Une supernova explose dans la galaxie spirale Messier 61

Messier 61, une galaxie spirale dans la constellation de la Vierge, attire l’attention des astronomes : une supernova vient d’y exploser.

La constellation de la Vierge est parfaitement visible durant les nuits du mois de mai. Quand la Lune est absente, les astronomes en profitent pour pointer leurs télescopes en direction des nombreux objets cosmiques que l’on peut admirer aux alentours de Spica, la plus brillante étoile de la constellation. Il y a bien sûr le superamas de la Vierge, un grand amas de galaxies situé à une distance de 15 à 22 Mégaparsec (entre 50 et 70 millions d’années-lumière). Mais la constellation abrite également  d’autres curiosités célestes comme l’étrange couple de galaxies Arp 116, Messier 98 ou encore Messier 104, le célèbre Sombrero céleste.

La belle galaxie spirale Messier 61 se trouve dans la constellation de la Vierge. © ESO

Attardons-nous sur l’une d’entre elles, la superbe galaxie spirale Messier 61 située à 55 millions d’années-lumière de nous. Si elle est assez discrète dans un télescope d’amateur avec une magnitude de 10, la galaxie M 61 révèle toute sa beauté dans un grand instrument, comme nous le prouve cette image proposée par l’ESO il y a quelques mois (image ci-dessus).

Le 6 mai une supernova (SN2020jfo) a été détectée dans un bras spirale de la galaxie Messier 61. Cette découverte a été réalisée dans le cadre du Zwicky Transient Facility, un programme d’observation du ciel à grand champ entrepris depuis 2018 à l’observatoire du mont Palomar (États-Unis).

Bien que la supernova de Messier 61 soit loin d’égaler SN2016aps, la plus énergétique jamais observée (voir la vidéo ci-dessous), sa magnitude de 14,5 la rend spectaculaire. Imaginez donc : sur les images présentées par le Cepheid Observatory India, la supernova brille à 55 millions d’années-lumière autant que les autres étoiles présentes dans le champ. Pourtant ces dernières, beaucoup plus proches, font partie de notre Voie lactée et se situent donc à seulement quelques dizaines ou centaines d’années-lumière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *