Une comète kamikaze photographiée pendant l’éclipse

Plusieurs photographes ont retrouvé sur leurs images de l’éclipse totale la trace d’une comète kamikaze  inattendue fonçant vers le Soleil. 

Une éclipse et deux comètes :

On a déjà beaucoup parlé de la grande éclipse nord-américaine du 8 avril. La plupart des observateurs ont admiré l’aspect de la couronne solaire durant la phase totale d’une durée maximale de 4 minutes. De part et d’autre du Soleil éclipsé, plusieurs planètes (dont les brillantes Jupiter et Vénus) étaient visibles, ainsi que la comète 12P/Pons-Brooks :

Le ciel pendant la Grande éclipse américaine du 8 avril 2024. © Dave Weixelman

Ce que les logiciels d’astronomie n’avaient pas prévu, c’est la présence d’une deuxième comète, dite “sungrazer” (une famille de comètes qui rasent le Soleil).  Continuer la lecture

La comète 12P/Pons-Brooks file vers l’horizon

Le 10 avril, au-dessus de l’horizon Ouest, on pouvait observer la discrète comète 12P/Pons-Brooks sous la jeune Lune et Jupiter. 

Comète au crépuscule :

Il vous reste peu de temps pour repérer 12P/Pons-Brooks au-dessus de l’horizon. La comète du moment file en direction du Soleil et ne sera bientôt plus observable. Comme je vous l’avais déjà laissé entendre, cet astre chevelu n’est pas vraiment spectaculaire. Dans une paire de jumelles, sous un ciel de campagne, elle se montre timidement. La photo ci-dessous, réalisée avec un objectif de 50 millimètres monté sur un boîtier Nikon D7100, illustre bien le peu d’éclat de cette lointaine visiteuse :

Le cliché a été réalisé le 10 avril peu après 21 heures. Cinq secondes de pose à 4000 iso ont été nécessaires pour visualiser l’astre chevelu. Rien de comparable avec par exemple la comète Neowise durant l’été 2020. Pour apprécier pleinement les splendeurs dans le sillage de la comète 12P/Pons-Brooks, il fallait être particulièrement bien équipé. Il ne nous reste plus maintenant qu’à attendre l’arrivée de C/2023 A3 Tsuchinshan-ATLAS, beaucoup plus prometteuse.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook.

Premier croissant de Lune après l’éclipse nord-américaine

Le 9 avril, un très fin croissant de Lune a fait son retour en soirée, 24 heures après la grande éclipse nord-américaine.

Nouvelle lunaison :

Le retour du croissant de Lune était très attendu hier soir. D’abord parce qu’il marque officiellement la fin du mois de Ramadan de l’an 1445 de l’hégire. Ensuite parce nous étions 24 heures après la grande éclipse nord-américaine. C’est au-dessus des monts du Beaujolais que le sourire lunaire a fait son apparition aux alentours de 21 heures :

L’image a été réalisée avec un boîtier Panasonic FZ82 et son zoom réglé sur 300 millimètres. Pose de 1/2 seconde à 100 iso, boîtier sur pied. Voici les prochains temps forts de cette nouvelle lunaison :

  • le 10 en soirée, joli rapprochement entre le croissant et Jupiter qui saluent la comète 12P/pons-Brooks.
  • le 11 en soirée, le croissant plus épais est un peu plus haut que l’amas d’étoiles des Pléiades.
  • Le 15 c’est le Premier Quartier à proximité de l’étoile Pollux des Gémeaux.
  • La nuit du 22 au 23, la presque Pleine Lune est collée à l’étoile Spica de la Vierge. Pleine Lune dans la soirée du 23.
  • Le 27 avant l’aube, l’étoile Antarès du Scorpion scintille à côté de la Lune gibbeuse décroissante.
Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook.

10 avril 2024 : Jupiter et la Lune saluent la comète

Le 10 avril 2024, nous pourrons admirer une dernière fois la comète 12P/Pons-Brooks. Un départ qu’accompagnent Jupiter et la Lune.

Spectacle au crépuscule :

Le 10 avril 2024, ceux qui n’ont pas pu suivre la Grande éclipse américaine deux jours plus tôt se verront offrir un joli lot de consolation. Si la météo le permet, vous pourrez assister au rendez-vous en soirée de trois astres, juste au-dessus de l’horizon Ouest. Les deux premiers seront aisés à localiser : la Lune avec à sa gauche Jupiter. Plus délicate à repérer, la comète 12P/Pons-Brooks se situera un peu en-dessous :

La Lune, Jupiter et la comète 12P/Pons-Brooks le 10 avril au crépuscule. © CIELMANIA

Trente minutes après le coucher du Soleil, vous pourrez commencer à rechercher le fin croissant à l’œil nu. Le ciel s’assombrissant, vous verrez progressivement apparaître la lumière cendrée qui l’accompagne. Plus à gauche, un point brillant attirera votre regard. Il s’agit de Jupiter, la planète gazeuse géante. Ce sont les dernières semaines pour l’observer avant sa conjonction solaire le 18 mai. Elle deviendra ensuite planète du matin à partir du mois de juin. Continuer la lecture

Insolite : en Sicile, l’Etna vapote sous la Lune

L’astrophotographe Dario Giannobile a immortalisé le fin croissant de Lune au-dessus de curieux ronds de fumée expulsés par l’Etna.

Facéties d’un géant :

L’Etna est le plus haut volcan actif d’Europe avec ses 3.357 mètres d’altitude. Les Siciliens vivent avec ce turbulent voisin, dont les éternuements réguliers se soldent par des émissions de cendres et  de petites coulées de lave. Mais ce qu’ils ont observé depuis la semaine dernière est plus original : il s’agit de curieux anneaux de fumée. Comme nous l’explique Futura, ce phénomène résulte de petites explosions de gaz et de vapeur qui s’échappent par un évent cylindrique. On voit alors s’élever de délicats ronds de fumée appelés anneaux de vortex volcaniques, qui se laissent porter par les vents :

De nombreux habitants et touristes ont observé et photographié ce vapotage en journée. L’astrophotographe Dario Giannobile (voir son site internet) a eu la belle idée d’y associer la Lune. Deux jours avant la Grande éclipse américaine, il s’est posté à l’aube à 74 kilomètres à l’Ouest du volcan. Avec la jolie petite ville de Gangi au premier plan, il a pu saisir le lever du fin croissant de Lune au-dessus des anneaux de fumée expulsés par l’Etna :

Dario Giannobile fait partie de ces photographes de terrain qui mettent en valeur le patrimoine nocturne à travers leurs clichés. Une démarche qu’il faut saluer, à l’heure où l’Intelligence Artificielle permet de fabriquer n’importe quelle image devant son ordinateur…

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook.

Observatoire amateur : quand le rêve devient réalité

Pour ne plus avoir à déplacer leur matériel, de plus en plus d’astronomes amateurs franchissent le pas et construisent leur observatoire. 

Astronome nomade ou sédentaire :

Avoir son propre observatoire, un rêve pour les amateurs d’astronomie, devient peu à peu chose courante. Il est désormais possible de construire un poste fixe dans son jardin pour y installer son télescope. Simple abri ou véritable coupole, pilotage de l’instrument sur place ou bien au chaud depuis la maison, les réalisations se multiplient. Comme d’autres, Éric Brotons (Esprit de la Nature) a choisi de ne plus déplacer son matériel. Une évolution qu’il a mise en images :

Les sorties astronomiques sont synonymes de manutention du matériel, trajet, fatigue… Une aventure qui peut parfois se solder par un résultat nul. Un accessoire oublié, l’arrivée intempestive de nuages au-dessus du site d’observation, et l’amateur repart bredouille.

Construction simple :

Sortir, c’est pour beaucoup la possibilité de s’éloigner de la pollution lumineuse. Mais on peut désormais s’affranchir de ce fléau en astrophotographie grâce à l’utilisation de filtres sélectifs. Une raison de plus pour pratiquer sa passion chez soi. Un choix que nous explique Éric Brotons : “À 47 ans, je suis un passionné de musique et un grand amoureux de tous ce qui m’entoure : la flore, la faune et le ciel. J’ai commencé à réellement m’intéresser aux astres à l’âge de 8 / 10 ans, quand ma mère m’a offert une petite lunette pour Noël. Et depuis, l’astronomie fait partie intégrante de ma vie. Jusqu’à l’âge de 28 ans, je n’ai fait que de l’observation visuelle. Puis je me suis lancé dans l’astrophoto, bien aidé par certains membres du Club d’Astronomie de Mont-Bernenchon.

Un observatoire chez soi, un rêve devenu réalité pour certains passionnés. © E. Brotons

Pourquoi un observatoire dans mon jardin ? Tout simplement pour ne pas démonter et remonter mon matériel en permanence. Ainsi, je suis toujours prêt pour observer ou photographier le ciel nocturne. La conception de mon observatoire est très simple. Il est en bois, celui qu’on utilise pour les chalets, avec un toit coulissant. Je l’ai monté sur des briques pour ne pas être en contact avec le sol. Il dispose de la fibre et de l’électricité. J’estime le coût total de l’installation (hors matériel astronomique) aux environs de 1.000 euros.” Éric (joignable sur Facebook) partagera volontiers ses astuces de construction avec ceux qui ont envie de se lancer !

La nébuleuse du Casque de Thor, NGC 2359, 5 heures de poses avec un T150. © E. Brotons
Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook.

Éphémérides : le ciel du mois d’avril 2024

Ce mois d’avril 2024 compte une éclipse totale de Soleil visible depuis les USA ainsi que quelques jolies observations.  

Lointaine éclipse :

Ce 8 avril 2024, les plus chanceux assisteront à une éclipse totale de Soleil, la Grande éclipse américaine. L’ombre de la Lune traversera le Mexique, l’Amérique du Nord et la province du Québec. En théorie, c’est au Texas que la météo devrait être la plus favorable. Pendant la totalité, six planètes et la comète 12P/Pons-Brooks devraient être visibles de part et d’autre de la couronne solaire :

Le ciel pendant la Grande éclipse américaine du 8 avril 2024. © Dave Weixelman

Rassurez-vous, ceux qui resteront en France auront la possibilité de faire quelques jolies observations. Pourquoi ne pas essayer d’observer par exemple la Superba ? Il s’agit de l’une des étoiles les plus rouges du ciel, accessible avec un petit télescope dans la constellation des Chiens de Chasse :

Le ciel en avril 2024 :
Observation d’une éclipse de Soleil. © Mark Margolis / Rainbow Symphony
  • Le 10 en soirée, moins de quatre degrés séparent Jupiter d’un fin croissant de Lune accompagné de la lumière cendrée. La comète 12P/Pons-Brooks est à quelques degrés de la planète gazeuse géante, l’occasion de composer une très belle image. À vos boîtiers !
  • Le 11 en soirée, le croissant de Lune est à côté de l’amas d’étoiles des Pléiades. Encore une occasion de faire de belles images…
La Lune (surexposée) et l’amas d’étoiles des Pléiades. © Jean-Baptiste Feldmann
Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook.