Archives pour l'étiquette Jupiter

Alignement planétaire : que verra-t-on vraiment le 3 juin ?

L’info fait actuellement le buzz : pourrons-nous observer six planètes alignées à l’aube du 3 juin ? Pas vraiment, et voici pourquoi. 

Faux scoop :

Depuis quelques jours, certains médias nous promettent l’observation de six planètes réunies à l’aube du lundi 3 juin. L’événement est annoncé comme rarissime et les superlatifs ne manquent pas. En consultant une application comme Stellarium, on remarque effectivement qu’il y a bien un regroupement planétaire à l’Est. S’étirant le long de l’écliptique, on trouve en partant de l’horizon Est Jupiter, Mercure, Uranus, Mars, Neptune et Saturne. Le montage ci-dessous permet de visualiser cet alignement :

Alignement planétaire à l’aube du 3 juin 2024. Seules Saturne, Mars et Jupiter sont observables. © Cielmania

Ne manque à l’appel que Vénus (la brillante étoile du Berger), inobservable actuellement avant son retour en soirée cet été. Mais attention, toutes les planètes n’ont pas le même éclat. N’espérez pas voir Neptune, Uranus ni même Mercure : leur luminosité est insuffisante pour qu’on puisse les distinguer dans un ciel clair. Quant à Jupiter, des jumelles seront peut-être nécessaires pour la localiser dans les lueurs de l’horizon. Continuer la lecture

La comète 12P/Pons-Brooks file vers l’horizon

Le 10 avril, au-dessus de l’horizon Ouest, on pouvait observer la discrète comète 12P/Pons-Brooks sous la jeune Lune et Jupiter. 

Comète au crépuscule :

Il vous reste peu de temps pour repérer 12P/Pons-Brooks au-dessus de l’horizon. La comète du moment file en direction du Soleil et ne sera bientôt plus observable. Comme je vous l’avais déjà laissé entendre, cet astre chevelu n’est pas vraiment spectaculaire. Dans une paire de jumelles, sous un ciel de campagne, elle se montre timidement. La photo ci-dessous, réalisée avec un objectif de 50 millimètres monté sur un boîtier Nikon D7100, illustre bien le peu d’éclat de cette lointaine visiteuse :

Le cliché a été réalisé le 10 avril peu après 21 heures. Cinq secondes de pose à 4000 iso ont été nécessaires pour visualiser l’astre chevelu. Rien de comparable avec par exemple la comète Neowise durant l’été 2020. Pour apprécier pleinement les splendeurs dans le sillage de la comète 12P/Pons-Brooks, il fallait être particulièrement bien équipé. Il ne nous reste plus maintenant qu’à attendre l’arrivée de C/2023 A3 Tsuchinshan-ATLAS, beaucoup plus prometteuse.

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook.

10 avril 2024 : Jupiter et la Lune saluent la comète

Le 10 avril 2024, nous pourrons admirer une dernière fois la comète 12P/Pons-Brooks. Un départ qu’accompagnent Jupiter et la Lune.

Spectacle au crépuscule :

Le 10 avril 2024, ceux qui n’ont pas pu suivre la Grande éclipse américaine deux jours plus tôt se verront offrir un joli lot de consolation. Si la météo le permet, vous pourrez assister au rendez-vous en soirée de trois astres, juste au-dessus de l’horizon Ouest. Les deux premiers seront aisés à localiser : la Lune avec à sa gauche Jupiter. Plus délicate à repérer, la comète 12P/Pons-Brooks se situera un peu en-dessous :

La Lune, Jupiter et la comète 12P/Pons-Brooks le 10 avril au crépuscule. © CIELMANIA

Trente minutes après le coucher du Soleil, vous pourrez commencer à rechercher le fin croissant à l’œil nu. Le ciel s’assombrissant, vous verrez progressivement apparaître la lumière cendrée qui l’accompagne. Plus à gauche, un point brillant attirera votre regard. Il s’agit de Jupiter, la planète gazeuse géante. Ce sont les dernières semaines pour l’observer avant sa conjonction solaire le 18 mai. Elle deviendra ensuite planète du matin à partir du mois de juin. Continuer la lecture

Éphémérides : le ciel du mois de janvier 2024

Ce mois de janvier 2024 va nous permettre d’observer quelques merveilles du ciel d’hiver ainsi que le ballet des satellites de Jupiter.

Le froid, ennemi de l’astronome :

En ce mois de janvier 2024, il faudra être bien couvert pour profiter du ciel nocturne. L’hiver est peu apprécié par les observateurs en raison des basses températures. Elles peuvent en effet rapidement décourager les plus motivés. Pourtant, la saison a des atouts indéniables. Les nuits sont très longues et il n’est nul besoin de veiller tard pour observer. D’autre part, lorsque le ciel nocturne est dégagé, il est particulièrement noir. Relisez mes 5 conseils pour observer sans avoir froid avant de mettre le nez dehors :

Le froid ne doit pas gâcher vos observations nocturnes. © Jean-Baptiste Feldmann

Voici maintenant quelques phénomènes célestes que vous pourrez tenter d’admirer si la météo est clémente. Comme toujours, la carte du ciel de Stelvision est une alliée indispensable pour vous orienter sous la voûte céleste. Continuer la lecture

Jupiter : le déclin de la Grande Tache Rouge en images

Observée sur Jupiter depuis plus de 350 ans, la célèbre Grande Tache rouge ne cesse de rétrécir. La preuve en images.

Anticyclone géant :

C’est la plus célèbre tempête de tout le Système solaire. La GTR (Grande Tache rouge) est un gigantesque anticyclone orangé que l’on observe sur Jupiter. Sa couleur pourrait s’expliquer par l’action des rayons cosmiques sur les molécules d’hydrosulfure d’ammonium qui remontent du fond de la Tache jusqu’à sa surface. La découverte de la GTR par le français Jean-Dominique Cassini date de 1665. Depuis, les astronomes n’ont jamais cessé de l’étudier :

Jupiter et sa Grande Tache rouge photographiés le 17 juin 2022. © Christopher Go

Depuis une centaine d’années environ, les astronomes constatent que la Grande Tache rouge diminue. L’astrophotographe Damian Peach en apporte la preuve en images. Continuer la lecture

Ombre dans la Grande Tache Rouge sur Jupiter

Le passage de Jupiter à l’opposition nous donne l’occasion de revenir sur une image étonnante d’une ombre dans la GTR.

Géante gazeuse au plus près :

Qu’est-ce qu’une opposition ? C’est le moment où une planète se trouve exactement alignée avec le Soleil et la Terre. L’astre est visible toute la nuit, c’est donc sa meilleure période d’observation. L’opposition 2023 de Jupiter a lieu aujourd’hui et la planète géante gazeuse trône dans la constellation du Bélier avec une magnitude de -2,9. Les oppositions de Jupiter reviennent tous les treize mois. Il y a donc parfois une année sans opposition, comme en 2013 et en 2025 :

Position de Jupiter dans la constellation du Bélier pour l’opposition 2023. © Stelvision

Une petite lunette permet d’admirer la planète et ses quatre principaux satellites. Io, Europe, Ganymède et Callisto présentent chaque nuit une disposition différente (voir sur Shallowsky). Il leur arrive même de passer devant la planète et d’y projeter leur ombre. Continuer la lecture

Éphémérides : le ciel du mois de novembre 2023

Ce mois de novembre 2023 nous réserve quelques belles surprises comme l’occultation de Vénus par la Lune et l’opposition de Jupiter.

Occultation matinale :

Le passage de la Lune devant Vénus le 9 novembre 2023 constitue un bel événement astronomique. D’abord par sa rareté en un lieu donné, ensuite parce qu’il est observable facilement en journée. La dernière fois que le phénomène était visible en France remonte au 19 juin 2020. Il fallait ensuite se déplacer pour voir les occultations suivantes : au Japon, à l’Île de la Réunion ou encore aux Philippines.

Occultation de Vénus par la Lune le 27 mai 2022 à la Réunion. © Quentin Gineys

Jeudi 9 novembre 2023, une paire de jumelles vous permettra d’assister à la disparition de Vénus derrière la Lune aux alentours de 11 heures du matin. La seconde planète du Système solaire émergera environ une heure plus tard. Vous trouverez toutes les infos sur la page de Stelvision consacrée au phénomène.

Continuer la lecture

L’astrophotographe Carmelo Zannelli revisite Jupiter

Depuis Palerme, l’astrophotographe Carmelo Zannelli a réalisé un saisissant portrait de la planète gazeuse géante Jupiter.

Astronomie en ville :

Si je vous dis que l’on peut observer le ciel nocturne depuis Palerme, vous serez sans doute septique. C’est pourtant ce que fait Carmelo Zannelli depuis son enfance. Né en 1967 dans la plus grande ville de Sicile, il s’est intéressé très tôt à l’astronomie, encouragé par son père et son frère aîné. Il a passé de nombreuses nuits sur le balcon familial à observer les objets du catalogue Messier avec un télescope Newton 114/900. En 1984 il a fondé l’ORSA, une organisation de recherche et d’études en astronomie. Malgré la pollution lumineuse croissante de Palerme, il est encore possible d’y observer et d’y photographier les planètes :

La preuve avec cette très belle image de Jupiter prise le 3 octobre, un mois avant l’opposition de la planète géante. Pour la réaliser, Carmelo Zannelli (découvrez son site internet) a utilisé un télescope de 50 centimètres de diamètre. Continuer la lecture

Comment admirer la danse des satellites de Jupiter

En rotation autour de Jupiter, les quatre principaux satellites sont accessibles dans une petite lunette. Un spectacle sans cesse renouvelé. 

Satellites galiléens :

Les quatre principaux satellites de Jupiter ont été observés pour la première fois par Galilée en janvier 1610. Dans sa modeste longue-vue, la vision qu’en a l’astronome italien a de quoi le sidérer. Alors que depuis des siècles on prétend que tous les astres tournent autour de la Terre, il y en a donc quatre qui gravitent autour de Jupiter ! Nous en savons un peu plus à leur sujet aujourd’hui. En partant de la planète gazeuse, on trouve successivement :

  • Io (3630 km de diamètre) qui circule à 421 600 km
  • Europe (3138 km de diamètre) qui circule à 670 900 km
  • Ganymède (5262 km de diamètre) qui circule à 1,07 million de km
  • Callisto (4806 km de diamètre) qui circule à 1,8 million de km
Les ombres des satellites Ganymède et Io se projettent sur Jupiter. © Quentin Gineys

Il s’agit des plus imposants mais il y en a beaucoup plus, puisqu’on estime que Jupiter aurait au moins 600 lunes ! Continuer la lecture

Des amateurs enregistrent un nouvel impact sur Jupiter

Plusieurs astronomes amateurs japonais et chinois ont filmé le flash lumineux d’un nouvel impact sur Jupiter le 28 août 2023. 

Collision filmée :

Astéroïde ou comète ? On ne sait pas encore quelle est la nature du petit corps céleste à l’origine d’un impact sur Jupiter le 28 août 2023.

C’est Marc Delcroix qui a donné l’alerte ce matin. Cet astronome amateur coordonne en France les observations de Jupiter dans le cadre de la mission Juno. Pour rappel, cette sonde américaine est arrivée dans la banlieue de la planète géante gazeuse en juillet 2016 et l’étudie depuis une orbite polaire.

Avec l’équipement et le nombre d’astrophotographes planétaires amateurs, Jupiter est en permanence sous surveillance. Ceci explique les observations régulières d’impacts depuis un peu plus d’une décennie. En 2009 déjà, l’astronome amateur australien Anthony Wesley avait été le témoin privilégié d’une collision de ce type.

Même aventure en 2017 pour l’astronome amateur français Sauveur Pedranghelu. Concernant l’impact du 28 août 2023, on peut en trouver d’autres images sur la page de l’ALPO-Japan mise à jour régulièrement.

Continuer la lecture

Astrophoto : le Système solaire selon Tom Williams

Il n’a que 21 ans, mais l’astrophotographe anglais Tom Williams réalise déjà de magnifiques clichés du Système solaire.

Jeune talent :

Il semble qu’une bonne fée se soit penchée sur le berceau de Tom Williams, lui donnant un indéniable talent. En effet, ce jeune anglais réalise de saisissants clichés du Système solaire. Pour cela, il utilise une caméra derrière une lunette de 120 millimètres ou un télescope de 400 millimètres. Il n’a pourtant pas choisi un domaine facile : tributaire de la turbulence atmosphérique, l’imagerie planétaire est particulièrement exigeante. Mais il faut croire que ni la jeunesse du photographe ni le climat de l’Angleterre n’empêchent Tom Williams de parvenir à ses fins :

Je vous invite à aller découvrir la qualité de son travail sur l’un de ses différents comptes : InstagramAstrobin, Twitter, Facebook ou encore YouTube. Continuer la lecture

La planète géante Jupiter redevient visible à l’aube

Après Saturne, c’est au tour de Jupiter de redevenir visible en fin de nuit. Ces deux planètes géantes vont enchanter les nuits d’été.

Nouvelle saison planétaire :

Depuis sa conjonction avec le Soleil le 11 avril dernier, les astronomes attendaient que Jupiter redevienne visible. Vous vous souvenez sans doute que début mars, la géante gazeuse brillait encore dans le ciel du soir, s’offrant le luxe de frôler Vénus :

Superbe rapprochement serré entre Jupiter et Vénus le 2 mars 2023 en début de soirée. Vénus est la plus brillante des deux planètes. © Jean-Baptiste Feldmann

Puis Jupiter a plongé vers le Soleil, disparaissant quelques semaines. La planète gazeuse géante redevient visible à l’aube et va se rapprocher jusqu’à son opposition le 3 novembre. Le 15 juin à l’aube, on pouvait l’admirer à droite du croissant de Lune :

Continuer la lecture

L’occultation de Jupiter que vous n’avez pas vue

Une occultation de Jupiter par le croissant de Lune s’est produite dans la journée du 17 mai 2023. Un spectacle suivi en Amérique du Nord.

Cache-cache céleste :

Une occultation de planète par la Lune est toujours un événement très apprécié des astronomes. Rappelons-en le principe : dans son mouvement naturel, la Lune glisse devant les astres beaucoup plus éloignés. On se souvient par exemple de l’occultation de Mars en décembre 2022 ou de celle de Saturne au printemps 2019. Ce 17 mai, il fallait se trouver en Amérique du Nord pour voir le croissant de Lune grignoter Jupiter :

Alors que notre satellite naturel se trouvait à environ 400.000 kilomètres, Jupiter était à près de 6 UA. Je vous rappelle que l’Unité Astronomique représente 150 millions de kilomètres. La planète gazeuse géante était donc 2.250 fois plus éloignée ! Voilà qui explique son minuscule diamètre apparent de 34 secondes d’arc. Mais rassurez-vous, la géante gazeuse va grossir en se rapprochant de nous. Elle sera au plus près en novembre 2023.

Continuer la lecture

Le 2 mars, nous avions rendez-vous avec Jupiter et Vénus

Le rendez-vous planétaire de ce début de mois entre Jupiter et Vénus méritait de mettre le nez dehors avant la tombée de la nuit.

Rencontre céleste :

Le charme avec les rendez-vous planétaires, c’est qu’ils sont observables par tous. Pour les suivre, pas besoin d’une lunette astronomique ou d’un télescope. En outre, aucune connaissance particulière n’est requise pour admirer ces spectacles célestes. Il suffit juste de bénéficier d’un ciel dégagé. Et pour ce nouveau chassé-croisé entre Jupiter et Vénus, il ne fallait pas de nuages les deux premiers soirs de ce mois. Dans le Sud du Beaujolais, la seconde soirée a été la bonne :

Instants magiques pendant le rapprochement Jupiter-Vénus. © Jean-Baptiste Feldmann

Avec Christine, nous sommes sortis le 2 mars vers 19 heures munis de quelques accessoires. Alors que la nuit tombait, c’est la lanterne que nous avons retenue. Je trouve qu’elle équilibre la composition de l’image, apportant une autre touche de lumière. Ces instants crépusculaires, alors que les étoiles s’allument lentement, sont toujours chargés d’émotion. Côté technique, trois secondes de pose à 800 iso avec une focale de 35 millimètres sur un boîtier Nikon D3200. D’autres rendez-vous sous les étoiles nous attendent dans les mois qui viennent ; espérons de belles soirées sans nuages pour en profiter !

Vous pourriez aimer :

Suivez l’actualité astronomique et découvrez mes images du ciel en vous abonnant à Cielmania sur Facebook.

Éphémérides : le ciel du mois de mars 2023

Facilement observable, le chassé-croisé entre les planètes Jupiter et Vénus en début de soirée sera le temps fort de ce mois de mars 2023. 

Spectacle pour tous :

En ce mois de mars 2023, ne boudons pas notre plaisir ! Les deux plus brillantes planètes du Système solaire font leur show (images ici). Une danse cosmique qui a l’avantage d’être très facilement observable. Pas besoin d’un télescope comme ce fut le cas avec la comète ZTF. Nos deux yeux suffisent, pourvu que le ciel soit dégagé en fin de journée dans la direction Ouest :

Le 18 février, la séparation entre Jupiter (en haut) et Vénus était encore importante. © Jean-Baptiste Feldmann

La rencontre la plus serrée entre Jupiter et Vénus se produit en tout début de mois. on pourra ensuite suivre le déplacement des deux planètes dans le ciel crépusculaire jusqu’à la disparition de Jupiter dans quelques semaines. Voici maintenant les principaux rendez-vous célestes à retrouver également sur la carte du ciel étoilé en temps réel. Continuer la lecture

Suivez le prochain rendez-vous entre Jupiter et Vénus

Les deux plus brillantes planètes du Système solaire préparent leur prochain rendez-vous, un spectacle visible même en pleine ville.

Ballet planétaire :

Si l’observation de la comète ZTF n’a été possible qu’avec un télescope, il en ira tout autrement du prochain rendez-vous planétaire. Une nouvelle fois, Jupiter (la planète qui compte désormais le plus de lunes) et Vénus vont se croiser dans le ciel. Le spectacle se produit en moyenne une fois par an, mais l’écart apparent entre les deux astres n’est pas toujours le même. En 2015, nous avions pu assister à l’un des rendez-vous les plus spectaculaires (22 minutes d’arc entre les deux astres) :

Rapprochement entre Jupiter et Vénus le 30 juin 2015. © Jean-Baptiste Feldmann

Cette fois, l’écart sera légèrement plus grand (0,5° les 1er et 2 mars), l’équivalent du diamètre apparent de la Lune. C’est trois fois plus que lors de la Grande conjonction du 21 décembre 2020 qui avait vu Jupiter et Saturne se frôler avec un écart de 6 minutes d’arc seulement ! Continuer la lecture

Éphémérides : le ciel de février 2023

Au cours de ce mois de février 2023, nous allons pouvoir suivre la comète ZTF et admirer le beau rapprochement entre Jupiter et Vénus. 

Jolie comète :

En 2020, nous avions eu la chance d’assister au passage de la belle comète Neowise. Beaucoup plus discrète, la comète ZTF (C/2022 E3) reste une jolie cible en ce mois de février 2023. Elle est réservée aux observateurs munis d’un télescope et aux astrophotographes aguerris. Comme le rappelle l’astronome Alan Hale, elle n’est pas assez brillante pour le grand public :

En 2020, la comète Neowise était beaucoup plus lumineuse que la comète ZTF. Cette dernière ne sera pas visible sans instrument. © Jean-Baptiste Feldmann

Pour suivre les déplacements de la comète ZTF, consultez les cartes proposées par Stelvision. Le mois de février 2023 compte d’autres rendez-vous astronomiques accessibles à tous et il serait dommage de ne pas en profiter ; en voici les principaux. Continuer la lecture

La Lune et deux planètes depuis la chapelle Saint-Joseph

Ce 27 décembre, la Lune était encadrée par Jupiter et Saturne. Spectacle céleste depuis la chapelle Saint-Joseph des Pierres Plantées.

Une chapelle dans le Beaujolais :

La chapelle Saint-Joseph des Pierres Plantées a été édifiée en 2015. Rattachée à la commune de Ville sur Jarnioux, elle surplombe Oingt, l’un des plus beaux villages de France. Accessible uniquement par un chemin de randonnée, le site vaut le détour pour le panorama qu’il offre sur les monts du Beaujolais. Je me suis rendu à la chapelle en fin d’après-midi le 27 décembre 2022 pour y admirer le crépuscule. La Lune, âgée de quatre jours, présentait un gros croissant. Les planètes Jupiter et Saturne l’encadraient :

Jupiter et Saturne encadrent la Lune le 27 décembre au crépuscule depuis la chapelle Saint-Joseph des Pierres Plantées dans le Beaujolais. © Jean-Baptiste Feldmann

Les deux géantes gazeuses s’éloignent lentement de nous, mais leur éclat est toujours intéressant. Magnitudes -2,5 pour Jupiter et 0,8 pour Saturne. Le cliché a été réalisé avec un boîtier Nikon D7100 et un objectif Samyang de 12 millimètres de focale. Pose de deux secondes à 1000 iso. Continuer la lecture

Fascinant : le télescope Hubble nous invite à zoomer sur Jupiter

Que diriez-vous de plonger dans les méandres gazeux de Jupiter ? C’est l’expérience que nous propose de réaliser le télescope Hubble.

Beautés célestes :

Depuis plus de trente ans, les images envoyées par le télescope spatial Hubble ont révolutionné notre vision de l’Univers. Nul doute que l’astronome américain qui lui a donné son nom, Edwin Hubble (découvrez sa biographie), aurait été enthousiasmé par ces clichés. Derrière chaque image, parfaitement mise en scène pour le grand public, se cachent de multiples découvertes à l’origine de plusieurs dizaines de milliers de publications scientifiques. Aujourd’hui, nous allons pouvoir plonger dans les méandres gazeux de Jupiter :

Je vous ai déjà proposé de belles images de la planète géante, comme celle réalisée par l’amateur français Philippe Cambre. Avec ce cliché du télescope spatial, il est désormais possible de zoomer sur l’atmosphère de la planète. Celle-ci est principalement composée d’hydrogène et d’hélium, avec des cristaux d’ammoniac dans sa partie supérieure. Continuer la lecture

02 novembre 2022 : en photo ou en dessin, Jupiter fait son show

Quand Jupiter se donne en spectacle, à chacun sa technique pour en garder un souvenir. Photo ou dessin, tout est possible !

Une géante qu’on admire :

Quand on pointe Jupiter avec un télescope, le spectacle est souvent au rendez-vous. Si la Grande Tache Rouge (GTR) est invisible (en raison de la rotation de la planète), il reste le ballet des satellites. En effet, Io, Europe, Ganymède et Callisto présentent chaque nuit une disposition différente. Pour savoir à quoi s’attendre, il suffit d’utiliser une application comme Shallowsky. Elle nous permet de visualiser la position des quatre lunes découvertes par Galilée :

Un simulateur permet de visualiser les déplacements des lunes de Jupiter. © Shallowsky

Imaginez de conjuguer tous ces phénomènes le même soir : un passage de la GTR et trois lunes collées à la planète. C’est le spectacle auquel on pouvait assister le 02 novembre 2022. Continuer la lecture