Saturne, la planète qui fait naître des vocations

Par sa beauté, Saturne est sans aucun doute l’astre qui fascine le plus ceux qui regardent pour la première fois dans un télescope.  

Saturne est la plus éloignée et la moins lumineuse des cinq planètes que l’on peut observer à l’œil nu. Sa magnitude apparente peut atteindre 0 lors des oppositions (la dernière opposition a eu lieu le 27 juin) qui se produisent en moyenne tous les 378 jours. À cette époque la sixième planète du Système solaire se situe à environ 9 unités astronomiques de nous, un peu plus de 1,34 milliard de km tout de même.

Observation de Saturne dans un télescope. © Jean-Baptiste Feldmann/CIELMANIA

En raison de son éclat et de son mouvement apparent, on peut penser que Saturne est observée depuis la préhistoire, mais c’est au XVIIème siècle que l’on va découvrir la particularité de cet astre. 

Lorsqu’en 1610 Galilée pointe sa modeste longue-vue en direction de Saturne, il ne sait que penser : la mauvaise qualité optique de son instrument lui montre une paire d’oreilles qui encadrent un minuscule globe. Ces oreilles disparaissent en 1612 (la Terre passe alors dans le plan des anneaux) pour redevenir visibles l’année suivante, laissant le savant italien dans une grande perplexité.

Variation de la visibilité des anneaux de Saturne vus de la Terre : une image par an de 2004 (en haut à gauche) à 2015 (en bas à droite). © SEN/D. Peach

Il faut attendre les observations de Christian Huygens en 1656 (un an après sa découverte du satellite Titan) pour comprendre qu’un anneau entoure la planète ; celles de Jean-Dominique Cassini 19 ans plus tard révèlent l’existence de plusieurs anneaux. On sait depuis la fin du XIXème siècle que ces anneaux sont composés d’une multitude de particules, une théorie du physicien écossais James Clerk Maxwell émise en 1859 et confirmée par des mesures spectroscopiques en 1895.

Conjonction Lune-Saturne. © Jean-Baptiste Feldmann/CIELMANIA

Ce sont ces fameux anneaux, longuement explorés pendant plus d’une décennie par la sonde Cassini, qui font forte impression à tous ceux qui regardent pour la première fois cette planète dans un instrument astronomique. Si les anneaux se devinent déjà dans une paire de jumelles, il faut un grossissement d’au moins 30 fois pour commencer à vraiment les apprécier. Si vous n’avez jamais fait cette expérience, ne manquez pas de vous rendre aux observations publiques proposées régulièrement par les clubs d’astronomie, vous ne serez pas déçus ! En attendant, découvrez la galerie d’images consacrées à l’exploration de Saturne et de ses lunes.

Une réflexion sur “ Saturne, la planète qui fait naître des vocations ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *