Que voir dans le ciel nocturne au mois de juillet 2018

L’opposition de la planète Mars et une éclipse totale de Lune sont les grands événements célestes de ce mois de juillet. Des rendez-vous à ne pas manquer !

Nous commençons à nous éloigner du solstice et les nuits s’allongent lentement ; même s’il est encore un peu tôt pour traquer nébuleuses et galaxies, ce mois de juillet 2018 nous offre la possibilité d’observer deux phénomènes astronomiques assez peu courants : un passage de la Lune dans le cône d’ombre terrestre et la plus courte distance entre nous et la planète Mars depuis 15 ans, deux événements qui tombent à la même date, le 27 ! Nous n’en oublierons pas pour autant quelques jolis rapprochements entre la Lune et les planètes.

L’éclipse partielle du 7 août 2017 peu après le lever de la Lune. © Jean-Baptiste Feldmann

Que ce soit à l’œil nu, muni d’une paire de jumelles ou d’une longue-vue, voici les rendez-vous à ne pas manquer (vous pouvez les localiser avec la carte de Stelvision) :

Rapprochement Vénus-Régulus à l’aube du 6 septembre 2014. © Jean-Baptiste Feldmann
  • le 10 juillet avant l’aube le croissant de vieille Lune se trouve au milieu des étoiles de l’amas des Hyades, pas très loin d’Aldébaran (à suivre aux jumelles)
  • le 15 juillet en soirée le jeune croissant de Lune est à quelques degrés de Vénus (à suivre à l’œil nu)
  • la nuit du 20 au 21 juillet la Lune est aux côtés de Jupiter (à suivre à l’œil nu)
La vieille Lune passe devant l’amas des Hyades en juillet 2016. © Jean-Baptiste Feldmann
  •  la nuit du 24 au 25 juillet c’est Saturne que la Lune accompagne (à suivre à l’œil nu)
  • le 27 juillet la planète Mars est au plus près de la Terre (c’est l’opposition) mais son observation sera intéressante tout au long du mois à condition de disposer d’un bon télescope et en espérant que la grande tempête apparue début juin ne masquera pas les paysages martiens
La planète Mars vue par le télescope spatial Hubble lors de l’opposition 2016. © NASA
  • toujours le 27 juillet surveillez la Pleine Lune qui se lèvera partiellement éclipsée, le maximum de l’éclipse ayant lieu vers 22 h 20 heure de Paris (à suivre à l’œil nu). Le spectacle sera comparable à la superbe éclipse totale de Lune du 31 janvier inobservable en Europe
  • le 29 juillet les quatre satellites galiléens (Io, Europe, Ganymède et Callisto) sont à l’EST du disque de Jupiter (à suivre aux jumelles)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *