Hipparque, le cratère lunaire de Tintin

Le Premier Quartier de Lune qui s’est produit hier dans les brumes nous donne l’occasion de découvrir quelques belles formations le long du terminateur (cette ligne qui sépare la partie éclairée de la partie sombre sur Séléné).

premier-quartier2

Arrêtons-nous sur le cratère Hipparque : 15 ans avant que l’américain Neil Armstrong ne marche pour la première fois sur la Lune (au cours de la mission Apollo 11 en juillet 1969), l’auteur de bande dessinée Hergé y envoie ses personnages.

C’est à bord de la célèbre fusée rouge et blanche que Tintin,  son fidèle Milou, le capitaine Haddock, le professeur Tournesol et les Dupond et Dupont partent à la découverte de Séléné dans l’album « On a marché sur la Lune » qui fait suite à « Objectif Lune ».

Nos héros doivent se poser dans le cratère Hipparque (du nom de l’astronome et mathématicien grec qui développa le premier une méthode fiable pour prédire les éclipses), ce qui vaut un échange cocasse :

« Tournesol : Oui, messieurs, dans une bonne demi-heure, si tout va bien, notre fusée se posera sur le sol de la Lune, à l’endroit que j’ai choisi : le cirque Hipparque…

Dupond : Le cirque du Parc ?… Tiens, ça c’est épatant ! Il y a longtemps que nous n’avons plus été au cirque, pas vrai Dupont ?

Dupont : Oui, chic… Mais j’ignorais qu’il y avait un cirque sur la Lune !… Vous le saviez, vous, capitaine ?… »

Le cirque Hipparque (formé comme tous les cratères lunaires par la chute d’une météorite) mesure environ 150 km de diamètre pour une profondeur supérieure à 3000 m par rapport au sol environnant.  Quand Tintin y pose le pied, il est frappé par l’effrayante désolation du paysage et la noirceur du ciel où des milliers d’étoiles ne scintillent pas, faute d’atmosphère. En juillet 1969 Armstrong et Aldrin feront les mêmes remarques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *