Mercure revient au crépuscule aux côtés de Vénus

Ce mois de mars nous offre la plus belle période de l’année pour repérer la discrète planète Mercure. Voici quelques conseils pour la trouver.

Plus proche planète du Soleil, Mercure est toujours délicate à observer, perdue dans les lueurs de l’aube ou du crépuscule (les premiers Égyptiens ont d’ailleurs longtemps cru qu’il s’agissait de deux astres différents : un le soir, un autre le matin). Mais si vous savez à quel moment et dans quelle direction regarder, vous trouverez Mercure assez facilement en raison de son éclat en général assez élevé. C’est d’ailleurs sa luminosité qui avait permis aux Sumériens de la repérer dès l’Antiquité.

Les planètes Vénus et Mercure à l’horizon le 3 mars 2018. © Jean-Baptiste Feldmann

En raison de son déplacement très rapide (la planète met seulement 88 jours pour faire le tour du Soleil), les Romains lui avaient donné le nom du dieu du commerce alors que chez les Grecs Mercure était assimilée à Hermès, le Messager des Dieux.

C’est le moment de profiter d’une élongation (la planète s’écarte de notre étoile) pour la repérer pendant quelques soirs comme sur l’image ci-dessus réalisée le 03 mars au crépuscule. La première planète du Système solaire se trouve actuellement du côté de Vénus, un rapprochement qui n’est qu’apparent puisque l’écart entre les deux astres est supérieur à 60 millions de kilomètres.

Un autre rapprochement entre Vénus et Mercure en 2015. © Jean-Baptiste Feldmann

La magnitude de Vénus (-3,9) va vous aider à repérer Mercure (-1,2) : les deux astres sont à rechercher aux jumelles sur l’horizon OUEST juste au-dessus de l’endroit où le Soleil a disparu. Mercure va continuer à s’élever progressivement jusqu’au 15 mars (elle sera légèrement au-dessus de Vénus), date de son élongation maximale : elle se couchera alors 1 h 30 après le Soleil mais sa magnitude ne sera plus que de -0,2. Cinq jours plus tard Mercure se retrouvera de nouveau à côté de Vénus avec une magnitude de 0,9 et il sera beaucoup plus délicat de la repérer.

Carte topographique détaillée de la surface de Mercure réalisée en combinant plus de 100.000 images fournies par l’imageur de la sonde Messenger. © NASA

N’imaginez pas découvrir des détails à sa surface en pointant une lunette astronomique vers Mercure : toujours très basse sur l’horizon, la première planète du Système solaire ne montre qu’un petit point tremblotant malmené par la turbulence atmosphérique, et depuis la disparition de l’orbiteur américain Messenger, il n’y a plus aucune sonde pour étudier Mercure. Mais les agences spatiales européenne et japonaise ont prévu de retourner explorer Mercure avec BepiColombo.

En vidéo : le transit de Mercure devant le Soleil le 9 mai 2016

6 réflexions sur “ Mercure revient au crépuscule aux côtés de Vénus ”

  1. Merci pour cet article, j’espère que la météo se montrera clémente durant cette période. Dans le cas contraire, j’image que la planète sera visible plusieurs fois dans l’année ?

    1. Oui, nous reverrons Mercure au crépuscule ou à l’aube au cours de l’année (nous en reparlerons dans les éphémérides le moment venu) mais les conditions seront moins bonnes puisque l’élongation maximale (écart entre la planète et le Soleil) cette année se produit le 15 mars 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *