Archives pour la catégorie Actualités

Mascot, prochain robot sur un astéroïde

Après Philae, l’atterrisseur actuellement sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, voici Mascot (acronyme de Mobile Asteroid Surface Scout).

mascot

Mascot, logé dans le ventre de la sonde  spatiale Hayabusa-2 avec trois petits rover Minerva,  sera lancé si tout va bien mercredi 3 décembre par le Japon. La mission devrait atteindre en juin 2018 l’astéroïde géocroiseur 1999 JU3, un caillou d’un kilomètre qui pourrait abriter des composés organiques.

Une fois sur place, la sonde Hayabusa-2 larguera Mascot, un parallélépipède de 30 cm de côté pesant 10 kilos, qui devrait rebondir plusieurs fois avant de s’immobiliser. Mascot, fruit d’une coopération franco-allemande, disposera alors de 12 heures (le temps de vider sa batterie) pour étudier la surface de l’astéroïde sur lequel il pourra même se déplacer.

De son côté la sonde Hayabusa-2 tentera de toucher le sol de l’astéroïde 1999 JU3 à différents endroits pour ramener des échantillons sur Terre enfermés dans une capsule à la fin de l’année 2020.

Quand Callisto occulte Io

Tous les 6 ans en moyenne, les positions relatives du Soleil, de la Terre et de Jupiter offrent la possibilité d’observer les phénomènes mutuels des satellites de Jupiter(on parle de phémus).

On distingue deux grands types de phénomènes : les éclipses (un satellite passe dans l’ombre d’un autre satellite) et les occultations (un satellite passe devant un autre satellite). Le 02 novembre dernier Callisto a occulté Io, comme le montre ce montage réalisé par l’astronome amateur Marco Guidi qui utilisait un télescope de Dobson de 50 centimètres de diamètre (20 inch).

IoCallistoSequenza_Guidi

Callisto (quatrième satellite en partant de Jupiter) est le plus grand (4820 kilomètres) et le plus sombre (sa surface, un mélange de roche et de glace, est très ancienne). Io mesure 3640 kilomètres et la brillance de sa surface s’explique par sa position : premier satellite en partant de Jupiter, Io (déformé par les formes de marée engendrées par la planète gazeuse géante) compte plus de 400 volcans en activité qui remodèlent en permanence sa surface.

L’observation de telles occultations permet de suivre l’activité volcanique sur Io : la disparition du flux infrarouge émis par un volcan lorsqu’il est occulté par un satellite permet de localiser sa position sur Io.

Des îles mystérieuses sur Titan

Titan, le plus grand satellite de Saturne avec un peu plus de 5000 kilomètres de diamètre, a été découvert par l’astronome Christian Huygens en 1655.

Entouré d’une épaisse atmosphère, Titan n’a révélé sa surface que depuis une dizaine d’années grâce à la mission américano-européenne Cassini-Huygens (Cassini est l’orbiteur qui survole Saturne et ses satellites depuis 2004, Huygens est la sonde qui s’est posée sur Titan en janvier 2005). On a alors découvert sur ce satellite de grands lacs d’hydrocarbures (éthane et méthane).

titan2

C’est sur ces vastes étendues liquides et glacées (il fait en moyenne -180° C à la surface de Titan) que les chercheurs ont repéré ces dernières années deux formes inconnues. D’après les données fournies par le spectromètre Vims (Visible and Infrared Mapping Spectrometer) de l’orbiteur Cassini, il pourrait s’agir de vagues ou d’îlots de débris.

En attendant une nouvelle campagne d’observations début 2015, les scientifiques ont déjà baptisé ces zones Magic Island, les îles magiques.

Gaz et poussière autour de la comète 67P

Alors que l’ESA cherche toujours à localiser l’atterrisseur Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, l’orbiteur Rosetta poursuit ses investigations.

comet2

Une mosaïque réalisée à partir de 4 images prises le 20 novembre par la caméra de navigation NavCam de Rosetta révèle une augmentation du niveau d’activité de la comète (qui se rapproche du Soleil), d’où s’échappent des petits jets de gaz et de poussière.

Des indices laissent également penser qu’une fine « atmosphère » de gaz et de poussière entoure la comète mais les scientifiques restent prudents pour le moment (il pourrait s’agir d’un phénomène de diffusion de la lumière provoquée par les optiques de la caméra NavCam).

Les images qui composent la mosaïque, d’une résolution d’environ 2,6 mètres/pixel, on été prises à une trentaine de kilomètres de distance.

Zoom sur le sol de Mercure

Première planète du Système solaire en partant du Soleil, Mercure est cartographiée par l’orbiteur américain Messenger depuis le mois de mars 2011.

Maintenant à court de carburant, la sonde se rapproche de la planète à chaque orbite et s’y écrasera au mois de mars 2015. Les scientifiques mettent à profit cette lente descente pour photographier le sol de Mercure avec une résolution inégalée.

Mercure

L’image ci-dessus présente une zone de 5,3 kilomètres de large. Acquise le 15 septembre dernier, cette photographie révèle les détails de la paroi sud du cratère Bechet, nommé en hommage au musicien et compositeur américain de jazz Sidney Bechet.

Remarquez la différence de texture de la paroi ainsi que les nombreux petits cratères provoqués par des impacts de météorites. Le cratère Bechet, d’un diamètre de 17,6 kilomètres, se situe dans les plaines volcaniques proches du pôle nord de Mercure.

Une éclipse solaire vue de l’espace

L’observatoire solaire SDO (Solar Dynamics Observatory) a été le seul a pouvoir photographier une éclipse partielle de Soleil le 22 novembre dernier, le phénomène n’étant observable que depuis l’orbite terrestre.

sdo1

L’image ci-dessus, prise dans l’ultraviolet extrême, nous montre le disque noir de la Nouvelle Lune mordant sur le disque solaire où l’on distingue certaines régions très actives.

Continuer la lecture

Les grosses météorites inquiètent les scientifiques

En février 2013, l’explosion d’un bolide au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk (image ci-dessous) était venue nous rappeler que la Terre n’est pas à l’abri d’une rencontre avec de grosses météorites.

russe1

La NASA le confirme avec la publication d’une étude menée entre 1994 et 2013.

Continuer la lecture

L’astéroïde Vesta cartographié

Lancée en 2007, la sonde américaine Dawn atteindra l’astéroïde Cérès en mars 2015. En 2012 elle s’était longuement attardée autour de Vesta, permettant d’en réaliser la première carte géologique qui vient d’être publiée (ci-dessous), fruit du travail d’une équipe de 14 scientifiques pendant 30 mois.

vesta

Avec un diamètre moyen de 530 km, Vesta (qui fut découvert le 29 mars 1807 par l’astronome Heinrich Olbers), est le second membre (derrière Cérès) de la ceinture d’astéroïdes qui circulent entre les planètes Mars et Jupiter.

Continuer la lecture

Tempêtes géantes sur Uranus

Depuis sa découverte en 1781 par William Herschel, Uranus fait peu parler d’elle. Il faut dire que la septième planète du Système solaire est une géante glacée (dont le diamètre dépasse 50.000 kilomètres) qui vogue à près de 3 milliards de kilomètres de nous et présente donc peu d’intérêt à priori.

uranus

D’ailleurs les seules images de la surface réalisées par une sonde (Voyager en 1986) avaient convaincu les astronomes de classer Uranus comme un astre sans caractéristique particulière en lumière visible, où l’on ne trouvait aucune des perturbations atmosphériques connues sur les autres planètes gazeuses (comme Jupiter et Saturne).

Continuer la lecture

Sous Philae, la poussière cache la glace

On en sait désormais un peu plus sur le forage que Philae a tenté sans succès après s’être posé sur la comète  67P/Churyumov-Gerasimenko.

Lorsque l’atterrisseur a mis en marche sa foreuse Mupus, celle-ci n’a en effet pu s’enfoncer que de quelques millimètres dans le sol, même à pleine puissance.

mupus

Pour Tilman Spohn, l’un des responsables de l’instrument  Mupus (Multi-Purpose Sensors for Surface and Subsurface Science), les données recueillies par Philae, si on les compare à des mesures réalisées en laboratoire, suggèrent que la foreuse a rencontré de la glace solide sous une couche de poussière de 10 à 20 centimètres d’épaisseur.

Incroyables images de Philae au-dessus de sa comète

Alors que l’atterrisseur Philae s’est endormi sur la comète  67P/Churyumov-Gerasimenko après avoir épuisé sa pile, les ingénieurs de l’ESA continuent de dépouiller les informations scientifiques collectées ces derniers jours. Ils nous proposent aujourd’hui une mosaïque d’incroyables images montrant la descente et le premier rebond de l’atterrisseur.

esa

Il s’agit de clichés pris par la caméra Osiris depuis l’orbiteur Rosetta à une distance de la comète d’environ 15 kilomètres avec une résolution de 28 centimètres par pixel. Les heures sont en GMT (Greenwich Mean Time), il faut ajouter 1 heure pour avoir l’heure de Paris. Pendant sa descente l’atterrisseur se déplace d’ouest en est à une vitesse d’environ 0,5m/sec. Deux images permettent de voir la zone du premier rebond (touchdown point) avant et après.

La position définitive de Philae n’est toujours pas connue mais les ingénieurs de l’ESA sont confiants : l’analyse en cours d’autres images prises par Rosetta et Philae pendant ses rebonds devraient permettre de localiser l’atterrisseur.

Philae : son premier atterrissage en image

L’aventure de l’atterrisseur Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko se poursuit. Après la journée du 14 novembre pleine de surprises et d’incertitudes, la nuit qui a suivi a livré son lot de bonnes nouvelles.

L’ESA a d’abord présenté des images prises le 12 novembre par l’orbiteur Rosetta sur lesquelles on distingue le premier contact de l’atterrisseur Philae avec le sol de la comète. Rosetta se trouvait alors à 15 kilomètres de 67P et la résolution est d’environ 1 mètre par pixel.

comet1

L’image ci-dessus a été faite 3 min 34 sec avant l’atterrissage de Philae, alors que l’atterrisseur était environ 250 mètres au-dessus de la surface.

L’image ci-dessous a été prise 1 min 26 secondes après le premier contact de Philae avec le sol de la comète. La marque sombre correspond très probablement au nuage de poussière soulevé par l’atterrisseur, dont le point théorique de contact a été matérialisé par un carré vert.

comet2

Alors que Philae avait interrompu ses communications hier en fin de journée, il a redonné signe de vie vers 23h30 heure française, confirmant qu’il avait bien réussi son forage, le premier jamais réalisé sur une comète. Les instruments Cosac et Ptolémée ont commencé la recherche de gaz et de molécules organiques dans l’échantillon collecté.

Ayant épuisé toute son énergie, Philae s’est mis ensuite en mode « veille », éteignant la quasi-totalité de ses instruments. Avant cela les ingénieurs de l’ESA étaient parvenus à faire légèrement pivoter l’atterrisseur, un mouvement destiné à mieux orienter les panneaux solaires, seule source d’énergie possible désormais (la pile de Philae est entièrement déchargée).

Il faudra attendre les prochains créneaux d’ensoleillement pour voir si Philae reçoit assez d’énergie pour émettre à nouveau et donner de ses nouvelles. En attendant l’équipe du CNES a souhaité bonne nuit à l’atterrisseur !

cnes

Philae : surprises et incertitudes

Voici le point sur la situation 48 heures après l’arrivée mouvementée de l’atterrisseur Philae à la surface de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Tout d’abord personne ne peut dire actuellement où se trouve exactement Philae à la surface de 67P, il faudra donc se contenter de la zone proposée lors de la conférence de presse du 13 novembre. Seule certitude : l’atterrisseur, qui a terminé ses rebonds dans un secteur au relief tourmenté, ne reçoit pas assez de lumière car il est à l’ombre d’un rempart naturel (les scientifiques parlent d’une « falaise ») qui lui cache régulièrement le Soleil. Si on y ajoute le fait qu’une partie des panneaux solaires est mal orientée en raison de l’inclinaison de l’atterrisseur (lequel ne repose que sur 2 de ses 3 pieds), on peut craindre que Philae ne cesse ses activités dans les prochaines heures, quand il aura épuisé l’énergie de sa pile principale.

esa1

Malgré cet avenir incertain, la collecte des données scientifiques se poursuit : analyse de la structure interne de la comète à l’aide du radar Consert, mesure de la dureté du sol avec l’instrument Mupus, étude de la géométrie fine des grains à la surface avec les caméras Rolis et Civa sont quelques-unes des expériences en cours. 67P a déjà offert une très grosse surprise aux scientifiques : avec une surface où alternent des zones relativement lisses qui semblent recouvertes d’un gravier grossier et des régions rocheuses très dégradées, Tchouri ne ressemble pas du tout aux autres noyaux cométaires qui ont reçu la visite de sondes dans le passé.

esa2

Quel avenir pour Philae ? Il existe à ce jour deux options : soit les techniciens tentent de faire bouger l’atterrisseur pour qu’il reçoive plus de lumière solaire, soit ils le font hiberner en attendant des jours meilleurs. En théorie les moyens pour faire bouger Philae ne manquent pas : le propulseur de gaz froid, les harpons, la foreuse ou encore les bras des instruments Mupus ou Apxs pourraient être utilisés à cette fin. Mais la prudence guidera peut-être les ingénieurs : la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko se rapproche du Soleil et dans quelques mois les panneaux solaires de Philae recevront une quantité de lumière beaucoup plus importante. L’ESA va donc devoir trancher rapidement, à moins que Philae ne cesse de communiquer avec la Terre plus tôt que prévu…

Philae envoie ses premières images

Les 12 et 13 novembre resteront célèbres dans l’histoire de la conquête du Système solaire.

Après un voyage d’une décennie, l’atterrisseur Philae s’est en effet séparé de la sonde Rosetta le 12 novembre pour rejoindre la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko (du nom des deux astronomes soviétiques qui ont découvert cet astre chevelu en 1969 et qui étaient présents au siège de l’ESA pour suivre l’événement).

esa

Le 6 novembre la sonde Rosetta avait photographié la comète 67P à une distance de 30 kilomètres (image ci-dessus). Cet astre chevelu parcourt son orbite en un peu plus de 6 ans et tourne sur lui-même en 12h30.

12 novembre : Philae a envoyé sa première image (ci-dessous) juste après sa séparation de Rosetta en milieu de matinée (9h35 heure de Paris). On distingue en haut de l’image un panneau solaire et une partie de Rosetta à droite.

phil3

Un peu plus tard Rosetta a photographié Philae (images ci-dessous), confirmant que les pieds de l’atterrisseur s’étaient correctement déployés et que les instruments scientifiques fonctionnaient. La sonde a poursuivi sa trajectoire de façon à assurer les futures liaisons entre l’atterrisseur et la Terre.

phil1

esa7

Image suivante : la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko vue par la camera ROLIS (ROsetta Lander Imaging Systemde Philae alors que l’atterrisseur est à 3 kilomètres de sa cible. La zone d’atterrissage prévue a été surnommée Agilkia (Agilkia est le nom d’une île sur le Nil, en Egypte, où les ruines antiques de l’île de Philae ont été déplacées suite à la construction du barrage d’Assouan dans les années 1970). La résolution de l’image est de 3 mètres par pixel.

phil2

Image suivante : dernière image reçue avant que l’atterrisseur ne touche le sol après une descente de 7 heures à environ 3 km/h.

La surface à cet endroit semble recouverte d’une couche de poussière et de quelques rares cailloux, une information rassurante pour les scientifiques de la mission.

phil4

Le montage ci-dessous permet de voir la zone d’Agilkia photographiée au cours de la descente de l’atterrisseur.

ros

12 novembre, 20h30 : selon les informations communiquées par Stephan Ulamec, responsable de Philae au Centre européen d’opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt (Allemagne) au cours du dernier point de presse de la journée, les deux harpons n’ont pas permis d’ancrer l’atterrisseur qui a peut-être rebondi sur la comète pour y retomber deux heures plus tard, un délai qui s’explique par la faible gravité à sa surface.

Mise à jour du 13 novembre

10h30 : selon l’astrophysicien Francis Rocard l’atterrisseur a bien mis deux heures à se stabiliser après s’être posé sur la comète 67P vers 16 h30 (heure de Paris) le 12 novembre, comme le confirment les images floues obtenues à ce moment-là par Philae. L’atterrisseur s’est enfoncé de 4 centimètres, confirmant que le sol d’Agilkia est assez mou. Pour le moment les scientifiques de l’ESA ne savent toujours pas si les harpons ont fonctionné mais ils sont optimistes car Philae et Rosetta communiquent entre eux et l’orbiteur peut donc continuer à nous envoyer des informations.

11h15 : voici la première image prise par l’atterrisseur Philae à la surface de la comète  67P/Churyumov-Gerasimenko ! Cette image qui est un assemblage de 2 clichés montre le sol environnant et l’un des pieds de Philae. Il semble que l’atterrisseur, après plusieurs rebonds, se soit finalement posé incliné à 1 kilomètre du premier point de contact avec la surface de la comète.

p1

15h30 : au cours d’une conférence de presse au siège de l’ESA, les scientifiques ont présenté la zone (B) dans laquelle devait se trouver l’atterrisseur Philae après son rebond au point A.

esa3

Ci-dessous gros plan sur la zone A, premier point d’impact de Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko le 12 novembre en milieu d’après-midi avant son rebond.

esa6

La mosaïque de 5 images (prises par la sonde Rosetta à une distance de 18 kilomètres) présentée ci-dessous montre la zone dans laquelle devrait désormais se trouver l’atterrisseur Philae.

esa8

Pour clore cette journée riche en émotions voici le premier panorama pris depuis le sol de la comète 67P. Il s’agit d’un assemblage des images transmises par Philae avec d’un côté le sol rocheux et de l’autre le ciel, l’atterrisseur (qui a été dessiné pour mieux comprendre l’orientation) étant penché (il a 2 pieds sur 3 en contact avec le sol).

esa

Un grand bravo à tous les ingénieurs, techniciens et scientifiques qui ont « porté » cette mission depuis 21 ans. Ci-dessous les membres de l’ESA réunis au Centre européen d’opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt (Allemagne) pour la photo-souvenir (© ESA/J. Mai).

rosetta

 

La mise à jour du 14 novembre est ici.

En direct : Philae va se poser sur la comète Tchouri

Communiqué de Futura-Sciences :

La journée du 12 novembre sera celle de Rosetta. La vaillante sonde de l’Agence spatiale européenne, qui a atteint « sa » comète (67P/Churyumov-Gerasimenko, que l’on peut appeler Tchouri) en août dernier, lancera ce jour-là vers elle l’atterrisseur Philae. Cet engin d’une centaine de kilogrammes (mais sur une balance installée sur ce petit corps céleste, l’instrument n’indiquerait qu’à peu près un gramme) s’approchera à quelques kilomètres par heure de la zone visée, baptisée Agilkia.

comet

 

C’est une grande première en astronautique et assurément un événement à ne pas manquer. La réussite est loin d’être garantie. Le léger Philae, dans cette gravité si faible, devra se harponner à la surface et peut tout aussi bien toucher un gros caillou et basculer sur le dos. On peut même craindre qu’il s’enfonce dans un sol de poussière.

Futura-Sciences vous fera vivre en direct cette aventure sur une page spéciale à partir de 15 h 30 avec les premières images du site d’atterrissage saisies avec la caméra Rolis (Rosetta Lander Imaging System). Rendez-vous, donc, à l’adresse suivante : http://www.futura-sciences.com/live/.