En vidéo : un pousseur de verre à l’Observatoire de Puimichel

Rencontre avec Sébastien Moindrot, un « pousseur de verre » qui taille manuellement des miroirs de télescopes dans les Alpes de Haute-Provence.

À une époque où presque tous les instruments d’astronomie sont fabriqués en série, un petit village gaulois résiste encore. C’est à Puimichel, dans les Alpes de Haute-Provence, que sont taillées manuellement des optiques exceptionnelles.

L’histoire commence en 1982, quand Dany Cardoen, un ancien dessinateur industriel belge, vient s’installer avec un projet fou : construire le plus gros télescope amateur du monde.

6 ans plus tard, Dany a réussi son pari : tailler un miroir de 1 mètre de diamètre et l’installer dans un télescope fait maison qu’abrite une coupole au sommet du village. l’Observatoire de Puimichel est né.

Pendant plus de 20 ans des milliers d’astronomes amateurs vont venir observer dans cet incroyable instrument pendant que Dany Cardoen continue de tailler des miroirs de télescopes et des lentilles de lunettes astronomiques. Son savoir-faire lui vaut des commandes des quatre coins de la planète venant aussi bien d’amateurs que d’observatoires professionnels.

Certains amoureux du travail du verre sont venus à Puimichel chercher des conseils auprès de Dany ; Sébastien Moindrot n’en est jamais reparti. Il s’y est installé et il est devenu à son tour « pousseur de verre » (tailleur d’optiques). Comme il l’explique dans cette vidéo, la taille d’un miroir s’effectue par étapes successives en interposant des abrasifs de plus en plus fins entre le futur miroir et le disque-outils.

Des centaines d’heures de mouvements réguliers sont nécessaires pour donner peu à peu sa forme définitive au miroir du futur télescope. Un long travail à la fois physique et méticuleux indispensable pour obtenir des optiques exceptionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *