Archives pour la catégorie Actualités

Nouveau rendez-vous entre Saturne et la Lune

La soirée du 11 novembre a été marquée par un joli rendez-vous céleste : un rapprochement apparent entre Saturne et le jeune croissant de Lune.

Comme je vous l’annonçais dans les éphémérides, Saturne avait rendez-vous avec un jeune croissant de Lune dans la soirée du 11 novembre, un rapprochement qui n’était bien sûr qu’apparent puisque en réalité la Lune se situe en moyenne à 400 000 km de nous alors que Saturne est à plus d’1 milliard de km !

Rapprochement entre Saturne et la Lune le 11 novembre. © Jean-Baptiste Feldmann

Sixième planète du Système solaire en partant du Soleil et seconde après Jupiter si l’on classe les planètes selon leur taille ou leur masse, Saturne est sans aucun doute l’astre qui fascine le plus et qui est à l’origine de très nombreuses vocations d’astronomes. Continuer la lecture

L’astronome D. Machholz découvre sa douzième comète

À l’heure de la surveillance automatisée du ciel nocturne, l’astronome amateur américain D. Machholz vient de découvrir visuellement sa douzième comète.

L’exploit est à peine imaginable : alors que le ciel nocturne est depuis quelques années sous la surveillance constante de réseaux de télescopes automatisés (comme ceux du Catalina Sky Survey installés dans les monts Santa Catalina près de Tucson en Arizona) qui traquent tous les astres en mouvement (comètes et astéroïdes), l’astronome américain Donald Machholz vient de découvrir visuellement sa douzième comète le 7 novembre (de magnitude 10) à l’aide d’un télescope de 47 centimètres de diamètre (découverte qu’il partage avec les japonais S. Fujikawa et M. Iwamoto, d’où son nom : C/2018 V1 Machholz–Fujikawa–Iwamoto).

D. Machholz pose ici à côté d’une paire de jumelles dédiée à la recherche de comètes.

Ce passionné de comètes âgé de 66 ans (que l’on peut suivre sur Twitter et Facebook) a découvert son premier astre chevelu il y a 40 ans ! Continuer la lecture

Suivez l’arrivée de 46P/Wirtanen, la comète de l’année

Avec une magnitude estimée à 3 pour le début du mois de décembre, 46P/Wirtanen s’annonce comme une comète prometteuse à suivre avant les fêtes. 

Le 17 janvier 1948 l’astronome américain Carl Alvar Wirtanen découvrit un astre chevelu sur une photographie réalisée deux jours plus tôt à l’Observatoire Lick. L’astre qui allait porter son nom est une comète périodique qui fait le tour du Soleil en 5,44 ans. En 2018 46P/Wirtanen passera à un peu plus de 11 millions de kilomètres de la Terre le 11 décembre (quatre jours avant son périhélie), entrant ainsi dans le top 10 des comètes les plus proches de ces cinquante dernières années.

On peut suivre sur ce montage photographique l’évolution de la comète 46P/Wirtanen qui a gagné deux magnitudes en un mois. © Justin Tilbrook

Sur ce montage photographique de Justin Tilbrook, on peut voir l’évolution de l’éclat de la comète qui est passée de magnitude 11 à magnitude 9 entre le 15 septembre et le 18 octobre, époque où elle se trouvait au niveau de l’orbite de la planète Mars. Continuer la lecture

Le ballon d’un jeune Québécois atteint la stratosphère

Tristan Leblanc, jeune Québécois de 17 ans, a construit et envoyé une petite nacelle et son ballon dans la stratosphère à plus de 32 kilomètres d’altitude.

L’espace fait toujours rêver ; il suffit pour s’en convaincre de voir l’engouement que suscitent des projets comme le lancement de la Tesla d’Elon Musk en février 2018 ou encore le saut de Felix Baumgartner depuis la stratosphère en 2012. Sans parler du cinquantenaire du premier Homme sur la Lune que nous fêterons en 2019 et qui devrait faire naître de nombreuses vocations.

Outre de solides connaissances scientifiques, de tels exploits nécessitent de gros investissements. Mais la passion et l’intelligence permettent parfois de belles réalisations avec peu de moyens : exemple avec Tristan Leblanc qui vient de lancer son propre ballon stratosphérique. Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois de novembre 2018

La Lune qui frôle Saturne, l’essaim des Léonides ou la recherche de la lumière zodiacale, voici quelques-uns des spectacles célestes de ce mois de novembre.

Ce mois de novembre débute en fanfare avec la onzième édition des Rencontres du Ciel et de l’Espace (RCE)  qui se dérouleront à la Cité des sciences et de l’industrie (Paris) pendant trois jours du premier au 3 novembre. L’événement ayant lieu seulement tous les deux ans, il serait dommage de le manquer : allez-y pour faire le plein de conférences, de tables rondes et de rencontres avec amateurs et professionnels du monde de l’astronomie, c’est un excellent dopant avant de retourner à vos observations en solitaire !

Ne manquez pas la onzième édition des RCE. © Jean-Baptiste Feldmann

Avant de détailler les prochains rendez-vous que vous avez avec le ciel nocturne, je vous rappelle que les nuits commencent à être fraîches : n’oubliez pas de relire les 5 conseils pour observer sans avoir froid ! Continuer la lecture

L’Irlande devient le seizième membre de l’ESO

L’adhésion de l’Irlande à l’ESO porte désormais à 16 le nombre de pays engagés dans le développement du télescope géant E-ELT. 

Petit pays d’un peu plus de 5 millions d’habitants, l’Irlande a une longue tradition astronomique. C’est en effet à Birr, une ville des Midlands, que William Parsons, troisième comte de Ross, fit construire en 1860 le Léviathan (gravure ci-dessous), un télescope de 183 centimètres de diamètre qui resta le plus grand du monde jusqu’à la mise en service du télescope Hooker de 2,5 mètres à l’Observatoire américain du mont Wilson en 1917.

Gravure montrant le Léviathan, un télescope de 183 cm appartenant à William Parsons.

Le site du Léviathan accueille désormais quelques-unes des antennes du radiotélescope européen géant LOFAR (LOw Frequency ARray). Continuer la lecture

Non, il n’y a pas cinq planètes à observer cette semaine !

Vénus, Mercure et Jupiter plongeant à l’ouest sur les traces du Soleil, seules les planètes Mars et Saturne sont réellement visibles. Explications.

Vous avez peut-être lu une curieuse information cette semaine qui prétend que cinq planètes sont actuellement observables à l’œil nu. Il semble que des médias français se soient inspirés d’un article paru dans un journal australien ; problème, la position des planètes n’est pas la même dans un pays à cheval sur le tropique du Capricorne et en France.

Si le phénomène s’est déjà produit chez nous, par exemple en janvier 2016 (je l’avais immortalisé dans le ciel du Haut Beaujolais), ce n’est pas le cas en ce mois d’octobre 2018. Il suffit de regarder en détail les éphémérides : en choisissant par exemple les données fournies pour le 14 octobre, on peut  lire que le Soleil se couche à 17 h 17 (TU), Vénus deux minutes plus tôt, Mercure à 17 h 47 (son éclat est trop faible pour la repérer dans les lueurs du couchant) et Jupiter à 18h44.

Seules les planètes Mars et Saturne sont actuellement bien observables en début de nuit, ici avec le château du Clos de Vougeot au premier plan. © Jean-Baptiste Feldmann

Autant dire que seule cette dernière peut espérer être observée, et encore ce sera au ras de l’horizon dans un ciel très clair (comme le montre cette image réalisée le 11 octobre).  Continuer la lecture

Pluie d’étoiles sur Brochon pour le Jour de la Nuit

À l’occasion de cette nouvelle édition du Jour de la Nuit, Brochon proposait ce 13 octobre une soirée dédiée aux spectacles célestes.

De plus en plus de communes cherchent désormais à réduire la pollution lumineuse pour des raisons économiques et écologiques. C’est le cas de Brochon en Côte-d’Or où depuis plusieurs années l’éclairage urbain est interrompu une partie de la nuit, offrant aux habitants la possibilité de découvrir la Voie lactée malgré les lumières de Dijon au nord et de Gevrey-Chambertin au sud.

Pour marquer cette dixième édition du Jour de la Nuit le 13 octobre, la commune était plongée dans le noir et offrait à ses habitants une découverte du ciel nocturne. Continuer la lecture

Admirez une dernière fois Jupiter en soirée

Ce sont les derniers soirs pour apercevoir la planète Jupiter sur l’horizon avant sa conjonction solaire le 26 novembre prochain. 

Le  9 mai 2018 Jupiter passait à l’opposition (alignement Soleil-Terre-Jupiter) à 658 millions de km de nous, soit un diamètre apparent de 44,8 sec d’arc et une magnitude de -2,5. En 2017 l’opposition s’était produite le 7 avril, la planète gazeuse géante se trouvant alors 7 millions de km plus loin de nous (ce qui ne change guère le diamètre apparent de l’astre).

Jupiter à l’horizon en début de soirée le 11 octobre. © Jean-Baptiste Feldmann

Cinq mois plus tard la cinquième planète du Système solaire n’est plus qu’un point brillant visible sur l’horizon SUD-OUEST. Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois d’octobre 2018

Le croissant de Vénus, les constellations de Persée et d’Andromède et quelques rapprochements planétaires sont à suivre dans le ciel en octobre.

La météo de ce premier mois d’automne devrait encore nous offrir quelques belles nuits de plus en plus longues pour admirer le ciel étoilé sans pour autant connaître des températures trop basses qui découragent parfois les observateurs occasionnels. Il faut en profiter d’autant que la nuit tombe assez vite et qu’il est donc possible de faire des observations astronomiques en semaine sans être trop fatigué pour aller travailler le lendemain !

En octobre la Pleine Lune se produit le 24. © Jean-Baptiste Feldmann/CIELMANIA

Voici une liste non exhaustive de quelques jolis rendez-vous avec les astres, qu’ils se situent dans le Système solaire ou beaucoup plus loin : Continuer la lecture

Tucson, la ville qui fait baisser la pollution lumineuse

En faisant baisser la pollution lumineuse tout en modernisant son éclairage, la ville de Tucson donne de l’espoir à ceux qui défendent le ciel nocturne.

Avec près d’un million d’habitants, la ville américaine de Tucson est la seconde agglomération (derrière Phœnix) de l’état d’Arizona qui en compte sept millions. Autant dire que son éclairage a un impact majeur sur le ciel étoilé d’une région où l’astronomie est très présente : l’Observatoire de Kitt Peak se situe à une cinquantaine de kilomètres au SUD-OUEST de l’agglomération et l’Observatoire du mont Lemmon (qui fait partie du Catalina Sky Survey, le réseau de surveillance des astéroïdes qui s’approchent un peu trop près de la Terre) est à moins de 30 kilomètres au NORD-EST.

L’éclairage urbain est à l’origine d’une pollution lumineuse galopante. © Sriram Murali

Autant dire que la modernisation de l’éclairage de la ville et l’apparition massive des lampes à Led avait de quoi inquiéter les astronomes. Bonne nouvelle : la pollution lumineuse a diminué en trois ans. Continuer la lecture

Dimanche 23, c’est l’équinoxe de septembre sur Terre

C’est le 23 septembre que débute l’automne dans l’hémisphère nord. Il s’agit de l’équinoxe, moment où le Soleil traverse le plan équatorial terrestre.

Le changement de saison n’a rien d’arbitraire ; il est dicté par le mouvement apparent du Soleil. Au cours de l’équinoxe notre étoile coupe l’équateur céleste (qui n’est que la projection sur la voûte céleste de notre équateur terrestre). Le franchissement de l’équateur céleste par le Soleil s’effectue dans le sens nord-sud le 23 septembre et se fera dans le sens sud-nord le 20 mars 2019, date de l’équinoxe de printemps.

Cadran solaire de Villingen-Schwenningen. © Jean-Baptiste Feldmann/CIELMANIA

Désormais le Soleil (qui se trouve depuis quelques jours dans la constellation de la Vierge) va traverser le ciel au sud de l’équateur céleste : c’est le début de l’automne dans l’hémisphère nord, du printemps dans l’hémisphère sud. Le Soleil atteindra sa déclinaison la plus basse le 21 décembre prochain : ce sera le solstice qui marquera le début de l’hiver dans l’hémisphère nord.

Ce 23 septembre, comme le 20 mars prochain, la durée du jour sera égale à la durée de la nuit, une égalité à l’origine du mot équinoxe, du latin æquus (égal) et nox, noctis (nuit). Les nuits vont donc continuer de s’allonger, faisant le bonheur des astronomes qui pourront passer plus de temps à contempler les merveilles du ciel nocturne, comme par exemple Albiréo, la Voie lactée ou encore la planète Saturne.

Que voir dans le ciel nocturne au mois de septembre 2018

Sept planètes sont au menu de ce mois de septembre, dernière période pour profiter des constellations d’été traversées par la Voie lactée. 

Septembre est l’un des rares mois où vous pourrez tenter de repérer les sept planètes du Système solaire (la huitième étant la Terre, bien entendu). Si la chose sera aisée pour Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, ce sera un peu plus délicat pour Uranus et surtout Neptune. Vous pourrez également profiter des périodes sans Lune pour admirer la Voie Lactée dans les constellations d’été (c’est la portion la plus belle) qui commencent à plonger vers l’horizon OUEST en début de nuit.

Voici donc les rendez-vous astronomiques les plus intéressants :

La Lune aux côtés de l’étoile Aldébaran au mois d’avril 2017. © Jean-Baptiste Feldmann
  • le 6 avant l’aube vous trouverez facilement Mercure au cours de l’une de ses rares apparitions ; la première planète du Système solaire se trouve à un degré de l’étoile Régulus (constellation du Lion)
  • le 7 Neptune passe à l’opposition dans la discrète constellation du Verseau ; avec une magnitude de 7,8 la dernière planète ne peut être vue qu’à l’aide d’un télescope (carte de repérage). Uranus quant à elle se trouve dans la constellation du Bélier ; avec une magnitude de 5,7 on peut la voir dans une paire de jumelles (carte de repérage)
  • le 9 admirez Saturne dans la constellation du Sagittaire à deux degrés des nébuleuses Messier 20 et Messier 8
La planète Mars entre Messier 8 et Messier 20 au printemps 2018. © Damian Peach
  • le 10 la comète 21P Giacobini-Zinner passe au périhélie. Sa magnitude est comprise entre 6 et 7 ; elle est à rechercher aux jumelles dans la constellation du Cocher
  • le 12 au crépuscule la jeune Lune surplombe Vénus ; notre satellite naturel s’approche ensuite de Jupiter le 13, de Saturne le 17 et de Mars le 19
  • le 25 c’est la Pleine Lune des récoltes, deux jours après l’équinoxe

Suivez le passage de la comète 21P/Giacobini-Zinner

Attendue au plus près de la Terre le 10 septembre, la comète 21P/Giacobini-Zinner est déjà visible dans une paire de jumelles.

La comète 21P/Giacobini-Zinner se rapproche actuellement de nous à la vitesse vertigineuse de 23 km/sec. Le 10 septembre prochain elle passera à 58 millions de km de la Terre (la même distance qui nous séparait de la planète Mars il y a un mois) pour sa plus belle approche depuis 72 ans.

La comète 21P/Giacobini-Zinner photographiée le 17 août. © Alexander Vasenin

En attendant la comète Wirtanen qui pourrait devenir visible à l’œil nu à la fin de l’année, les astronomes pointent actuellement leurs télescopes vers celle que l’on surnomme simplement 21P. Quel est donc cet astre chevelu ?  Continuer la lecture

En images : Tautavel fait son festival d’astronomie

Connue par les amateurs de préhistoire, la ville de Tautavel a aussi son festival d’astronomie. Zoom sur la 11ème édition qui s’est déroulée du 9 au 12 août. 

Située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, la commune de Tautavel doit sa renommée à la Caune de l’Arago, un site mondialement connu pour les fouilles archéologiques qui y sont menées depuis plusieurs décennies. C’est dans cette grotte perchée que l’équipe du professeur Henry de Lumley a découvert en 1971 des fragments de crâne humain datant d’environ 450.000 ans, un Homo heidelbergensis que l’on a surnommé l’Homme de Tautavel.

Pour les amoureux des étoiles, Tautavel est aussi un rendez-vous incontournable avec un festival d’astronomie dont c’était la 11ème édition cette année. Initié et porté par Cyril Calvet, astronome amateur et Coordinateur du Service de Médiation scientifique du musée de Tautavel, ce festival permet au public de découvrir le ciel et ses merveilles. Expositions, stands, ateliers (fusées à eau, cadrans solaires), séances de planétarium, conférences et observations du ciel sont au menu de ces 4 jours et 3 nuits, le tout dans une ambiance chaleureuse.

Que voir dans le ciel nocturne au mois d’août 2018

Au menu de ce mois d’août il y aura les Nuits des étoiles, un bon cru pour les Perséides, quatre planètes qui se courent après et une comète surprise !

Août c’est le mois des vacances, c’est aussi celui des températures estivales et des nuits qui commencent à s’allonger. Trois bonnes raisons pour prendre le temps de découvrir les beautés du ciel nocturne, en particulier à l’occasion des Nuits des étoiles 2018 qui se tiendront les 3, 4 et 5 août un peu partout en France à l’initiative de l’Association Française d’Astronomie (consultez la carte des manifestations).

Les clubs d’astronomie vous ouvriront leurs portes et leur coupoles pour deux ou trois soirées de découverte du ciel (avec animations et observations du Soleil en journée), un peu comme le fait chaque année le Club d’Astronomie de Lyon Ampère (CALA) en organisant au printemps la  Nuit de l’Équinoxe (vidéo ci-dessus) dans le cadre remarquable du Théâtre Antique de Lyon sur la colline de Fourvière. Continuer la lecture

27 juillet : Mars s’approche et la Lune s’éclipse

Beaucoup se souviendront de ce vendredi 27 juillet : l’opposition de la planète Mars coïncidait avec une éclipse totale de Lune, le tout dans les nuages… 

Il y a des dates qui marquent les esprits et celle du 27 juillet 2018 en fait indéniablement partie. Les amoureux des spectacles célestes n’auraient manqué pour rien au monde cette soirée. Pensez donc ! deux astres séparés de 7° apparents tenaient la vedette : la Lune, qui traversait le cône d’ombre terrestre en nous promettant de mettre ses plus beaux habits rouges, et Mars dont c’était la meilleure approche depuis 15 ans (à environ 58 millions de kilomètres). Tout s’annonçait donc pour le mieux… si ce n’est la météo.

Inquiétude sous les nuages en début de soirée le 27 juillet. © Jean-Baptiste Feldmann

Après trois semaines de ciel bleu et de fortes chaleurs, une perturbation s’était invitée et traversait tout le pays, ce qui a compromis fortement les observations. Continuer la lecture

Comment photographier l’éclipse de Lune du 27 juillet

Le 27 juillet la Lune se glissera dans le cône d’ombre de la Terre, prenant une belle couleur rouge sang ; un spectacle à photographier.

Si vous consultez régulièrement les éphémérides, vous savez déjà que le 27 juillet nous aurons droit à deux événements astronomiques rares : l’opposition de la planète Mars (actuellement recouverte par une tempête de sable) à suivre dans un télescope, et une éclipse totale de Lune (la précédente, inobservable en France, a eu lieu le 31 janvier) dont tout le monde pourra profiter à l’œil nu si la météo est clémente.

Principe d’une éclipse de Lune. © Observatoire de Besançon

Je vous rappelle qu’une éclipse de Lune se produit lorsque notre satellite naturel traverse le cône d’ombre terrestre, condition remplie quand l’alignement Soleil-Terre-Lune est parfait (le reste du temps nous assistons à une Pleine Lune). Continuer la lecture

Nouvelle chute spectaculaire de météorite en Russie

Le 21 juin la Russie a connu une nouvelle chute de météorite impressionnante dont plusieurs échantillons ont déjà été récoltés.  

Avec plus de 17 millions de km², la Russie est l’état dont le territoire est le plus vaste de la planète. C’est ce qui explique qu’on y observe un nombre important de grosses chutes météoritiques. Alors qu’on vient de commémorer le cent-dixième anniversaire de l’événement de la Toungouska et un peu plus de cinq ans après une incroyable explosion dans le ciel de Tcheliabinsk, une impressionnante chute de météorite s’est produite le jour du solstice d’été au-dessus de la région de Lipetsk, une ville située sur les bords de la rivière Voronej à 500 km au sud-est de Moscou.

Fragment de météorite récolté après la chute du 21 juin 2018. © Université Fédérale d’Oural

Plusieurs fragments ont déjà été ramassés dont un morceau de 550 grammes que l’on peut voir ici dans les mains de Evgenia Petrova, l’une des membres de l’équipe de l’Université Fédérale d’Oural. Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois de juillet 2018

L’opposition de la planète Mars et une éclipse totale de Lune sont les grands événements célestes de ce mois de juillet. Des rendez-vous à ne pas manquer !

Nous commençons à nous éloigner du solstice et les nuits s’allongent lentement ; même s’il est encore un peu tôt pour traquer nébuleuses et galaxies, ce mois de juillet 2018 nous offre la possibilité d’observer deux phénomènes astronomiques assez peu courants : un passage de la Lune dans le cône d’ombre terrestre et la plus courte distance entre nous et la planète Mars depuis 15 ans, deux événements qui tombent à la même date, le 27 ! Nous n’en oublierons pas pour autant quelques jolis rapprochements entre la Lune et les planètes.

L’éclipse partielle du 7 août 2017 peu après le lever de la Lune. © Jean-Baptiste Feldmann

Que ce soit à l’œil nu, muni d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, voici les rendez-vous à ne pas manquer (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision) : Continuer la lecture