Guettez la fugace planète Mercure au crépuscule

Vous avez quelques soirées pour repérer la discrète planète Mercure au-dessus de l’horizon. Voici quelques conseils pour la trouver.

Plus proche planète du Soleil, Mercure est toujours délicate à observer, perdue dans les lueurs de l’aube ou du crépuscule (les premiers Égyptiens ont d’ailleurs longtemps cru qu’il s’agissait de deux astres différents : un le soir, un autre le matin). Mais si vous savez à quel moment et dans quelle direction regarder, vous la trouverez relativement facilement en raison de son éclat en général assez élevé. C’est d’ailleurs sa luminosité qui avait permis aux Sumériens de la repérer dès l’Antiquité.

La discrète planète Mercure dans la soirée du 25 février. © Jean-Baptiste Feldmann

En raison de son déplacement très rapide (la planète met seulement 88 jours pour faire le tour du Soleil), les Romains lui avaient donné le nom du dieu du commerce alors que chez les Grecs cet astre était assimilé à Hermès, le Messager des Dieux.

C’est le moment de profiter d’une élongation (la planète s’écarte de notre étoile) pour la repérer pendant quelques soirs comme sur l’image ci-dessus réalisée le 25 février au crépuscule (2 secondes de pose à 1600 iso, boîtier Nikon D7100, objectif de 135 mm de focale ouvert à 5,6). La première planète du Système solaire se trouve actuellement à un peu plus de 160 millions de kilomètres de la Terre (elle a une magnitude de -0,5) dans la constellation du Verseau. Vous la repérerez au-dessus de l’horizon OUEST dans la direction du Soleil couchant aux alentours de 19h15.

Autre apparition de Mercure à l’aube du 12 décembre 2018. © Jean-Baptiste Feldmann

Mercure va rapidement replonger dans les lueurs solaires puisque sa conjonction avec notre étoile aura lieu le 15 mars ; on retrouvera ensuite cette planète dans le ciel du matin avec une élongation maximale le 11 avril. Notez que la planète effectuera un transit devant le Soleil le 11 novembre prochain, un spectacle dont nous reparlerons.

Carte topographique détaillée de la surface de Mercure réalisée par la NASA en combinant plus de 100.000 images fournies par la sonde Messenger.

N’imaginez pas découvrir des détails à sa surface en pointant une lunette astronomique vers Mercure : toujours très basse sur l’horizon, la première planète du Système solaire ne montre qu’un petit point tremblotant malmené par la turbulence atmosphérique. Depuis la disparition de l’orbiteur américain Messenger il n’y a plus aucune sonde pour étudier cet astre, en attendant 2025 et les observations de BepiColombo.

En vidéo : le transit de Mercure devant le Soleil le 9 mai 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *