Archives pour l'étiquette télescope spatial Herschel

Le miroir du JWST se dévoile lentement

Les ingénieurs de la NASA sont en train de découvrir l’un après l’autre les dix-huit segments du miroir principal du JWST (James Webb Space Telescope).

Successeur du télescope spatial Hubble, le James Webb Space Telescope (nommé en hommage à James Edwin Webb, administrateur de la NASA entre 1961 et 1968) est un instrument qui sera doté d’un miroir de 6,5 m de diamètre. Il doit être lancé en octobre 2018 par une fusée Ariane 5 depuis le centre spatial guyanais de Kourou.

jwst2

L’assemblage du télescope se poursuit dans la salle blanche géante du Goddard Space Flight Center à Greenbelt dans le Maryland. La monture du télescope est opérationnelle et le module ISIM (Integrated Science Instrument Module) qui regroupe les principaux instruments destinés à la bonne marche du télescope (caméra infrarouge, spectromètre, capteurs de guidage..) a été testé dans une enceinte à -254° C destinée à reproduire les conditions que subira le télescope dans l’espace.

jwst1

Pour réaliser un miroir principal deux fois et demie plus large que celui du télescope spatial Hubble (soit 6,5 mètres de diamètre) sans qu’il soit plus lourd, les ingénieurs de la NASA on choisi d’utiliser du béryllium, un des métaux les plus légers au monde, dont les propriétés thermiques et mécaniques sont adaptées aux températures cryogéniques (- 223 °C) qui seront nécessaires pour que le JWST puisse également observer dans l’infrarouge et surpasse l’observatoire spatial Herschel de l’ESA. Continuer la lecture

La monture du télescope spatial James Webb est prête

La construction du James Webb Space Telescope se poursuit avec la livraison de la structure qui va supporter le miroir de 6,5 mètres de diamètre.

Alors que les dix-huit segments en béryllium recouvert d’or qui vont former le miroir principal du JWST sont en cours de réalisation, c’est la monture de ce futur télescope spatial qui est arrivée au Goddard Space Flight Center à Greenbelt  dans le Maryland, là où la NASA dispose de la plus grande salle blanche du monde (1200 m²) pour assembler et tester ses systèmes spatiaux.

jwst2

Successeur du télescope spatial Hubble, le James Webb Space Telescope (nommé en en hommage à James Edwin Webb, administrateur de la NASA entre 1961 et 1968), sera équipé d’un miroir trois fois plus grand dont le revêtement de surface permettra d’étudier le rayonnement infrarouge des astres les plus lointains de l’Univers, comme l’a fait avant lui le télescope spatial Herschel.

Comme l’a rappelé l’ancien astronaute John Grunsfeld (qui est désormais administrateur associé à la Direction des missions scientifiques de la NASA), « le JWST peut remonter beaucoup plus loin dans le temps et dans l’espace que le télescope Hubble, de façon à nous montrer les premières étoiles et galaxies formées dans l’Univers ».

jwst3

Financé principalement par les Etats-Unis, le James Webb Space Telescope (dont on voit une représentation d’artiste ci-dessus)devrait coûter la bagatelle de 10 milliards de dollars. Cet instrument de plus de 6 tonnes dont la température doit être maintenue à -223°C pour permettre les observations en infrarouge sera lancé en 2018 depuis la base de Kourou en Guyane à l’aide d’une fusée Ariane 5. Le JWST sera placé sur une orbite à 1,5 million de kilomètres de la Terre pour mener à bien ses observations.

La nébuleuse du Crabe, premier objet Messier

En l’an 1054 une étoile nouvelle s’invita dans la constellation du Taureau (connue pour abriter le célèbre amas d’étoiles des Pléiades). Visible pendant des mois sans instrument, son apparition fut mentionnée par des observateurs chinois et arabes. Il s’agissait de l’explosion d’une étoile agonisante, une supernova qui entra dans l’histoire sous l’appellation SN 1054. Cette supernova a ensuite fait place à un pulsar et surtout à une nébuleuse en perpétuelle expansion, la nébuleuse du Crabe.

crabe

700 ans plus tard, l’astronome français Charles Messier redécouvrit la nébuleuse par hasard, alors qu’il était à la recherche de la comète de Halley, dont on avait prédit le retour. Pour éviter de confondre les objets nébuleux avec la comète, Messier décida de faire la liste de ces objets. Ainsi naquit le célèbre catalogue Messier dont le premier objet est la nébuleuse du Crabe (M 1).

Continuer la lecture

La sonde Dawn dévoile peu à peu la surface de Cérès

Cérès a été découverte le premier jour de l’année 1801 par l’astronome italien Giuseppe Piazzi. Avec un diamètre d’environ 950 km, c’est est la plus petite des cinq planètes naines connues à ce jour (il y a aussi Hauméa, Eris, Makémaké et Pluton).

ceres2

Alors que les 4 autres planètes naines circulent au-delà de l’orbite de Neptune, Cérès se déplace entre Mars et Jupiter, ce qui permet de la suivre avec un petit télescope (sa magnitude varie de 6,7 à 9,3).

Continuer la lecture