Archives pour la catégorie Météores

Nuages noctiluques et aurore boréale dans le ciel de Finlande

En Finlande, un photographe a capturé l’étonnant spectacle d’une aurore boréale se déployant au-dessus de nuages noctiluques.

Lumières dans le ciel de Finlande :

Le photographe Matti Helin (découvrez ses images) arpente la Finlande pour en révéler la beauté. Il y a toujours une part de poésie dans ses clichés de paysages et de nature. Et quand il lève les yeux, c’est par exemple pour saisir une curieuse couronne de pollen autour de la Pleine Lune. Réalisé le 8 août et posté sur SpaceWeather, son dernier cliché présente deux phénomènes lumineux atmosphériques rarement saisis ensemble :

On peut y voir les belles draperies vertes d’une aurore boréale danser au-dessus de quelques nuages noctiluques. Continuer la lecture

Pluie d’étoiles filantes au-dessus du télescope chinois LAMOST

C’est avec le télescope LAMOST au premier plan que le photographe chinois Steed Yu a immortalisé la pluie d’étoiles filantes des Géminides.

Astronomie chinoise :

LAMOST est l’acronyme de Large Sky Area Multi-Object Fibre Spectroscopic Telescope. Il s’agit d’un télescope optique inauguré en 2007, dont le miroir principal mesure 4 mètres de diamètre. Cet instrument, capable de fournir simultanément 4.000 spectres stellaires, est installé dans le Yanshan, un massif montagneux chinois.

Avec son miroir de 4 mètres, le télescope LAMOST est le plus grand de Chine. © Lu Feng

Même si la Chine communique assez peu sur ses installations astronomiques, elle dispose d’infrastructures très importantes dans ce domaine. On peut par exemple citer Fast,  le plus grand radiotélescope de la planète. Et dans le domaine de la vulgarisation, la Chine se dote du plus grand planétarium du monde à Shanghai.

Pluie de Géminides :

L’astéroïde (3200) Phaéton a été découvert en 1983 sur des images du télescope spatial infrarouge IRAS. L’orbite de (3200) Phaéton correspond à la pluie d’étoiles filantes des Géminides, un essaim dont le maximum d’activité peut atteindre 75 météores, un taux comparable à celui des Perséides. Mais l’observation des Géminides a moins de succès en décembre (maximum du 12 au 14) que celle des Perséides en août.

Pluie de Géminides en décembre au-dessus du télescope LAMOST en Chine. © Steed Yu

L’astrophotographe chinois Steed Yu nous prouve pourtant que les Géminides révèlent de très belles surprises. Il n’est pas rare que cet essaim produise de spectaculaires météores très lumineux, comme celui légèrement à droite du télescope LAMOST.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

En vidéo : magnifique aurore boréale dans le ciel suédois

Le 13 mars dernier, le photographe Göran Strand a filmé la danse d’une aurore boréale au-dessus de la forêt suédoise.

Froide nuit suédoise :

Aux latitudes élevées, il ne se passe pas une nuit sans que le ciel ne se pare des belles couleurs d’une aurore boréale. En cause, l’activité du Soleil qui s’intensifie. Le nouveau cycle solaire devrait atteindre son maximum en 2025. Et l’astrophotographe suédois Göran Strand n’hésite pas à braver le froid pour capturer avec ses boîtiers la magie de ces draperies lumineuses. C’est ce qu’il nous montre dans cette vidéo réalisée la nuit du 13 au 14 mars 2022 :

Malgré les lumières de la ville d’Östersund et celle de la Lune gibbeuse croissante (trois jours après le Premier Quartier), le spectacle était de toute beauté. Continuer la lecture

D’étranges piliers lumineux ont jailli dans le ciel d’Anchorage

Des piliers lumineux produits par des cristaux de glace ont illuminé le ciel nocturne d’Anchorage, la plus grande ville d’Alaska.

Un phénomène récent :

Des phénomènes lumineux atmosphériques viennent parfois illuminer la nuit, tout comme le font les aurores polaires. À Anchorage, l’astrophotographe Todd Salat (Aurora Hunter) a photographié des piliers lumineux, light pillars en anglais. Il s’agit d’un photométéore (du grec phôtόs « lumière » et meteôros « dans les airs »). Mais à la différence des aurores boréales qui naissent de l’interaction entre le vent solaire et la haute atmosphère, c’est la pollution lumineuse qui est à l’origine des piliers lumineux. C’est pour cette raison qu’on observe ce phénomène seulement depuis quelques décennies.

Colonnes lumineuses en formation au-dessus de la ville d’Anchorage. © Todd SAlat

Lorsque ces piliers sont apparus, Todd Salat se rendait au restaurant et n’avait pas ses boîtiers photographiques avec lui. Il a utilisé son smartphone pour immortaliser ce spectacle.

Continuer la lecture

C’est le moment d’observer les étoiles filantes des Perséides

Cette année, l’absence de Lune permettra de bien profiter des Perséides, des étoiles filantes très nombreuses aux alentours du 12 août.

Un spectacle incontournable :

C’est une tradition désormais bien établie : chaque mois d’août, après les Nuits des Étoiles, les astronomes amateurs ont rendez-vous avec les Perséides. Ces étoiles filantes sont les restes poussiéreux abandonnés le long de son orbite par la comète Swift-Tuttle. Ils viennent se consumer dans l’atmosphère terrestre entre le 17 juillet et le 24 août avec un maximum autour du 12 août. On leur donne le nom de Perséides car le radiant est localisé dans la constellation de Persée.

Brillante Perséide le 13 août sous les Hyades et les Pléiades. © Jean-Baptiste Feldmann

Une météo en général clémente et une période de grandes vacances expliquent l’intérêt porté à cet essaim qui n’est pourtant pas le plus actif. Continuer la lecture

Un pilote de ligne filme la danse des aurores boréales

Un pilote de ligne a immortalisé les beautés du ciel nocturne nordique. Aurores polaires et nuages noctiluques étaient au rendez-vous. 

Astrophotographe dans le cockpit :

Ralf Rohner est pilote de ligne. Un métier qui le rapproche des étoiles. La page Instagram (Skypointer) de cet astrophotographe regorge de belles images nocturnes réalisées aux quatre coins du monde. Il parcourt ainsi la planète et pose son appareil photo dans des sites exotiques qu’il immortalise sous les étoiles. Mais c’est à une altitude de 10 kilomètres qu’il a réalisé ses images le 5 juillet 2021. Cette nuit-là, il était aux commandes d’un avion de ligne reliant Los Angeles à Zurich. Le courant-jet polaire qu’il suivait l’a emmené jusqu’à 62° Nord, au-dessus du Canada.

Aurore boréale et nuages noctiluques au-dessus du Canada. © Ralf Rohner/Skypointer

À cette époque de l’année, il ne fait jamais complètement nuit à ces latitudes. Et comme l’activité aurorale était annoncée comme très faible, Ralf Rohner a pensé que le vol serait calme. Ce ne fut pas le cas…  Continuer la lecture

Des nuages noctiluques se dessinent juste avant l’aube

Voici mes premiers nuages noctiluques, immortalisés à l’aube du 4 juillet 2021 dans le ciel de Bourgogne. Un vrai bonheur !

La surprise du 4 juillet :

On ne sait jamais ce que le ciel nous réserve quand on part à sa découverte. Un joli halo lunaire, un brillant météore ou une spectaculaire colonne solaire sont autant de phénomènes imprévisibles. Ce 4 juillet 2021, peu après 4 heures du matin, une insomnie m’a poussé à mettre le nez dehors. Les étoiles commençaient déjà à légèrement pâlir. Il faut dire les nuits qui entourent le solstice d’été sont particulièrement courtes.

Nuages noctiluques en Bourgogne à l’aube du 4 juillet 2021. © Jean-Baptiste Feldmann

Mon regard a très rapidement été attiré par de curieux nuages lumineux en direction du Nord-Est. Des nuages noctiluques, mes premiers ! J’ai immortalisé le spectacle avec un boîtier Nikon D7100 équipé d’un objectif de 50 millimètres de focale. Pose de 2 secondes à 1000 iso.

À savoir :

Les nuages noctiluques sont de curieuses dentelles lumineuses que l’on observe du début du mois de mai jusqu’en août. Leur intensité augmente au moment du solstice d’été. Les nuages noctiluques (noctilucent clouds ou NLC en anglais) ou nuages polaires mésosphériques se forment à 80 km d’altitude. Dans un environnement glacé (-130° C) la vapeur d’eau se condense autour des poussières d’étoiles filantes ou d’éruptions volcaniques pour former des cristaux de glace. Ce sont ces cristaux qui renvoient la lumière des derniers rayons solaires (le soir) ou des premiers rayons (le matin).

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Les nuages noctiluques se sont invités dans le ciel de Paris

Le ciel de Paris était en fête dans la soirée du 18 juin : des nuages noctiluques ont fait leur apparition après le coucher du Soleil.

Draperies bleutées :

Ce sont de curieuses dentelles lumineuses que l’on observe du début du mois de mai jusqu’en août. Leur intensité augmente au moment du solstice d’été. Les nuages noctiluques (noctilucent clouds ou NLC en anglais) ou nuages polaires mésosphériques se forment à 80 km d’altitude. Dans un environnement glacé (-130° C) la vapeur d’eau se condense autour des poussières d’étoiles filantes ou d’éruptions volcaniques pour former des cristaux de glace. Ce sont ces cristaux qui renvoient la lumière des derniers rayons solaires.

Les draperies lumineuses des nuages noctiluques au-dessus de Paris. © Bertrand Kulik

C’est ce beau spectacle qu’a immortalisé Bertrand Kulik à Paris dans la soirée du 18 juin. Ce photographe est également bien connu pour un cliché d’un coup de foudre sur la tour Eiffel qui a fait le tour du monde. Continuer la lecture

Aurore australe au-dessus de la base scientifique Concordia

Moins souvent photographiées que les aurores boréales, les aurores australes illuminent aussi le ciel de l’hémisphère sud, comme à Concordia.

Science extrême :

Concordia est la base scientifique la plus isolée du monde. Située en Antarctique, elle dépend des instituts polaires français et italien. On y  accueille des scientifiques depuis un quart de siècle. Ils viennent y étudier la glaciologie, la physique de l’atmosphère, la sismologie, la biologie humaine, etc… C’est aussi l’endroit idéal pour faire des observations astronomiques de grande qualité (pas de pollution lumineuse, une longue nuit de 3 mois et un très faible taux d’humidité).

Cyprien Verseux lors de son hivernage à Concordia en 2018. © Cyprien Verseux

En 2018, l’astrobiologiste français Cyprien Verseux s’y était rendu pour un long séjour. Il avait partagé ses impressions sur son blog Mars la blanche.

Aurore australe :

Les aurores australes et boréales proviennent de l’excitation des atomes d’oxygène et d’azote présents dans l’atmosphère terrestre lorsque le vent solaire chargé en particules énergétiques vient balayer notre planète. La plupart des photographies d’aurores polaires montrent des aurores boréales : il est en effet plus facile pour les photographes de se rendre à proximité du pôle Nord, que ce soit en Islande comme le français Stéphane Vetter, en Alaska comme le coréen Sangku Kim ou encore en Norvège comme l’espagnol  Horacio Llorens.

Aurore australe au-dessus de la station Concordia. © Marco Buttu

Mais les aurores polaires se développent également au-dessus du pôle Sud, même si les observateurs sont moins nombreux à les signaler. Les chercheurs en hivernage à Concordia admirent régulièrement ces magnifiques draperies célestes depuis le Plateau antarctique. La preuve avec ce très beau cliché réalisé par Marco Buttu. Notez la présence de la constellation d’Orion derrière la Station. L’étoile brillante à droite est Sirius.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Une colonne solaire jaillit des Monts du Beaujolais

Curieux spectacle que celui d’une colonne solaire. Ce pilier lumineux qui accompagne le Soleil est provoqué par des cristaux de glace.

Terminologie incertaine :

Colonne solaire, colonne lumineuse, pilier solaire ou pilier lumineux. Si l’appellation varie, on parle bien de la même chose. Une trainée lumineuse qui s’étire au-dessus ou au-dessous du Soleil quand celui-ci est bas sur l’horizon. Cette trace verticale, continue ou fragmentée, descend sous le Soleil quand il est à quelques degrés de l’horizon. Quand il est couché, la colonne se dresse au-dessus de lui et jaillit sur l’horizon. On observe beaucoup plus rarement le même phénomène avec la Lune. On parle alors de colonne lunaire.

Explications :

Comment se forme une colonne solaire ? Le phénomène se produit par réflexion des rayons du Soleil sur des cristaux de glace plats à base hexagonale situés dans l’atmosphère. Plus les cristaux seront disposés horizontalement (cela dépend de la stabilité des couches atmosphériques) et plus la colonne sera allongée.

Principe de la formation d’une colonne solaire en présence de cristaux de glace.
Spectacle en images :

La soirée du 16 avril 2021 a été propice à différentes belles observations. Elles sont présentées ci-dessous à l’aide de clichés réalisés avec un boîtier Lumix FZ82 depuis une fenêtre. Le Soleil allait se coucher derrière les Monts du Beaujolais situés à une vingtaine de kilomètres.

Lorsque le Soleil a été masqué par des nuages, quelques rayons crépusculaires sont apparus (partie supérieure du cliché ci-dessus). Les bandes sombres en éventail correspondent aux rayons lumineux bloqués par les nuages. Les bandes lumineuses correspondent aux rayons qui passent entre les nuages. Ces rayons deviennent visibles car ils sont réfléchis par les particules en suspension dans l’atmosphère.

Une colonne très brillante a commencé à se former sous le Soleil, une autre un peu plus discrète au-dessus du Soleil (cliché ci-dessus). Ensuite le Soleil est sorti des nuages et s’est couché. Un peu plus tard une colonne solaire s’est de nouveau développée.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook ou Twitter.

Spectaculaire : sprite rouge et jet bleu au sommet du Mauna Kea

Les orages s’accompagnent parfois de brefs phénomènes lumineux. Voici un sprite rouge et un jet bleu photographiés au sommet du Mauna Kea.

Un observatoire sur un volcan :

Le Mauna Kea est un volcan bouclier endormi âgé de près d’un million d’années. Situé sur l’île d’Hawaii, il culmine à 4.207 mètres d’altitude et sa dernière éruption remonte à environ 4.500 ans. Son sommet, régulièrement au-dessus des nuages, offre l’un des meilleurs sites d’observations astronomiques de l’hémisphère nord.

Les coupoles de l’Observatoire du Mauna Kea vues de l’espace. © NASA

On y a installé un observatoire dans lequel différentes coupoles abritent une dizaine d’instruments. La France dispose là-bas d’un télescope de 3,6 mètres de diamètre, le CFHT. Continuer la lecture

Islande : aurore boréale sur le Geldingadalur en éruption

Un photographe a profité de l’éruption du Geldingadalur en Islande pour immortaliser ce spectacle en même temps qu’une aurore boréale.

L’Islande, pays des volcans :

Depuis le 19 mars 2021, une éruption volcanique se déroule dans la vallée de Geldingadalur. De la lave jaillit sans danger à une quarantaine de kilomètres seulement de Reykjavik, la capitale de l’Islande. Une aubaine pour les photographes et les volcanologues. Ces derniers s’attendaient à un tel événement sur l’île. L’Islande est en effet un bel exemple de l’interaction entre un point chaud et une dorsale. Une situation à l’origine de nombreuses éruptions (parfois violentes).

Coulées de lave dans la vallée de Geldingadalur. © Icelandic Meteorological Office

On se souvient qu’en 2010, l’activité éruptive de l’Eyjafjöll avait paralysé pendant plusieurs jours le trafic aérien à l’échelle mondiale. En outre, toute une partie de l’Europe du Nord avait eu droit à des pluies de cendres. Continuer la lecture

Pluie d’étoiles filantes au-dessus du parc national des Everglades

La pluie d’étoiles filantes de l’essaim des Géminides le 14 décembre 2020 a été immortalisée depuis le parc national des Everglades en Floride.

Aux Etats-Unis, le parc national des Everglades est une zone humide classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est le plus grand écosystème de mangrove du pays (il s’étend sur un peu plus de 6.000 km²). Il sert de refuge à une quarantaine d’espèces menacées (comme la panthère de Floride) et à plusieurs centaines d’espèces d’oiseaux et de poissons.

C’est là que le photographe Michael Palozzola a passé une nuit complète à photographier les Géminides. Douze heures à capturer les étoiles filantes qui apparaissent chaque année à cette époque. Continuer la lecture

En Alaska, magnifique jeu de lumière autour de la Pleine Lune

La Pleine Lune n’est guère appréciée par les photographes. Sauf si elle s’accompagne d’étonnants jeux de lumière comme sur ce cliché réalisé en Alaska.

Pleine Lune nordique :

Le photographe Sebastian Saarloos est surtout connu pour ses images d’aurores boréales. C’est une vocation assez logique quand on vit comme lui en Alaska. Et le nouveau cycle solaire devrait offrir plein de belles opportunités. Mais pour lui comme pour beaucoup d’astrophotographes, la présence de la Pleine Lune est une gêne sérieuse. L’éclat de notre satellite naturel efface la plupart des étoiles. Et je ne vous parle même pas des discrètes nébuleuses ou des lointaines galaxies ! Alors, peut-on réconcilier les amoureux du ciel nocturne avec la brillante Séléné ?

Je pense que la réponse se trouve dans cette étonnante image. Elle montre notre satellite naturel peu après son lever, auréolé d’un cercle lumineux. Les tons sont renforcés sur ce cercle de part et d’autre de la Lune. De quoi s’agit-il ? Continuer la lecture

Les rayons crépusculaires, jeux d’ombre et de lumière

Ils nous surprennent parfois après le coucher du Soleil (ou avant son lever). Les rayons crépusculaires nous offrent un étonnant spectacle.

Regardez le Soleil se coucher : si aucun obstacle n’entrave leur déplacement, les rayons solaires sont diffusés dans toutes les directions et nous ne les remarquons pas. Mais ils rencontrent parfois des obstacles (nuages, montagnes) ; on observe alors une alternance de bandes. Les bandes sombres correspondent aux rayons lumineux bloqués.

Les bandes lumineuses trahissent la réflexion de la lumière solaire sur les particules en suspension dans l’atmosphère. il peut s’agir de poussières volcaniques ou industrielles, aérosols, gouttes d’eau… Continuer la lecture

Aurores boréales au-dessus de la rivière des Esclaves

Plongez dans la magie des aurores boréales avec une image réalisée par le photographe John McKinnon depuis les rapides de la rivière des Esclaves au Canada. 

Les amoureux de grands espaces et les kayakistes connaissent bien la rivière des Esclaves et ses rapides. Située au Canada dans les Territoires du Nord-Ouest, elle s’étire sur 435 kilomètres entre l’Alberta où elle prend naissance et le Grand lac des Esclaves dans lequel elle se jette. La ville américaine de Fort Smith, dans l’État de l’Arkansas, sert de point de rassemblement pour les pagayeurs.

Aurores boréales au-dessus de la rivière des Esclaves au Canada. © John McKinnon

Le 7 mai le photographe John McKinnon s’est rendu au bord de la rivière au crépuscule. Une superbe aurore boréale a pris naissance dans la haute atmosphère, attisée par le vent solaire. C’est ce courant de particules énergétiques qui est également à l’origine des modifications observables ces dernières nuits dans la queue de la comète Swan.

Sur le cliché de John McKinnon un astre brillant attire l’attention au-dessus de l’horizon OUEST. Il s’agit de la planète Vénus qui du 20 au 25 mai va réaliser une belle chorégraphie céleste avec Mercure et le croissant de Lune. Pour ne rien manquer de ce spectacle abonnez-vous à CIELMANIA sur Facebook ou Twitter !

Spectaculaire rayon vert sur l’océan Pacifique

Le photographe Evan Zucker a immortalisé un incroyable rayon vert depuis San Diego lorsque le Soleil a plongé dans l’océan Pacifique. 

Le rayon vert est un photométéore qui a été rendu célèbre dans un roman de Jules Verne au titre éponyme. Publié en 1882, ce récit relate les pérégrinations d’un couple parti en Ecosse pour tenter d’observer ce curieux phénomène. De quoi s’agit-il ? Réponse avec cette vidéo :

Le rayon vert est donc la combinaison de deux phénomènes différents, la dispersion et la diffusion de la lumière par l’atmosphère  terrestre (beaucoup plus épaisse à l’horizon) qui joue le rôle d’un prisme. Continuer la lecture

Orionides : admirez les poussières de la comète de Halley le 22 octobre

Le 22 octobre avant l’aube, l’essaim d’étoiles filantes des Orionides (des poussières abandonnées par la comète de Halley) sera à son maximum d’activité. 

De célèbres poussières :

Quand on observe le passage de quelques étoiles filantes, c’est toujours un grand moment. Il suffit pour cela de constater l’engouement que suscitent les Perséides. Imaginez en plus le spectacle si ces flèches lumineuses semblent s’échapper de la plus belle constellation ! C’est le cas chaque année fin octobre avec les Orionides. Car c’est à cette époque que la Terre coupe le nuage de débris abandonnés sur son orbite par Halley.

Halley, la plus célèbre des comètes (ici représentée lors de sa rencontre avec la sonde européenne Giotto en 1986), est à l’origine de deux pluies d’étoiles filantes, les Êta Aquarides en mai et les Orionides en octobre. © ESA

S’il nous faudra attendre 2061 pour revoir la plus célèbre des comètes, nous pouvons déjà admirer son sillage deux fois par an. En octobre avec les Orionides et en mai quand notre planète recoupe cet essaim : ce sont les Êta Aquarides. Continuer la lecture

Une couronne irisée pour la jeune Lune et Jupiter

Une couronne lunaire aux couleurs de l’arc-en-ciel a fait son apparition autour de Jupiter et la Lune dans la soirée du 3 octobre.

Un rare photométéore :

Avez-vous déjà admiré une couronne, cet ensemble d’anneaux lumineux aux couleurs de l’arc-en-ciel ? On en observe parfois autour de la Lune et plus difficilement autour du Soleil (car il est trop lumineux) ? Si les halos se forment en présence de cristaux de glace, ce sont les gouttelettes d’eau des nuages ou du brouillard qui sont à l’origine des couronnes, un rare et joli photométéore. Les plus belles couronnes (avec des couleurs vives et bien séparées) apparaissent quand toutes les gouttelettes ont le même diamètre. Malheureusement c’est rarement le cas. Les couronnes sont alors imparfaites et l’on observe simplement des nuages irisés.

Une couronne lunaire encercle Jupiter et la Lune au crépuscule. © Jean-Baptiste Feldmann

C’est le spectacle éphémère que j’ai pu observer dans la soirée du 3 octobre, avec en prime une conjonction entre Jupiter et la Lune. Continuer la lecture

STEVE, le mystérieux ruban lumineux violet, est de retour

Photographié depuis quelques années par des chasseurs d’aurores, un curieux ruban de plasma surnommé STEVE intrigue les scientifiques.

Une découverte récente :

Tout a commencé en 2016 lorsque des membres du Alberta Aurora Chasers (un groupe de chasseurs d’aurores boréales), ont partagé sur les réseaux sociaux leurs clichés d’un curieux phénomène. Ils avaient enregistré un arc de plasma scintillant, de couleur violette, qui s’invitait sur leurs images d’aurores polaires. Ce ruban lumineux était systématiquement accompagné à sa base d’une barrière verte semblable aux draperies que l’on observe dans certaines aurores. Le phénomène a de nouveau été photographié le 15 septembre 2021 en Norvège par Markus Varik.

STEVE est bien visible sur cette image prise le 15 septembre en Norvège. @ Markus Varik

Depuis cinq ans, les scientifiques se sont penchés sur le phénomène, qu’ils ont surnommé STEVE, et  commencent à élucider quelques-uns de ses mystères. Continuer la lecture