Archives pour l'étiquette mer de la Tranquillité

Insolite : un avion dans la Mer de la Tranquillité

La Mer de la Tranquillité est sans doute la mer lunaire la plus célèbre depuis Apollo 11. En cherchant un peu j’y ai déniché un avion de passage. 

La Mer de la Tranquillité (Mare Tranquillitatis) est un ancien bassin d’impact formé suite à la chute d’un astéroïde il y a 4,5 milliards d’années peu après la formation de la Lune, à une époque où le jeune Système solaire voyait d’innombrables météorites frapper les planètes naissantes. C’est dans cette Mer que le 20 juillet 1969 les astronautes Neil Armstrong et Edwin « Buzz » Aldrin on quitté le module Eagle pour faire quelques pas sur notre satellite naturel au cours de la mission Apollo 11, alors que leur compatriote Michael Collins resté en orbite à bord du module de commande suivait les premiers pas de l’Homme sur la Lune.

D’autres missions ont également concerné la Mer de la Tranquillité : le 20 février 1965 c’est la sonde américaine Ranger 8 qui s’y écrase après avoir transmis plus de 7.000 photographies réalisées au cours d’une chute de 23 minutes. Continuer la lecture

Le 14 décembre, cherchez le lapin sur la Pleine Lune

À chaque Pleine Lune vous pouvez vous amuser à retrouver un lapin imaginaire dont la forme du corps épouse les fausses mers lunaires.

Peut-être avez-vous eu la chance d’admirer la Super Lune le mois dernier, la plus proche de la Terre depuis 1948. Si la météo ne vous l’a pas permis, consolez-vous : la Pleine Lune de ce 14 décembre, bien que légèrement plus petite, affiche un diamètre apparent respectable de 33’15, ce qui lui vaut également le titre de Super Lune. Même si la différence d’éclat et de diamètre apparent avec la Lune à l’apogée n’est pas toujours perceptible, ce serait dommage de ne pas profiter de cette occasion pour sortir admirer le spectacle.

La dernière Pleine Lune de l’année 2016, qui passera la nuit dans la constellation du Taureau, vous donnera peut-être l’occasion de repérer le lapin lunaire. Continuer la lecture

47 ans après Apollo 11, Margaret Hamilton enfin récompensée

Margaret Hamilton, la mathématicienne qui développa le logiciel de bord de la mission Apollo 11, a reçu la plus haute décoration civile des États-Unis.

Comme le raconte Florence Porcel dans son livre L’espace sans gravité, la misogynie est aussi une des caractéristiques de la conquête spatiale. Les femmes n’y ont jamais vraiment été bien accueillies et seules les tâches les plus ingrates leurs ont été confiées. On retiendra par exemple que les sept hommes du groupe Mercury 7 (Cooper, Carpenter, Schirra, Grissom, Slayton, Shepard et Glenn) iront tous dans l’espace alors que ce ne sera le cas d’aucune des 13 pilotes femmes du groupe Mercury 13, pourtant aussi méritantes.

hamilton

S’il est un domaine où les femmes sont employées, c’est dans le développement des instructions données aux ordinateurs (le software), un domaine jugé alors moins important que la partie électronique (hardware). Continuer la lecture

Quelle est l’origine des mers lunaires ?

Hier soir c’était le dixième jour de la lunaison, l’occasion de parler des mers lunaires. Il s’agit de vastes plaines sombres uniformes que les premiers astronomes comme Galilée ont pris pour des étendues liquides. C’est l’italien Riccioli qui nomma les mers lunaires au 17e siècle selon une nomenclature toujours en usage.

lune_gibbeuse

Il y a plus de 4 milliards d’années, peu après sa formation, la Lune a reçu une multitude de météorites qui ont criblé d’impacts sa surface.

Continuer la lecture

La mer des Crises

Trois jours après la Nouvelle Lune, le fin croissant de Séléné nous dévoile la première grande mer, la mer des Crises.

lune8b

Ce bassin ovale d’environ 600 km de diamètre s’est formé à la suite de l’impact d’un astéroïde il y a un peu moins de 4 milliards d’années. La sonde russe Luna 15 s’y est écrasée le 21 juillet 1969, pendant que de leur côté les membres de la mission américaine Apollo 11 foulaient le sol de la mer de la Tranquillité.

L’image ci-dessus a été réalisée en plaçant un boîtier photographique derrière un télescope de 125 mm de diamètre qui a joué le rôle d’un très puissant téléobjectif.

Vous pourrez retrouver d’autres formations lunaires dans l’article consacré à la sélénographie.