Spectacle céleste : la planète Jupiter au plus près de la Terre

C’est l’opposition de Jupiter, la meilleure période pour admirer la planète géante gazeuse. Ne manquez pas ce rendez-vous !  

Le  9 mai 2018 Jupiter est à l’opposition (alignement Soleil-Terre-Jupiter) à 658 millions de km de nous, soit un diamètre apparent de 44,8 sec d’arc et une magnitude de -2,5. En 2017 l’opposition s’était produite le 7 avril, la planète gazeuse géante se trouvant alors 7 millions de km plus loin de nous (ce qui ne change guère le diamètre apparent de l’astre).

La planète gazeuse géante est très suivie par les astronomes, qu’ils soient amateurs ou professionnels, et ce pour deux raisons : d’une part son diamètre apparent est le plus important de toutes les planètes du Système solaire et d’autre part il y a toujours quelque chose à admirer à sa surface (bandes gazeuses et passage de la Grande Tache Rouge comme sur la vidéo ci-dessus) ou autour (ballet des 4 principaux satellites qui sont Io, Europe, Ganymède et Callisto).

Actuellement Jupiter se trouve dans la constellation de la Balance et se lève à l’EST peu après le coucher du Soleil. Vous n’aurez pas de peine à repérer la planète gazeuse géante à l’œil nu car c’est l’astre le plus brillant du ciel nocturne (si l’on fait abstraction de la Lune).

En mai 2016 Jupiter se trouvait entre les pattes du Lion. Cette année la planète gazeuse géante est visible dans la constellation de la Balance. © Jean-Baptiste Feldmann

Une paire de jumelles stabilisée sur un pied photo (ou maintenue en appui sur un manche à balai coincé entre les genoux de l’observateur assis) permet de repérer les 4 satellites galiléens (ils ont été découverts en 1610 par Galilée).

Pour espérer voir quelques détails sur la planète il faut disposer d’une lunette astronomique ou d’un télescope bien réglés, mais l’instrument ne fait pas tout : il faut également bénéficier d’un site d’observation sans trop de turbulence atmosphérique et d’un entraînement régulier de la part de l’observateur de façon à distinguer les nuances entre les bandes gazeuses, toujours moins contrastées visuellement que sur les photographies.

Superbe dessin de Jupiter réalisé le 28 août 2011 à l’aide d’un télescope de 406 mm de diamètre (les satellites sont Ganymède en haut et Europe). © Frédéric Burgeot

De nombreux astrophotographes vont immortaliser cette opposition mais certains observateurs n’hésiteront à exprimer leurs talents d’astro-dessinateurs, à l’image de Frédéric Burgeot dont on peut voir ci-dessus un magnifique dessin réalisé le 28 août 2011 à l’aide d’un télescope de 406 mm de diamètre.

Si vous n’avez jamais observé cette superbe planète dans un télescope, je ne peux que vous inciter fortement à participer aux Rencontres Astronomiques de Printemps. Nul doute que de nombreux astronomes amateurs présents à cette manifestation pointeront leur instrument en direction de la plus grosse planète du Système solaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *