Festival d’aurores polaires après une tempête géomagnétique

Des aurores polaires ont illuminé les cieux nocturnes de l’Arctique et de l’Antarctique le 25 octobre suite à une tempête géomagnétique de niveau G3. 

Les astrophotographes installés dans les régions polaires étaient en alerte après l’avis de tempête géomagnétique lancé par la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) pour les 25 et 26 octobre (le spectacle pourrait dont se répéter pendant quelques nuits). L’arrivée sur Terre d’une bouffée de vent solaire (échappé d’un trou coronal observé à la surface du Soleil) se déplaçant à plus de 700 km/sec a provoqué une série d’aurores polaires.

aurore

Elles ont été observées aux deux extrémités de notre planète comme le prouvent les images obtenues en Alaska par Marketa S. Murray et en Tasmanie par Rebecca Brogan.

aurore2

Cette tempête géomagnétique était de niveau G3 sur une échelle d’intensité définie par la NOAA et qui s’échelonne de G1 (mineure) à G5 (extrême).

Voici les caractéristiques du niveau G3 (forte tempête) :

  • Centrales électriques : des corrections de tension sont requises, les dispositifs de sécurité déclenchent des alarmes intempestives tandis que certains gros transformateurs affichent de fausses valeurs
  • Vaisseaux spatiaux opérationnels : on observe un bombardement des surfaces par les particules solaires, une augmentation de la résistance atmosphérique qui freine les satellites (des corrections d’orbite sont nécessaires quand cela est possible) et des problèmes d’orientation qui doivent être corrigés
  • Autres systèmes : des coupures interviennent dans les communications par satellite, radio HF et radio basse fréquence et des aurores peuvent être observées jusqu’aux latitudes moyennes (30-40°)

Si vous aussi vous aimez les draperies colorées des aurores polaires, voici pour le plaisir les aurores islandaises de Stéphane Vetter, une vidéo réalisée au cours d’un voyage en mars 2015 :

2 réflexions sur “ Festival d’aurores polaires après une tempête géomagnétique ”

  1. Toujours aussi spectaculaires ces drapés,
    dans la réalité, c’est fabuleux,
    j’ai eu la chance d’en voir dans l’hémisphère sud aux Kerguelen, on y passait de longs moments à contempler la beauté de la nature.

    amitiés

    Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *