Coup de cœur : les mises en scène lunaires de Cyril Mayaud

Depuis l’Autriche et la Slovénie, Cyril Mayaud met en scène la Lune à travers de belles compositions. Rencontre avec un photographe talentueux.

Depuis plusieurs mois Cyril Mayaud suit mon blog et y partage par le biais de ses commentaires de très jolis clichés. Comme moi il aime les compositions originales réalisées avec un matériel simple et très peu de retouches. Je lui ai demandé de nous présenter son travail.

Je m’appelle Cyril Mayaud et je vis en Slovénie depuis bientôt 3 ans après avoir passé 6 ans à Graz (Autriche). J’ai commencé à faire de la photo de paysage il y a une douzaine d‘années afin de documenter mes voyages. Même si j’ai toujours aimé observer la Lune, la prendre en photo est une passion venue assez tardivement. Alors que je vivais en Autriche, je m’étais rendu compte que je pouvais voir plusieurs fois par an la Pleine Lune se coucher derrière la tour du Schloßberg (l’emblème de la ville de Graz) depuis l’une des fenêtres de mon appartement.

Coucher de Lune près de la tour du Schloßberg (avril 2016), Graz, Autriche. © Cyril Mayaud

Ce magnifique spectacle me donna envie d’essayer de l’immortaliser en photo. Ce qui n’était au départ qu’un challenge est très vite devenu une passion. Le fait que la Pleine Lune revienne chaque mois et la possibilité de photographier les croissants de Vieille et Jeune Lune m’encouragèrent à continuer.

Mes premiers clichés furent assez hasardeux car je ne connaissais pas les trajectoires précises de notre satellite naturel. La découverte de l’application The Photographer Ephemeris par le biais d’un ami m’a permis d’augmenter considérablement mes chances de faire régulièrement de très belles photos. Cet outil extrêmement puissant m’a appris à regarder différemment l’environnement autour de moi : il n’est pas rare que je contemple un paysage et que je me demande à quoi il ressemblerait avec la Lune sur l’horizon.

Couple dansant sous le croissant lunaire à son coucher, colline de Sovic (février 2019), Postojna, Slovénie. © Cyril Mayaud. L’idée de danser est de Tinkara Primožič (à gauche sur le cliché), le traitement sous Lightroom est de Matej Blatnik (à droite sur la photo).

J’ai commencé à photographier avec un bridge Panasonic Lumix FZ 200 ayant un zoom de 600 mm. Puis, j’ai fini par me procurer un SONY RX10 III avec un zoom équivalent et un capteur plus large, ce qui me permet de faire des photos de meilleure qualité. Il est très rare que je retouche mes photos sauf pour les recadrer. J’ai une préférence pour les photos de Pleine Lune mais j’aime aussi photographier les croissants et leur lumière cendrée. L‘important est seulement d’essayer d’avoir une photo originale.

La Lune au-dessus de l’une des collines d’Idrija (sept. 2017), Slovénie. © Cyril Mayaud

Les photos intégrant des personnes sont très gratifiantes mais sont plus contraignantes car elles demandent une logistique supplémentaire. Lorsque je souhaite prendre un cliché, j’essaye toujours de me représenter l’atmosphère possible de la photo en fonction du motif que je souhaite photographier et de la phase de la Lune. La météo pouvant rendre le résultat assez aléatoire : une couverture nuageuse à l’horizon ou un léger brouillard peuvent changer totalement l’ambiance de la photo. Même si je planifie certaines photos à l’avance et fais même des repérages, une importante part de mes clichés relève d’une improvisation de dernière minute dépendant d’une météo favorable. Traverser des rues vides à des heures très matinales pour prendre un coucher de Pleine Lune fait partie de mes moments préférés.

Personnage et lever de Lune sur la colline de Sovic (janv. 2019), Slovénie. © Cyril Mayaud

Le fait que je n’ai pas de véhicule me contraint à observer attentivement mon environnement proche. C’est pour cela que beaucoup de photos mettent en scène le même motif, comme la colline de la ville de Postojna où je vis actuellement. Cette limite de mobilité fait que certaines de mes idées peuvent parfois prendre plusieurs années avant de se concrétiser : c’est le cas de la photo représentant la Mort sous la Lune accompagnant cet article. À la réussite d’un tel cliché s’ajoute la saveur supplémentaire de l’avoir désiré pendant longtemps.

Faucheuse et coucher de Lune sur la colline de Sovic (fév. 2019), Slovénie. © Cyril Mayaud

Je tenais à remercier les courageux modèles apparaissant sur mes photos qui se sont levés à des heures très matinales (Nina, Matej et Tinkara), ainsi que tous ceux avec qui j’ai photographié la Lune (Matej, Marcus, Felix et Abraham). Leur assistance et leurs encouragements constants m’ont permis de progresser et de réaliser de tels clichés.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des photographies de Cyril dans sa galerie et plus particulièrement ses images de Lune ici. Si vous aussi vous souhaitez partager votre passion dans les colonnes de CIELMANIA, lisez cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *