Le 14 décembre, cherchez le lapin sur la Pleine Lune

À chaque Pleine Lune vous pouvez vous amuser à retrouver un lapin imaginaire dont la forme du corps épouse les fausses mers lunaires.

Peut-être avez-vous eu la chance d’admirer la Super Lune le mois dernier, la plus proche de la Terre depuis 1948. Si la météo ne vous l’a pas permis, consolez-vous : la Pleine Lune de ce 14 décembre, bien que légèrement plus petite, affiche un diamètre apparent respectable de 33’15, ce qui lui vaut également le titre de Super Lune. Même si la différence d’éclat et de diamètre apparent avec la Lune à l’apogée n’est pas toujours perceptible, ce serait dommage de ne pas profiter de cette occasion pour sortir admirer le spectacle.

La dernière Pleine Lune de l’année 2016, qui passera la nuit dans la constellation du Taureau, vous donnera peut-être l’occasion de repérer le lapin lunaire.

Le corps de ce lapin est constitué des fausses mers lunaires, de larges et sombres plaines basaltiques qui trahissent d’anciennes coulées volcaniques. Ces épanchements de lave se sont produits lors des impacts de très grosses météorites qui ont eu lieu au début de la formation de la Lune.

lapin_lune

La grosse tête de notre lapin lunaire est représentée par l’océan des Tempêtes (où l’on peut admirer le cratère Copernic), ses pattes antérieures par les mers des Humeurs et des Nuées, ses pattes postérieures par les mers de la Fécondité et du Nectar, sa queue par la mer des Crises et ses oreilles par la mer du Froid.

Quant au reste de son corps il englobe la mer de la Tranquillité (où s’est posé le module lunaire de la mission américaine Apollo 11 le 20 juillet 1969 avec à son bord Neil Armstrong, Michael Collins et Edwin « Buzz » Aldrin), ainsi que les mers de la Sérénité et des Pluies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *