Archives pour la catégorie Les hommes et le ciel

La Lune, le chat et la sorcière dans le cadre

Vendredi 18 mai la Lune m’a inspiré une nouvelle composition : un drôle de tableau avec une sorcière et son chat admirant le jeune croissant.

En général les sorcières sont de sortie les nuits de Pleine Lune, mais cette fois c’est le jeune croissant qui l’attirait, 24 heures après la féerie céleste d’une soirée printanière. Pour l’occasion j’ai confectionné dans un cadre un paysage découpé dans du carton : tronc et branche d’arbre, chat et sorcière. Avec la complicité de ma compagne nous avons ensuite cherché à faire rentrer le jeune croissant de Lune dans le cadre.

Le résultat est visible sur cette image posée 1/4 de sec à 1600 iso avec un objectif 18-105 mm.  Continuer la lecture

Los Angeles : quand les passants découvrent la Lune

Et si l’on proposait aux habitants de Los Angeles de regarder dans un télescope pour y admirer la Lune, quelles seraient leurs réactions ? Réponse avec cette jolie vidéo.

Située dans le sud de l’État de Californie, sur la côte Pacifique, Los Angeles (que les Américains appellent souvent par son diminutif, L. A.), est la seconde ville la plus peuplée des États-Unis après New York. On imagine sans peine l’importance de la pollution lumineuse qui règne dans cette mégapole où il est impossible d’admirer le ciel nocturne.

À l’observatoire Griffith, construit en 1935 sur la face sud du Mont Hollywood dans le Griffith Park à 300 mètres d’altitude,  il y a bien longtemps que les coupoles sont fermées ; quant aux couloirs du vénérable bâtiment ils ne voient plus défiler d’astronomes mais des visiteurs qui se rendent au planétarium ou visitent les expositions scientifiques régulièrement proposées.

Il suffit pourtant d’un simple télescope installé dans une rue ou sur la plage et dirigé vers la Lune pour que les habitants oublient leurs mille préoccupations et retrouvent le chemin de l’émerveillement.   Continuer la lecture

D’où viennent les noms des formations lunaires ?

C’est au XVIIe siècle, avec l’apparition du télescope, que les astronomes vont donner des noms (toujours en usage) aux différentes formations lunaires.  

Si vous regardez une carte lunaire, vous serez sans doute surpris par certaines désignations comme le Marais de la Putréfaction, la Mer des Humeurs ou encore l’Océan des Tempêtes. D’où viennent donc ces noms et qui furent les premiers maîtres de la sélénographie, la science qui se consacre à l’étude des formations lunaires ?

Carte lunaire de Grimaldi et Riccioli parue dans l’Almagestum Novum en 1651.

En 450 avant notre ère, le philosophe grec Démocrite envisage l’existence des reliefs lunaires en imaginant « des montagnes élevées et des vallées creuses ». Il faut ensuite attendre 1603 pour trouver le premier dessin de la Lune effectué sans instrument par William Gilbert, mais la sélénographie prend véritablement son essor après l’invention de la lunette astronomique. Continuer la lecture

Un transit de l’ISS au-dessus d’une église romane

Le 5 avril j’assistais à un nouveau passage de la Station spatiale internationale, cette fois-ci au-dessus de l’église romane de Nuits-Saint-Georges.

La commune de Nuits-Saint-Georges en Bourgogne compte deux églises, Saint-Denis et Saint-Symphorien. Bien que l’intérieur présente un décor largement inspiré de l’art gothique, l’église Saint-Symphorien (construite au XIIIe siècle) présente une architecture extérieure de style roman. On peut découvrir cet édifice en visitant l’ancien quartier des vignerons appelé Nuits-Amont.

Si l’intérieur a été restauré il y a un peu plus d’une dizaine d’années, l’extérieur garde l’austère beauté des constructions religieuses de l’époque cistercienne.  Continuer la lecture

L’astrobiologiste Cyprien Verseux est en Antarctique

Après son voyage immobile vers la planète Mars, l’astrobiologiste français Cyprien Verseux va passer un an sur la base Concordia en Antarctique.

Si vous vous intéressez aux projets de bases habitées permanentes sur la planète Mars, le nom de Cyprien Verseux vous dit forcément quelque chose. Cet astrobiologiste français mène des recherches autour des micro-organismes capables de transformer les ressources naturellement présentes sur la Planète rouge en produits nécessaires à la survie humaine.

Cyprien Verseux est arrivé pour un hivernage d’un an sur la base Concordia en Antarctique.

Il a fait partie il y a deux ans de la mission HI-SEAS IV (Hawaii Space Exploration Analog and Simulation), un programme de simulation de la vie dans un habitat sur Mars conduit par l’Université d’Hawaï et la NASA : avec cinq autres jeunes scientifiques, il s’était enfermé pendant douze mois dans un dôme pour vivre dans les mêmes conditions qu’un voyage sur Mars.

Une aventure que Cyprien Verseux raconte dans son livre Vivre sur Mars, 365 jours pour tester la vie sur la Planète rouge.  Cette fois l’astrobiologiste a délaissé les pentes ensoleillées du Mauna Loa à Hawaii pour un endroit beaucoup moins hospitalier : Concordia, la base scientifique la plus isolée du monde. Continuer la lecture

L’observatoire Yerkes va-t-il définitivement fermer ?

Inauguré en 1897, l’observatoire américain Yerkes pourrait cesser de fonctionner cette année. Il accueille la plus grande lunette du monde. 

C’est un monument de l’astronomie qui pourrait définitivement fermer si aucun mécène ne vient à son secours : l’Université de Chicago, qui gère l’observatoire Yerkes, a annoncé qu’elle cesserait d’en financer l’entretien à partir du 1er octobre 2018.

L’observatoire Yerkes avec à gauche l’immense coupole qui abrite le plus grand réfracteur du monde. © Yerkes Observatory

L’observatoire (qui se trouve au milieu d’un parc sur la rive du lac Léman à Williams Bay, dans le Wisconsin, juste de l’autre côté de la frontière de l’Illinois) a été fondé  en 1897 par l’astronome George Ellery Hale et financé par Charles Tyson Yerkes (un magnat des transports) qui lui a donné son nom.   Continuer la lecture

Pierre Bonhomme réinvente la machine d’Anticythère

C’est une étonnante reconstitution libre de la machine d’Anticythère que nous a fait découvrir Pierre Bonhomme à l’occasion de la JOA.

Le samedi 10 mars de nombreux astronomes amateurs se sont retrouvés à Communay au sud de Lyon pour la 19ème édition de la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA). On pouvait y vendre et y acheter des instruments, des pièces détachées, des appareils photographiques ou encore des livres. Au milieu de ce grand déballage une étrange construction attirait le regard : il s’agissait d’une reconstitution libre de la machine d’Anticythère, une incroyable machinerie repêchée en 1902 au large de l’île grecque d’Anticythère qui pourrait avoir été conçue à l’époque d’Archimède.

Pierre Bonhomme est le concepteur de cette reconstitution qu’il nous a présenté. Continuer la lecture

En vidéo : le nettoyage des miroirs des télescopes Keck

Si vous trouvez que le lavage de vos vitres est fastidieux, vous allez découvrir dans cette vidéo comment on nettoie les miroirs des télescopes Keck. 

Installés au sommet du Mauna Kea sur l’île d’Hawaii, les deux télescopes jumeaux de l’Observatoire Keck (voir leur site internet)ont révolutionné l’astronomie depuis un quart de siècle. Chacun de ces deux instruments de 10 mètres de diamètre a une surface collectrice composée de 36 miroirs hexagonaux de 1,8 mètre de diamètre.

Cette technique de miroirs segmentés est depuis privilégiée pour la construction de tous les grands télescopes (comme le Gran Tecan que j’ai visité il y a quelques années aux Canaries et dont les photos illustrent cet article). Continuer la lecture

Retour sur la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA)

Le 10 mars Communay accueillait la 19ème édition de la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA), un grand marché de l’occasion, mais pas seulement.

Ils étaient nombreux à se presser samedi 10 mars dans la Salle des Sports des Brosses à Communay (au sud de Lyon) pour participer à une nouvelle édition du grand marché de l’occasion en astronomie, la désormais célèbre JOA (qui fêtera l’an prochain ses 20 ans).

Astronomes amateurs de la région (et de plus loin encore) seuls ou venus avec des membres de leur club (à l’image de la Société Astronomique de Bourgogne) étaient là pour vendre ou acheter du matériel et des accessoires : paires de jumelles, lunettes astronomiques, télescopes, pièces optiques mais également appareils photographiques, livres et revues recouvraient les nombreuses tables mises à disposition par les organisateurs.

Cette sympathique manifestation était également l’occasion de rencontrer différents exposants professionnels (le stand d’Optique Unterlinden connaissait une forte affluence) ainsi que des passionnés venus présenter des réalisations originales :

  • les reproductions d’images astronomiques sur textile de Sophie POUGET (atelier Bulle)
  • le créateur VERENA  qui proposait de jolis bijoux dont le plus petit télescope du monde réalisé en cristal de Swarovski
  • le principe de l’Hypertélescope Lise développé depuis 2011 non loin de Barcelonnette dans les Alpes de Haute Provence et présenté par Martine ROUSSEL
  • une reconstitution libre de la machine d’Anticythère qui a demandé 5 ans et 5.000 h de travail à son concepteur Pierre BONHOMME (Club d’Astronomie Nuits Magiques)
  • les ouvrages de Frédéric LEQUÈVRE aux éditions book-e-book

Nous reviendrons plus longuement sur le travail de Pierre BONHOMME et Frédéric LEQUÈVRE prochainement.

Rencontres Astronomiques de Printemps : 20 ans en 2018 !

La vingtième édition des Rencontres Astronomiques de Printemps aura lieu du 10 au 13 mai 2018. Pensez à réserver votre emplacement !

Qui aurait pensé lors de leur lancement en 1999 que les Rencontres Astronomiques de Printemps fêteraient leurs 20 ans ? Ce sera pourtant le cas du 10 au 13 mai 2018 lors du pont de l’Ascension. Pendant 4 jours et 3 nuits de nombreux astronomes amateurs français et européens se retrouveront une nouvelle fois à Craponne sur Arzon, petite commune située en Haute-Loire.

Les RAP édition 2017. © Jean-Baptiste Feldmann

Ces rencontres se déroulent dans un site préservé de la pollution lumineuse (la commune éteint l’éclairage public pendant ces 3 nuits) toujours à une période sans Lune (cette année les RAP se déroulent en fin de lunaison, le Dernier Quartier ayant lieu le 8 mai). Continuer la lecture

Sur les traces de l’astronome Camille Flammarion

Située sur les bords de la Seine, Juvisy-sur-Orge est la patrie de l’astronome et grand vulgarisateur Camille Flammarion. Visite de son observatoire.

Qui était Camille Flammarion ?
Aîné d’une famille de 4 enfants (son frère Ernest fondera les éditions Flammarion), Camille Flammarion naît le 26 février 1842 à Montigny-le-Roi (Haute-Marne). En 1858 il est admis à 16 ans comme élève astronome à l’Observatoire de Paris sous la direction d’Urbain Le Verrier, le découvreur de Neptune.

Camille Flammarion observant avec sa grande lunette. © Société Astronomique de France

Il quitte cette institution 4 ans plus tard et travaille comme chroniqueur scientifique pour différents journaux. Il publie de nombreux ouvrages de vulgarisation et devient célèbre en 1879 avec « l’Astronomie populaire », un livre de 870 pages qui sera réédité à plusieurs reprises et traduit en anglais en 1894.

Léguée par un riche admirateur en 1882, la demeure de Juvisy-sur-Orge devient la maison et l’observatoire de Camille Flammarion. © Jean-Baptiste Feldmann

Trois ans plus tard, l’un de ses admirateurs, M. Méret, lui lègue une propriété à Juvisy-sur-Orge. Camille Flammarion aménage la bâtisse pour y vivre et y développer l’astronomie : création d’une importante bibliothèque et d’un observatoire privé équipé d’une grande lunette. En 1887 il fonde la Société Astronomique de France. Il travaillera dans son observatoire de Juvisy jusqu’à sa mort le 3 juin 1925.

L’entrée de l’observatoire et le grand cadran solaire. © Jean-Baptiste Feldmann

Continuer la lecture

Comment photographier un paysage sous la Lune

Vous avez envie d’immortaliser un joli paysage au clair de Lune ? Voici quelques conseils pour réussir des images originales.

Il y a un peu plus d’un an je vous expliquais comment photographier une rotation d’étoiles. Je vous propose aujourd’hui de découvrir quelques conseils pour photographier des paysages sous la Lune, l’occasion de révéler la nature ou les réalisations architecturales avec comme compagnon céleste notre satellite naturel.

Le premier point, et il est d’importance, est de repérer un endroit photogénique qui sera dans votre champ de vision quand vous allez photographier la Lune. Continuer la lecture

Art : Space Glass, de petites galaxies incluses dans du verre

Deux jeunes souffleurs de verre installés en Bretagne ont imaginé Space Glass, une collection de jolis bijoux évoquant le cosmos.

Maëlle Le Rolland (27 ans) et Colin Gérard (29 ans) forment un jeune couple de verriers qui a installé un atelier saisonnier (Just Glass it) sur l’île de Bréhat au printemps 2016. C’est là qu’ils réalisent des bijoux et des objets en verre en pratiquant la technique du filage du verre au chalumeau.

Colin Gérard, qui est également un passionné d’astronomie, a découvert il y a un peu plus de deux ans le travail d’un artiste verrier japonais, Satoshi Tomizu, qui parvient à emprisonner des paysages cosmiques à l’intérieur de bulles de verre soufflé. Continuer la lecture

Passion partagée : l’alignement planétaire du 12 février

Je vous propose de découvrir dans cette nouvelle rubrique des images réalisées par des amateurs désireux de partager leur passion pour le ciel. 

Dans un précédent article, j’invitais les astronomes amateurs à partager leur passion sur CIELMANIA. C’est Louis Rouxel (Escapades photos) qui a répondu le premier à cet appel. Fidèle lecteur de ce blog, Louis se décrit comme un photographe amateur amoureux de la faune, la flore, les paysages forestiers, les bords de mer, les voyages, les rencontres… et le ciel étoilé.

Il nous propose cette image de l’alignement planétaire visible à l’aube du 12 février réalisée à Plédéliac dans les Côtes d’Armor
à son domicile, le boîtier posé sur la gouttière ! Continuer la lecture

Astronomes amateurs, partagez votre passion !

CIELMANIA offre la possibilité aux astronomes amateurs de présenter leur travail dans ses colonnes. C’est le moment de partager votre passion !

Vous êtes des milliers en France à aimer le ciel étoilé : observateurs assidus, astrodessinateurs (comme Michel Deconinck, l’aquarelliste du ciel nocturne), concepteurs d’instruments ou tailleurs de miroirs (à l’image de Sébastien Moindrot), astrophotographes (lire par exemple le portrait de Guillaume Doyen)…, tous regroupés dans la famille des astronomes amateurs. Vous avez envie d’offrir à votre passion une audience plus importante que celle de votre galerie d’images ou de votre blog ?

Une très belle lunette astronomique opérationnelle durant les Rencontres Astronomiques de Printemps. © Jean-Baptiste Feldmann

CIELMANIA vous ouvre ses colonnes pour partager votre passion et la rendre visible auprès d’un plus large public. Voici comment faire.   Continuer la lecture

En vidéo : le LSST (Large Synoptic Survey Telescope)

Le LSST (Large Synoptic Survey Telescope) sera l’un des télescopes les plus puissants du monde dans les années 2020. Présentation en vidéo.

Les chiffres annoncés pour le LSST donnent le vertige : ce télescope de 8,4 mètres de diamètre (actuellement en construction au Chili), équipé de la plus puissante caméra numérique jamais réalisée, devrait être capable de photographier la totalité du ciel visible de l’hémisphère sud en seulement 3 nuits en prenant une image de 9,6 degrés carrés (soit 47 fois la taille de la Pleine Lune) toutes les 20 secondes !

Chaque portion du ciel sera observée en moyenne 80 fois par an pendant 10 ans, à raison de 30 téraoctets de données collectées chaque nuit. Cette vidéo de Guillaume Doyen nous permet de découvrir cet incroyable télescope.  Continuer la lecture

Opportunity : 14 ans sur la planète Mars !

C’est le rover de tous les records : sur Mars, Opportunity vient de fêter son quatorzième anniversaire et poursuit son exploration de la Planète rouge.

Quand le 25 janvier 2004 le rover Opportunity s’est posé sur la planète Mars dans la région de Meridiani Planum près de l’équateur, personne n’imaginait qu’il serait toujours vaillant 14 ans plus tard (malgré quelques petits problèmes de mémoire qui nécessitent chaque soir de transmettre à la Terre les images acquises pendant la journée).

Spirit, son jumeau, a eu moins de chance : ensablé au pied des collines Columbia depuis janvier 2010 après six années d’exploration et 8 kilomètres parcourus, le rover immobile n’a jamais pu réorienter ses panneaux solaires pour produire l’énergie nécessaire et survivre à l’hiver martien. Continuer la lecture

La longue-vue, un bon choix pour débuter en astronomie

On n’y pense pas toujours, mais la longue-vue est un instrument qui convient très bien pour s’initier à l’observation du ciel.

Combien de télescopes et de lunettes astronomiques dorment dans leur emballage, leurs acquéreurs ayant renoncé à pouvoir les mettre en service ? Combien de vocations réduites à néant devant la complexité des réglages des montures et des optiques ? L’enthousiasme du débutant retombe souvent quand il ouvre les cartons contenant l’instrument tant désiré ; sans parler des achats destinés aux enfants et qui se révèlent rapidement inadaptés.

Et si vous envisagiez l’achat d’une longue-vue ? Faisons le tour des avantages qu’offrent ces instruments qu’on ne pense pas forcément à pointer vers les étoiles. Continuer la lecture

Carbondale : deux éclipses totales de Soleil en 7 ans !

Tout juste sortie de l’éclipse totale du 21 août 2017, la ville américaine de Carbondale a rendez-vous avec son prochain Soleil noir dans seulement 7 ans !

Selon les experts de la NASA, il faut attendre en moyenne 375 ans pour revoir une éclipse totale de Soleil en restant au même endroit. Voilà qui explique pourquoi les passionnés de Soleil noir sont dans l’obligation de parcourir plusieurs milliers de kilomètres chaque fois qu’ils veulent en admirer une.

Ce fut le cas le 21 août dernier où des milliers d’étrangers sont allés aux USA pour se placer dans l’ombre de la Lune (comme l’a fait le français Olivier Sauzereau), sans parler des millions d’Américains qui se sont rendus sur la ligne de centralité.

Continuer la lecture

Au Portugal, le couvent d’Orada sous la Voie lactée

Joyau architectural en cours de rénovation dans la Réserve touristique de ciel étoilé d’Alqueva au Portugal, voici le couvent d’Orada sous les étoiles.

Le couvent d’Orada se trouve près du village de Telheiro, au pied d’une colline sur laquelle est implantée la petite ville de Monsaraz. Située au cœur de la plaine de l’Alentejo, cette région est incluse dans le périmètre de la première Réserve touristique de ciel étoilé au monde à Alqueva. La « Dark Sky Alqueva Reserve » a vu le jour en 2009 à l’occasion de l’Année mondiale de l’astronomie.

Dans une région qui compte en moyenne 286 nuits claires par an et un très faible taux d’humidité, les municipalités se sont engagées à limiter l’éclairage nocturne à l’intérieur d’une zone qui s’étend sur 3.000 km² autour du lac d’Alqueva, plus grand lac artificiel d’Europe.

Continuer la lecture