Archives pour l'étiquette Alain Brodin

Paysages lunaires à explorer (4) : Arzachel, Alphonse, Ptolémée

Une simple lunette astronomique ou un petit télescope permettent de merveilleuses observations lunaires. Découvrons Alphonse et ses voisins.

Situé sur la bordure EST de la Mer des Nuées (Mare Nubium) à proximité du Mur Droit, la région du cratère Alphonse révèle sa complexité aux 8ème et 22ème jours de la lunaison. Alphonse est un cratère de 120 km de diamètre situé entre Ptolémée (au NORD) et Arzachel (au SUD).

Ce cratère (nommé en l’honneur d’Alphonse X dit Alphonse le Sage, roi de Castille et astronome qui vécut de 1221 à 1284), possède un pic central qui s’élève à 2.600 m d’altitude au-dessus du lac de lave refroidi qui l’a comblé il y a bien longtemps. Les plus puissants télescopes peuvent servir à repérer dans cette arène 3 petits craterlets de 5 km de diamètre entourés d’un anneau sombre (peut-être des dépôts de matériau plus foncé remonté à la surface au cours d’impacts). Continuer la lecture

Paysages lunaires à explorer (3) : Archimède et ses alentours

Une simple lunette astronomique ou un petit télescope permettent de merveilleuses observations lunaires. Découvrons la région d’Archimède.

C’est au SUD de Platon et Vallis Alpes que je vous entraîne aujourd’hui pour cette troisième exploration lunaire, dans la région du cratère Archimède (la seconde chronique était consacrée au Mur Droit), toujours grâce aux images réalisées par l’astronome amateur Alain Brodin.

Situé en bordure EST de la Mer des Pluies (Mare Imbrium), Archimède est un beau cratère d’impact d’environ 85 km de diamètre. Ses remparts dominent le fond de plus de 2.000 m sauf au NORD où ils se sont effondrés il y a bien longtemps. Ce cratère a été nommé en l’honneur du célèbre mathématicien et physicien grec qui découvrit un principe d’hydrostatique et une vis qui portent son nom. Continuer la lecture

Paysages lunaires à explorer (2) : le Mur Droit

Une simple lunette astronomique ou un petit télescope permettent de merveilleuses observations lunaires. Découvrons le Mur Droit ou Rupes Recta.

Situé sur la bordure EST de la Mer des Nuées (Mare Nubium) le Mur Droit est la seconde curiosité lunaire que nous allons explorer, après la région de Platon et Vallis Alpes. Cette formation est observable avec un grossissement d’au moins une cinquantaine de fois juste après le Premier Quartier et avant le Dernier Quartier.

Découverte en 1650 par l’astronome Christian Huygens (qui la surnommait l’épée dans la Lune), cette formation géologique est une faille de compression qui est probablement apparue lors du refroidissement de la mer des Nuées quand une partie du bassin s’est affaissée. Continuer la lecture

Paysages lunaires à explorer (1) : Platon et Vallis Alpes

Une simple lunette astronomique ou un petit télescope permettent de merveilleuses observations lunaires. Découvrons la région de Platon et Vallis Alpes.

Trop souvent délaissée, la Lune est un sujet d’observations astronomiques infinies. Son diamètre apparent et son éclat permettent à tous les débutants d’y pointer facilement un instrument. Si une paire de jumelles bien calée offre déjà de belles possibilités, l’emploi d’une lunette astronomique ou d’un télescope vous ouvrent les portes d’un monde minéral étonnant où les reliefs changent d’aspect tout au long de la lunaison (les ombres s’allongent ou raccourcissent selon la hauteur du Soleil).

Cette première chronique dédiée aux paysages lunaires à explorer nous entraîne dans l’hémisphère nord lunaire du côté de Platon et Vallis Alpes, une région à observer aux 9ème et 22ème jours de la lunaison avec un éclairage rasant.   Continuer la lecture

Deux grosses taches solaires font face à la Terre

Apparues depuis quelques jours, deux imposantes taches solaires viennent nous rappeler que notre étoile n’est jamais calme bien longtemps.

L’ activité solaire a été faible ces derniers mois mais les choses pourraient bientôt changer. Après AR 2529, la belle tache solaire en forme de cœur que je vous invitais à suivre au mois d’avril, voici deux grands groupes de taches qui sont actuellement bien visibles au milieu du disque solaire, comme le montrent les images réalisées par l’astronome amateur Alain Brodin le 17 juillet à l’aide d’un télescope de 150 millimètres de diamètre : il s’agit de AR 2565 à droite et AR 2567 dont une partie s’est séparée.

soleil4

Rappelons que les taches solaires (numérotées dans l’ordre d’apparition par laNOAA, National Oceanic and Atmospheric Administration, AR signifiant Active Region) sont des anomalies magnétiques moins chaudes que le reste de la surface du Soleil, ce qui les rend plus sombres. Ces taches sont à l’origine d’éjection de matière solaire dans l’espace qui se traduit sur Terre par de très belles aurores boréales.

soleil3

N’oubliez pas que comme à l’occasion d’une éclipse de Soleil, l’observation des taches nécessite une filtration particulièrement efficace pour ne pas subir de graves lésions oculaires. On trouve des filtres solaires à installer à l’avant d’une lunette astronomique, d’un télescope ou d’un appareil photo dans tous les magasins de matériel astronomique.

astrosolar

astrosolar2

Vous pouvez également suivre l’évolution de ce groupe de taches sur la page des satellites solaires SOHO (SOlar and Heliospheric Observatory) ou SDO (Solar Dynamics Observatory).