Août, le mois idéal pour admirer les étoiles filantes

Avec la douceur de ses nuits, le mois d’août est dédié à l’observation des étoiles filantes, ces petites poussières qui encombrent le Système solaire.

Vous voilà enfin en vacances, prêts à savourer un repos bien mérité. Vous avez prévu de longues heures de détente dans une chaise longue en début de soirée, le regard tourné vers le ciel qui s’assombrit, et vous vous surprenez à compter les étoiles qui apparaissent une à une. Il y en a bientôt beaucoup trop pour que vous puissiez les dénombrer, alors qu’une bande laiteuse, la Voie lactée, fait lentement son apparition selon un axe NORD-SUD. quand soudain une étoile filante traverse à toute vitesse une portion de la sphère céleste avant de disparaître.

etoile_filante1

Circulant sur son orbite à près de 30 kilomètres par seconde, la Terre fonce à travers le Système solaire et heurte en permanence de minuscules particules appelées météoroïdes. Ces poussières (à l’origine de la lumière zodiacale), pénètrent à grande vitesse dans notre atmosphère : elles s’échauffent et deviennent lumineuses une fraction de seconde avant de se vaporiser. C’est ce qu’on appelle les étoiles filantes (sporadiques) ou météores.

etoile_filante2

Parfois notre planète traverse aussi des nuages de poussières abandonnées par les comètes sur leur orbite : le nombre d’étoiles filantes augmente sensiblement et forme un essaim qui prend le nom de la région du ciel (appelé le radiant) d’où les météores semblent jaillir.  

Plusieurs essaims d’étoiles filantes sont actifs ce mois-ci : ceux qui ont connu leur maximum d’activité fin juillet (comme les Piscis Austrinides, les Delta Aquarides sud et les Alpha Capricornides dont on verra encore quelques étoiles filantes jusqu’au 15 août) et ceux qui sont actifs en août : les célèbres Perséides (maximum le 12 août, essaim actif jusqu’au 24 août), les Kappa Cygnides (du 3 au 25 août, maximum le 17) et les Alpha Aurigides dans les derniers jours du mois.

Il y a donc fort à parier que vous verrez quelques jolis météores au cours des prochaines nuits, à condition de respecter les règles suivantes :

  • choisir un lieu d’observation éloigné de toute pollution lumineuse
  • éviter les nuits qui entourent la Pleine Lune (le 18 août)
  • bénéficier d’une météo clémente

Si vous souhaitez photographier un météore comme ceux qui sont présentés dans cet article, prévoyez d’installer votre boîtier sur un pied photo et de faire des séries de poses d’environ 30 secondes avec une haute sensibilité (au moins 800 iso) avec un objectif le plus lumineux possible doté d’une très courte focale pour embrasser une grande partie du ciel. Sachez que les étoiles filantes étant très rapides, seules les plus brillantes auront une chance d’apparaître sur vos clichés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *