Gregor, le télescope allemand qui étudie la surface du Soleil

Depuis 2012 le télescope allemand Gregor étudie en haute résolution la surface du Soleil depuis l’Observatoire du Teide aux Canaries.

Les îles Canaries sont connues pour la qualité astronomique de leur ciel. Le sommet de l’île de La Palma accueille l’Observatoire du Roque de Los Muchachos dont le fleuron est le Gran Tecan, un télescope géant de 10,4 m de diamètre. On y étudie aussi les sursauts gamma avec le Major Atmospheric Gamma-ray Imaging Cherenkov Telescope (MAGIC) qui sera bientôt épaulé par le CTA (Cherenkov Telescope Array).

Quant à l’île de Ténérife, si ses plages sont très prisées des touristes, son sommet est réservé à l’Observatoire du Teide.

L’importance de ces installations, gérées par l’Institut d’astrophysique des Canaries (IAC), prouve combien ces deux sommets offrent d’exceptionnelles conditions d’observation, déjà reconnues dans le passé : l’Écossais Charles Piazzi Smyth y observa le ciel au XIXe siècle et le Français Jean Mascart s’y rendit pour suivre le dernier passage de la comète de Halley en 1910. Il n’est d’ailleurs pas impossible que le TMT (Thirty Meters Telescope) ne rejoigne un jour l’un de ces deux sommets.

C’est à l’Observatoire du Teide que les astrophysiciens allemands observaient déjà le Soleil depuis les années 1980 grâce à un télescope sous vide de 70 cm de diamètre. Ils y ont ajouté en 2012 Gregor, un télescope solaire de 1,5 m de diamètre, le plus grand d’Europe.

gregor2

Double particularité de Gregor : il n’est pas installé sous vide comme la plupart des télescopes solaires mais au sommet d’une tour pour être ventilé (il dispose aussi d’une optique adaptative pour compenser les effets néfastes de la turbulence atmosphérique). D’autre part il peut être utilisé la nuit pour observer la Voie lactée, une façon de mieux rentabiliser cet instrument de 13 millions d’euros.

La première campagne d’observations menée par Gregor en 2014 et 2015 a permis de découvrir que la plus grande partie de la surface de notre étoile était affectée par des champs magnétiques de faible intensité. Jusqu’à présent les astrophysiciens n’avaient observé que des champs magnétiques puissants au niveau des taches solaires.

2 réflexions sur “ Gregor, le télescope allemand qui étudie la surface du Soleil ”

  1. Toujours aussi intéressants tes articles Jean Baptiste!

    tiens une info,
    je vais passer une nuit à l’observatoire du Pic du Midi (un cadeau pour mes 60ans) en avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *