Titan et Encelade, deux satellites bien différents

Retour sur l’une des belles images de la banlieue de Saturne recueillies par la sonde Cassini, un cliché des satellites Titan et Encelade. 

Le 15 septembre 2017, la sonde Cassini effectuait un grand plongeon dans les entrailles de Saturne, mettant fin à plus d’une décennie d’exploration de la planète gazeuse géante, de ses anneaux et de ses principales lunes. Arrivée aux abords de Saturne en juin 2004, la sonde américaine a réalisé une multitude d’observations à l’aide de ses 12 instruments scientifiques et d’incroyables photographies.

Cassini était l’une des plus grosses sondes interplanétaires jamais construites : elle mesurait près de 7 mètres de haut pour 4 mètres de largeur et pesait 2.150 kg sans compter les 350 kg du module Huygens (largué sur Titan le 14 janvier 2005) et plus de 3 tonnes d’hydrazine pour la propulsion.

Réalisée en septembre 2011 par la sonde Cassini, cette image nous montre au premier plan Encelade (505 km de diamètre), une petite lune de Saturne découverte par William Herschel en 1789, qui intrigue beaucoup les scientifiques : on a découvert il y a des années que sa croûte glacée laissait échapper des geysers composés de vapeur d’eau et de matière organique. Les planétologues sont arrivés à la conclusion que le satellite Encelade abriterait bien un océan global.

Derrière se trouve Titan, le plus grand satellite de Saturne avec un peu plus de 5.000 kilomètres de diamètre. Il a été découvert par l’astronome Christian Huygens en 1655 avec une simple petite lunette astronomique de 57 mm de diamètre. Titan possède des lacs d’hydrocarbures à sa surface et l’atmosphère qui entoure cette lune varie de 200 à 900 km d’épaisseur ; elle se compose principalement d’azote moléculaire (95 à 98%) et de méthane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *