Los Angeles : quand les passants découvrent la Lune

Et si l’on proposait aux habitants de Los Angeles de regarder dans un télescope pour y admirer la Lune, quelles seraient leurs réactions ? Réponse avec cette jolie vidéo.

Située dans le sud de l’État de Californie, sur la côte Pacifique, Los Angeles (que les Américains appellent souvent par son diminutif, L. A.), est la seconde ville la plus peuplée des États-Unis après New York. On imagine sans peine l’importance de la pollution lumineuse qui règne dans cette mégapole où il est impossible d’admirer le ciel nocturne.

À l’observatoire Griffith, construit en 1935 sur la face sud du Mont Hollywood dans le Griffith Park à 300 mètres d’altitude,  il y a bien longtemps que les coupoles sont fermées ; quant aux couloirs du vénérable bâtiment ils ne voient plus défiler d’astronomes mais des visiteurs qui se rendent au planétarium ou visitent les expositions scientifiques régulièrement proposées.

Il suffit pourtant d’un simple télescope installé dans une rue ou sur la plage et dirigé vers la Lune pour que les habitants oublient leurs mille préoccupations et retrouvent le chemin de l’émerveillement.  

C’est sur une célèbre musique du compositeur français Claude Debussy (1862-1918), Clair de Lune, l’un des quatre mouvements qui constituent la Suite bergamasque, que nous découvrons la belle aventure d’un astronome amateur qui pose son télescope dans les rues de Los Angeles et invite les passants à admirer la Lune.

S’il est un astre qui impressionne les novices quand on le découvre dans un instrument astronomique, c’est bien notre satellite naturel : fausses mers (anciens épanchements de lave), chaînes de montagnes, failles et surtout multitude de cratères d’impact offrent un spectacle saisissant dont on ne se lasse pas.

La diversité des paysages lunaires combinée à la variété des éclairages (qui changent d’heure en heure en raison du mouvement de la Lune autour de la Terre par rapport au Soleil) font qu’une vie entière d’astronome ne suffirait pas pour explorer entièrement la face visible de notre satellite naturel !

2 réflexions sur “ Los Angeles : quand les passants découvrent la Lune ”

  1. Pour info, il y a deux scientifiques astronomes, Jean-Philippe Uzan et Sylvain Bouley qui, les nuits dégagées (de nuages) de pleine lune (et suffisamment chaudes, fin du printemps à début automne, sauf en août, je crois), depuis le quai de l’Hôtel de Ville à Paris (juste devant la péniche « Marcounet », M° Pont Marie), proposent déjà cela depuis… une paire d’années ! N’hésitez pas à aller y jeter un œil…

    1. Effectivement, Eric, je connais cette initiative. De nombreux clubs le font également ; il fallait juste le mettre en vidéo, c’est fait 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *