STEVE, le mystérieux ruban lumineux, est de retour

Photographié depuis quelques années par des chasseurs d’aurores boréales, un curieux ruban de plasma surnommé STEVE intrigue les scientifiques.

Une découverte récente :

Tout a commencé en 2016 quand des membres du Alberta Aurora Chasers, un groupe de chasseurs d’aurores boréales, ont partagé sur les réseaux sociaux leurs clichés d’un curieux phénomène. Ils avaient enregistré un arc de plasma scintillant, de couleur violette, qui s’invitait sur leurs images d’aurores polaires. Ce ruban lumineux était systématiquement accompagné à sa base d’une barrière verte semblable aux draperies que l’on observe dans certaines aurores. Le phénomène est visible sur une image réalisée il y a quelques jours par l’astrophotographe Alan Dyer.

Image réalisée au cours d’une star party dans l’ouest du Canada lors du dernier week-end d’août 2019. Le ruban lumineux de STEVE est nettement visible mais la barrière verte à la base est cachée par les nuages. © Alan Dyer

Intrigués, ils décidèrent de lui donner un nom, STEVE, en attendant de pouvoir en comprendre la nature. Depuis les scientifiques se sont penchés sur le phénomène et ont commencé à en élucider quelques-uns des mystères.

Deux satellites traquent STEVE :

Ils ont d’abord conservé son nom et en ont fait un acronyme : Strong Thermal Emission Velocity Enhancement (qui peut se traduire par forte accélération de la vitesse d’émission thermique). Ils ont ensuite mobilisé deux satellites pour traquer ce ruban lumineux. Le premier est l’un des mini-satellites de la mission européenne SWARM (qui signifie essaim en anglais). Ces derniers sont chargés d’étudier les variations du champ magnétique terrestre. Le second appartient à la mission THEMIS (Time History of Events and Macroscale Interactions during Substorms). Cette mission comprend un ensemble de cinq satellites qui traquent les aurores boréales. Les données recueillies, qui ont fait l’objet de plusieurs publications, ont permis de mieux comprendre ce que les chasseurs d’aurores avaient photographié.

Une aurore boréale se déploie pour la grande joie d’un photographe. © The Aurora Chasers
Fausse aurore polaire :

On sait maintenant que si STEVE ressemble à une aurore polaire, ce n’en est cependant pas une. Le phénomène, qui est double, prend naissance au cours d’explosions magnétiques appelées « sous- orages » qui se produisent à plus de 22.000 km de la surface terrestre. Il y d’abord formation d’un ruban de gaz chaud (un flux de plasma à 3000° C) qui traverse la magnétosphère terrestre à des vitesses supérieures à 6 km/s. Parvenu à une altitude d’environ 250 km, ils commence à émettre une lumière mauve : c’est le fameux ruban lumineux.

D’autre part ces explosions magnétiques produisent également des flots de particules énergétiques qui s’enfoncent encore plus profondément dans l’atmosphère. Vers 100 km d’altitude, elles deviennent visibles sous la forme d’une draperie verte, la barrière lumineuse qui accompagne le ruban. Pour les scientifiques, STEVE existe en fait depuis longtemps ; on doit son observation récente à la sensibilité croissante des boîtiers photographiques.

2 réflexions sur “ STEVE, le mystérieux ruban lumineux, est de retour ”

  1. J’en avais photographié un à l’automne 2016 alors que je me trouvais dans le Vexin Normand. J’avais en vain interrogé Météo France.

    1. Bonjour, vous n’avez pas pu photographier STEVE depuis le Vexin Normand, il n’apparaît qu’aux hautes latitudes (Alaska, Islande…) 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *