On a retrouvé un morceau de l’astéroïde 2018 LA

Le 2 juin dernier, un petit astéroïde de 2 mètres, 2018 LA, a explosé dans le ciel du Bostwana. Des chercheurs viennent d’en retrouver un premier fragment.

Le 2 juin 2018 de nombreux habitants du Bostwana et des pays voisins ont assisté à la désintégration d’une météorite lors de son entrée dans l’atmosphère. L’explosion de cet astéroïde dans le ciel d’Afrique a également été enregistrée par de nombreuses caméras de sécurité. Quelques heures auparavant l’objet en question avait été repéré par le Catalina Sky Survey, un réseau de surveillance des astéroïdes (et des comètes comme C / 2013 US10) exploité par l’Université de l’Arizona et parrainé par la NASA.

Découverte d’un des fragments de l’astéroïde 2018 LA. Crédit : Peter Jenniskens

Après l’explosion de l’astéroïde (qui ne devait pas dépasser 2 mètres), les fragments se sont dispersés et sont retombés sur une vaste zone où la récolte a commencé (tout comme en Russie après la spectaculaire chute du 21 juin). 

Les calculs de la zone de chute des débrits ont été effectués indépendamment par deux équipes, l’une aux États-Unis dirigée par Peter Jenniskens, un expert du SETI Institute (auteur des images de l’article), ainsi que par Esko Lyytinen et Jarmo Moilanen du Finnish Fireball Network (FFN) qui dépend de l’Université d’Helsinki. La première météorite a été découverte après cinq jours de marche et de fouille par une équipe composée de scientifiques et de géologues issus de différentes universités du Bostwana, avec l’aide des gardes des parcs nationaux (la zone ratissée est une réserve de chasse) et de Peter Jenniskens qui avait fait le voyage.

Gros plan sur le premier fragment de l’astéroïde 2018 LA. Crédit : Peter Jenniskens

Au Bostwana les météorites sont protégées par la loi et les échantillons seront conservés par le Musée National du Botswana après avoir été étudiés par différents chercheurs placés sous l’autorité du Botswana Geoscience Institute (BGI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *