C’est le moment d’admirer Sirius, la plus brillante étoile du ciel

Au sud-est de la constellation d’Orion, Sirius resplendit actuellement de mille feux chaque début de nuit. Zoom sur la plus brillante étoile du ciel.

Une déesse égyptienne :

Les étoiles sont source d’émerveillement lorsqu’on arrive à s’éloigner de la pollution lumineuse. La plus brillante d’entre elles est Sirius qui semble courir après la constellation d’Orion. Dans l’Égypte ancienne elle incarnait la déesse Isis. Son apparition en fin de nuit l’été coïncidait avec les crues du Nil. On la surnommait canicula (Sirius se situe dans la constellation du Grand Chien) ce qui a donné le mot canicule.

Située au sud et à l’est de la célèbre constellation d’Orion, Sirius est la plus brillante étoile du ciel (visible entre l’église de Corton en Bourgogne et l’arbre) . © Jean-Baptiste Feldmann

Si depuis plusieurs semaines on parle beaucoup de la baisse de luminosité de Bételgeuse (va-t-elle exploser en supernova ?), regardons plus au sud-est vers Sirius.

Une étoile toujours basse :

Sirius est un phare tremblotant en soirée qui passe juste au-dessus des bâtiments ou des arbres en direction du sud à cette époque de l’année. Comme sa déclinaison est fortement négative (16° sous l’équateur céleste), elle ne s’élève jamais très haut et la turbulence atmosphérique la fait scintiller de toutes les couleurs. Cette étoile a une magnitude négative de -1,46.

Position de Sirius en début de nuit au mois de février. © Stelvision
Carte d’identité :

Sirius (Alpha Canis Majoris, α Canis Majoris) se trouve à moins de 9 années-lumière de nous. Cette proximité (c’est la cinquième étoile la plus proche du Système solaire) explique d’ailleurs en grande partie pourquoi nous la voyons si lumineuse. L’étoile principale (Sirius A) est accompagnée d’un discret compagnon, Sirius B (magnitude 8), un astre de la taille de la Terre mais dont la masse est équivalente à celle du Soleil. Il s’agit d’une naine blanche découverte en 1862. Très proches l’un de l’autre, les deux astres sont difficiles à observer dans un télescope. Leurs orbites elliptiques les rapprochent et les éloignent régulièrement. La séparation entre les deux sera au maximum vers 2024-2025.

2 réflexions sur “ C’est le moment d’admirer Sirius, la plus brillante étoile du ciel ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *