VLT : un laser pointé vers le cœur de la Voie lactée

Comme beaucoup de télescopes équipés d’une optique adaptative, le Very Large Telescope utilise un laser pour créer une étoile artificielle.

Les étoiles, dont la lumière met au minimum plusieurs années avant de nous parvenir, sont des sources de lumière ponctuelles que nous voyons scintiller en raison des mouvements permanents et imprévisibles de notre atmosphère. Si nous essayons d’amplifier l’image de ces astres plusieurs dizaines ou plusieurs centaines de fois à l’aide d’un télescope, nous obtiendrons des images brouillées très éloignées des caractéristiques optiques théoriques correspondant au diamètre de nos instruments.

Depuis plusieurs décennies les astronomes professionnels ont trouvé une façon élégante de contrer les méfaits de la turbulence atmosphérique en développant l’optique adaptative.

Le principe, simple en théorie, consiste à analyser les déformations subies par la lumière d’une étoile-guide et à corriger ces déformations en modifiant très rapidement et très fréquemment la surface du miroir du télescope. Les moyens électroniques et informatiques disponibles désormais permettent de corriger plusieurs centaines de fois par seconde des miroirs de quelques mètres de diamètre soutenus par des centaines de vérins motorisés.

laser-vlt

Reste un impératif à respecter : il faut disposer d’une étoile-guide assez brillante dans le voisinage immédiat de l’objet astronomique que l’on souhaite étudier. Comme ce n’est pas toujours possible, on utilise un laser pour créer une étoile-guide artificielle. C’est ce que nous montre cette image réalisée par Yuri Beletsky pour le compte de l’ESO. On y voit le laser de guidage stellaire du Very Large Telescope former une étoile-guide artificielle à 90 kilomètres d’altitude au milieu des étoiles de la Voie lactée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *