Archives pour l'étiquette constellation du Grand Chien

Observer Sirius B, un défi pour les astronomes amateurs

La plus brillante étoile du ciel possède un discret compagnon, Sirius B. Les astronomes amateurs pourront tenter de le repérer cette année.

Un couple stellaire étonnant :

Pas facile de vivre en couple avec une star, comme le prouve Sirius B, une naine blanche de magnitude 8,4. Invisible à l’œil nu, elle tourne en un peu plus de 50 années autour de sa célèbre et éclatante voisine, Sirius A. Cette dernière, Alpha Canis Majoris, est en effet la plus brillante étoile du ciel nocturne (magnitude -1,5). Dans l’Égypte antique, son apparition à la fin de l’été marquait le début des crues du Nil. Tout amoureux des étoiles pourra vous montrer Sirius A dans le prolongement de la Ceinture d’Orion :

Sirius est visible dans le prolongement de la Ceinture d’Orion. © Jean-Baptiste Feldmann

Mais peu d’astronomes amateurs peuvent se targuer d’avoir observé ou photographié Sirius B. Une situation qui pourrait évoluer, puisque le discret compagnon est actuellement au plus loin de son éclatant voisin stellaire. Continuer la lecture

Sh2-308, la bien nommée nébuleuse de la tête du Dauphin

Savez-vous qu’il existe une tête de dauphin dans la constellation du Grand Chien ? Partons à la découverte de la nébuleuse Sh2-308. 

Bestiaire céleste :

De curieux animaux peuplent le ciel nocturne. Sh2-308, la nébuleuse de la tête du Dauphin, vient compléter un bestiaire déjà riche. Au hasard de nos déambulations cosmiques, nous pouvons croiser un Hibou, une tête de Cheval, un Calamar ou encore une Méduse. Sh est le diminutif du catalogue créé par Stewart Sharpless. Cet astronome américain (1926-2013) consacra la plus grande partie de sa carrière à répertorier les vastes régions d’hydrogène ionisé (H II) qui parsèment la Voie lactée.

Sh2-308 est une nébuleuse qui évoque irrésistiblement une tête de Dauphin. Elle se situe dans la constellation du Grand Chien, non loin de l’étoile Sirius. © Irida Observatory

Actuellement, le catalogue Sharpless compte 313 régions H II situées dans le ciel boréal. La liste australe (catalogue Gum, 85 entrées) fut établie par l’astronome australien Colin Stanley Gum (1924-1960) à la même époque. Continuer la lecture

C’est le moment d’admirer Sirius, la plus brillante étoile du ciel

Au sud-est de la constellation d’Orion, Sirius resplendit actuellement de mille feux chaque début de nuit. Zoom sur la plus brillante étoile du ciel.

Une déesse égyptienne :

Les étoiles sont source d’émerveillement lorsqu’on arrive à s’éloigner de la pollution lumineuse. La plus brillante d’entre elles est Sirius qui semble courir après la constellation d’Orion. Dans l’Égypte ancienne elle incarnait la déesse Isis. Son apparition en fin de nuit l’été coïncidait avec les crues du Nil. On la surnommait canicula (Sirius se situe dans la constellation du Grand Chien) ce qui a donné le mot canicule.

Située au sud et à l’est de la célèbre constellation d’Orion, Sirius est la plus brillante étoile du ciel (visible entre l’église de Corton en Bourgogne et l’arbre) . © Jean-Baptiste Feldmann

Si depuis plusieurs semaines on parle beaucoup de la baisse de luminosité de Bételgeuse (va-t-elle exploser en supernova ?), regardons plus au sud-est vers Sirius. Continuer la lecture

La Lune gibbeuse entre Gémeaux, Cocher, Taureau et Orion

À l’aube du 11 octobre, veille du Dernier Quartier, la Lune s’est glissée entre 4 constellations hivernales : les Gémeaux, le Cocher, le Taureau et Orion. 

Les astronomes amateurs débutants ont parfois du mal à reconnaître les constellations ; il leur suffit pourtant d’utiliser la Lune quand elle n’est pas trop brillante pour apprendre à se repérer devant la voûte céleste. Prenons l’exemple du mercredi 11 octobre à l’aube : une Lune encore gibbeuse (nous sommes alors à la veille du Dernier Quartier) se glisse au milieu des plus belles constellations dites hivernales (car on les retrouvera en soirée pendant l’hiver).

Armés d’une carte du ciel nocturne réglée pour la date et l’heure (voir par exemple la carte interactive proposée par Stelvision), les débutants peuvent commencer leur voyage cosmique.   Continuer la lecture

Sharpless 308, une bulle cosmique géante

La constellation du Grand Chien cache une étonnante nébuleuse, Sharpless 308, qui ressemble à une énorme bulle de savon.

En 1867 les astronomes français Charles Wolf et Georges Rayet, qui travaillaient à l’Observatoire de Paris, découvrirent une nouvelle catégorie d’étoiles, des astres chauds et massifs qui éjectent beaucoup de matière emportée par un puissant vent stellaire.

Sharpless_308

Chez certaines étoiles de Wolf-Rayet le vent stellaire est un milliard de fois plus énergétique que le vent solaire à l’origine de nos aurores boréales.

Continuer la lecture

Quels sont ces astres qui brillent sous la Lune ?

Le 28 février en soirée, la Lune gibbeuse illuminait tout le ciel mais quelques astres parvenaient cependant à lui tenir tête.

lune-jupiter-sirius

D’est en ouest on pouvait admirer :

  • Jupiter, la plus grosse planète du Système solaire, qui est passée au plus près de la Terre le 6 février, et qui brille encore avec une magnitude de -2,5
  •   Procyon, l’étoile principale de la constellation du Petit Chien et la septième plus brillante du ciel nocturne (magnitude 0,4)
  • Sirius (constellation du Grand Chien), la plus brillante étoile visible depuis la Terre avec une magnitude de -1,5 (sans compter le Soleil).

Dans l’Égypte Antique, le lever héliaque de Sirius ( lorsque l’étoile devient visible à l’est au-dessus de l’horizon à l’aube à la fin du mois de juin)  était très attendu car il coïncidait avec le début de la crue du Nil.

Remarquez en haut à droite de l’image quelques-unes des étoiles de la constellation d’Orion.

Jupiter, Procyon, Sirius

Trois astres d’éclat sensiblement identique jalonnent le ciel en fin de nuit, comme le montre ce cliché.

ciel2

Jupiter est le plus brillant (magnitude -1,9) : la planète géante gazeuse se rapproche de nous et sera à l’opposition le 6 février 2015. Jupiter est actuellement dans la constellation du Cancer, non loin de l’amas ouvert d’étoiles Messier 44.

Continuer la lecture

Jupiter et la Lune

Bien que chargé de nuages, le ciel de ce matin permettait de suivre le lent rapprochement apparent entre Jupiter (à gauche du château de la Tour) et la Lune décroissante (la Nouvelle Lune se produira le 24 septembre). Les deux astres seront au plus près (5 degrés d’écart) à l’aube du samedi 20 septembre.

jup1

Jupiter, la plus grosse planète du Système solaire, se trouve actuellement à un peu moins d’un milliard de kilomètres de la Terre.

Continuer la lecture