Archives pour la catégorie Actualités

Bételgeuse : les Aborigènes australiens connaissaient déjà sa variabilité

Sujet d’actualité en raison de sa baisse de luminosité, l’étoile géante rouge Bételgeuse était déjà connue des Aborigènes australiens pour sa variabilité.

Un chasseur hivernal :

L’hiver est la saison idéale pour observer la célèbre constellation d’Orion.  Elle nous raconte l’histoire d’un chasseur arrogant. Dans la mythologie grecque le géant Orion passait son temps à se vanter de ses prouesses. Exaspérée, Héra, sœur et femme de Zeus, lui envoya un scorpion qui le piqua et le tua (lire à ce sujet Pompéi : une mosaïque illustre le mythe d’Orion et du Scorpion). Orion et Scorpion furent alors placés aux deux extrémités du ciel pour ne jamais se rencontrer. L’un se couche quand l’autre se lève.

La constellation d’Orion s’élève à l’aube en fin d’été. © Jean-Baptiste Feldmann

Depuis environ deux mois, Bételgeuse, qui symbolise l’une des deux épaules du chasseur, a perdu de son éclat. Cet astre devrait finir par exploser en supernova sans qu’on sache s’il le fera la nuit prochaine ou dans 100.000 ans (lire l’avis de l’astrophysicienne Sylvie Vauclair). Les sautes d’humeur de cette étoile géante rouge ont laissé des traces dans les récits que se transmettent oralement les Aborigènes d’Australie (découvrir l’étude sur arXiv). Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois de janvier 2020

Le ballet des planètes, l’essaim des Quadrantides et une éclipse de Lune par la pénombre sont au programme de ce mois de janvier 2020.

En astronomie l’hiver est une saison peu appréciée en raison des basses températures qui peuvent parfois décourager les observateurs. Pourtant la saison a des atouts indéniables. Les nuits sont très longues et il n’est nul besoin de veiller très tard pour observer. D’autre part lorsque le ciel nocturne est dégagé il est particulièrement noir, ce qui n’est pas le cas en été. Je vous invite donc à mettre le nez dehors en ce mois de janvier et je vous renvoie vers les 5 conseils pour observer sans avoir froid.

En hiver pensez à admirer la belle constellation d’Orion. © Jean-Baptiste Feldmann

Voici quelques jolis phénomènes célestes que vous pourrez tenter d’admirer si la météo est clémente. N’oubliez pas que la carte du ciel de Stelvision vous permettra de visualiser ces phénomènes : Continuer la lecture

2019 : les images du ciel que vous avez (peut-être) manquées

Voici mes images les plus marquantes de cette année 2019 présentées dans CIELMANIA. Si vous avez raté certains clichés, c’est le moment de les découvrir.

Une nouvelle année s’achève. Douze mois pendant lesquels j’ai traqué les beautés du ciel nocturne pour les immortaliser. Des images réalisées avec du matériel simple qui ont fait chaque fois l’objet d’une présentation sur ce blog. La Lune y tient une grande place puisque c’est mon sujet photographique de prédilection. Levers, couchers, croissants, Pleines Lunes, notre satellite naturel se donne en spectacle tout au long de l’année.

Cette sélection est forcément subjective mais j’espère qu’elle vous plaira. À vous tous et toutes, fidèles lecteurs et lectrices du blog (n’oubliez pas que vous pouvez me suivre sur Facebook et Twitter), je souhaite une très belle année 2020. Qu’elle vous offre l’opportunité de lever régulièrement les yeux vers le ciel étoilé, et de le faire en bonne santé !

Lune-Vénus : rendez-vous céleste au-dessus de la mine

Le 28 décembre le jeune croissant de Lune accompagnait Vénus en fin de journée au-dessus du chevalement de la mine de fer d’Aumetz en Lorraine.

Sous terre :

À Aumetz, petite ville de 2.000 habitants de la Moselle, tout évoque la mine. Les petites maisons des mineurs alignées le long des rues et bien sûr le chevalement qui se dresse au-dessus des toits. Dans l’industrie minière, le chevalement est la structure qui sert à descendre et remonter les mineurs, ainsi que le minerai, via une cage d’ascenseur. Au temps de sa splendeur (la première descente a eu lieu en 1900), la mine Bassompierre employait 800 ouvriers.

Ils ont extrait le minerai de fer 200 mètres sous terre jusqu’à la fermeture du site en 1983. Un musée installé au pied du chevalement permet désormais de revivre cette époque.  Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois de décembre 2019

L’observation de quatre planètes est au menu de ce mois de décembre. Et pour les voyageurs, il y aura même une éclipse de Soleil le 26.

Si vous avez prévu ne ne pas trop sortir pour observer le ciel nocturne au cours de ce mois de décembre 2019, vous allez sans doute changer d’avis une fois que vous aurez lu les éphémérides. Ce dernier mois de l’année nous offre en effet quelques rendez-vous astronomiques que vous ne pouvez manquer sous aucun prétexte, à condition que la météo y mette du sien !

Les Pléiades, amas incontournable pendant les nuits hivernales. © Jean-Baptiste Feldmann

Avant de découvrir dans le détail ce que nous réserve le ciel, je vous recommande de lire les 5 conseils pour observer sans avoir froid ! Je vous rappelle également que la carte du ciel de Stelvision vous permettra de visualiser tous les phénomènes à observer. Continuer la lecture

Jeune Lune entre Saturne et Vénus au crépuscule

Enfin un crépuscule sans trop de nuages. En cette soirée du 29 novembre l’occasion était idéale pour admirer la Lune entre Saturne et Vénus. 

13 jours sans voir d’étoiles, 13 jours à se contenter de compter les nuages à chaque crépuscule. Mon dernier cliché remontait au 16 novembre à l’occasion du rapprochement Jupiter-Vénus. Ce 29 novembre il pleuvait en fin d’après-midi puis une petite trouée a fait sa place dans le plafond nuageux. Je devais tenter ma chance même si la météo ne laissait présager rien de bon. Finalement la trouée a grandi, laissant voir le spectacle céleste annoncé.

La jeune Lune encadrée par Saturne et Vénus le 29 novembre. © Jean-Baptiste Feldmann

Il s’agissait du retour de la jeune Lune avec la lumière cendrée à ses côtés. Deux planètes encadraient notre satellite naturel : Saturne et Vénus. Continuer la lecture

Spectaculaire pluie d’étoiles filantes attendue à l’aube du 22 novembre

Les spécialistes prédisent une belle pluie d’étoiles filantes en fin de nuit le vendredi 22 novembre. Il s’agirait d’un sursaut des Alpha Monocérotides

Essaims de novembre :

Si je vous parle d’étoiles filantes en novembre, vous pensez d’abord aux Léonides. C’est l’un des essaims météoritiques les plus importants de l’année. Actif du 6 au 30 novembre, il est connu pour ses tempêtes d’étoiles filantes de 1833, 1866 et 1966. Mais cette année un autre essaim pourrait lui ravir la vedette. Il s’agit des Alpha Monocérotides. Son nom provient de l’étoile de la constellation de la Licorne d’où semblent surgir les météores.

Position du radiant des Alpha Monocérotides à l’aube du 22 novembre. © Stelvision

Cette constellation (Monoceros en latin), bien que composée d’astres relativement faibles, est facile à trouver. Elle se situe à l’est (gauche) de celle d’Orion, au-dessus de Sirius, la plus brillante étoile du ciel. Continuer la lecture

Comète interstellaire Borisov : elle avait déjà été détectée en 2018

2I/Borisov, la comète interstellaire découverte par Gennady Borisov en août 2019 avait déjà été détectée par des télescopes automatiques huit mois plus tôt. 

Une grande voyageuse :

Le 30 août dernier l’astronome amateur russe Gennady Borisov repérait un nouvel astre chevelu sur des images acquises avec un télescope de 65 centimètres. L’astre en question fut nommé C/2019 Q4 dans un premier temps. Puis on calcula les paramètres orbitaux : ils révélèrent que cet astre chevelu venait de l’extérieur du Système solaire. La comète interstellaire en question fut ensuite rebaptisée 2I/Borisov. Le 12 octobre 2019 le télescope spatial Hubble nous dévoilait en images cette étonnante visiteuse qui passionne les astronomes.

Images de la comète 2I/Borisov prises le 12 octobre 2019 par le télescope spatial Hubble. © Nasa/ESA/D. Jewitt (UCLA)

Une récente étude publiée sur arXiv révèle que la comète interstellaire est présente sur plusieurs clichés réalisés avant la date de sa découverte officielle. Continuer la lecture

En ce moment, admirez le rapprochement Jupiter-Vénus

Vous pouvez suivre pendant quelques soirées le rapprochement apparent Jupiter-Vénus. Les deux planètes se croiseront le 24 novembre.

Le départ de Jupiter :

Après le transit de Mercure, c’est désormais le couple Jupiter-Vénus qui tient la vedette. Les deux planètes vont se retrouver le 24 novembre devant la constellation du Sagittaire. Elles seront alors séparées de 1,5° (soit trois diamètres lunaires). En attendant on peut suivre leur rapprochement apparent chaque soir. Jupiter s’éloigne de la Terre depuis son opposition du 10 juin 2019. Lisez à ce sujet Hubble nous dévoile Jupiter dans toute sa splendeur.

Jupiter et Vénus au crépuscule le 16 novembre depuis la Bresse. © Jean-Baptiste Feldmann

Le 25 décembre la planète gazeuse géante sera à l’apogée à 930 millions de kilomètres de nous. Deux jours plus tard elle sera en conjonction supérieure avec le Soleil (alignement Terre-Soleil-Jupiter). Puis elle entamera son retour dans le ciel du matin qui l’amènera à sa prochaine opposition le 14 juillet 2020. Continuer la lecture

En vidéo : SDO filme le transit de Mercure depuis l’espace

Le 11 novembre 2019 l’observatoire spatial solaire SDO a filmé le transit de Mercure devant le Soleil dans différentes longueurs d’onde.

L’observatoire solaire SDO (Solar Dynamics Observatory) a été lancé il y a plus de 10 ans (le 11 février 2010 exactement) par la NASA depuis Cap Canaveral en Floride par une fusée Atlas V. Placé ensuite sur une orbite géosynchrone (à 36.000 km d’altitude environ), ce satellite de plus de 3 tonnes (il mesure 2 m par 4,5 m) observe en continu le Soleil dans différentes longueurs d’onde. Il peut ainsi étudier l’activité de notre étoile, comme l’apparition d’un filament géant ou le développement de taches gigantesques.

Le 11 novembre 2019 cette sonde spatiale a filmé le transit de la planète Mercure devant le Soleil, un spectacle qui ne se reproduira pas avant le 13 novembre 2032. Mais pourquoi voit-on Mercure glisser devant notre étoile ? Continuer la lecture

Que voir dans le ciel au mois de novembre 2019

Ce mois de novembre 2019 s’annonce prometteur. Outre le transit de Mercure devant le Soleil, vous pourrez également suivre de beaux rapprochements planétaires.

Une fois n’est pas coutume, c’est un événement astronomique diurne qui va mobiliser la communauté astronomique. Le 11 novembre en effet Mercure passera devant le Soleil. Un transit qui ne se reproduira que dans 13 ans et qu’il ne faut donc pas manquer ! Je vous invite à consulter l’excellente page de Stelvision dédiée au phénomène. N’oubliez pas que l’observation du Soleil nécessite des précautions pour éviter tout accident.

Une filtration adaptée est indispensable pour suivre le transit de Mercure en toute sécurité.

Les conditions de protection sont identiques à celles que je préconisais à l’occasion de l’éclipse partielle de Soleil du 20 mars 2015. Vous trouverez également dans cet article des conseils pour photographier le Soleil. Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois d’octobre 2019

Ce mois d’octobre s’annonce plutôt calme côté ciel. L’occasion de tenter de repérer aux jumelles deux lointaines planètes, Uranus et Neptune.

La météo de ce premier mois d’automne devrait encore nous offrir quelques belles nuits de plus en plus longues pour admirer le ciel étoilé sans pour autant connaître des températures trop basses qui découragent parfois les observateurs occasionnels. Il faut en profiter d’autant que la nuit tombe assez vite et qu’il est donc possible de faire des observations astronomiques en semaine sans être trop fatigué pour aller travailler le lendemain !

Soirée d’observation du ciel à La Grange Rouge en Bresse. © Jean-Baptiste Feldmann

Voici une liste non exhaustive de quelques jolis rendez-vous avec les astres en octobre, qu’ils se situent dans le Système solaire ou beaucoup plus loin. N’oubliez pas d’utiliser la carte de Stelvision pour vous orienter ! Continuer la lecture

UY Scuti, la supergéante 1.700 fois plus grande que le Soleil

La constellation de l’Écu de Sobieski héberge une supergéante monstrueuse. UY Scuti est actuellement la plus grosse étoile connue.

Bien qu’elle soit la cinquième plus petite constellation du ciel, celle de l’Écu de Sobieski est intéressante à observer en raison de sa situation. En pleine Voie lactée, entre l’Aigle et le Sagittaire, elle est régulièrement visée par les astronomes amateurs. Ces derniers se régalent en pointant Messier 11, l’amas du Canard sauvage, un groupe d’environ 3.000 étoiles de magnitude 5,8.

Comparaison entre le Soleil et UY Scuty. © Philip Park

Mais c’est un astre d’un tout autre acabit qui nous intéresse aujourd’hui : UY Scuti, la plus grosse étoile connue à ce jour. Continuer la lecture

Le 26 septembre le Grand Genève rallume les étoiles

La nuit est belle ! C’est avec ce slogan que le Grand Genève s’apprête à lancer sa première soirée d’extinction de l’éclairage public.  

Rallumons les étoiles :

Les messages alarmistes martelés depuis plusieurs années concernant l’impact de la pollution lumineuse commencent à porter leurs fruits. De plus en plus de communes expérimentent l’extinction de l’éclairage public une partie de la nuit. On peut les découvrir sur le site de NuitFrance qui en recense à ce jour 2250.  Elles sont plus de 90% dans les Landes par exemple.

À deux semaines du Jour de la Nuit, c’est au tour du Grand Genève de s’y mettre. Les 209 communes de l’agglomération transfrontalière, en Suisse et en Haute-Savoie, sont invitées à éteindre leur éclairage public la nuit du 26 septembre. Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois de septembre 2019

En septembre Saturne et Jupiter continuent de briller plein sud, Mercure et Vénus reviennent doucement et la Pleine Lune est toute petite !

Un été chargé :

Juillet et août ont été riches en événements astronomiques : le cinquantenaire du premier Homme sur la Lune, une éclipse partielle de Lune, des Nuits des Étoiles fécondes et des Perséides toujours au rendez-vous. L’été touche lentement à sa fin, nous offrant des nuits de plus en plus longues avec des températures agréables. Deux bonnes raisons pour rester dehors en soirée et admirer quelques spectacles célestes courant septembre. N’oubliez pas de regarder la carte de Stelvision pour localiser les astres dans le ciel tout au long du mois. Continuer la lecture

DESI : un nouvel instrument va traquer l’énergie noire

L’instrument DESI va analyser la lumière de 35 millions de galaxies. Objectif : tenter de mieux comprendre le rôle de l’énergie noire.

À la recherche de l’énergie noire :

Avec DESI (Dark Energy Spectroscopic Instrument), les astronomes sont sur le point de se lancer dans leur plus ambitieux projet de cartographie du ciel. Au cours des cinq prochaines années ils vont étudier 35 millions de galaxies jusqu’à 11 milliards d’années-lumière. Leur objectif : tenter de mieux cerner la nature de l’énergie noire (ou sombre). Cette force énigmatique a été imaginée pour tenter d’expliquer un curieux phénomène découvert il y a une vingtaine d’années.

Alors que la gravitation (qui est attractive) devrait freiner l’expansion de l’Univers, on observe au contraire que cette expansion accélère à un rythme toujours plus rapide.

Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois d’août 2019

La Voie lactée qui se déploie, de belles étoiles filantes et quelques rendez-vous lunaires : ce mois d’août offre de nombreuses occasions d’admirer le ciel.  

Un rendez-vous incontournable :

Août c’est le mois des vacances, c’est aussi celui des températures estivales et des nuits qui commencent à s’allonger. Trois bonnes raisons pour prendre le temps de découvrir les beautés du ciel nocturne, en particulier à l’occasion des Nuits des étoiles 2019 qui se tiendront les 2 et 3 août un peu partout en France à l’initiative de l’Association Française d’Astronomie (consultez la carte des manifestations).

Les Nuits des étoiles attirent beaucoup de curieux. © Jean-Baptiste Feldmann

Les clubs d’astronomie vous ouvriront leurs portes et leur coupoles pour deux ou trois soirées de découverte du ciel (avec animations et observations du Soleil en journée). Voyons maintenant ce que nous réserve cet été. Continuer la lecture

Cet été, embarquez à bord de la caravane de SpaceBus

La caravane de SpaceBus France aux allures de navette spatiale est de retour sur les routes pour son édition estivale. Ne manquez pas son passage !

Une curieuse caravane :

Cet été vous allez peut-être croiser un étrange véhicule, SpaceBus. Il a été imaginé en 2017 par trois docteur.e.s en astrophysique suite à leur participation à SpaceBus Maroc en 2016. Au mois d’août 2018 il a circulé sur la côte méditerranéenne française en faisant escale dans 18 villes. L’occasion d’aller à la rencontre du public pour l’initier à l’astronomie. Ce sont près de 12.000 visiteurs de tous horizons (habitants, vacanciers…) qui en ont profité. Fort de ce succès, SpaceBus reprend la route cet été.

Prévoyez votre billet pour embarquer à bord de la caravane SpaceBus. © SpaceBus France

Actuellement 5 jeunes docteur.e.s en astrophysique s’occupent de l’animation : Raphaël Peralta, Diane Bérard, Tabatha Sauvaget, Maëlle Bonnin et Mathilde Gaudel. Continuer la lecture

En images : les Dijonnais ont admiré l’éclipse partielle de Lune

Retour en images sur l’éclipse partielle de Lune suivie par les Dijonnais à l’Observatoire de la Société Astronomique de Bourgogne. 

Le 16 juillet, 50 ans jour pour jour après le décollage de la mission Apollo 11, la Lune nous a offert un joli rendez-vous avec une éclipse partielle. En effet la Pleine Lune de juillet a traversé en partie le cône d’ombre de la Terre en début de soirée.

Une nouvelle fois la SAB avait convié les Dijonnais à observer le phénomène depuis son Observatoire des Hautes-Plates. Plusieurs télescopes avaient été mis à la disposition du public qui a pu également contempler Saturne et Jupiter. De nombreux photographes étaient présents pour immortaliser ce spectacle, bien que moins spectaculaire qu’une éclipse totale de Lune comme celle du 28 septembre 2015. Prochain rendez-vous début août avec Les Nuits des Étoiles.

Comment observer et photographier l’éclipse de Lune du 16 juillet

Ce mardi 16 juillet en soirée, une éclipse partielle sera observable peu après le lever de la Pleine Lune. L’occasion de faire quelques jolies photos. 

La Lune s’éclipse à moitié :

Quatre jours après les festivités de On The Moon Again, la Lune nous offre un nouveau rendez-vous avec une éclipse partielle. En effet la Pleine Lune de juillet va traverser en partie le cône d’ombre de la Terre en début de soirée.

Le déroulement du phénomène est détaillé dans un excellent article proposé par Stelvision. En France la Lune se lève aux alentours de 21h40 en même temps que l’entrée dans la pénombre (1). L’entrée dans l’ombre a lieu vers 22h02 (2) et le maximum de l’éclipse à 23h30 (3). la Lune sort du cône d’ombre à 1h du matin (4) et de la pénombre à 2h18 (5).

La partie la plus intéressante du phénomène correspond au passage dans l’ombre terrestre, la pénombre étant imperceptible. La vidéo ci-dessous vous donne un bon aperçu du déroulement du phénomène (ajoutez deux heures pour la France aux horaires indiqués en dessous)

Continuer la lecture