cette image réalisée dans la soirée du 24 mars.

Pour commencer définissons ce qu’est le Premier Quartier : la Lune tournant autour de la Terre en un peu plus de 29 jours, elle nous présente chaque nuit une portion éclairée différente, ce qu’on appelle la phase lunaire (rappelons au passage que cet éclairage est fourni par le Soleil, la Lune n’émettant aucune lumière propre). Lors du Premier Quartier, la Lune est en quadrature EST, c’est-à-dire que la différence de longitude céleste entre la Lune et le Soleil est égale à 90° (si sur un schéma on relie par des droites les 3 astres, on obtient un triangle rectangle en un point occupé par la Terre, les autres sommets correspondant à notre étoile et notre satellite naturel).

Comme on le constate sur cette image, la partie éclairée de la Lune au moment du Premier Quartier ressemble à un demi-disque dont la partie arrondie est tournée vers l’OUEST : elle représente la panse de la lettre « P » comme Premier. Continuer la lecture

L’observatoire Yerkes va-t-il définitivement fermer ?

Inauguré en 1897, l’observatoire américain Yerkes pourrait cesser de fonctionner cette année. Il accueille la plus grande lunette du monde. 

C’est un monument de l’astronomie qui pourrait définitivement fermer si aucun mécène ne vient à son secours : l’Université de Chicago, qui gère l’observatoire Yerkes, a annoncé qu’elle cesserait d’en financer l’entretien à partir du 1er octobre 2018.

L’observatoire Yerkes avec à gauche l’immense coupole qui abrite le plus grand réfracteur du monde. © Yerkes Observatory

L’observatoire (qui se trouve au milieu d’un parc sur la rive du lac Léman à Williams Bay, dans le Wisconsin, juste de l’autre côté de la frontière de l’Illinois) a été fondé  en 1897 par l’astronome George Ellery Hale et financé par Charles Tyson Yerkes (un magnat des transports) qui lui a donné son nom.   Continuer la lecture

Pierre Bonhomme réinvente la machine d’Anticythère

C’est une étonnante reconstitution libre de la machine d’Anticythère que nous a fait découvrir Pierre Bonhomme à l’occasion de la JOA.

Le samedi 10 mars de nombreux astronomes amateurs se sont retrouvés à Communay au sud de Lyon pour la 19ème édition de la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA). On pouvait y vendre et y acheter des instruments, des pièces détachées, des appareils photographiques ou encore des livres. Au milieu de ce grand déballage une étrange construction attirait le regard : il s’agissait d’une reconstitution libre de la machine d’Anticythère, une incroyable machinerie repêchée en 1902 au large de l’île grecque d’Anticythère qui pourrait avoir été conçue à l’époque d’Archimède.

Pierre Bonhomme est le concepteur de cette reconstitution qu’il nous a présenté. Continuer la lecture

Jeune croissant de Lune au château du Clos de Vougeot

Le 20 mars en soirée le jeune croissant de Lune faisait une brève  apparition entre les nuages du côté du château du Clos de Vougeot en Bourgogne.

Situé le long de la route des Grands Crus de Bourgogne entre Gevrey-Chambertin et Nuits-Saint-Georges, le château du Clos de Vougeot n’était au  XIIème siècle qu’un ensemble de bâtiments à usage viticole construits au milieu des vignes par les moines de l’abbaye de Cîteaux. C’est à partir du XVIème siècle qu’apparut le corps de logis de style Renaissance que l’on peut admirer aujourd’hui.

C’est au château du Clos de Vougeot que sont intronisés régulièrement de nouveaux membres de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin. Continuer la lecture

La planète Mars au milieu des nébuleuses du Sagittaire

L’astrophotographe Damian Peach a immortalisé le passage de la planète Mars entre les nébuleuses de la Lagune et Trifide dans le Sagittaire.

Mars est la planète à suivre en 2018 : le 27 juillet prochain elle se trouvera à un peu moins de 58 millions de km de la Terre (ce sera l’opposition) et son disque orangé (une couleur provoquée par l’oxyde de fer présent en grande quantité dans le sol martien) aura un diamètre de 24 sec d’arc et une magnitude de -2,8. Ce sera alors l’astre le plus brillant du ciel nocturne si on fait abstraction de la Lune.

La Planète rouge n’est encore qu’à 180 millions de km de nous mais elle se trouve pour une petite dizaine de jours idéalement placée dans la constellation du Sagittaire entre deux très belles nébuleuses, La Lagune et Trifide, comme le montre cette superbe image réalisée le 18 mars par l’astrophotographe Damian Peach (1,5 heure de poses avec une lunette de 106 mm de diamètre). Continuer la lecture

En vidéo : le nettoyage des miroirs des télescopes Keck

Si vous trouvez que le lavage de vos vitres est fastidieux, vous allez découvrir dans cette vidéo comment on nettoie les miroirs des télescopes Keck. 

Installés au sommet du Mauna Kea sur l’île d’Hawaii, les deux télescopes jumeaux de l’Observatoire Keck (voir leur site internet)ont révolutionné l’astronomie depuis un quart de siècle. Chacun de ces deux instruments de 10 mètres de diamètre a une surface collectrice composée de 36 miroirs hexagonaux de 1,8 mètre de diamètre.

Cette technique de miroirs segmentés est depuis privilégiée pour la construction de tous les grands télescopes (comme le Gran Tecan que j’ai visité il y a quelques années aux Canaries et dont les photos illustrent cet article). Continuer la lecture

Vieux croissant de Lune à l’aube du 14 mars

Ce matin le ciel nous offrait un vieux croissant de Lune à l’horizon, alors qu’on apprenait la mort de l’astrophysicien Stephen Hawking.

« Regardez vers les étoiles et pas vers vos pieds. Essayez de donner un sens à ce que vous voyez, et demandez-vous ce qui fait que l’Univers existe. Soyez curieux » disait l’astrophysicien britannique Stephen Hawking qui s’est éteint à l’âge de 76 ans ce mercredi 14 mars. C’est à ces belles paroles que je pensais ce matin vers 5 h 30, alors que je venais d’abandonner un lit douillet et que je marchais dans les vignes bourguignonnes sous un joli ciel étoilé qui commençait tout doucement à s’éclaircir.

J’avais rendez-vous avec un vieux croissant de Lune trois jours avant la Nouvelle Lune et je tenais à profiter d’un rare matin sans nuages. Continuer la lecture

Zoom sur Pierazzo, un cratère lunaire de la face cachée

En photographiant des détails sur la face cachée de la Lune, la sonde américaine Lunar Reconnaissance Orbiter nous dévoile en détail le cratère Pierazzo.

Lancée le 18 juin 2009 (au cours de l’Année mondiale de l’astronomie), LRO (Lunar Reconnaissance orbiter) est une sonde d’environ 2 tonnes qui a été placée en orbite à moins de 50 km de la Lune pour en étudier la surface de façon approfondie. Sa caméra haute résolution (LROC) a même été capable de nous révéler les sites d’atterrissage d’Apollo. Cette fois-ci c’est Pierazzo qui est à l’honneur, un cratère d’impact d’un peu plus de 9 kilomètres de diamètre situé sur la face cachée.

Ce cratère a été nommé en 2015 par l’UAI (Union Astronomique Internationale) en l’honneur de la planétologue italienne Elisabetta Pierazzo (1963-2011) spécialiste des cratères d’impact.  Continuer la lecture

Retour sur la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA)

Le 10 mars Communay accueillait la 19ème édition de la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA), un grand marché de l’occasion, mais pas seulement.

Ils étaient nombreux à se presser samedi 10 mars dans la Salle des Sports des Brosses à Communay (au sud de Lyon) pour participer à une nouvelle édition du grand marché de l’occasion en astronomie, la désormais célèbre JOA (qui fêtera l’an prochain ses 20 ans).

Astronomes amateurs de la région (et de plus loin encore) seuls ou venus avec des membres de leur club (à l’image de la Société Astronomique de Bourgogne) étaient là pour vendre ou acheter du matériel et des accessoires : paires de jumelles, lunettes astronomiques, télescopes, pièces optiques mais également appareils photographiques, livres et revues recouvraient les nombreuses tables mises à disposition par les organisateurs.

Cette sympathique manifestation était également l’occasion de rencontrer différents exposants professionnels (le stand d’Optique Unterlinden connaissait une forte affluence) ainsi que des passionnés venus présenter des réalisations originales :

  • les reproductions d’images astronomiques sur textile de Sophie POUGET (atelier Bulle)
  • le créateur VERENA  qui proposait de jolis bijoux dont le plus petit télescope du monde réalisé en cristal de Swarovski
  • le principe de l’Hypertélescope Lise développé depuis 2011 non loin de Barcelonnette dans les Alpes de Haute Provence et présenté par Martine ROUSSEL
  • une reconstitution libre de la machine d’Anticythère qui a demandé 5 ans et 5.000 h de travail à son concepteur Pierre BONHOMME (Club d’Astronomie Nuits Magiques)
  • les ouvrages de Frédéric LEQUÈVRE aux éditions book-e-book

Nous reviendrons plus longuement sur le travail de Pierre BONHOMME et Frédéric LEQUÈVRE prochainement.

Seis, un sismomètre pour sonder le cœur de la planète Mars

C’est début mai que devrait s’envoler la mission américaine Insight en direction de la planète Mars avec à son bord le sismomètre français Seis.

2018 sera l’année de la Planète rouge : lors de l’opposition très attendue le 27 juillet elle se trouvera à un peu moins de 58 millions de km de la Terre et son disque orangé (une couleur provoquée par l’oxyde de fer présent en grande quantité dans le sol martien) aura un diamètre de 24 sec d’arc et une magnitude de -2,8. Ce sera alors l’astre le plus brillant du ciel nocturne si on fait abstraction de la Lune.

Mais nous aurons un second rendez-vous avec la quatrième planète du Système solaire : fin novembre la station Insight lancée six mois plus tôt par la NASA se posera à la surface. Objectif : écouter battre le cœur de Mars. Continuer la lecture

7 mars : Jupiter et la Lune gibbeuse décroissante

La plus grosse planète du Système solaire se trouvait à quelques encablures de la Lune gibbeuse décroissante à l’aube de ce mercredi 7 mars.

Qu’appelle-t-on Lune gibbeuse ? Il s’agit du moment où notre satellite naturel présente un certain embonpoint du côté du terminateur, entre le Premier Quartier et la Pleine Lune (c’est la Lune gibbeuse croissante) et entre la Pleine Lune et le Dernier Quartier : dans ce cas on parle de Lune gibbeuse décroissante comme à l’aube de ce 7 mars, 2 jours avant le Dernier Quartier.

La Lune est un excellent moyen pour repérer les planètes et nous la voyons sur ce cliché non loin de Jupiter, alors que le ciel commence à s’éclaircir et à effacer les étoiles (il a été nécessaire de surexposer la Lune pour bien voir Jupiter). Continuer la lecture

Mercure revient au crépuscule aux côtés de Vénus

Ce mois de mars nous offre la plus belle période de l’année pour repérer la discrète planète Mercure. Voici quelques conseils pour la trouver.

Plus proche planète du Soleil, Mercure est toujours délicate à observer, perdue dans les lueurs de l’aube ou du crépuscule (les premiers Égyptiens ont d’ailleurs longtemps cru qu’il s’agissait de deux astres différents : un le soir, un autre le matin). Mais si vous savez à quel moment et dans quelle direction regarder, vous trouverez Mercure assez facilement en raison de son éclat en général assez élevé. C’est d’ailleurs sa luminosité qui avait permis aux Sumériens de la repérer dès l’Antiquité.

Les planètes Vénus et Mercure à l’horizon le 3 mars 2018. © Jean-Baptiste Feldmann

En raison de son déplacement très rapide (la planète met seulement 88 jours pour faire le tour du Soleil), les Romains lui avaient donné le nom du dieu du commerce alors que chez les Grecs Mercure était assimilée à Hermès, le Messager des Dieux. Continuer la lecture

Rencontres Astronomiques de Printemps : 20 ans en 2018 !

La vingtième édition des Rencontres Astronomiques de Printemps aura lieu du 10 au 13 mai 2018. Pensez à réserver votre emplacement !

Qui aurait pensé lors de leur lancement en 1999 que les Rencontres Astronomiques de Printemps fêteraient leurs 20 ans ? Ce sera pourtant le cas du 10 au 13 mai 2018 lors du pont de l’Ascension. Pendant 4 jours et 3 nuits de nombreux astronomes amateurs français et européens se retrouveront une nouvelle fois à Craponne sur Arzon, petite commune située en Haute-Loire.

Les RAP édition 2017. © Jean-Baptiste Feldmann

Ces rencontres se déroulent dans un site préservé de la pollution lumineuse (la commune éteint l’éclairage public pendant ces 3 nuits) toujours à une période sans Lune (cette année les RAP se déroulent en fin de lunaison, le Dernier Quartier ayant lieu le 8 mai). Continuer la lecture

Pleine Lune des neiges le 2 mars

La première Pleine Lune du mois de mars est celle des neiges qui portait bien son nom cette année puisqu’elle a illuminé un joli manteau blanc.

Après deux Pleines Lunes en janvier et aucune en février (voir à ce sujet l’article intitulé quelle est la fréquence des mois sans Pleine Lune), le mois de mars connaît lui aussi deux Pleines Lunes, la seconde (appelée Lune bleue) se produisant le 31. Ce 2 mars la Pleine Lune avait lieu à 0 h 51 (TU) alors que notre satellite naturel se trouvait dans la constellation du Lion.

Cette image réalisée dans la soirée du 2 montre le lever de la Pleine Lune des neiges depuis les pelouses enneigées de l’éolienne de la commune de Brochon en Côte-d’Or.  Continuer la lecture

La nébuleuse d’Orion sur le château de la Tour

Les soirées de cette fin d’hiver sont idéales pour contempler la belle constellation d’Orion et la célèbre nébuleuse qu’elle renferme, Messier 42.

Si vous lisez régulièrement mes billets sur CIELMANIA, le château de la Tour ne vous est pas inconnu puisque j’y réalise assez souvent des photos, comme cette rotation d’étoiles en août 2015 ou encore cette course céleste entre le croissant de Lune et Vénus quelques jours plus tard. Ce domaine viticole qui jouxte celui du château du Clos de Vougeot contient une jolie tour au pied de laquelle je me rends régulièrement pour photographier le ciel.

J’y étais dans la soirée du 12 février pour immortaliser la nébuleuse d’Orion (5 sec de pose à 3200 iso avec un boîtier Nikon D7100 et un objectif de 50 mm de focale ouvert à 2,8). Continuer la lecture