Archives pour l'étiquette Épiméthée

Jeux de lunes entre les anneaux de la planète Saturne

Retour sur l’une des belles images de la banlieue de Saturne recueillies par la sonde Cassini, avec ce cliché des satellites Dioné, Épiméthée et Prométhée. 

Le 15 septembre 2017, la sonde Cassini effectuait un grand plongeon dans les entrailles de Saturne, mettant fin à plus d’une décennie d’exploration de la planète gazeuse géante, de ses anneaux et de ses principales lunes. Arrivée aux abords de Saturne en juin 2004, la sonde américaine a réalisé une multitude d’observations à l’aide de ses 12 instruments scientifiques et d’incroyables photographies.

Cassini était l’une des plus grosses sondes interplanétaires jamais construites : elle mesurait près de 7 mètres de haut pour 4 mètres de largeur et pesait 2.150 kg sans compter les 350 kg du module Huygens (largué sur Titan le 14 janvier 2005) et plus de 3 tonnes d’hydrazine pour la propulsion. Continuer la lecture

En images : Cassini-Huygens explore Saturne et ses lunes

Depuis 2004 la sonde américaine Cassini nous fait découvrir Saturne et ses lunes, dont Titan qui a reçu la visite du module Huygens en 2005.

C’est une exploration qui dure depuis plus d’une décennie. Arrivée aux abords de Saturne en juin 2004, la sonde américaine Cassini poursuit inlassablement ses observations scientifiques, nous envoyant régulièrement d’incroyables images de la planète, de ses anneaux et de ses satellites. Cassini est l’une des plus grosses sondes interplanétaires jamais construites : elle pèse 2.150 kg sans compter les 350 kg du module Huygens et plus de 3 tonnes d’hydrazine pour la propulsion. La sonde mesure près de 7 mètres de haut et 4 mètres de largeur et emporte 12 instruments scientifiques.

Quant au module Huygens (un peu plus de 300 kg), il a été largué le 14 janvier 2005  sur l’un des satellites de Saturne, Titan. C’est à ce jour le record d’atterrissage le plus éloigné de la Terre (1,2 milliard de km). Au cours de sa descente sous un parachute, le module Huygens n’a cessé de nous transmettre des données sur cet étonnant satellite naturel glacé sur lequel on a découvert des lacs de méthane et d’éthane liquide. Le module Huygens s’est posé sur un sol à -180°C, dont la consistance s’apparente à du sable gorgé de liquide, et a encore fonctionné pendant deux heures.

Autour de Saturne, des anneaux et des lunes

Bien que les quatre planètes gazeuses du Système solaire soient entourées d’anneaux, Saturne nous offre les plus beaux, loin devant Jupiter, Uranus et Neptune. Il suffit pour s’en convaincre de plonger dans les archives de la mission Cassini-Huygens.

saturn1

Même si elle date du 28 avril 2006, l’image ci-dessus  reste encore aujourd’hui l’une des plus belles photographies révélant la beauté du monde de Saturne.

Détaillons cette image en partant du premier plan. Nous voyons d’abord un anneau très fin (moins de 500 km de large), l’anneau F, qui est encadré par deux satellites bergers, Prométhée et Pandore (invisibles sur la photo).

Vient ensuite l’anneau A, large de 15 000 km. La bande sombre qui le partage est la division de Encke, à 133 500 km du centre de Saturne. Cette division (325 km de large) porte le nom de l’astronome allemand  Johann Franz Encke (1791-1865). La division de Encke est produite par le petit satellite Pan (32 km de diamètre) qui orbite à l’intérieur (invisible ici).

Épiméthée, un gros caillou de 110 km de diamètre qui navigue à 151 000 km de Saturne, est visible sur l’image au-dessus du plan des anneaux.

En arrière-plan on peut enfin admirer Titan, le plus grand satellite de Saturne (5150 km de diamètre), lequel circule à plus de 1,2 million de km de la planète gazeuse. Les contours flous de Titan trahissent l’existence d’une atmosphère composée de diazote, de méthane et d’éthane.

Quand elle a pris cette photographie, la sonde Cassini se trouvait à une distance d’environ 667 000 km d’Épiméthée  et 1 800 000 km de Titan. L’échelle de l’image est de 4 km par pixel sur Épiméthée et 11 km par pixel sur Titan.