Archives pour l'étiquette magnitude

Jupiter, Procyon, Sirius

Trois astres d’éclat sensiblement identique jalonnent le ciel en fin de nuit, comme le montre ce cliché.

ciel2

Jupiter est le plus brillant (magnitude -1,9) : la planète géante gazeuse se rapproche de nous et sera à l’opposition le 6 février 2015. Jupiter est actuellement dans la constellation du Cancer, non loin de l’amas ouvert d’étoiles Messier 44.

Continuer la lecture

La Lune et Saturne se rapprochent

C’est devenu un rituel : chaque début de lunaison, Saturne et la Lune entament un flirt.

lune4

Le 31 août dernier les deux astres n’étaient qu’à 0,4 degré apparent l’un de l’autre. Hier soir l’écart était plus conséquent. Comme la planète aux anneaux a une magnitude de 0,6 elle n’est apparue qu’une fois le ciel bien sombre.

Continuer la lecture

Jupiter et la Lune

Bien que chargé de nuages, le ciel de ce matin permettait de suivre le lent rapprochement apparent entre Jupiter (à gauche du château de la Tour) et la Lune décroissante (la Nouvelle Lune se produira le 24 septembre). Les deux astres seront au plus près (5 degrés d’écart) à l’aube du samedi 20 septembre.

jup1

Jupiter, la plus grosse planète du Système solaire, se trouve actuellement à un peu moins d’un milliard de kilomètres de la Terre.

Continuer la lecture

Vénus et Régulus

Le ciel du matin a bien changé depuis le 24 août, date du rassemblement entre la Lune, Vénus et Jupiter.

Notre satellite naturel est pour le moment dans le ciel du soir, la prochaine Pleine Lune ayant lieu le 9 septembre. Quant aux deux planètes, Jupiter grimpe à l’assaut du firmament pendant que Vénus plonge en direction du Soleil pour sa prochaine conjonction le 25 octobre.

reg3

Ce matin Vénus au ras de l’horizon passait non loin de Régulus, la plus brillante étoile de la constellation du Lion. Une légende raconte qu’il y a 5000 ans les Perses avaient choisi 4 étoiles assez brillantes (appelées étoiles royales) pour indiquer les points cardinaux :  Aldébaran (constellation du Taureau), Régulus, Antarès (dans le Scorpion) et Fomalhaut (Poisson austral).

Continuer la lecture

La Lune, Vénus et Jupiter

C’était ce matin la dernière occasion d’admirer Vénus et Jupiter en compagnie d’un fin croissant de Lune puisque la Nouvelle Lune aura lieu demain.

ciel5

Nous avons de haut en bas au-dessus de Nuits-Saint-Georges (ville de Côte-d’Or) : Jupiter, cinquième planète du Système solaire (magnitude -1,8), puis Vénus (magnitude -3,9) qui plonge lentement en direction du Soleil (elle sera en conjonction avec notre étoile le 25 octobre puis redeviendra ensuite visible le soir). Enfin, juste au-dessus des sapins, le fin croissant de Lune 34 heures avant la Nouvelle Lune.

Cette image a été réalisée avec un boîtier Nikon D3200 et un objectif 18-105 mm. Pose d’1 sec avec une sensibilité de 400 iso.

Vénus et Jupiter à l’aube

Après la Super Lune du 10 août et les Perséides le 12, voici le troisième événement astronomique de ce mois d’août. Les deux planètes les plus brillantes du Système solaire ont en effet décidé de se croiser le long de l’écliptique.

plan1

Tandis que Vénus (magnitude -3,9) plonge lentement en direction du Soleil, Jupiter (magnitude -1,8) s’en éloigne.

Continuer la lecture

Le triangle d’été

L’été est l’occasion de découvrir la Voie lactée, cette bande laiteuse qui traverse le ciel du nord au sud et qui représente notre Galaxie vue par la tranche, le Système solaire étant situé à la périphérie de ce disque d’étoiles. Trois étoiles brillantes observables au zénith en début de nuit forment le triangle d’été.

triangle3

Deneb est la plus brillante étoile de la constellation du Cygne (magnitude 1,25). C’est une supergéante blanche de 110 rayons solaires, l’une des plus grosses étoiles connues. On estime sa distance à 1500 années-lumière.

Continuer la lecture

Des admirateurs pour Mars

Depuis son opposition le 8 avril dernier (à moins de 100 millions de km de la Terre) la planète Mars s’éloigne de nous et perd peu à peu de son éclat.

mars

Elle continue pourtant d’étonner les curieux du ciel par sa couleur orangée provoquée par d’abondantes quantités d’oxyde de fer à sa surface. Cette teinte, qui évoque la couleur du sang, est à l’origine de son nom : Mars était en effet le dieu de la guerre dans la mythologie romaine.

Continuer la lecture