Tous les articles par Jean-Baptiste FELDMANN

L’ESO fête les 50 ans de son observatoire de La Silla

Le plus ancien observatoire de l’ESO (Observatoire Européen Austral), celui de La Silla dans les Andes chiliennes, fête ses 50 ans.

Un ciel exceptionnel :

À 600 kilomètres au nord de Santiago du Chili, l’ESO a inauguré en 1969 son premier observatoire, La Silla. Celui-ci est construit à 2.400 mètres d’altitude. Un choix de l’Observatoire Européen Austral mûrement réfléchi puisque l’endroit est réputé pour la qualité de ses nuits. Vous pouvez même aller le vérifier par vous-même ! Pour cela il vous suffit de faire appel à une agence d’astrotourisme comme Terre Constellée.

L’Observatoire de La Silla dans les Andes chiliennes. © ESO

Absence de pollution lumineuse, ciel dégagé la plus grande partie de l’année (mais il neige parfois) et très faible humidité sont les atouts de cette région. Le ciel est tellement noir que les astronomes ont régulièrement l’occasion d’admirer l’airglow, un phénomène de chimiluminescence. Continuer la lecture

1858 : la comète Donati au-dessus de Notre-Dame de Paris

Le spectaculaire passage de la comète Donati au-dessus de la cathédrale Notre-Dame de Paris en octobre 1858 fut immortalisé par un dessin.    

Une comète italienne :

Après l’incendie qui a ravagé une partie de Notre-Dame de Paris le 15 avril, chacun cherche des souvenirs de cette illustre cathédrale qui a subi le même sort que celle de Reims en septembre 1914. Pour les astronomes, c’est avec la comète Donati (C/1858 L1) qu’on retrouve le prestigieux édifice.

La comète Donati au-dessus de Notre-Dame de Paris le 4 octobre 1858. Dessin réalisé par E. Guillemin et Ph. Benoist

La comète fut découverte le 2 juin 1858 par Giovanni Battista Donati. Cet astronome italien travaillait alors à l’Observatoire de Florence, la ville où observa avant lui Galilée. Continuer la lecture

Que voir ce soir sur la Lune avec une longue-vue (première partie) ?

Une simple longue-vue ou une petite lunette astronomique permettent de merveilleuses observations lunaires. Découvrons la région de Platon et Vallis Alpes.

Dans le cadre du cinquantenaire du Premier Homme sur la Lune (On the Moon Again), je vous propose de retrouver tout au long de cette année 2019 des articles consacrés à notre satellite naturel. Publiés les années précédentes, ils sont toujours d’actualité.

Ce soir je vous entraîne dans l’hémisphère nord lunaire du côté de Platon (un cratère d’impact de 100 km de diamètre très sombre) et de Vallis Alpes, longue cicatrice de 166 km de long.

Lire la suite…

Comment repérer ce soir M 87, la galaxie au célèbre trou noir

Vous avez envie de localiser la galaxie M 87, devenue une vedette depuis le 10 avril avec la publication de la première image de son trou noir ? Suivez le guide. 

Une galaxie désormais incontournable :

M 87 est depuis hier la vedette des médias. Vous en connaissez la raison : elle nous a offert la première image d’un trou noir. Cette galaxie se situe dans la constellation de la Vierge, à environ 60 millions d’années-lumière de nous. Elle a été découverte en 1781 par Charles Messier. Cet astronome français, qui cherchait la comète de Halley, l’avait confondue avec une nébuleuse. Il décida alors d’éviter ce genre d’erreur en réalisant un catalogue des objets nébuleux. Messier 87 fait partie des 110 objets célestes répertoriés. D’autres objets Messier sont bien connus comme M 31 (la galaxie d’Andromède) ou M 45 l’amas des Pléiades.

Spectaculaire zoom sur le trou noir situé dans la galaxie M 87. © ESO

M 87 est une galaxie elliptique dont le diamètre apparent est égal au quart de celui de la Pleine Lune. Avec sa magnitude de 8,6 on l’observe comme une petite tache floue (loin de toute pollution lumineuse) dans une longue-vue de 100 millimètres de diamètre.

Continuer la lecture

Pourquoi les mers lunaires ont-elles de drôles de noms ?

C’est au XVIIe siècle, avec l’apparition du télescope, que les astronomes vont donner des noms (toujours en usage) aux différentes formations lunaires.  

Dans le cadre du cinquantenaire du Premier Homme sur la Lune (On the Moon Again), je vous propose de retrouver tout au long de cette année 2019 des articles consacrés à notre satellite naturel. Publiés les années précédentes, ils sont toujours d’actualité.

Aujourd’hui il est question de nomenclature lunaire…

Carte lunaire de Grimaldi et Riccioli parue dans l’Almagestum Novum en 1651.

Si vous regardez une carte lunaire, vous serez sans doute surpris par certaines désignations comme le Marais de la Putréfaction, la Mer des Humeurs ou encore l’Océan des Tempêtes. D’où viennent donc ces noms et qui furent les premiers maîtres de la sélénographie, la science qui se consacre à l’étude des formations lunaires ?

Lire la suite…

 

En vidéo : les nuits étoilées de la Lituanie

Encore relativement préservée de la pollution lumineuse, la Lituanie offre de belles nuits étoilées comme le prouve cette vidéo.

La Lituanie est un petit pays de moins de trois millions d’habitants. Située au bord de la Mer Baltique, sa superficie est équivalente au 1/10e de celle de la France. Coincée entre la Russie, la Biélorussie, la Lettonie et la Pologne, la Lituanie a peu de grandes villes. Vilnius et Kaunas comptent respectivement 600.000 et 400.000 habitants.

La pollution lumineuse est donc relativement limitée. Mais la situation est moins enviable qu’en Hongrie, pays qui compte déjà trois réserves de ciel étoilé.  Continuer la lecture

Succès pour la première édition du festival Étoile du Sud

Ce weekend se déroulait la première édition du Festival Étoile du Sud à Bouray-sur-Juine dans l’Essonne. Un joli succès pour les organisateurs. 

Les festivals d’astronomie ne sont pas réservés qu’aux seules grandes métropoles. On connaissait celui de Tautavel (la douzième édition est en préparation). Désormais il faudra compter avec celui de Bouray-sur-Juine. Cette commune de  2.300 habitants se trouve à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris. C’est là que s’est déroulée du 5 au 7 avril la première édition du Festival Étoile du Sud. Continuer la lecture

Superbe occultation de Saturne par la Lune le 29 mars

Dans la seconde partie de la nuit du 29 mars on pouvait admirer l’occultation de Saturne par notre satellite naturel depuis certains pays. 

Deux rapprochements en deux jours :

La semaine passée nous a offert deux jolis spectacles célestes. Le mercredi 27 mars avait lieu un spectaculaire rapprochement Lune-Jupiter. Puis le vendredi 29 mars à 4 heures du matin je me suis relevé pour photographier un autre rendez-vous cosmique. Cette fois il s’agissait d’un rapprochement apparent entre Saturne et la Lune. En France moins d’un degré séparait les deux astres.

Rapprochement entre la Lune et Saturne le 29 mars. © Jean-Baptiste Feldmann

Cependant, si l’on prenait la peine de se déplacer, on pouvait assister à une occultation. Ce fut le cas par exemple pour les observateurs situés en Afrique du Sud. Grant Petersen était de ceux-là : il a immortalisé ce spectacle depuis Johannesburg.

Saturne disparaît derrière la Lune le 29 mars. © Grant Petersen

Continuer la lecture

Les astronomes amateurs découvrent encore des nébuleuses

On croyait les découvertes astronomiques désormais réservées aux professionnels. Avec les nébuleuses planétaires les amateurs ont encore leur mot à dire.

Agonie stellaire :

Qu’on ne s’y trompe pas, les nébuleuses planétaires (NP) ne doivent leur nom qu’à leur aspect circulaire. C’est ce qui les faisait passer pour des planètes dans les télescopes imparfaits de nos aïeux. Il s’agit en réalité d’une enveloppe gazeuse éjectée par des étoiles très chaudes. Elles deviennent instables en fin de vie, lorsqu’elles ont atteint le stade de naine blanche. Les astronomes estiment que notre Galaxie pourrait compter 30.000 NP dont seulement 10% ont été découvertes à ce jour.

Messier 97, la nébuleuse du Hibou dans la Grande Ourse. © Keith Quattrocchi

Certaines NP sont particulièrement célèbres, comme Messier 97 (le Hibou, image ci-dessus) ou Messier 27 (la nébuleuse Dumbbell ci-dessous). Mais la majorité d’entre elles sont beaucoup plus discrètes et peuvent être découvertes par des astronomes amateurs motivés. Continuer la lecture

Que voir dans le ciel nocturne au mois d’avril 2019

Quelques jolis rendez-vous planétaires et une multitude de galaxies à traquer dans un ciel noir sont au rendez-vous de ce mois d’avril.

Le mois des galaxies :

En avril on déconseille de se découvrir d’un fil. Mais rien n’empêche de profiter des nuits encore relativement longues et plus douces pour prendre du bon temps sous le ciel étoilé. Ce mois-ci est idéal pour partir à la découverte de nombreuses galaxies. Elles peuplent les constellations de la Vierge (Messier 49, 58, 59, 60, 61, 84, 86, 87, 104), du Lion (Messier 65, 66, 95, 96, 105) ou encore de la Chevelure de Bérénice (Messier 64, 85, 88, 98). Cette liste vous propose des galaxies repérables avec une paire de jumelles de 50 mm de diamètre. Une longue-vue ou un petit télescope vous permettront de mieux les distinguer.

Pensez aux clubs pour une soirée d’observation de galaxies. © Jean-Baptiste Feldmann

Le plus délicat est de savoir où pointer : soit vous vous armez d’une bonne carte du ciel (ou vous consultez ce mini-guide) et vous cheminez d’étoile en étoile jusqu’à votre cible, soit vous participez à une soirée d’observation organisée par un club. En attendant, voici quelques rendez-vous célestes à ne pas manquer (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision). Continuer la lecture

Admirez l’alignement Bételgeuse-Aldébaran-planète Mars

On pouvait admirer trois astres orangés alignés dans la soirée du 30 mars : les étoiles Bételgeuse et Aldébaran ainsi que la planète Mars.

Un beau trio orangé :

Avez-vous regardé le ciel au crépuscule dans la soirée du 30 mars ? En levant la tête, vous pouviez contempler un joli spectacle. Trois astres orangés semblaient posés sur une ligne céleste imaginaire. Il s’agissait d’EST en OUEST de Bételgeuse, Aldébaran et la planète Mars.

Trois astres orangés alignés au crépuscule le 30 mars. © Jean-Baptiste Feldmann

Cet alignement céleste est visible pour quelques soirs comme vous le constaterez sur la carte interactive proposée par Stelvision :

Découvrons en détail les trois protagonistes de ce spectacle céleste. Nous commencerons par la supergéante rouge la plus proche de la Terre (500 années-lumière). Continuer la lecture

En vidéo : les ciels étoilés du peintre Vincent Van Gogh

Parmi une multitude d’ œuvres, l’artiste Vincent Van Gogh (1853-1890) a aussi peint des ciels étoilés. Des tableaux tourmentés mais scientifiquement exacts.

Une décennie de chefs-d’œuvres :

Né le 30 mars 1853 aux Pays-Bas, Vincent Van Gogh ne découvre la peinture qu’à l’âge de 27 ans. En une seule décennie (il meurt le 29 juillet 1890 en France à Auvers-sur-Oise) il réalise plus de 2.000 toiles et dessins. Un certain nombre de ses tableaux montrent des paysages nocturnes. En 1888 il s’installe à Arles puis à Saint-Rémy un an plus tard. C’est son déménagement dans le sud de la France qui lui fait découvrir la beauté des ciels étoilés.

La Nuit étoilée est une huile sur toile réalisée en juin 1889 par Vincent Van Gogh.

Vincent Van Gogh est par ailleurs fasciné par l’astronomie. C’est l’époque où cette science se démocratise à travers les livres de Camille Flammarion et de Jules Verne. Il est aussi un grand admirateur de Giotto et de son « Adoration des Mages ». Dans ce tableau le peintre florentin a immortalisé la comète de Halley. L’œuvre a été réalisée en l’an 1304, trois ans après un passage très spectaculaire de l’astre chevelu. Continuer la lecture

Spectaculaire rapprochement entre la Lune et Jupiter

À l’aube du 27 mars la Lune décroissante est passée à moins de 2 degrés apparents de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire.

Une question de perspective :

Regardez la Lune dans le ciel : vous verrez qu’elle passe à proximité de nombreuses étoiles et parfois de planètes. Vous observerez plus rarement des occultations, quand la Lune masque ces astres. Bien entendu il ne s’agit que de rapprochements apparents car notre satellite naturel est beaucoup plus près. Vous le voyez naviguer en moyenne à 400.000 kilomètres de nous. Une broutille si je vous dis que la distance entre la Terre et les planètes se compte en dizaines ou centaines de millions de kilomètres. Et si vous vous penchez sur la distance des étoiles, vous verrez qu’elle se mesure en années-lumière.

Spectaculaire rapprochement Lune-Jupiter le 27 mars. © Jean-Baptiste Feldmann

Bien qu’apparents, ces rapprochements sont spectaculaires quand la distance entre les deux astres est minime. Je vous invite à surveiller les dates des plus beaux rapprochements, ceux entre la Lune et Saturne. Vous vous souvenez peut-être de celui qui avait eu lieu dans la soirée du 11 novembre 2018. Mais le 27 mars en fin de nuit c’est Jupiter qu’on pouvait admirer à moins de 2° de Séléné. Continuer la lecture

Vu du ciel, Phobos survole le cratère martien Herschel

Retour sur une incroyable image réalisée en 1977 par l’orbiteur Viking 1 qui survola le satellite Phobos sur fond de cratère martien.

Les deux satellites naturels de Mars, Phobos et Deimos, ont été découverts en 1877 à l’occasion d’une opposition particulièrement favorable : le 5 septembre la Planète rouge n’était qu’à 56,2 millions de kilomètres de nous et de nombreux télescopes essayèrent alors d’en percer quelques-uns des secrets. À l’Observatoire naval de Washington (USNO) l’astronome Asaph Hall avait décidé dès le mois d’août de chercher d’éventuels satellites. Ne voyant rien, il était prêt à abandonner son projet mais sa femme Angelina Stickney l’exhorta à ne pas renoncer : Hall retourna observer… et découvrit Deimos le 12 août 1877 et Phobos 5 jours plus tard !

Phobos se glisse entre l’orbiteur Viking 1 et la planète Mars. © NASA/Michael Benson

L’image ci-dessus a été prise presque un siècle plus tard, le 26 septembre 1977, par Viking Orbiter 1 et colorisée en 2003 par l’artiste Michael Benson. Continuer la lecture

Zoom sur Messier 61, une magnifique galaxie spirale

Vue de face, la galaxie Messier 61 nous offre un spectacle saisissant dans le grand télescope de l’Observatoire Européen Austral (ESO).

Les astronomes connaissent bien l’amas de la Vierge, une concentration de plus de 1.500 galaxies assez proches de nous (entre 50 et 70 millions d’années-lumière) qui fut découverte par Charles Messier à la fin du XVIIIe siècle. Cet astronome français classa les 16 plus brillantes de ces galaxies dans son célèbre catalogue, dont la fameuse galaxie du Sombrero, M 104. Attardons-nous sur l’une d’entre elles, la superbe galaxie spirale Messier 61 située à 55 millions d’années-lumière de nous.

Messier 61 est une galaxie spirale située dans la constellation de la Vierge. © ESO

Si elle est assez discrète dans un télescope d’amateur avec une magnitude de 10, la galaxie M 61 révèle toute sa beauté dans un grand instrument, comme nous le prouve cette image proposée par l’ESO. Continuer la lecture

Le 20 mars admirez la Pleine Lune de l’Équinoxe

Ce mercredi 20 marque le début du printemps dans l’hémisphère nord, c’est l’Équinoxe de mars. Il coïncide avec la Pleine Lune à regarder ce soir.

Le changement de saison n’a rien d’arbitraire ; il est dicté par le mouvement apparent du Soleil. Au cours de l’Équinoxe notre étoile coupe l’équateur céleste (qui n’est que la projection sur la voûte céleste de notre équateur terrestre). Le franchissement de l’équateur céleste par le Soleil s’effectue dans le sens SUD-NORD le 20 mars (c’est la même date depuis 2008 et ça le restera jusqu’en 2043) et se fera dans le sens NORD-SUD à l’occasion de l’équinoxe d’automne.

La Pleine Lune à l’aube du 20 mars, jour de l’Équinoxe. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette année ce passage d’une saison à l’autre s’effectue à 22 heures, mois de 3 heures avant la Pleine Lune dont il ne faudra pas manquer le lever ce soir. Continuer la lecture

La Chine construit le plus grand planétarium du monde

En Chine la ville de Shanghai accueillera le plus grand planétarium du monde (38.000 m²) dont l’ouverture est prévue en 2021.

La Chine possédera bientôt son second planétarium après celui de Pékin construit en 1957. Il se trouvera à Shanghai, la plus grande ville du pays avec plus de 20 millions d’habitants. Autant dire que le ciel nocturne de cette mégapole ne montre aucune étoile, tant la pollution lumineuse y est importante. Ce futur planétarium, une succursale du Musée des sciences et de la technologie, est en construction dans la ville nouvelle de Lingang (district de Pudong) à 90 kilomètres au sud-est du centre de Shanghai et cet édifice sera le plus grand du monde quand il entrera en service en 2021.

Maquette du futur planétarium géant de Shanghai. © Ennead

C’est le cabinet d’architecture américain Ennead qui a imaginé ce nouveau lieu de culture scientifique dont la construction s’appuie uniquement sur une maquette numérique 3D. Continuer la lecture

Une soirée sous la Lune et le ciel étoilé de cette fin d’hiver

L’hiver prend fin et les constellations qui y sont associées vont bientôt laisser leur place ; l’occasion de leur consacrer une dernière soirée.  

Le 20 mars ce sera l’Équinoxe et nous tournerons définitivement le dos à l’hiver. Ce samedi 16 mars j’avais envie de profiter de la belle nuit qui s’annonçait pour admirer une dernière fois les grands classiques du ciel d’hiver. Avec Vincent et Éric, deux membres de la Société Astronomique de Bourgogne, nous avons chargé un télescope Dobson de 250 mm de diamètre et une belle paire de jumelles direction les hauteurs de Nuits-Saint-Georges.

Soirée sous les étoiles et la Lune à la fin de l’hiver. © Jean-Baptiste Feldmann

48 heures après le Premier Quartier nous avions abandonné l’idée d’un quelconque marathon Messier, sachant que le lampadaire sélène allait être suspendu au-dessus de nos têtes une grande partie de la nuit, mais l’envie était forte de pointer les objets célestes qui ne seront bientôt plus visibles en soirée. Continuer la lecture

Westerlund 1, l’amas d’étoiles qui intrigue les astronomes

Plusieurs instruments viennent de fournir une image inédite d’un amas, Westerlund 1, dont certaines étoiles présentent de curieuses queues.

Westerlund 1 (connu également sous le matricule ESO 277-12) est un jeune amas ouvert (son âge est estimé à 3 millions d’années) composé d’environ 200.000 étoiles et situé à presque 15.000 années-lumière dans la constellation australe de l’Autel. Il a été découvert en 1961 par Bengt Westerlund, un astronome suédois spécialisé dans l’étude des populations stellaires et des Nuages de Magellan.

Westerlund 1 est un amas d’étoiles situé dans la constellation de l’Autel. © ESO/ALMA

Pour sonder ce groupe d’étoiles, l’un des plus massifs et des plus jeunes que l’on peut observer dans la Voie lactée, les astronomes de l’Observatoire Européen Austral (ESO) ont combiné les données fournies par deux instruments : ALMA, (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array), un observatoire radiomillimétrique et submillimétrique installé à plus de 5.000 mètres d’altitude sur le plateau de Chajnantor dans le désert d’Atacama au Chili, et le télescope spatial Hubble. Continuer la lecture

Rendez-vous céleste : la jeune Lune aux côtés de Mars

Au cours de la soirée du 11 mars on pouvait admirer un joli rendez-vous entre la jeune Lune et la planète Mars qui continue de s’éloigner de nous.

C’est reparti pour une nouvelle lunaison : depuis le 6 mars, date de la Nouvelle Lune, on peut admirer chaque soir le croissant de notre céleste voisine qui ne cesse de gonfler. Cette période qui précède le Premier Quartier (ce sera le 14 mars) est celle de la jeune Lune, par opposition à la vieille Lune que l’on observe à l’aube en fin de lunaison.

La jeune Lune et la Planète rouge dans la soirée du 11 mars. © Jean-Baptiste Feldmann

Ce 11 mars notre satellite naturel se trouvait dans la constellation de la Baleine, à quelques encablures de la planète Mars. Continuer la lecture