Que voit-on lors d’un Premier Quartier de Lune ?

Attardons-nous aujourd’hui sur les paysages lunaires que nous offre le Premier Quartier avec cette image réalisée dans la soirée du 24 mars.

Pour commencer définissons ce qu’est le Premier Quartier : la Lune tournant autour de la Terre en un peu plus de 29 jours, elle nous présente chaque nuit une portion éclairée différente, ce qu’on appelle la phase lunaire (rappelons au passage que cet éclairage est fourni par le Soleil, la Lune n’émettant aucune lumière propre). Lors du Premier Quartier, la Lune est en quadrature EST, c’est-à-dire que la différence de longitude céleste entre la Lune et le Soleil est égale à 90° (si sur un schéma on relie par des droites les 3 astres, on obtient un triangle rectangle en un point occupé par la Terre, les autres sommets correspondant à notre étoile et notre satellite naturel).

Comme on le constate sur cette image, la partie éclairée de la Lune au moment du Premier Quartier ressemble à un demi-disque dont la partie arrondie est tournée vers l’OUEST : elle représente la panse de la lettre « P » comme Premier.

Pour cette promenade (à faire avec une paire de jumelles ou une longue-vue), nous allons suivre le terminateur, cette ligne de séparation entre la nuit et le jour qui court du Pôle Nord au Pôle Sud. C’est là que l’éclairage rasant met en valeur les paysages lunaires.

Notre regard est d’abord attiré par un arc montagneux en deux tronçons, le Caucase et les Apennins qui séparent la Mer de la Sérénité et la Mer des Pluies. Quelques beaux cratères se détachent nettement : Aristote et Eudoxe dans le prolongement NORD du Caucase, Aristillus et Autolycus dans la Mer des Pluies.

En continuant de descendre le long du terminateur, on pénètre dans l’hémisphère sud où nous attend une zone très cratérisée ; vous y découvrirez une multitude de cicatrices circulaires laissées par le bombardement météoritique qui a accompagné la Lune au début de sa formation. Les cratères sont innombrables, certains se chevauchant allègrement ; gardez à l’esprit que chacun d’entre eux approche ou dépasse les 100 kilomètres de diamètre (97 km pour Arzachel, 136 km pour Albategnius et Walter…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *