Que voir dans le ciel nocturne au mois de mars 2019

Vénus, Saturne et Jupiter à l’aube, Mars qui flirte avec l’amas des Pléiades au crépuscule : ce mois de mars 2019 sera dédié au repérage des planètes.

En ce troisième mois annonciateur de printemps (l’équinoxe se produit le 20) les nuits sont assez longues pour profiter du ciel étoilé sans avoir trop froid. Après deux mois avec la Lune en vedette (éclipse totale le 21 janvier et Super Lune le 19 février), le mois de mars 2019 va nous permettre de nous consacrer au repérage et à l’observation des principales planètes.

La Lune avec Vénus, Saturne et Jupiter à l’aube du 28 février. © Jean-Baptiste Feldmann

Que ce soit à l’œil nu, muni d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, voici les rendez-vous à ne pas manquer (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision).

  • Le 1 et le 2 Saturne reçoit la visite du vieux croissant de Lune en fin de nuit ; la sixième planète du Système solaire passera à l’opposition le 9 juillet prochain et on peut déjà la pointer avec un petit instrument pour en admirer les anneaux
  • le 3 c’est au tour de Vénus de recevoir la visite du croissant matinal
La brillante planète Vénus et la vieille Lune un peu avant l’aube. © Jean-Baptiste Feldmann
  • le 6 c’est la Nouvelle Lune ; vous avez quelques nuits pour tenter une première fois le fameux marathon Messier, une amicale compétition entre astronomes amateurs qui consiste à observer en une seule nuit les 110 objets (amas d’étoiles, nébuleuses, galaxies…) du catalogue de Charles Messier
  • le 9 rendez-vous à la vingtième édition de la Journée de l’Occasion en Astronomie (JOA) qui se déroule à Communay
L’édition 2018 de la Journée de l’Occasion en Astronomie. © Jean-Baptiste Feldmann
Le lever de la Pleine Lune est souvent spectaculaire. © Jean-Baptiste Feldmann
  • le 27 la Lune décroissante est à 2° apparents de Jupiter en fin de nuit
  • le 28 c’est le Dernier Quartier de Lune
  • le 29 à l’aube Saturne est à moins de 1° apparent de la Lune
  • le 31 la planète Mars est à 3° apparents de l’amas d’étoiles des Pléiades ; vous pouvez retenter le marathon Messier au cours de ce dernier weekend du mois
Aux latitudes nord, il est possible d’observer tous les objets Messier en une seule nuit pendant une fenêtre de quelques semaines de la mi-mars à début avril.© Babak Tafreshi

5 réflexions sur “ Que voir dans le ciel nocturne au mois de mars 2019 ”

  1. ce soir 23 mars 2019, j’observe plein est une étoile assez basse, à premiere vue orangée, et à la jumelle cette étoile clignote vert et rouge. Je ne sais pas de quelle étoile il s’agit…actarus?

  2. Bonjour, j’ai observé la même chose ce soir (23 mars 2019 toujours), depuis Liège, c’était vers le sud-ouest à 21h30. C’est très brillant, bien plus que la plupart (toutes ?) des étoiles, j’ai d’abord pensé à une planète, mais ça clignote (scintille ?) bleu et rouge (et blanc ?) ; à ma connaissance, les planètes ne change pas de couleur. Ca ne semble pas bouger (donc je pense pas que ce soit un avion ni un satellite du coup). Au vu de la carte, c’est pas Acturus, ce serait plutôt du côté de Sirius ou Procyon (vu que je sais reconnaître presque aucune constellation, c’est un peu dur de savoir, mais bref, c’était à la gauche de Orion).

    Je suis assez intéressé par savoir ce que ça peut être.

  3. Bonjour,

    merci pour votre réponse. Déjà, je m’étais planté sur la date (je l’ai observé le 29, la date où j’ai posté le message). L’étoile est toujours là, à la même place, qui est bien la place de Sirius.

    Ensuite, je m’interrogeais toujours sur ce scintillement bizarre que j’avais vu (je l’ai montré à un pote le 30, il a confirmé), mais en fait visiblement la wikipédia répond à ma question : « aujourd’hui, il est clair que Sirius a toujours été blanche, rougeâtre à ras de l’horizon, et scintillant de façon multicolore par forte turbulence atmosphérique » (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sirius#Hypoth%C3%A9tique_ancienne_couleur_rouge). Je suppose que c’est ça que j’ai observé (et je sais pas trop comment vérifier qu’il y avait de fortes turbulences le 29 et le 30… le ciel était très clair, mais je suppose que ça n’interdit pas des turbulences en altitude).

    Merci à vous, je ne pense pas que j’aurais pris le temps de lire l’article si vous ne m’aviez pas dirigé sur Sirius. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *