Archives pour l'étiquette amas des Pléiades

Alignements de Lagatjar : une fonction astronomique ?

Sur la commune de Camaret-sur-Mer dans le Finistère, l’orientation des alignements mégalithiques de Lagatjar pourrait répondre à un impératif astronomique.  

Il y a 4.500 ans, au Néolithique, des hommes ont dressé et aligné d’immenses pierres à Camaret-sur-Mer pendant que d’autres entreprenaient le même travail titanesque à Carnac dans le Morbihan ou  encore à Stonehenge dans le SUD-OUEST de l’Angleterre. D’après un inventaire établi en 1793, 600 menhirs composaient alors les alignements de Lagatjar (nom du lieu-dit), un nombre imposant mais bien loin des 3.000 pierres levées du site de Carnac.

Au XIXe siècle et jusqu’au début du XXe siècle beaucoup de menhirs ont été détruits à Lagatjar et il n’en reste plus que 65 aujourd’hui dont les plus hauts atteignent 3 mètres. Continuer la lecture

La planète Mars à côté de l’amas des Pléiades

Une paire de jumelles permet de profiter actuellement du rapprochement apparent entre Mars et l’amas des Pléiades au crépuscule.

Si Jupiter et Vénus brillent intensément (la première toute la nuit dans la constellation de la Vierge avec une magnitude de -2,4 et la seconde avant l’aube sur l’horizon EST avec une magnitude de -4.6), Mars fait pâle figure avec une magnitude de 1,9 ; il faut dire que la Planète rouge s’éloigne de nous et il faudra attendre l’été 2018 et la prochaine opposition pour qu’elle retrouve une magnitude négative.

La quatrième planète du Système solaire se fait donc discrète mais vous pouvez suivre actuellement son passage dans la constellation du Taureau en début de soirée sur l’horizon OUEST. Continuer la lecture

Clair de Lune dans les vignes sous le Château Gris

Une éclaircie entre deux averses, l’occasion d’aller admirer le clair de Lune au cœur du vignoble de Nuits-Saint-Georges, au pied du Château Gris.

Je vous emmène régulièrement au milieu des vignes pour des promenades nocturnes, que ce soit pour voir passer l’ISS, pour admirer une cabotte sous la Pleine Lune ou regarder les étoiles tourbillonner aux Monts Luisants. Cette fois-ci nous nous rendons au Château Gris situé dans les coteaux qui surplombent Nuits-Saint-Georges, jolie ville bourguignonne connue pour ses grands vins (c’est d’ailleurs un peu plus haut que se cache la statue de la Résistance).

Ce petit château entouré de terrasses doit sans doute son nom à la couleur de ses murs. Il possède également un toit d’ardoises assez inhabituel pour la région.

Cette image (30 secondes de pose à 1.600 iso avec un objectif Samyang de 8 mm de focale ouvert à 5,6 monté sur un boîtier Nikon D3200) a été réalisée dans la soirée du 4 février. La longue exposition (qui sature la Lune et ne permet pas de voir le Premier Quartier) révèle les amas d’étoiles des Hyades et des Pléiades juste au-dessus de notre satellite naturel. On reconnaît également la belle constellation d’Orion dans la partie supérieure gauche du cliché.

24 heures après cette prise de vue, dans la soirée du 5 février, la Lune glisse devant les étoiles de l’amas des Hyades, occultant au passage la brillante Aldébaran (Alpha Tauri). La série actuelle des occultations d’Aldébaran a commencé le 29 janvier 2015 et prendra fin le 3 septembre 2018. Durant cette période il se produira 48 occultations d’Alpha Tauri mais en moyenne seules 8 à 10 seront visibles depuis un lieu d’observation donné. Pour voir plus d’occultations, il faudra voyager !

Les astronomes attendront ensuite le 18 août 2033 pour assister à une nouvelle vague d’occultations : La Lune repassera entre la Terre et Aldébaran, une configuration géométrique qui revient au bout d’un Saros (un cycle d’un peu plus de 18 ans).

La Voie lactée se dévoile dans le ciel des Carpates

Petit détour par l’Ukraine d’où a été réalisé ce panorama nocturne. L’arche de la Voie lactée domine le massif montagneux des Carpates.

Bien que la Voie lactée soit souvent photographiée à la belle saison par commodité (elle nous révèle alors le Triangle d’été formé des brillantes étoiles Deneb, Véga et Altaïr), on peut tout aussi bien l’admirer en hiver à condition de bien se couvrir (voir nos 5 conseils pour observer le ciel d’hiver sans avoir froid).

lactee2

La preuve avec ce panorama réalisé par le photographe Ihor Khomych, un assemblage de 31 images posées 30 sec chacune à 6.400 iso avec un objectif de 17 mm de focale ouvert à 2,8. Continuer la lecture

Un morceau de ciel vieux de 3.600 ans sur le disque de Nebra

Le disque de Nebra, une découverte archéoastronomique majeure, nous montre un morceau de la voûte céleste représenté il y a 3.600 ans.  

C’est un disque de bronze d’environ 30 cm de diamètre qui pèse près de 2 kg. Découvert en 1999 à proximité de la ville allemande de Nebra par des pilleurs de trésors, il a été saisi lorsque ces derniers ont cherché à le vendre et se trouve depuis 2002 au Musée régional de la Préhistoire de Halle.

nebra1

D’après l’analyse microscopique de la patine du disque et l’ étude isotopique du plomb radioactif qu’il contient on peut dater approximativement sa réalisation vers l’an 1.600 av. J.-C. ce qui en ferait l’une des plus vieilles représentations de la voûte céleste. Continuer la lecture

Les Hyades et les Pléiades derrière le moulin de Verzenay

Petit détour par le moulin de Verzenay, à 17 km de Reims, d’où l’on voit se lever en début de nuit les amas d’étoiles des Hyades et des Pléiades.

Classé monument historique, le moulin de Verzenay fut construit en 1818 sur le Mont-Boeuf et cessa de tourner en 1903 à la mort du dernier meunier. Il est désormais propriété de G.H. Mumm, une maison de champagne fondée à Reims en 1827.

moulin2

L’addition de 10 poses de 30 sec à 800 iso avec un objectif de 18 mm de focale révèle le lever des Hyades (juste à droite du moulin) et des Pléiades (un peu plus haut) en ce début de nuit d’hiver.  Continuer la lecture

L’amas des Pléiades s’élève au-dessus du brouillard

L’un des plus célèbres objets célestes du ciel hivernal, l’amas des Pléiades, se lève actuellement en début de soirée. Rencontre avec sept jeunes filles.

C’est un très bel amas ouvert, appelé amas des Pléiades ou Messier 45, que je vous propose de découvrir aujourd’hui dans la constellation du Taureau.

Dans la mythologie grecque, les Pléiades étaient les sept filles d’Atlas et de Pléioné. Quant à Messier 45, c’est la référence de cet objet céleste dans le catalogue de l’astronome français Charles Messier établi au 18ème siècle.

pleiades1

Les étoiles de l’amas sont nées ensemble il y a une centaine de millions d’années et certaines sont encore entourées de nébulosités qui s’effilochent peu à peu. Depuis leur naissance elles s’éloignent les unes des autres ; dans 250 millions d’années il ne restera plus rien de l’amas et les étoiles poursuivront solitairement leur évolution.

pleiades2

L’amas des Pléiades s’étend sur une surface apparente de 2° dans le ciel, l’équivalent de quatre fois la Pleine Lune. Continuer la lecture

La vieille Lune passe devant l’amas des Hyades

Ce vendredi 29 juillet avant l’aube, un vieux croissant de Lune avait rendez-vous avec l’amas des Hyades et la brillante étoile Aldébaran.

La constellation du Taureau est riche de deux beaux amas d’étoiles, l’amas des Hyades et celui des Pléiades. Ce matin, une centaine d’heures avant la Nouvelle Lune, notre satellite naturel passait devant les étoiles des Hyades (cadrage horizontal) alors qu’un peu plus haut trônait l’amas des Pléiades (cadrage vertical). Les deux images ont été réalisées avec un objectif de 50 millimètres de focale ouvert à 2,8 et une pose de 5 secondes à 400 iso.

hyades1

Je vous ai déjà plusieurs fois parlé de l’amas des Pléiades (Messier 45) sur ce blog, notamment quand la comète C/2014 Q2 Lovejoy est passée à proximité.

hyades2

L’amas des Hyades, même s’il compte environ dix fois moins d’étoiles que M 45, est très intéressant à observer également car c’est l’amas ouvert le plus proche du Système solaire (150 années-lumière). Continuer la lecture

Sappho, la poétesse grecque qui aimait les étoiles

Il y a 2.500 ans, la célèbre poétesse grecque Sappho rendait déjà hommage aux beauté du ciel nocturne dans plusieurs de ses textes.

Si Sappho, poétesse grecque de l’Antiquité (elle serait née vers 630 av. J. C.) semble avoir été très célèbre à son époque, il ne subsiste aujourd’hui que des fragments de son œuvre poétique. Bien qu’elle ne cache pas dans ses textes son amour pour les jeunes filles (l’homosexualité était une chose courante dans le milieu aristocratique de la Grèce archaïque qui n’empêchait pas de se marier), Sappho accorde aussi beaucoup d’importance aux astres comme en témoignent les vers qu’elle a rédigés à propos de la Lune, l’amas des Pléiades ou encore la planète Vénus.

Trois scientifiques, Manfred Cuntz, Levent Gurdemir (University of Texas) et Martin Georges (National Astronomical Research Institute of Thailand) se sont intéressés à un texte de Sappho intitulé « poème de minuit ». La synthèse de leur travail a été publiée dans le Journal of Astronomical History and Heritage.

sappho

Ce poème évoque l’observation par la poétesse de l’amas des Pléiades sur l’horizon il y a 2.500 ans depuis l’île grecque de Lesbos. En paramétrant le logiciel de cartographie céleste Starry Night qui permet de visualiser le ciel selon le lieu et l’époque, les trois chercheurs en ont déduit que cette observation n’a pu avoir lieu qu’entre la fin de l’hiver et le début du printemps.

Continuer la lecture

Les Pléiades et Vénus visibles dans le coronographe de SOHO

Très proches du Soleil, l’amas des Pléiades et Vénus sont visibles dans le champ du coronographe LASCO C3 de l’observatoire solaire SOHO.

SOHO (Solar and Heliospheric Observatory) est un satellite d’une masse de 1,8 tonne qui a été placé au point de Lagrange L1 à environ 1,5 million de km de notre planète, là ou l’attraction de la Terre et celle du Soleil sont en équilibre. Ses observations solaires viennent compléter celles de SDO, Solar Dynamics Observatory.

En vidéo : le transit de Mercure vu par SDO

Lancé il y a plus de 20 ans, le 2 décembre 1995 exactement, SOHO fournit quotidiennement un bulletin de santé de notre étoile dans différentes longueurs d’onde à l’aide de ses 12 instruments scientifiques : analyseurs de particules, télescopes, coronographes, spectrographe et imageurs.

soho

Les coronographes LASCO C2 (champ étroit) et C3 (grand champ) sont destinés à étudier la couronne solaire (Lasco signifie Large Angle and Spectrometric Coronagraph). Un cache central leur permet de masquer le Soleil, trop lumineux, pour voir ce qui se passe autour : des éruptions solaires bien sûr, mais également des étoiles, des comètes kamikazes et parfois des planètes. Continuer la lecture

Clair de Lune dans la calanque de Port-Miou

Le 10 avril en soirée une jeune Lune passait devant l’amas des Hyades au-dessus de la calanque de Port-Miou du côté de Cassis.

La calanque de Port-Miou, située sur la commune de Cassis, abrite un petit port de plaisance et une ancienne carrière qui fut exploitée de 1900 à 1981 : le calcaire y était extrait pour la fabrication de la chaux. Dans cette calanque, la plus orientale des côtes entre Marseille et Cassis, on a découvert une importante source sous-marine dont le débit varie de de 5 à 100 m³/s en fonction de la pluviométrie locale. Il s’agit d’une des plus grandes galeries noyées d’Europe ce qui explique qu’on ne connaisse toujours pas l’origine de ce fleuve souterrain malgré de nombreuses plongées de reconnaissance.

lune_calanque

Le dimanche 10 avril en soirée, 3 jours après la Nouvelle Lune, le jeune croissant se trouvait à proximité d’Aldébaran (juste au-dessus à gauche), occultant au passage plusieurs étoiles de l’amas ouvert des Hyades dans la constellation du Taureau. Continuer la lecture

Lundi 14 mars : la Lune passe devant l’amas des Hyades

5 jours après la Nouvelle Lune, un gros croissant est passé devant l’amas des Hyades, non loin de l’étoile Aldébaran dans la soirée du 14 mars.

L’amas des Hyades, même s’il compte environ dix fois moins d’étoiles que Messier 45, l’amas des Pléiades, est très intéressant à observer car c’est l’amas ouvert le plus proche du Système solaire (150 années-lumière).

lune_aldebaran

Les astrophysiciens ont remarqué que les étoiles des Hyades et de l’amas de la Crèche, M 44, ont des caractéristiques communes, preuve qu’elles sont nées dans la même région de notre Galaxie, la Voie lactée. Curieusement, l’étoile la plus brillantes des Hyades, Aldébaran (qui représente l’œil du Taureau), est deux fois plus proche de nous et ne fait donc pas partie de l’amas.

lune-hyades2

L’amas des Hyades n’a pas été inclus dans son célèbre catalogue par l’astronome Charles Messier : il n’y a donc pas de « M » pour désigner cet amas, qui est cependant enregistré dans deux autres catalogues sous les noms de Melotte 25 ou Collinder 50.

Continuer la lecture

Morceau de voûte céleste depuis la Roche de Solutré

Rendue célèbre dans les années 1980 par l’ascension rituelle d’un président de la République, la Roche de Solutré est un étonnant site géologique.

À 8 km à l’ouest de la ville de Mâcon la Roche de Solutré se dresse à 493 m d’altitude. Comme sa voisine la Roche de Vergisson, celle de Solutré est apparue au Tertiaire, lorsque le soulèvement des Alpes a provoqué l’effondrement du bassin de la Saône. Les plateaux situés à l’ouest se sont inclinés vers ce bassin et l’érosion a peu à peu dégagé les deux Roches. Le site a été occupé de 35.000 à 10.000 ans av. J.-C. pour des activité de chasse et de dépeçage mais contrairement à une légende tenace, les hommes préhistoriques n’ont jamais pourchassé les chevaux pour les pousser à se précipiter du haut de la Roche.

Continuer la lecture

Le retour de la Lune 40 heures après l’éclipse solaire

Alors que tout le monde a encore en mémoire la superbe éclipse totale de Soleil du 9 mars, la Lune a pris ses distances et revient en soirée.

Le 9 mars le Soleil avait rendez-vous avec la Lune au-dessus de l’Indonésie pour une très belle éclipse totale. Depuis Séléné s’est éloignée de notre étoile et on la retrouve dans la soirée du 10 mars sous la forme d’un mince croissant qui annonce une nouvelle lunaison.

croissant_lune

Lors de la précédente lunaison nous avions rendez-vous 50 heures après la Nouvelle Lune, cette fois-ci le croissant est un peu plus fin puisque 40 heures se sont écoulées depuis l’éclipse (rappelons que les éclipses totales de Soleil se produisent exactement à la Nouvelle Lune).

Continuer la lecture

Observez l’amas d’étoiles des Pléiades en début de nuit

Le début de l’année est la période idéale pour observer le plus bel amas d’étoiles, celui des Pléiades (Messier 45). Il vous attend loin des lumières parasites.

Vous avez devant vous une belle soirée et vous avez envie de découvrir une curiosité céleste ? C’est le moment de profiter de l’absence de la Lune (qui va revenir en soirée dans les jours qui viennent) pour partir à la découverte d’un très bel amas d’étoiles, l’amas des Pléiades.

pléiades

Bien que l’amas se situe à 444 années-lumière de nous dans la constellation du Taureau, pas besoin de télescope ou de lunette astronomique. Vos yeux vous suffiront pour l’admirer dans le ciel hivernal en vous aidant de la carte ci-dessous.

stelvision

L’amas des Pléiades (dans la mythologie grecque, les Pléiades étaient les sept filles d’Atlas et de Pléioné) s’étend sur une surface apparente de 2° dans le ciel, l’équivalent de quatre fois la Pleine Lune.

Continuer la lecture

26 janvier 2015 : féerie cosmique dans le ciel de La Silla

Retour sur une incroyable image réalisée il y a tout juste un an par le photographe  Petr Horálek depuis l’Observatoire de La Silla dans les Andes chiliennes.

Tout comme  Babak Tafreshi, Stéphane Guisard, Yuri Beletsky ou encore Miguel ClaroPetr Horálek est l’un des ambassadeurs de l’ESO, un groupe de photographes qui réalisent des images destinées à mettre en valeur les différents sites astronomiques de l’Observatoire Européen Austral et les recherches qui y sont menées.

En vidéo : un mystérieux phénomène lumineux brouille les observations des télescopes de l’ESO

Il y a un an Petr Horálek se trouvait à l’Observatoire de La Silla, un sommet des Andes Chiliennes (2400 mètres d’altitude) à 600 kilomètres au nord de Santiago où l’ESO a implanté ses premières coupoles dans les années 1960 (le plus gros télescope a un diamètre de 3,6 mètres).

Continuer la lecture

Le château du Clos de Vougeot sous la Lune

Réalisée 24 heures après le Premier Quartier le 17 janvier, cette image nous permet d’admirer le château du Clos de Vougeot sous la Lune.

Situé le long de la route des Grands Crus de Bourgogne entre Gevrey-Chambertin et Nuits-Saint-Georges, le château du Clos de Vougeot n’était au  XIIème siècle qu’un ensemble de bâtiments à usage viticole construits au milieu des vignes par les moines de l’abbaye de Cîteaux. C’est à partir du XVIème siècle qu’apparut le corps de logis de style Renaissance que l’on peut admirer aujourd’hui.

vougeot-lune

C’est au château du Clos de Vougeot que sont intronisés régulièrement de nouveaux membres de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin. Cette confrérie assure la promotion de la gastronomie bourguignonne et de ses grands vins depuis sa fondation le 16 novembre 1934 par deux vignerons bourguignons de Nuits-Saint-Georges, Georges Faiveley et Camille Rodier.

Continuer la lecture

Les beautés du ciel nocturne dans le désert du Kalahari

À cheval sur trois pays d’Afrique, le désert du Kalahari est la plus vaste étendue de sable au monde. Le ciel nocturne y dévoile ses splendeurs. 

« Grande soif », « lieu sans eau » : en tswana, la langue officielle de l’Afrique du sud, le mot Kalahari sert à nommer sans équivoque la région la plus sèche du globe.

Le désert du Kalahari s’étend sur 900.000 km² entre les bassins des fleuves Zambèze et Orange et recouvre une partie du Botswana, de la Namibie et de l’Afrique du Sud. Il est la zone la plus aride d’un espace géographique très étendu, le bassin du Kalahari (2,5 millions de km² qui mordent sur le Botswana, la Namibie, l’Afrique du Sud, l’Angola, la Zambie, le Zimbabwe, la République du Congo et la République démocratique du Congo).

desert

Si les déserts font parfois peur, ils restent pour les astrophotographes les rares endroits épargnés par la pollution lumineuse.

Continuer la lecture

L’amas des Pléiades nargue la Lune gibbeuse

Retour sur une image réalisée dans la soirée du 20 décembre, alors que les étoiles de l’amas des Pléiades tentaient de résister au phare lunaire.

Les astronomes ont l’habitude de délaisser le ciel nocturne dans la période qui entoure la Pleine Lune, tant l’éclat de notre satellite naturel est puissant. Il est alors très difficile, voire impossible, d’observer des galaxies ou des nébuleuses. On peut alors se contenter d’admirer quelques amas d’étoiles, des planètes s’il y en a ou à défaut se lancer dans la sélénographie !

lune-pleiades

Le 20 décembre, cinq jours avant la Pleine Lune de Noël, Séléné illuminait déjà le paysage. Haut placée sur la voûte céleste, elle éblouissait les observateurs, les privant du spectacle offert traditionnellement par les constellations hivernales. Pourtant un petit groupe d’étoiles semblait résister au phare lunaire : c’était l’amas des Pléiades, que vous retrouvez sur cette image au-dessus du clocher de l’église de Chambolle-Musigny.

Continuer la lecture

Le 25 novembre, admirez la Pleine Lune du castor

Un mois avant Noël nous allons retrouver la Pleine Lune. Installée dans la constellation du Taureau, elle va illuminer le ciel pendant près de 14 heures.

L’avant-dernière Pleine Lune de l’année se produira mercredi 25 novembre à 23h45. Elle se lèvera à 17h30 et se couchera le 26 novembre à 7h10 (toutes les heures sont données pour Paris), des instants qu’il est possible d’immortaliser en photographiant le disque lunaire sur l’horizon, coloré et déformé par l’atmosphère terrestre.

En vidéo : premier lever de Terre vu de la Lune, 24 décembre 1968

Cette Pleine Lune fait suite à 3 Supers Lunes qui ont eu lieu le 29 août, le 28 septembre (elle se doublait d’une éclipse totale de Lune) et le 27 octobre.

pleine_lune38

Pour les Amérindiens, la Pleine Lune du mois de novembre est associée au castor. C’est en effet à cette époque que le rongeur engraisse avant l’hiver tout en consolidant son abri. Pour d’autres c’est la Pleine Lune du gel car c’est le moment où les températures deviennent négatives dans un certain nombre de régions de l’hémisphère nord.

Continuer la lecture