Vous reprendrez bien une dose de Super Lune bleue ?

Retour sur la soirée du 31 janvier où la Super Lune bleue était au rendez-vous, après quinze jours d’un curieux emballement médiatique.

Vous ne pouviez pas passer à côté : mercredi 31 janvier se produisait en soirée une Super Lune bleue. Comme je vous l’ai déjà expliqué, il s’agissait d’une Super Lune (ce qui signifie une Pleine Lune proche de son périgée présentant un diamètre apparent de plus de 33 minutes d’arc), bleue parce que c’est le nom donné traditionnellement à la seconde Pleine Lune d’un mois qui en compte deux. Un troisième phénomène venait s’ajouter à cette occasion : une éclipse totale de Lune malheureusement inobservable en France. Le maximum de cette éclipse se produisant vers 14 heures 30 (heure française), il fallait se rendre à l’ouest de l’Amérique du Nord, en Australie ou en Asie pour en profiter.

Curieusement cette Pleine Lune un peu particulière a été l’objet d’un empoignade médiatique assez inhabituelle pour un phénomène astronomique. 

D’un côté les médias généralistes ont relayé l’information, une bonne intention qui a souvent tourné à la catastrophe en raison de grosses imprécisions et d’un souhait manifeste de faire dans le sensationnel (en oubliant par exemple de dire aux lecteurs qu’il est impossible de déceler visuellement une Pleine Lune au périgée d’une autre à l’apogée).

De l’autre certains webmagazines d’astronomie se sont évertués à faire de cette Super Lune bleue un non-événement, refusant catégoriquement cette appellation qui découle de traditions américaines. Une attitude assez rigide quand on sait que les rédacteurs de ces articles ne se gênent pas le reste du temps pour utiliser d’autres expressions du même genre, comme par exemple Soleil noir (pour décrire une éclipse totale de Soleil).

J’espère que cette bataille médiatique aura eu au moins le mérite de vous faire lever les yeux vers la voûte céleste pour admirer la seconde des 13 Pleines Lunes qui vont jalonner cette année 2018 ! Pour ma part, je n’ai pu l’admirer qu’à l’aube du 1er février en train de se coucher dans l’axe du domaine d’Ardhuy en Bourgogne (image d’illustration de cet article).

3 réflexions sur “ Vous reprendrez bien une dose de Super Lune bleue ? ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *