Archives pour l'étiquette Jean Dominique Cassini

Saturne, la planète qui fait naître des vocations

Par sa beauté, Saturne est sans aucun doute l’astre qui fascine le plus ceux qui regardent pour la première fois dans un télescope.  

Saturne est la plus éloignée et la moins lumineuse des cinq planètes que l’on peut observer à l’œil nu. Sa magnitude apparente peut atteindre 0 lors des oppositions (la dernière opposition a eu lieu le 27 juin) qui se produisent en moyenne tous les 378 jours. À cette époque la sixième planète du Système solaire se situe à environ 9 unités astronomiques de nous, un peu plus de 1,34 milliard de km tout de même.

Observation de Saturne dans un télescope. © Jean-Baptiste Feldmann/CIELMANIA

En raison de son éclat et de son mouvement apparent, on peut penser que Saturne est observée depuis la préhistoire, mais c’est au XVIIème siècle que l’on va découvrir la particularité de cet astre.  Continuer la lecture

Quand le satellite Europe projette son ombre sur Jupiter

Cette incroyable image montre l’ombre d’Europe, l’un des satellites de Jupiter, en train de se projeter sur la Grande tache rouge. 

L’image est ancienne et pourtant elle fait toujours rêver ; prise par la sonde américaine Galileo le 22 mai 2000, elle montre l’ombre d’une des lunes de Jupiter (Europe) qui se projette sur la Grande tache rouge, un gigantesque anticyclone d’environ 15.000 km de long que l’on peut observer depuis sa découverte par l’astronome Jean-Dominique Cassini en 1665.

Cette tache située à 22° sud de latitude dans laquelle le vent circule à près de 700 km/h est un peu plus grande que la Terre mais elle a beaucoup rétréci depuis 350 ans qu’on l’étudie. Continuer la lecture

Partez à la recherche de la discrète lumière zodiacale

Beaucoup moins brillante que la Voie lactée, la lumière zodiacale se révèle à certaines époques de l’année sous les ciels les plus noirs.

La lumière zodiacale est la diffusion de la lumière solaire par la poussière interplanétaire constituée de minuscules grains de glace et de poussière abandonnés par les comètes. Ces particules se concentrent principalement dans le plan de l’écliptique, une bande céleste où l’on trouve le Soleil, la Lune, les planètes et les constellations du zodiaque, d’où son nom.

lumiere_zodiacale

L’observation de la lumière zodiacale remonte fort loin ;  le savant et poète persan Omar Khayyam, qui vécut au XIème siècle, l’avait surnommée la main gauche de l’aube. Continuer la lecture

En vidéo : la lumière zodiacale dans le désert d’Atacama

Une nouvelle vidéo proposée par l’ESO nous explique ce qu’est la lumière zodiacale, cette faible lueur qui se révèle sous le ciel noir du désert d’Atacama. 

L’observation de la lumière zodiacale remonte fort loin ;  le savant et poète persan Omar Khayyam, qui vécut au XIème siècle, l’avait surnommée la main gauche de l’aube. On l’appelle aussi fausse aurore, tant sa forme triangulaire pointée vers le zénith en fin de nuit peut créer la confusion avec l’aube naissante. Mais le phénomène est observable également le soir :

Avant d’aller dormir, nous avons fait ensemble quelques pas sur le sentier qui conduit au cimetière… Maman a dit : « Cette clarté du ciel est la lumière zodiacale, l’été sera long et chaud ». (extrait de l’Âme de l’épervier de Jean Carrière).

La lumière zodiacale est la diffusion de la lumière solaire par la poussière interplanétaire constituée de minuscules grains de glace et de poussière abandonnés par les comètes. Ces particules se concentrent principalement dans le plan de l’écliptique, une bande céleste où l’on trouve le Soleil, la Lune, les planètes et les constellations du zodiaque, d’où son nom. Continuer la lecture

23 février : Jupiter avait rendez-vous avec la Lune

Quelques jours avant son passage au plus près de la Terre, la brillante Jupiter a passé la nuit aux côtés de la Lune presque Pleine.

Le 8 mars prochain Jupiter sera en opposition, la meilleure période pour l’observer puisque la planète gazeuse géante sera à l’opposé du Soleil par rapport à nous (elle se lèvera quand notre étoile se couchera). Jupiter, observable toute la nuit dans la constellation du Lion, sera également à sa plus courte distance de la Terre, 664 millions de km, soit un diamètre apparent de 44,4 sec d’arc. La précédente opposition de la planète géante avait eu lieu le 6 février 2015 avec un diamètre apparent de 45,3″.

En vidéo : de nouvelles images de la Grande Tache Rouge sur Jupiter

C’est donc le moment idéal pour pointer une petite lunette astronomique en direction de la cinquième planète du Système solaire. Avec un grossissement de quelques dizaines de fois vous pourrez admirer le ballet des 4 principaux satellites découverts en 1610 par Galilée : Io, Europe, Ganymède et Callisto.

Continuer la lecture

De mystérieuses lignes rouges sur le satellite Téthys

La sonde Cassini a photographié d’étonnants arcs de cercle rougeâtres à la surface de Téthys, l’une des lunes glacées de la planète Saturne.

Même si Saturne est une planète délicate à observer (elle est actuellement assez basse sur l’horizon sud dans la constellation de la Balance), la mission Cassini nous permet d’admirer en haute résolution la planète aux anneaux et ses satellites, dont Téthys, un corps glacé d’un peu plus de 1000 km de diamètre découvert en 1684 par l’astronome Jean-Dominique Cassini.

tethys

La sonde américaine a survolé Téthys en avril 2015 à une distance de 53 000 km, réalisant de nouvelles images à travers différents filtres destinés à mettre en évidence de subtiles différences de couleurs.

Continuer la lecture

La sonde Cassini survole Dioné, un des satellites de Saturne

Le 16 juin la sonde Cassini est passée à un peu plus de 500 kilomètres de Dioné, l’une des nombreuses lunes de la planète Saturne.

Après Hypérion le 29 mai dernier, c’est au tour de Dioné de recevoir la visite de Cassini, la sonde américaine qui explore Saturne et sa banlieue depuis 2004.

dione_1

Dioné est un satellite de 1100 kilomètres de diamètre qui a été découvert par l’astronome Jean-Dominique Cassini en 1684.

Continuer la lecture

3 mai 1715 : l’éclipse solaire d’Edmond Halley

Il y a 300 ans, le vendredi matin 3 mai 1715, une éclipse totale de Soleil plongeait Londres dans le noir. elle fut nommée éclipse de Halley en hommage à l’astronome britannique Edmond Halley qui en calcula avec précision le déroulement.

carte_eclipse_halley

Edmond Halley (1656-1742) est surtout connu pour la comète de 1682 dont il détermina la périodicité de 76 ans. Même si Halley ne vit jamais le retour de sa comète en 1758, elle porte désormais son nom. Halley , qui se passionna pour l’étude des astres dès son plus jeune âge, consacra sa vie à l’observation du ciel et calcula un grand nombre d’événements astronomiques.

Continuer la lecture

Des croissants de lunes autour de Saturne

Il ne se passe pas une semaine sans que la mission Cassini-Huygens ne nous envoie de nouvelles images de Saturne et de ses lunes, et avouons qu’elles sont toujours aussi étonnantes, plus d’une décennie après la mise en orbite de la sonde Cassini autour de la planète géante aux anneaux.

titan2

En voici un nouvel exemple avec ce cliché réalisé le 25 mars dernier et reçu sur Terre 4 jours plus tard. Il s’agit d’une image qui sera traitée ultérieurement par la NASA mais qui a déjà été mise à disposition du public sur le site de la mission et qui a été colorisée par Val Klavens.

Continuer la lecture

Saturne dans l’ombre des anneaux

Saturne est la sixième planète du Système solaire en partant du Soleil, la seconde par la taille après Jupiter (ces deux planètes sont des géantes gazeuses). Mais ce sont ses anneaux qui rendent la planète Saturne fascinante.

Galilée les découvre en 1610 à l’aide de sa petite lunette astronomique mais ne comprend pas ce dont il s’agit. Christian Huygens suppose le premier en 1654 que Saturne est une planète entourée par des anneaux, et 20 ans plus tard Jean Dominique Cassini imagine que ces anneaux sont constitués d’une multitude de petits corps en orbite autour de la planète.

En hommage à ces deux scientifiques, on a surnommé Cassini l’orbiteur qui survole Saturne et ses satellites depuis 2004, et Huygens la sonde qui s’est posée sur le satellite Titan en janvier 2005.

saturne2

La sonde Cassini a réalisé cette image au mois d’août dernier, alors qu’elle se trouvait à 1,7 million de kilomètres de Saturne (la résolution est de 102 km par pixel). Le satellite Téthys est visible en bas à droite.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser ce cliché, la région du pôle sud de Saturne (en bas à gauche) n’est pas entourée de bandes. Il s’agit seulement de l’ombre des anneaux éclairés par le Soleil qui se projette sur cet hémisphère. Quant aux anneaux eux-même, ils sont visibles de profil sous la forme d’une mince bande lumineuse au niveau de l’équateur de Saturne.