Des cryovolcans à l’origine des sursauts de la comète 29P/S-W

La comète 29P/S-W est connue pour montrer d’importants sursauts de luminosité. Des cryovolcans en sont peut-être responsables.

Astre chevelu imprévisible :

Le 15 novembre 1927, deux astronomes allemands, F. Schwassmann et A. Wachmann découvrent une comète à l’Observatoire de Hambourg (Allemagne). L’astre chevelu, surnommé 29P/S-W, orbite un peu au delà de Jupiter, avec une période de 14,7 ans. C’est une très grosse comète d’environ 60 kilomètres de diamètre. Mais ce qui intrigue les astronomes, ce sont les brusques sursauts d’éclat de la comète. En quelques semaines, sa luminosité saute de la magnitude 16 à la magnitude 10. Cela signifie qu’elle devient environ 600 fois plus brillante !

Montage photo montrant l’évolution d’éclat de la comète 29P/S-W entre le 16 juin 2013 (en bas à gauche) et le 28 juillet 2013. © Damian Peach

On a ainsi calculé que la comète 29P/S-W (29P/Schwassmann-Wachmann) avait explosé un peu plus de 7 fois par an en moyenne depuis 1927. Certaines années, il y a eu jusqu’à 20 sursauts d’éclat. Ce mystérieux comportement pourrait s’expliquer par une activité volcanique particulière.

Des éruptions de glace :

Sur Terre, les volcans crachent de la lave, comme nous l’observons actuellement avec le Cumbre Vieja dans l’archipel des Îles Canaries. Mais il existe dans le Système solaire une autre forme de volcanisme avec des volcans de glace. Bien qu’il soit inactif, Ahuna Mons (sur l’astéroïde Cérès) en est un exemple. Un cryovolcan recrache des éléments volatils comme de l’eau, de l’ammoniac, du monoxyde de carbone ou du méthane. Ces rejets peuvent être liquides ou se présenter sous forme de vapeur.

Ahuna Mons (photographié par la sonde Dawn), un cryovolcan sur Cérès. © NASA

L’astronome Richard Miles s’intéresse particulièrement au comportement de la comète 29P/S-W. Il rassemble toutes les informations au sujet de cet objet céleste dans la rubrique Mission 29P au sein de la British Astronomical Association. Il propose d’expliquer les sursauts d’éclat de la comète par le cryovolcanisme. Sous l’action du Soleil, la surface de la comète fondrait par endroits, libérant brutalement d’énormes quantités de gaz et de poussière. Des éruptions régulières qui expliqueraient les sursauts d’éclat observés depuis presque un siècle.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Moon Night 2021 : comment observer la Lune ce 16 octobre

Le 16 octobre 2021, c’est Moon Night, la Nuit de la Lune. Une belle occasion pour l’explorer avec une paire de jumelles ou une longue-vue.

Rendez-vous avec la Lune gibbeuse :

L’International Observe the Moon Night (InOMN) est un événement mondial organisé chaque année depuis 2010. Il est programmé un samedi soir en automne dans l’hémisphère Nord, à une date proche du Premier Quartier. Ce choix est dicté par la période de visibilité de notre satellite naturel et par son degré d’éclairage par le Soleil. Autour du Premier Quartier, on peut observer la Lune en soirée, ce qui est bien pratique. En outre, sa surface présente une belle variété de paysages mis en relief par la lumière solaire rasante à cette époque. Ce n’est plus le cas au moment de la Pleine Lune.

Moon Night, c’est un rendez-vous international pour admirer la Lune. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette année, le Premier Quartier se produit le 13 octobre. C’est donc une Lune gibbeuse croissante que nous pourrons observer samedi soir, trois jours plus tard. Continuer la lecture

Le volcan chilien Villarrica en activité sous la Voie lactée

Le photographe Tomas Slovinsky a immortalisé une magnifique Voie lactée au-dessus du volcan chilien Villarrica en pleine activité.

Un volcan très actif :

Des nombreux volcans chiliens, le Villarrica est l’un des plus agités. Culminant à 2.847 mètres d’altitude dans la Cordillère des Andes, il est situé à 750 kilomètres au Sud de la capitale, Santiago. Chez les Mapuches, un peuple réparti entre le Chili et l’Argentine, on l’a surnommé Rucapillán, ce qui signifie “la maison du Grand Esprit”. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un Esprit colérique ! Les éruptions y sont spectaculaires (du même type que sur le Stromboli), et la dernière s’est produite en 2020. Un lac de lave se forme par intermittence dans le cratère sommital.

Le volcan chilien Villarrica sous la Voie lactée. © Tomas Slovinsky

C’est la lueur émise par ce lac incandescent que le photographe Tomas Slovinsky a voulu saisir la nuit. Il a attendu que la Voie lactée soit positionnée dans le prolongement du volcan.

La Voie lactée en majesté :

Au milieu des étoiles innombrables (la pollution lumineuse est inexistante dans cette région), plusieurs nébuleuses en émission apparaissent en rouge. Il s’agit de grands nuages dont le gaz est ionisé par la présence d’étoiles chaudes à proximité. Juste au-dessus du sommet du volcan, on remarque une importante zone sombre au milieu des étoiles. Cette région céleste obscure située à 600 années-lumière est surnommée le Sac à Charbon. Le cliché réalisé par Tomas Slovinsky fait partie des 10 plus belles photos de la Voie lactée racontées par leurs auteurs. Et il en rappelle un autre, celui du volcan de Fuego en éruption sous la Voie lactée.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Jour de la Nuit le 9 octobre : la Lune et Vénus ont rendez-vous

La treizième édition du Jour de la Nuit coïncide avec un superbe rapprochement au crépuscule entre le croissant de Lune et Vénus. 

Protéger le ciel nocturne :

La première édition du Jour de la Nuit eu lieu en 2009 à l’occasion de l’Année mondiale de l’astronomie. Il s’agissait de faire prendre conscience au grand public de l’importance de la préservation du ciel nocturne. Une nécessité pour que chacun puisse admirer les étoiles, mais également pour préserver la biodiversité nocturne. Si quelques dizaines de manifestations marquèrent la toute première édition, plusieurs centaines sont programmées pour ce samedi 9 octobre.

Le Jour de la Nuit est l’occasion de sensibiliser le public à la beauté du ciel nocturne et aux méfaits de la pollution lumineuse. © Jean-Baptiste Feldmann

Il y en a pour tous les goûts : des sorties nature, des observations du ciel étoilé, et surtout l’extinction d’une partie des lumières dans de nombreux sites urbains. Vous trouverez la liste des manifestations en consultant le site internet dédié au Jour de la Nuit.

Continuer la lecture

En vidéo : ciel étoilé au-dessus des coupoles de Galactica

En Espagne, les beautés du ciel nocturne sont visibles depuis les coupoles de Galactica, un centre de diffusion de l’astronomie. 

Ciel noir en Aragon :

Galactica : le lieu porte bien son nom. Dans ce centre de diffusion de l’astronomie, on est au plus près des étoiles. Il faut dire que l’endroit n’a pas été choisi au hasard. Le site est sous la tutelle du CEFCA, le Centre d’étude de la physique du Cosmos d’Aragon. Il se situe dans la province de Teruel, l’une des trois qui forment la communauté autonome d’Aragon. L’altitude de la région (supérieure à 1.000 mètres) offre l’un des climats les plus secs d’Europe. Une zone montagneuse où la faible urbanisation préserve le ciel nocturne de toute pollution lumineuse.

C’est là que se donnent rendez-vous les amoureux des étoiles. Pas moins de neuf coupoles permettent de réaliser des observations astronomiques dans d’excellentes conditions. Continuer la lecture

Apollo 11 : le module Eagle est peut-être encore en orbite

Eagle, le module d’Apollo 11 utilisé pour rejoindre la Lune, ne s’est peut-être pas écrasé après le retour en orbite des astronautes. 

Mission historique :

En juillet 1969, la mission Apollo 11 est la première à déposer des hommes sur la Lune. Pendant que l’astronaute Collins reste en orbite, ses compagnons Armstrong et Aldrin rejoignent la surface lunaire avec Eagle. Ce module, le LEM (pour Lunar Excursion Module), comprend une capsule pressurisée pour les astronautes ainsi que des moteurs pour la descente et la remontée. Leur exploration lunaire achevée, Armstrong et Aldrin rejoignent Collins en orbite.

Le module lunaire Eagle photographié par l’astronaute Collins resté en orbite. © NASA

Avant de reprendre le chemin de la Terre, ils se débarrassent du LEM qui doit retomber sur la Lune. C’est en tentant de localiser le point de chute d’Eagle que James Meador a fait une curieuse découverte. Continuer la lecture