Archives pour l'étiquette Voie lactée

Voie lactée au-dessus du désert de sel bolivien d’Uyuni

Se reflétant sur la surface du salar d’Uyuni, un désert de sel des hauts-plateaux bolivien, la Voie lactée s’offre au photographe Daniel Kordan.

En Bolivie, à 3.600 mètres d’altitude, se déploie le plus vaste désert de sel au monde, le salar d’Uyuni. Cette étendue de sel qui s’étire sur plus de 150 kilomètres (sa superficie  exacte est de 10.582 km²) s’est formée il y a 14.000 ans suite à la disparition d’un lac préhistorique, laissant progressivement la place à la plus grande croûte de sel sur Terre dont l’épaisseur varie de 2 à 120 mètres selon les endroits.

On en extrait un tiers des réserves de lithium exploitables de la planète, un métal alcalin très recherché qui entre dans la composition des piles et batteries rechargeables, mais qui intéresse également l’industrie du verre, des céramiques, la métallurgie, l’industrie du caoutchouc et des thermoplastiques…

salar_voie_lactee

On imagine sans peine la beauté du ciel nocturne depuis le salar d’Uyuni, loin de toute pollution lumineuse. C’est le spectacle qu’a immortalisé Daniel Kordan en se mettant lui-même en scène dans une image où la Voie lactée se reflète sous les pieds du photographe. Continuer la lecture

La Voie lactée se dévoile en Indre-et-Loire

Un petit coin de paradis pour les astronomes en Indre-et-Loire ? Voici une bonne adresse pour admirer le ciel étoilé depuis les bords du lac de Rillé. 

Je vous avais présenté il y a peu un jeune croissant de Lune au-dessus du lac de Rillé. C’est dans ce petit coin de Touraine que j’ai passé quelques jours, très exactement au gîte nature de l’Epronnière.

carte_pollution_lumineuse

Distant d’une quarantaine de kilomètres des villes de Tours et Angers, ce gîte, qui accueille des amoureux de la nature et des oiseaux en pleine zone ornithologique, n’est entouré que de quelques petits villages peu éclairés. Continuer la lecture

Bivouac sous la Voie lactée au pied de l’Everest

Plus près des étoiles, les alpinistes qui gravissent l’Everest prennent parfois le temps de contempler la Voie lactée dans un ciel noir comme de l’encre.

Plus haut sommet du monde, l’Everest (8.848 mètres au-dessus du niveau de la mer) fait partie de la chaîne de montagnes de l’Himalaya qui marque la frontière entre la Chine et le Népal. Le 29 mai 1953 l’alpiniste et explorateur néo-zélandais Edmund Hillary parvenait pour la première fois à atteindre son sommet avec à ses côtés  le sherpa népalais d’origine tibétaine Tensing Norgay. Depuis plus de soixante ans les alpinistes ne cessent de rivaliser d’audace pour atteindre le sommet toujours plus vite en empruntant de nouvelles voies, avec ou sans assistance respiratoire.

voie_lactee_everest

Une ascension du mont Everest s’étalant sur plusieurs semaines, elle se fait par étapes successives. C’est au camp de base (5.340 mètres) qu’est rassemblé l’ensemble du matériel acheminé par des  porteurs et des yacks. Une fois les alpinistes acclimatés à l’altitude, l’ascension se fait par paliers : camp 1 vers 5.900 mètres, camp 2 vers 6.500 mètres, camp 3 vers 7.200 mètres, camp 4 vers 8.000 mètres d’où partira l’assaut final. Continuer la lecture

Jeune croissant de Lune au-dessus du lac de Rillé

Principale réserve ornithologique en Touraine, le lac de Rillé recevait la visite d’une jeune croissant de Lune dans la soirée du 6 août. 

Connu également sous le nom de lac de Pincemaille, le lac de Rillé est un plan d’eau de 250 hectares qui s’est formé en 1977 suite à la construction d’un barrage sur la rivière Lathan. Ce plan d’eau situé à une quarantaine de kilomètres au nord de la ville de Tours, destiné à l’irrigation des zones agricoles de ce morceau de Touraine, est devenu un haut-lieu ornithologique (comme l’explique la LPO) où l’on peut observer plus de 200 espèces d’oiseaux : héron, grèbe huppé, chevalier, oie, canard, martin-pêcheur, pie-grièche écorcheur… ainsi que des espèces beaucoup plus rares comme le balbuzard pêcheur ou encore la cigogne noire.

lune7

Le soir du 6 août, à l’occasion des Nuits des étoiles, je me trouvais au bord du lac. Assailli par les moustiques, j’ai pu admirer le jeune croissant en train de glisser vers l’horizon OUEST, quatre jours après la Nouvelle Lune. Continuer la lecture

Août, le mois idéal pour admirer les étoiles filantes

Avec la douceur de ses nuits, le mois d’août est dédié à l’observation des étoiles filantes, ces petites poussières qui encombrent le Système solaire.

Vous voilà enfin en vacances, prêts à savourer un repos bien mérité. Vous avez prévu de longues heures de détente dans une chaise longue en début de soirée, le regard tourné vers le ciel qui s’assombrit, et vous vous surprenez à compter les étoiles qui apparaissent une à une. Il y en a bientôt beaucoup trop pour que vous puissiez les dénombrer, alors qu’une bande laiteuse, la Voie lactée, fait lentement son apparition selon un axe NORD-SUD. quand soudain une étoile filante traverse à toute vitesse une portion de la sphère céleste avant de disparaître.

etoile_filante1

Circulant sur son orbite à près de 30 kilomètres par seconde, la Terre fonce à travers le Système solaire et heurte en permanence de minuscules particules appelées météoroïdes. Ces poussières (à l’origine de la lumière zodiacale), pénètrent à grande vitesse dans notre atmosphère : elles s’échauffent et deviennent lumineuses une fraction de seconde avant de se vaporiser. C’est ce qu’on appelle les étoiles filantes (sporadiques) ou météores.

etoile_filante2

Parfois notre planète traverse aussi des nuages de poussières abandonnées par les comètes sur leur orbite : le nombre d’étoiles filantes augmente sensiblement et forme un essaim qui prend le nom de la région du ciel (appelé le radiant) d’où les météores semblent jaillir.   Continuer la lecture

Voie lactée au-dessus des nuages depuis l’île de La Palma

Au sommet de l’île de La Palma, la Voie lactée est splendide. Un point de vue unique qui accueille l’un des plus grands télescopes au monde.

L’archipel des Canaries se compose de sept îles d’origine volcanique dans l’océan Atlantique à 150 kilomètres des côtes du Maroc. Deux îles ont les faveurs des astronomes : l’île de Ténérife avec l’Observatoire du Teide et l’île de La Palma avec l’Observatoire du Roque de Los Muchachos. Ces deux observatoires, gérés par l’Institut d’astrophysique des Canaries, bénéficient du ciel le plus pur de l’hémisphère nord à 2400 m d’altitude, loin de toute pollution lumineuse.

la_palma_voie_lactee

L’Observatoire du Roque de Los Muchachos, qui héberge le Gran Tecan (un télescope de 10,4 m de diamètre que je vous invite à découvrir dans ce diaporama), est adossé à la caldeira vertigineuse de Taburiente qui constitue les restes d’un stratovolcan en partie effondré côté sud-ouest.

Continuer la lecture

Escalade nocturne sous la Voie lactée dans le Tyrol

Le photographe Nicholas Roemmelt a réalisé une très belle composition nocturne sous la Voie lactée depuis une via ferrata dans le Tyrol.

Nicholas Roemmelt est un photographe patient qui a attendu un an pour réaliser une image qu’il avait en tête. C’est seulement au mois d’avril que la Voie lactée est bien orientée par rapport à un superbe point de vue sur une cascade et la vallée depuis la via ferrata surnommée « Lehner Wassefall » dans le Tyrol, cette région de l’Autriche où le massif alpin offre de magnifiques randonnées.

tyrol

Lorsque la météo a annoncé du beau temps durable il y est revenu en milieu de nuit avec sa femme Christina qui a accepté de réaliser cette randonnée sportive nocturne avant de jouer les alpinistes pour cette image. L’appareil photo attaché sur une étroite paroi, le couple a cru que l’expédition allait tourner court quand des nuages ont envahi le ciel. Continuer la lecture

Le volcan de Fuego en éruption sous la Voie lactée

Vu de nuit sous les étoiles, l’un des volcans les plus actifs d’Amérique centrale, le volcan de Fuego au Guatemala, est particulièrement photogénique.  

C’est un géant qui ne s’endort jamais ; culminant à 3763 m d’altitude dans la Sierra Madre de Chiapas (une chaîne montagneuse qui borde le Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Honduras), le volcan de Fuego est entré 15 fois en éruption l’an passé et déjà 5 fois depuis le début de l’année 2016.

En vidéo : quels sont les différents types d’éruptions volcaniques ?

Sa plus grosse éruption depuis 35 ans a eu lieu le 8 février 2015 avec des colonnes de cendres jusqu’à 5.000 m d’altitude qui ont nécessité la fermeture de l’aéroport de Guatemala, la capitale située à une cinquantaine de km, et de plusieurs écoles, alors que les villes et les plantations de café aux alentours se retrouvaient sous une épaisse couche de cendres.

fuego1

Cette superbe image nocturne a été réalisée le 18 mars par le photographe Jonathan Schiralli. Le volcan connaissait alors une activité éruptive de type strombolienne avec de fortes explosions (accompagnées de secousses sismiques ressenties jusqu’à une quinzaine de km), un panache de fumée et plusieurs coulées de lave.

Situé à moins de 15° au nord de l’équateur, le Guatemala permet d’admirer la plupart des constellations de l’hémisphère sud. La Voie lactée se déploie au-dessus de la Sierra Madre de Chiapas loin de toute pollution lumineuse. Les lumières que l’on devine au loin sous les nuages sont celles des villes situées dans la plaine.

Le fuseau poussiéreux de la galaxie lenticulaire NGC 5866

La constellation du Dragon héberge une curieuse galaxie, NGC 5866. Vue exactement par la tranche, elle révèle un long fuseau poussiéreux.

Coincée entre la Petite et la Grande Ourse, la constellation boréale du Dragon abrite une surprenante galaxie lenticulaire, NGC 5866. Située à 44 millions d’années-lumière de nous, NGC 5866 est à l’origine d’une incertitude dans le catalogue Messier. Son observation est rapportée par l’astronome français Pierre Méchain en 1781 et Charles Messier la classe alors dans son catalogue des objets nébuleux comme M 102 ; mais quelques temps plus tard Méchain signale qu’il s’est trompé et que son observation correspond en fait à une galaxie déjà connue, M 101 dite la galaxie du Moulinet.

ngc_5866

Même si l’image ci-dessus (prise par le télescope spatial Hubble en novembre 2005) semble assez inhabituelle, la finesse de ce disque galactique n’a rien d’exceptionnel. D’autres galaxies pourraient nous montrer le même profil mais nous ne les voyons pas exactement par la tranche comme c’est le cas avec NGC 5866. Continuer la lecture

Horseshoe Bend, un méandre du Colorado sous les étoiles

Le photographe américain Jack Fusco a photographié la Voie lactée au-dessus d’une étonnante structure géologique, le méandre de Horseshoe Bend.

Situé à 6 km au sud de la ville de Page en Arizona (sur la route US 89), Horseshoe Bend est un très beau méandre creusé par le fleuve Colorado en aval du Lake Powell, le second plus grand lac artificiel du pays qui s’est rempli en 1963 à la suite de la construction du barrage de Glen Canyon.

Comme son nom l’indique, Horseshoe Bend a une forme de fer à cheval. C’est un site exceptionnel qui attire de nombreux touristes et photographes : depuis le sommet des falaises ocres on contemple 340 mètres plus bas les eaux turquoises du Colorado qui a pris naissance dans les montagnes Rocheuses pour aller se jeter dans le golfe de Californie.

jack_fusco

Le photographe Jack Fusco nous propose cette vision nocturne étonnante de la Voie lactée se déployant dans le ciel au-dessus de Horseshoe Bend. Continuer la lecture

Partez à la découverte du Triangle d’hiver

Les soirées du mois de février sont l’occasion de découvrir le Triangle d’hiver et ses trois étoiles : Procyon, Bételgeuse et Sirius.

À chaque saison correspondent des repères célestes destinés à cheminer au milieu des étoiles à la découverte des constellations. Le Triangle d’été formé des trois étoiles brillantes Deneb-Véga-Altaïr permet de nous guider dans la Voie lactée pendant les douces nuits des mois de juillet et août. Les froides nuits des semaines de janvier-février ce sont les étoiles Procyon, Bételgeuse et Sirius qui vont nous accompagner.

triangle_hiver

Procyon (Alpha Canis Minoris) est l’étoile la plus brillante de la constellation du Petit Chien et la septième plus brillante du ciel nocturne. C’est également l’une des étoiles les plus proches de la Terre puisqu’elle se situe à seulement 11,4 années-lumière. Procyon est en réalité une étoile double (une naine blanche de faible luminosité, Procyon B, orbite autour de l’astre principal, Procyon A).

Continuer la lecture

Voie lactée depuis le désert des Pinnacles en Australie

Retour sur une étonnante image nocturne réalisée en Australie dans le désert des Pinnacles par l’astrophotographe Michael Goh.

Le désert des Pinnacles se trouve dans le parc national de Nambung. On y accède en moins de 3 heures de route depuis Perth, la capitale de l’Australie-Occidentale et l’une des grandes villes (plus de 2 millions d’habitants) les plus isolées au monde.

Le désert des Pinnacles est célèbre pour ses milliers d’étonnantes concrétions rocheuses plantées dans une mer de sable. Ces édifices calcaires qui se seraient formés il y a 30.000 ans peuvent atteindre 4 m. de haut.

desert-pinnacles

Cette magnifique image (un panorama obtenu en assemblant plusieurs images) réalisée par Michael Goh est arrivée en tête du concours Photo Nightscape Awards 2015 dans la catégorie « Paysages nocturnes ». Continuer la lecture

Zoom sur la Croix du Sud, la plus petite des constellations

Une image prise au pied d’une des coupoles de l’Observatoire de La Silla nous permet de découvrir la minuscule constellation de la Croix du Sud.

Avec une superficie de 68 degrés², la Croix du Sud est la constellation la moins étendue, ce qui ne l’empêche pas d’être bien connue de tous les observateurs du ciel austral.

Elle est d’abord très utile pour trouver le pôle sud céleste : il suffit pour cela de prolonger 4,5 fois la distance entre les étoiles Gacrux et Acrux pour trouver le point par lequel passe l’axe de rotation de la Terre, dans une région céleste très pauvre en étoiles (l’étoile polaire bien connue sous nos latitudes n’a en effet pas d’équivalent dans l’hémisphère sud).

croix_du_sud2

La Croix du Sud est également un passage obligé pour trouver Alpha Centauri (Toliman) et Beta Centauri (Agéna), le système stellaire le plus proche du Soleil dont le troisième membre, le plus célèbre bien qu’il soit invisible à l’œil nu, est Proxima Centauri (cette naine rouge est peut-être accompagnée d’une exoplanète, une hypothèse séduisante que vise à confirmer le programme Pale Red Dot).

Continuer la lecture

Des étoiles pauvres en métaux en pleine Voie lactée

2MASS J18082002–5104378 est une des premières étoiles qui se sont formées à la naissance de notre Voie lactée il y a plus de 13 milliards d’années.

En 2011 une équipe d’astronomes européens utilisant le VLT avait mis la main sur une curieuse étoile dans la constellation du Lion, SDSS J102915+172927 (cataloguée dans le Sloan Digital Sky Survey). Cet astre étrange avait une proportion de métaux (des éléments plus lourds que l’hélium) plus de 20.000 fois inférieure à celle du Soleil ce qui signifiait que nous observions une étoile très âgée.

En vidéo : les 10 plus grandes découvertes des télescopes de l’ESO

En effet chaque nouvelle génération d’étoiles s’enrichit des métaux dispersés par la génération précédente de supernovae ; une étoile pauvre en métaux est donc née peu après le Big Bang à partir des éléments chimiques les plus légers disponibles, l’hydrogène et l’hélium.

eso2

C’est le cas également pour 2MASS J18082002–5104378, une autre étoile UMP (pour Ultra Metal Poor) en pleine Voie lactée qui a été étudiée par une équipe de chercheurs américano-brésiliens dirigée par Jorge Melendez (Université de São Paulo) à l’ESO. Cet astre, qui contient 10.000 fois moins de fer que le Soleil, a une magnitude de 11,9 ce qui en fait l’une des plus brillantes étoiles UMP connues.

Continuer la lecture

La nébuleuse de la Lagune, une pouponnière d’étoiles

C’est en pleine Voie lactée, dans la constellation du Sagittaire, que niche la nébuleuse de la Lagune, un immense nuage d’hydrogène où naissent des étoiles.

On la surnomme Messier 8, NGC 6523 ou encore la nébuleuse de la Lagune. Elle fut découverte en 1747 par Le Gentil, un astronome français resté célèbre pour sa malchance (il rata deux transits de Vénus devant le Soleil en Inde en 1761 et en 1769). La nébuleuse entra quelques années plus tard en huitième position dans le catalogue de Charles Messier mais c’est à l’astronome anglaise Agnès Clerke que revient l’honneur de l’avoir baptisée nébuleuse de la Lagune en 1890.

messier8

Située à un peu moins de 5000 années-lumière de nous dans la constellation du Sagittaire, la nébuleuse de la Lagune mesure environ 110 années-lumière, ce qui représente à cette distance un diamètre apparent trois fois plus grand que la Pleine Lune. Avec une magnitude de 5 elle devient visible à l’œil nu à condition de s’éloigner de toute pollution lumineuse.

Continuer la lecture

Les beautés du ciel nocturne dans le désert du Kalahari

À cheval sur trois pays d’Afrique, le désert du Kalahari est la plus vaste étendue de sable au monde. Le ciel nocturne y dévoile ses splendeurs. 

« Grande soif », « lieu sans eau » : en tswana, la langue officielle de l’Afrique du sud, le mot Kalahari sert à nommer sans équivoque la région la plus sèche du globe.

Le désert du Kalahari s’étend sur 900.000 km² entre les bassins des fleuves Zambèze et Orange et recouvre une partie du Botswana, de la Namibie et de l’Afrique du Sud. Il est la zone la plus aride d’un espace géographique très étendu, le bassin du Kalahari (2,5 millions de km² qui mordent sur le Botswana, la Namibie, l’Afrique du Sud, l’Angola, la Zambie, le Zimbabwe, la République du Congo et la République démocratique du Congo).

desert

Si les déserts font parfois peur, ils restent pour les astrophotographes les rares endroits épargnés par la pollution lumineuse.

Continuer la lecture

Zoom sur Messier 5, l’un des plus vieux amas globulaires

Avec des étoiles qui se sont formées il y a près de 13 milliards d’années, l’amas globulaire Messier 5 est l’un des plus âgés dans la Voie lactée.

Lorsque l’astronome français Charles Messier l’observe pour la première fois le 23 mai 1764, il prend cet amas globulaire de magnitude 5,6 pour une nébuleuse, ne parvenant pas à distinguer autre chose qu’une tache ronde dans son modeste télescope.

L’objet céleste qui va entrer en cinquième position dans son catalogue a déjà été découvert 62 ans plus tôt par l’astronome allemand Gottfried Kirch (1639-1710) mais il faudra attendre 1792 pour que William Herschel parvienne à résoudre une partie des étoiles de l’amas à l’aide de son puissant télescope.

messier5

Comme tous les amas globulaires, Messier 5  se trouve dans le halo de notre Galaxie, et comme eux il perd une partie de ses étoiles chaque fois que son orbite elliptique allongée le fait s’approcher trop près de la Voie lactée.

Continuer la lecture

Pluie de Géminides dans le ciel du désert d’Atacama

L’astrophotographe Yuri Beletsky a passé la nuit du 13 au 14 décembre à photographier la pluie d’étoiles filantes des Géminides dans le désert d’Atacama.

Parmi les nombreuses trouvailles du télescope spatial infrarouge IRAS figure l’astéroïde (3200) Phaéton. Il a été découvert le 11 octobre 1983 sur des images analysées par les astronomes Simon Green et John K. Davies.

En vidéo : un astéroïde menace-t-il notre planète ?

Phaéton (qui porte le nom du fils d’Hélios, le dieu du Soleil dans la mythologie grecque) est un astéroïde  d’un peu plus de 5 km qui passe tous les 1,4 an à seulement 0,139 Unité Astronomique du Soleil. Le 14 décembre 2093 Phaéton s’approchera relativement près de la Terre (2,9 millions de km).

geminides2

L’orbite de (3200) Phaéton correspond à la pluie d’étoiles filantes des Géminides (le radiant de l’essaim se situe dans la constellation des Gémeaux, non loin des étoiles jumelles Castor et Pollux). L’activité de cet essaim est assez récente puisqu’on ne le mentionne que depuis 150 ans, à la différence par exemple des célèbres Perséides dont les premiers rapports d’observation en Chine remontent à l’an 36. Le maximum d’activité des Géminides se produit entre le 12 et le 14 décembre avec un taux horaire qui peut atteindre 75 météores.

Continuer la lecture

En vidéo : le centre galactique passe au zénith du VLT

Rendez-vous au VLT pour voir passer au zénith la constellation du Sagittaire, direction dans laquelle se trouve le centre de notre galaxie.  

Le Very Large Telescope,  un ensemble de quatre télescopes géants de 8,2 mètres de diamètre (accompagnés de quatre télescopes auxiliaires mobiles de 1,8 mètre), est le fleuron de l’Observatoire Européen Austral (ESO). Ces instruments sont installés sur le Cerro Paranal dans le désert d’Atacama au nord du Chili, à une altitude de 2 635 m.

Alors qu’en France la constellation du Sagittaire est très basse sur l’horizon, elle passe au zénith du VLT, implanté par 24 degrés de latitude sud. C’est d’ailleurs depuis le site du Paranal qu’on a pu réaliser un poster géant du centre galactique de 9 milliards de pixels en utilisant le télescope infrarouge Vista.

Continuer la lecture

En vidéo : des coupoles et des lasers sur le Mauna Kea

Indispensables pour optimiser l’optique adaptative des grands télescopes, les lasers du Mauna Kea strient le ciel nocturne dans un superbe time-lapse

L’Observatoire du Mauna Kea héberge une dizaine de télescopes de 1 à 10 m de diamètre appartenant à différents pays au sommet du volcan Mauna Kea sur l’île d’Hawaï, à 4205 mètres d’altitude (la France dispose d’un télescope de 3,6m, le Télescope Canada-France-Hawaï).

Le photographe Sean Goebel est un familier des lieux ; il passe beaucoup de ses nuits au sommet du Mauna Kea, photographiant la beauté du ciel dans un site exempt de toute pollution lumineuse. Il a réalisé un très beau time-lapse, une vidéo montrant en accéléré l’activité nocturne de l’observatoire.

Outre les mouvements réguliers des coupoles et des radiotélescopes sous la voûte céleste, on remarque dans cette vidéo  la présence de très nombreux lasers ; à quoi servent-ils ?

Continuer la lecture